lundi 17 juin 2024

Législatives 2024 – Sondage IFOP – RN à 33% / Nouveau front populaire à 28% / Majorité présidentielle à 18%


Selon un sondage de l’institut IFOP pour LCI en vue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet, le RN arrive en tête avec 33% des intentions de vote devant la Nupes avec 28% et la majorité présidentielle avec 18%.

Viennent ensuite LR avec 5%, les divers gauche, les divers droite et Reconquête avec 3%.

A noter que selon ce sondage, 62% des Français comptent voter.

 

► Résultat du sondage
- Divers extrême-gauche: 1,5%
- Nouveau Front populaire (Nupes): 28%
- Divers gauche: 3%
- Ensemble pour la république (Majorité présidentielle / Renaissance, MoDem, Horizons, Parti radical): 18%
- LR: 5%
- Divers droite: 3%
- RN: 33%
- Reconquête: 3%
- Divers extrême-droite: 1%
- Autre candidat: 3%

 

Rappel résultats
- Présidentielle 2022: Droite: 40,19%; Gauche: 31,94%; Axe central: 27,85%
- Législatives 2022: Droite: 36,80 %; Gauche: 33,20%; Axe central: 27,87%; divers: 2,13%

 

(Sondage IFOP réalisé par internet du 14 au 17 juin 2024 auprès d’un échantillon de 1131 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus / Méthode des quotas / Marge d’erreur selon l’institut entre 12,4 et 3,1 points)

 

 

Législatives 2024 – Pour Bayrou «la survie, l’équilibre et l’avenir» du pays sont en jeux


Dans un entretien pour la radio RTL, François Bayrou a affirmé que les élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains étaient une question de «survie» pour le pays, pour son équilibre, pour son avenir.

Il a indiqué qu’il y avait trois choix pour les Français lors de ce scrutin dont deux, l’alliance de la Nupes baptisée «Nouveau front populaire» et le RN étaient «terriblement dangereux».

Et d’ajouter:
«Il y a deux risques. C'est le risque d'avoir l'extrême droite au pouvoir et le risque d'avoir au pouvoir, un rassemblement que j'hésite à appeler «front populaire» parce que, franchement, c'est une référence historique que je trouve discutable. C'est ça le risque. Alors que chacun prenne ses responsabilités.»

Et le prédisent du MoDem et haut-commissaire au Plan ajoute:
«Je pense qu'il y a en France un très grand courant de gens raisonnables et généreux qui veulent faire vivre cet équilibre. Cet équilibre, qui est l'équilibre même de la France, raisonnable et généreux.»

 

► Voici les propos tenus par François Bayrou lors de cet entretien:

> [Dissolution de l’Assemblée] Je ne sais pas si le mot « folie » est adapté. J'essaie de trouver les bons mots.  C'est un risque qui a été pris autour de l'idée de clarification. J'essaie, aujourd'hui, d'imaginer ce qui a pu se passer dans la tête du président de la République qui s'est dit à juste titre, et je suis sûr que vous serez de cet avis, que si rien ne s'était passé, on aurait dit « le résultat de ces élections est catastrophique pour le pouvoir et comme toujours, ils n'entendent rien, ils n'écoutent pas, ils ne trouvent pas d'autres solutions, ils ne changent rien ». Il y avait sûrement d'autres solutions, mais d'autres solutions avec le refus de toutes les forces qui auraient pu participer à l'effort national et qui avait réitéré leur refus tout au long de de ces mois-là. Bref, cette affaire est derrière nous, on en parlera après. On pourra après faire des commentaires. Aujourd'hui on est devant une question qui est une question d'abîmes. 
> Les Français se trouvent en réalité devant trois choix et deux d'entre eux sont des choix que je trouve moi tellement dangereux pour le pays, parce que c'est la survie du pays et son équilibre et son avenir. 
> J'étais pour le changement du mode de scrutin. Je pense que le scrutin majoritaire dans lequel nous vivons est un amplificateur des vagues, amplificateur des humeurs. Je crois avoir fait sous vos yeux, tout ce que je pouvais faire, pour défendre ce changement de mode de scrutin pour la proportionnelle.
Et ensuite, d’un autre côté, vous avez des questions de calendrier. J'avais défendu l'idée que, si dissolution il devait y avoir, parce qu'on voyait venir depuis longtemps les blocages complets à l'Assemblée nationale sur tous les textes, avec menace de motion de censure qui renverse le gouvernement. Et franchement, le renversement du gouvernement n'aurait pas été non plus une bonne entrée en matière.
> [Dissolution] Mon analyse était que l'automne, avec le degré de préparation, d'explications nécessaires, aurait été une autre solution.
> Il y a deux risques. C'est le risque d'avoir l'extrême droite au pouvoir et le risque d'avoir au pouvoir, un rassemblement que j'hésite à appeler «front populaire» parce que, franchement, c'est une référence historique que je trouve discutable. C'est ça le risque. Alors que chacun prenne ses responsabilités.
Les seuls qui ont la clé de cette défense contre les risques, c'est les Français et les responsables politiques Français. Je dis qu'il est irresponsable que des personnalités comme celle que vous évoquez [Nicolas Sarkozy, François Hollande], qui ont largement conduit à la situation d'opinion que nous connaissons, ces personnalités-là, si elles pensent qu'il y a un risque, alors il faut qu’elles se prononcent pour le seul camp, le seul bloc, le seul bulletin de vote « Ensemble pour la République », qui sera là pour s'opposer à ces deux blocs-là. 

> L'enjeu de la situation aujourd'hui, ce n'est pas le président de la République. L'enjeu de la situation, ça n'est pas le jugement sur la majorité sortante, ça n'est pas le jugement sur l'action du président de la République. L'enjeu de la situation, c'est de savoir si la France s'abandonne à ces deux risques. Il y a des conséquences directes à tout ça, des programmes qui annoncent des choses extrêmement précises.
Et donc la question, c'est celle-là, il y a des moments dans la vie où les commentaires ne suffisent plus, y compris les commentaires avec acide. Y’a des moments dans la vie où ce qu'il faut, c'est franchir le pas, prendre ses responsabilités, dire où l'on en est. Et ce que je dis, moi, c'est qu’aujourd’hui, ce qui est en jeu, c'est l'avenir immédiat de la France et donc des Français. Immédiat parce que les perspectives des prises de pouvoir de deux clans si menaçants, sont pour le pays, mortelles. Je suis absolument certain que vous qui connaissez très bien les milieux économiques et les réflexes du monde économique, l'inquiétude qui a été ce dernier jour manifestée s'amplifierait au-delà de toute mesure.
> Quand la situation du pays est en jeu, il est normal que le président de la République, qui est en charge de son avenir, de son équilibre et de son image, c'est normal qu'il donne son sentiment. Mais ça n'est pas une campagne sur la question du président de la République. (…) Ce qui est en jeu aujourd'hui, vous voyez bien, il y a des personnalités très importantes qui s'expriment et qui ne sont pas spécialement des partisans du président de la République. Quand Manuel Valls s'exprime avec la force de son intervention.
Quand François Rebsamen s'exprime, quand j'ai entendu Guedj s'exprimer, vous avez des personnalités qui prennent leurs responsabilités et qui disent « Le camp d'où je viens est entré dans une phase qui est une phase à mes yeux dangereuse » et ils ont raison de le dire et on va peut-être en parler. Donc il est normal que le président de la République s'exprime, mais le président de la République ou le jugement sur le président de la République, ça n'est pas l'enjeu de cette élection. 

> La création de cette alliance à gauche avec LFI et dont Jean-Luc Mélenchon et ses amis ont la majorité des circonscriptions et les autres sont loin derrière avec des circonscriptions qu'ils discutent eux-mêmes comme étant plus ou moins favorables. Ça crée une situation qu'il convient d'examiner. Ce bloc-là, avec l'orientation qui est la sienne, qu'on a vu sur beaucoup de sujets, je vais en dire quelques-uns parce que c'est écrit maintenant dans le programme. Tout ce que je vais dire est vérifiable dans le programme. Alors ça n'est plus ceux qui ont appelé à voter. C'est quelque chose d'autre. C'est une orientation politique dont la France ne se relèverait pas, pas plus qu'elle ne se relèverait, et vous savez bien que je le pense depuis longtemps et que je n'ai pas l'intention de changer d'avis sur ce point, pas plus qu'elle ne se relèverait de l'extrême droite. 
> Ma position comme responsable politique est simple. Moins on fait de promesses et mieux c’est. Les promesses qu'on fait ou les engagements qu'on prend doivent être tenables. Exemple, en raison des accords que vous savez, la baisse du prix de l'électricité de quelques 15% au début de l'année, c'est tenable. Je trouve que cette mesure-là est justifiée. Après les mesures d'augmentation, je pense qu'il faut expertiser leur faisabilité. Je ne pense pas que la majorité aurait à gagner à se lançant dans la course à l'échalote avec les deux blocs de l'opposition.
> Vous voyez bien, vous prenez les propositions du Front national, vous prenez les propositions du Front de gauche. C’est une course à l’échalote. Et je ne souhaite pas qu'on s'inscrive dans cette course à l'échalote. Je sais qu’un très grand nombre de Français sont sceptiques sur des annonces qui pourraient être faites dans ce cadre. Je pense qu'il faut que nous incarnions, que la majorité incarne, je ne veux pas employer le mot de « sérieux », en tout cas de « l'équilibre ». Que la majorité incarne la défense du nouvel équilibre à trouver sur les finances publiques. Mais vous prenez les deux affirmations, les deux camps d'extrême gauche et d'extrême droite défendent tous les deux, l'abrogation de la réforme des retraites. Juste je n'entrerai pas dans cette course-là.
> Je ne crois pas qu'il faille dépenser des dizaines de milliards de plus et je ne crois pas que ce soit envisageable, sauf à sortir du cadre de l'équilibre que nous avons réussi à créer grâce à l'euro. Alors on peut dire, « Tout ça, c'est fini ». C'est ce que disent en fait les deux blocs d'extrêmes. Et donc je suis pour qu'on ait de l'équilibre dans nos affirmations. Je pense qu'on peut faire des choses dans l'amélioration des services publics parce que je pense qu’ils sont mal utilisés. Je pense qu'il y a des stratégies et des méthodes qu'on peut mettre en place pour l'école qu'on peut mettre en place pour la santé. Mais je ne crois pas que l'annonce de dépenses supplémentaires là, soit la réponse ou la bonne attitude à la question.
> Nous avons vécu les années et décennies dans lesquelles les pouvoirs publics se bouchaient les yeux sur le financement du système de retraite, on a vécu ça. Qui s'y est opposé, qui a dit « ces annonces sur l'équilibre financier du système de retraite sont fallacieuses » ? Qui ? C'est le commissariat au plan sous mon autorité. Personne d'autre n'avait jamais avancé les chiffres. Et je pense en effet que pour les finances publiques et pour les retraites, nous avons le devoir de mettre en place un plan à 10 ans qui dira clairement, explicitement comment on revient à l'équilibre ou comment, progressivement, on revient à l'équilibre. Parce que le système de retraite, non seulement, on n'a pas obtenu tout à fait les résultats, je ne suis pas éloigné de penser comme vous, et le système de retraite, il est déficitaire de 30 ou 40 milliards tous les ans d'argent public, payé non pas par le contribuable, ça serait tout à fait acceptable, mais payé par nos enfants à naître. Depuis 20 ans, depuis 25 ans, depuis 30 ans, et encore une fois, quand j'ai dénoncé ça, j'étais tout seul, nous sommes une génération moralement déficitaire. Nous acceptons que les retraites, mais c'est vrai aussi pour les dépenses de la sécu, soient payées non pas par les actifs, non pas par les épargnants, non pas par la génération actuelle, mais par les générations à venir qui auront donc à payer leur train de vie. Et ça va être de plus en plus difficile. Les retraites des pensionnés de leur époque, de leur moment et les retraites que nous dépensons aujourd'hui. Mais qui peut accepter ça ? Alors vous me dites donc toute course à des dépenses excessives. Je pense qu'il y a des dépenses utiles, je pense qu'on peut y réfléchir. Je pense qu'on peut améliorer beaucoup l'efficacité des choses. J'ai cité le domaine de l'école, le domaine de la santé. Je pense qu'on peut, mais il n'est pas vrai que la solution soit dans le déchaînement de la dépense publique, ni pour les uns, ni pour les autres. 
> Si ce décret n'avait pas été pris par Gabriel Attal, les indemnités de chômage n'auraient pas pu être versées. Ça s'arrêtait, la date limite était le premier juillet et donc la responsabilité du gouvernement a été de dire « Je ne vais pas laisser les chômeurs sans indemnité et donc il faut prendre une décision ». Et cette décision-là, il n'est pas vrai qu'elle soit attentatoire ni aux libertés ni à la justice. Demander à quelqu'un que ses droits au chômage soient rechargés comme on dit, non pas au bout de 6 mois, mais au bout de 8 mois, franchement, est ce que c'est grave ? Je connais des dizaines d'entreprises qui n'arrivent pas à trouver les collaborateurs dont elles ont besoin, qui sont en complet échec et qui sont en train d'envisager de fermer ce qui va détruire de l'emploi simplement parce qu’ils ne trouvent pas les collaborateurs. Et Dieu sait, dans un pays où il y a tant de chômeurs et tant de chômeurs jeunes, vous ne trouvez pas que c'est un scandale ? Alors cette décision-là, elle était nécessaire pour continuer à payer les indemnités et je crois qu'elle n'est pas injuste, je pense qu'elle prend en compte la réalité.
> La situation dans laquelle nous sommes, elle a une conséquence évidente. C'est qu'il va y avoir forcément un changement de la manière de gouverner la France. Il va falloir envisager, après un danger aussi important si on arrive à conjurer ce danger, de faire gouverner, de réunir dans un gouvernement des personnalités qui jusqu'à maintenant, comme vous le disiez, étaient éloignées les unes des autres.
*> La vie m'a habitué à être minoritaire assez souvent et cependant à avoir raison. Ce qui nous menace, ce n’est pas un nouveau contexte politique dans lequel vous perdrez des plumes parce que ça, c'est tout à fait secondaire, ce qui nous menace en tant que pays, ce qui nous menace en tant que famille. C'est si grave que je crois l'inquiétude que vous signalez. C'est une inquiétude réelle. Je vais prendre des exemples dans le programme du Front de gauche, on disait qu'il y avait qu'il y avait une une émotion autour de tout ça. Qu'est-ce que dit le front de gauche ? Il dit abolition des lois asile immigration, suppression de la réforme des retraites et application intégrale, je vous invite à le lire, suppression intégrale, du droit du sol. Vous savez ce que c'est ? Application intégrale du droit du sol ? Aujourd'hui, un enfant qui naît en France de parents étrangers, il peut devenir français à 3 conditions : qu'il ait vécu un certain temps sur le territoire national, 5 ans au moins, qu'il n'ait pas fait de bêtises et qu'il le demande. Considérer que la naissance sur le sol français crée automatiquement le droit à la nationalité française, est ce qu'on mesure ce que ça signifie comme déséquilibre qui va être créé et dans la population française ? Comment peut-on écrire des choses comme ça ? 
> Nous verrons la situation que les Français auront créée [après le premier tour] et chacun prendra ses responsabilités. Et ma responsabilité, je n'ai aucune intention qu'elle soit de favoriser ce risque, qu'il soit d'un côté ou de l'autre. Ce qu'ils écrivent, très symptomatique sur la situation de Mayotte, ils disent qu'il faut favoriser l'immigration. C'est un de leurs paragraphes et qu’il faut s'opposer à toute mesure qui rend difficile l'accès et la sortie de Mayotte. Qu'est-ce que ça veut dire réellement ? Ça veut dire qu'on considère que la France est un pays qui doit désormais se bâtir sur l'immigration. Je ne suis pas d'accord avec cela. Non, je pense que la situation de l'immigration en France est mal gérée. Je pense qu'il y a des gens à qui on interdit de travailler, à qui on devrait au contraire. 

> Les dangers: là, j'en dis un autre, un danger, en tout cas, quelque chose qui ne me paraît pas en phase avec ce que nos concitoyens ou les familles attendent. Changement d'identité, de sexe, de genre à la mairie sur simple déclaration. Je trouve que c'est entrer dans un autre monde. À l'heure actuelle, on peut changer, mais c'est sous le contrôle d'un juge. C'est à dire que le juge regarde si les conditions, notamment de dépendance psychologique, d'influence, si c'est en pleine conscience et après avoir fait le grand travail sur soi et sur les siens, que cette transition…
> Je pense qu'il y a en France un très grand courant de gens raisonnables et généreux qui veulent faire vivre cet équilibre. Cet équilibre, qui est l'équilibre même de la France, raisonnable et généreux. En tout cas, je m'inscris dans ce courant-là, à la fois parce qu'on ne peut pas faire n'importe quoi, et notamment, on ne peut pas gaspiller l'argent qui est l'argent des Français. Quelqu’un que j'aime beaucoup, c'est une de mes filles, qui m'a envoyé une citation d'un ministre marxiste d'avant la guerre, qui disait « Gaspiller l'argent public, c'est mépriser le travail qu'il a produit ». Ce n'est pas la citation exacte. C'est mépriser les forces de travail qui l'ont produit, c'est mépriser les familles qui sont mises à contribution. Et c'est vrai que, quand on voit la création d'impôts tous azimuts, on voit bien que c'est mépriser le travail qui le produit. Donc cette réalité, cette ambition-là et cet idéal, je revendique, nous revendiquons pour une très grande partie des Français qui ont des traditions politiques différentes, mais qui aujourd'hui sont affolés, nous revendiquons de faire vivre ensemble et Ensemble pour la République, de faire vivre ensemble la rigueur et la générosité. 
> Le changement est arrivé. Il est là. On ne le voit pas encore, mais vous voyez bien qu'après cette élection, il est inimaginable de reprendre le périmètre de la majorité antérieure, parce nous avons un système démocratique qui privilégie les affrontements au lieu de souhaiter des rassemblements. 
> Je ne connais pas un citoyen aujourd'hui qui n'ait pas peur. Je ne connais pas un Français, pas une famille française qui, quand elle se retrouve pour un événement familial autour de la table, ne dise pas « Mais, il y a un trop grand risque maintenant. Maintenant, c'est trop grave ». Et c'est cette prise de conscience-là, qui moi me frappait et que j'attends. 
> Il y a des gens qui peuvent renier leurs engagements. Ça arrive tout le temps. C'est arrivé dans des années plus noires. Comme Monsieur Klarsfeld que je connais bien. Il y a des gens qui abandonnent, qui se laissent aller au fil de l'eau. Moi, ce que j'admire et ce que j'aime, c'est ceux qui résistent au fil de l'eau, qui voient monter la vague des popularités, mais qui disent « Bien, écoutez, même si nous ne sommes pas aujourd'hui dans la faveur des sondages, nous, nous tenons bon parce que c'est l'essentiel qui est en jeu et je ne laisse abandonner rien de cela ». Après, il y a des querelles, il y a des rivalités. C'est sur ça que vous vouliez m’interroger.
> Ça n'est pas parce qu'une élection intermédiaire a été perdue ou pas gagnée que le mandat du président de la République s'interrompt.
> Ou bien vous avez une majorité, ou bien vous constituez une majorité. Le président de la République favorise la naissance d'une majorité et une majorité en conformité avec les valeurs de la République. C'est pourquoi je dis que d'ores et déjà, dans la situation dans laquelle nous sommes, il y a la conséquence d'un changement de la manière dont nous pratiquerons nos institutions.
Tous ceux qui interviennent dans le débat public en disant, « C'est affreux, oui, il y a quelque chose de grave qui se présente », au lieu de s'interroger sur le passé, les causes, qu'ils apportent leur pierre au combat qu'on doit conduire pour rééquilibrer notre vie politique nationale. 

 

 

dimanche 16 juin 2024

Propos centristes. France – Législatives: «le pouvoir d’achat sera central»; «deux idées fortes: gagner plus grâce au travail et dépenser moins»; Nupes et RN «font porter un très grand danger à l'économie française»; reniements de Hollande et Glucksmann; «les extrêmes proposent le déclassement de la France»…


Voici une sélection, ce 16 juin 2024, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France. 

► Emmanuel Macron (Président de la République)
> Les programmes du Nouveau Front populaire et du RN font porter un très grand danger à l'économie française.

> Nous ne voulons ni la guerre, ni la division. Nous voulons une paix durable qui respecte les règles internationales et la souveraineté ukrainienne. Jusqu'à cette paix dont l'Europe et le monde ont tant besoin, nous continuerons d’œuvrer pour aider l'Ukraine à résister.

 

► Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste] 

Gabriel Attal Premier ministre, chargé de la Planification écologique et énergétique
> Les 30 juin et 7 juillet prochains, les Français auront un choix à faire : qui pour gouverner le pays ? Les Français me connaissent. Moi, je suis prêt, clair et libre.

> Cette décision de dissolution est légitime. On n’a jamais tort de redonner la parole aux Français et de leur permettre de s’exprimer.

> Le pouvoir d’achat sera central dans le programme que je présenterai en début de semaine prochaine. (…) Derrière ce mot du pouvoir d'achat, il y a la dignité des Français qui travaillent, qui doivent être rémunérés justement pour ça.

> Nous avons le taux de chômage le plus bas depuis 25 ans. Si le projet des extrêmes venait à se réaliser, environ un million d'emplois seraient détruits. Les Français en sont conscients, j’en suis certain.

> Pour les 3 millions de Français sans mutuelle, nous souhaitons mettre en place une offre de complémentaire santé publique à 1 euro par jour.

> Nous sommes les seuls à être crédibles pour revaloriser les retraites. Les extrêmes proposent le retour des retraites à 60 ans non financées, ce qui entraînerait nécessairement à une baisse des retraites ou à une augmentation des impôts.

> Notre programme repose sur deux idées fortes : gagner plus grâce au travail et dépenser moins.

> Je veux m’adresser à nos aînés et à tous ces Français qui ont travaillé toute leur vie. Je prends l’engagement de revaloriser le montant de leurs pensions de retraite en l’indexant sur l’inflation.

> Les Français de gauche qui refusent les extrêmes, les électeurs de Raphaël Glucksmann ou des écologistes, ont été trahis. Leurs élus ont passé la campagne des européennes à jurer la main sur le cœur que la Nupes c’était fini, qu’ils n’iraient plus derrière Jean-Luc Mélenchon.
Ces mêmes élus n’ont pas attendu 24h avant de recréer la Nupes et se ranger derrière Mélenchon. Comment un parti héritier d’Aristide Briand, de la laïcité à la française, peut-il se ranger derrière ceux qui promeuvent le communautarisme, le port du voile à l’École, qui ont attaqué en justice ma décision d’interdire l’abaya ? Comment un parti héritier de Jaurès, des Dreyfusards, peut-il se trouver avec ceux qui sont poursuivis pour apologie du terrorisme après des propos immondes le 7 octobre ?
Je le dis à ces Français déçus et trahis : ces valeurs de la République, nous les défendons et les défendrons.

 

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et Numérique
> Augmenter brutalement le Smic serait une catastrophe économique qui déstabiliserait nos PME et nos artisans, provoquerait des licenciements et donc un chômage de masse comme on n’en a pas connu depuis 40 ans. 500 000 emplois seraient détruits.

> Ce nouveau front populaire n’est ni un front ni populaire. Il est totalement désuni et il fera mal au peuple français.

> On n'est jamais déçu par François Hollande. Quand il était Président, il a engagé une réforme des retraites pour travailler davantage. Maintenant, il soutient le retour à la retraite à 60 ans. Il a conduit la grande marche contre l’antisémitisme et le terrorisme. Maintenant, il s'acoquine avec une alliance de gauche où il y a le NPA, poursuivi pour apologie du terrorisme, et LFI, dont on connaît les relents antisémites. Un seul mot : surréaliste.

> Mobilisons-nous pour notre pays ! Face aux extrêmes qui ne proposent rien d’autre que le déclassement de la France, le désordre, le matraquage fiscal, la banqueroute et le rejet de l’autre, soyons au rendez-vous.


Catherine Vautrin, ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités
> Ce «Front populaire» est une mascarade. Les relations entre les groupes de gauche à l’Assemblée étaient désastreuses. Chaque intervention de Jean-Luc Mélenchon sème la panique. François Hollande a déjà exprimé ses réserves sur le programme. Les Français méritent mieux que cet attelage électoraliste qui explosera le lendemain de l’élection.


Rachida Dati, ministre de la Culture
> L’investiture de Poutou [par la Nupes] qui excuse les crimes du Hamas, comme le terrorisme qui a endeuillé notre pays est une insulte aux victimes, aux forces de sécurité et à leurs syndicats. Il faut contrer ces errements de la gauche qui pourraient ouvrir la voie au pire.


Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, ministre de la Justice
> Le ralliement surréaliste de Ciotti au Rassemblement national a dynamité les LR, il a vendu le grand parti gaulliste à l'extrême droite.

> Mélenchon c'est l'invective permanente, c'est la brutalité verbale.

> Je me suis engagé en politique mais je ne deviendrai pas un politicien professionnel. Ma priorité c’est de mener campagne partout sur notre territoire et d’aller soutenir tous nos candidats partout où ils se trouvent. Jusqu’au dernier quart d’heure de cette campagne.

> Jordan Bardella incarne la politique Tik Tok (...) Le RN c'est le retour du chômage de masse.

> M. Hollande se marie dans cette espèce de grande union avec M. Poutou ? Mais on marche sur la tête ! Quand même faut oser. Le parti socialiste maintenant c'est zéro.

> C'est une évidence que le poison de l'antisémitisme infuse dans une partie de l'extrême gauche.

> Le front dit «populaire» est mort-né. La purge stalinienne ordonnée par Mélenchon a eu lieu.

 

Stéphane Séjourné, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, secrétaire général de Renaissance
> Votez pour une majorité qui refuse les extrêmes et qui défend la République !


Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l’Europe
> Nous vivons un moment décisif dans l’Histoire de notre pays. Le 9 juin, en réponse notamment au mécontentement qui s’est exprimé lors des élections européennes, le Président de la République a pris la décision la plus démocratique qui soit : celle de provoquer de nouvelles élections pour redonner aux Français les clefs de leur avenir.

> Ce qui est en jeu dans cette élection, c’est la République, c’est ce que nous sommes. Non aux populistes, non aux extrêmes.


► Assemblée nationale 
Yaël Braun-Pivet (présidente) 
> J’appelais et j’appelle encore au rassemblement de ceux qui partagent les mêmes valeurs et la même vision de l’intérêt général. Je crois toujours en cette voie alors que la France est inquiète et a besoin d’être rassurée.

> Nous avons créé 2 millions d’emplois. Il y a 7 ans, le chômage était la plus forte préoccupation des Français. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Avoir réussi à remettre la France sur les rails de l’emploi, c’est une fierté.

> Les programmes des autres, c’est Noël tous les jours. La foire à la saucisse des dépenses irréalistes et dangereuses pour le pouvoir d’achat des Français.

> Dans le nouveau programme de la Nupes, il est écrit : « le contrat d’engagement républicain est liberticide ». Est-ce avec cela que François Hollande, ancien président de la République, est en accord ?

> Le contrat d’engagement républicain oblige les associations qui reçoivent des subventions à respecter les valeurs de la République. Pour le Nouveau front populaire, c’est liberticide. En quoi respecter les valeurs de la République est-il liberticide?!

> J’ai vu LFI bordéliser l’Assemblée pendant des mois parce qu’ils portent un projet de destruction des institutions. La chute de la 5ème République protectrice des droits, des libertés et des équilibres n'est pas mon projet.

> J’ai été extrêmement choquée qu’Adrien Quatennens puisse être applaudi par ses collègues, réintégré au sein de leur groupe et réinvesti. Je ne salue pas son renoncement, il aurait dû sortir du jeu il y a bien longtemps.

> Le RN promet tout et rétropédale sur tout. Ils trompent les Français sur la marchandise.

 

► Haut-commissariat au Plan 
François Bayrou (Commissaire, président du Mouvement démocrate) 
> Je pense qu’il y a en France un grand courant de gens raisonnables et généreux qui veulent faire vivre cet équilibre. On ne peut pas faire n’importe quoi avec l’argent des Français. C’est mépriser le travail qui le produit. Faisons vivre ensemble la rigueur et la générosité.

> Nous sommes libres de notre parole. Je ne crois pas que le deuxième tour soit la situation Front national contre front de gauche. Je refuse de me laisser enfermer dans cette hypothèse là. Je n’ai aucune intention de favoriser ce risque d’un côté ou de l’autre.

> Il y a 2 risques : l’extrême droite au pouvoir ou un rassemblement que j’hésite à appeler Front populaire. C’est ça le risque. Que chacun prenne ses responsabilités. Les seuls qui ont la clé contre ces risques, ce sont les Français.

> La situation dans laquelle nous sommes a une conséquence : il y aura un changement dans la manière de gouverner la France. Il va falloir envisager, si on conjure ce danger, réunir des personnalités qui jusqu’à maintenant étaient éloignées.

> Nous sommes une génération moralement déficitaire. Nous acceptons que les retraites, la sécu soient payées, pas par les actifs ou les épargnants mais par les générations à venir, qui payeront les retraites du moment et les retraites d’aujourd’hui. Qui peut accepter cela ?

> La création de cette alliance à gauche, ça crée une situation qu’il convient d’examiner. Ce qu’on voit dans le programme, c’est une orientation dont la France ne se relèverait pas, pas plus qu’elle se relèverait de l’extrême-droite.

 

► Partis politiques 
● Renaissance 
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits] 
Sylvain Maillard (président du groupe à l’Assemblée nationale) 
> [Renoncement de Quatennens] C’est la moindre des choses. Quand on frappe sa femme et condamné pour avoir frappé sa femme, on ne doit plus pouvoir se présenter aux élections.  Et vous avez aussi des fichés S et plein de candidats de LFI qui sont des vrais problèmes pour notre République.

> Jean-Luc Mélenchon n’est pas un républicain. C’est un ennemi de la République. Son comportement jour après jour d’insultes antisémites, d’insultes envers les siens, envers les autres encore avant-hier quand il expulse ses opposants de son groupe prouve que Mélenchon et ses amis ne sont pas des républicains.

> Les alliés de LFI au sein du Nouveau front populaire) sont les collabos de l’antisémitisme.

> Depuis que je suis sur le terrain à écouter mes concitoyens qui me disent tous on est à un moment de vérité avec un sentiment de peur avec les extrêmes qui peuvent arriver au pouvoir.


Maud Bregeon (députée)
> Pour que l’on sache bien de qui et de quoi on parle avec le « Front populaire », petit top 5 dans le désordre des candidats investis:
1 - Raphaël Arnaul (Vaucluse) : fiché S, porte-parole du mouvement d’extrême gauche La Jeune Garde.
2 - Adrien Quatennens (Nord) : condamnation à 4 mois de prison avec sursis en décembre 2022 pour violences conjugales.
3 - Philippe Poutou (Aude) : a qualifié l’offensive du Hamas de «lutte nécessaire contre la colonisation menée par un État belliqueux et guerrier» en octobre 2023.
4 - Manuel Bompard (Bouches du Rhône) : en pleine affaire Quatennens, il avait appelé à faire « la part des choses » en matière de violences conjugales.
5 - Daniele Obono (Paris) : complaisance avec le Hamas qu’elle qualifie de « mouvement de résistance » en octobre 2023.


● MoDem 
Maud Gatel (Secrétaire générale)
> A ceux qui pensaient naïvement ou sincèrement que le ripolinage n’en était pas un. L’hégémonie de Jean-Luc Mélenchon sur la Nupes est totale. Personne ne doit être dupe.