lundi 19 mars 2018

Actualités du Centre. Morin d’accord avec Lagarde et Bayrou sur la proportionnelle

Hervé Morin
François Bayrou (président du Mouvement démocrate) et Jean-Christophe Lagarde (président de l’UDI) se sont déjà exprimés à plusieurs reprises sur la prochaine réforme constitutionnelle, ce qui était moins le cas d’Hervé Morin (président de Les centristes).
Lors d’un entretien sur Public Sénat, le président de région Normandie a pris position, comme Bayrou et Lagarde, pour une dose conséquente de proportionnelle pour les élections législatives.
Selon lui, la bonne dose serait 20% à 25% de députés élus à la proportionnelle afin de pouvoir corriger les injustices du scrutin majoritaire et permettre à des partis qui représentent plus de 15% des voix d’être assurés d’avoir un groupe à l’Assemblée nationale.
En dessous de ce chiffre, il estime que cette réforme ne permettra que de faire élire quelques notables de grands partis politiques.
En cela, il partage la position de Bayrou et Lagarde, les centristes faisant donc ici front commun alors qu'ils se tirent dans les pattes quotidiennement...
Il s’est également dit favorable à une baisse du nombre de députés, estimant qu’avec 400 élus le travail parlementaire à l’Assemblé nationale serait beaucoup plus efficace.
S’il est aussi favorable à une limite du cumul des mandats des parlementaires dans le temps, il a vivement réagi à ce que les élus locaux comme les maires y soient assujettis, une position qu’il partage, notamment avec Alain Juppé.
En outre, il a critiqué le gouvernement sur les réformes en général:
«Je trouve honnêtement que le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines (…) On a parfois plus de l’annonce que du contenu (…) Ce dont ont besoin nos compatriotes, ce sont des transformations systémiques et structurelles. (…) J’ai le sentiment de me retrouver en 2007, d’entendre Nicolas Sarkozy disant: je fais des réformes tous azimuts pour qu’on ne puisse pas s’appuyer sur une réforme qui devienne le symbole d’un mouvement social profond.»
Enfin, il a d’abord refusé de parler du Centre affirmant que ce qui lui importait pour l’instant, «c’est le renouvellement de l’offre politique».
Puis il a expliqué tout de même qu’il se considère «girondin et libéral» pour se différencier de Jean-Christophe Lagarde dont il a estimé «qu’il n’avait pas la même façon d’envisager de faire de la politique».
Et il a redit que l’UDI était devenue inaudible, précisant, par ailleurs, que dans les comptes que Lagarde fait sur le nombre d’élus qu’il revendique, il y avait ceux de sa formation, Les centristes… qui ne sont plus dans la confédération centriste.


Actualités du Centre. Juppé s’oppose à la proportionnelle

Alain Juppé
Alain Juppé s’est dit «très réservé sur la proportionnelle» lors d’un entretien sur Public Sénat, une façon de rappeler pour ce gaulliste son attachement au scrutin majoritaire et son refus de toute dose de proportionnelle pour les élections législatives «car même une dose peut empêcher un gouvernement de constituer une majorité stable».
Il a précisé qu’il n’avait «jamais été favorable à la proportionnelle» et que «le scrutin majoritaire est un peu la marque de fabrique de la Constitution de la V° République».
Et de reprendre le fameux argumentaire gaulliste: «il faut se souvenir d’où nous venons et ce que l’instabilité ministérielle avait provoqué en France sous la III° et IV° République».
Néanmoins, il fait une proposition: «Est-ce qu'on peut imaginer un système qui s'inspire de ce qui existe pour les municipales (ndlr: proportionnelle avec prime à la liste arrivée en tête pour permettre une majorité stable)? Dans les municipales, ceux qui arrivent en tête ont une large majorité de gouvernement. C'est peut-être une piste à explorer».
Quant à la baisse du nombre de parlementaires, «les Français (la) voient avec sympathie (…) alors il faut le faire».
Il est plus réservé sur le cumul des mandats car si «c’est l’air du temps», «il ne faut pas toujours sacrifier à l’air du temps» car «on voit bien qu’aujourd’hui des parlementaires sont hors sol car ils n’ont pas d’ancrage local».
Pour ce qui est de la limitation du droit d’amendement, il reconnait que des parlementaires usent et abusent de celui-ci mais il préfère s’en remettre «au bon sens» des élus plutôt qu’à une loi.
S’il indique, «comme je n’ai pas l’intention de me réengager dans le jeu politique national ça me laisse une liberté d’esprit», il ajoute «je ne cautionnerai en aucune manière un discours anti-européen quelle qu’en soit la virulence».
Et s’il affirme qu’il se reconnait «assez bien dans le discours que le Président de la république a prononcé à la Sorbonne» sur l’Europe, il indique qu’il ne sera candidat sur aucune liste lors des prochaines élections européennes de 2019.


L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Mars, triste mois du sacre de deux empereurs

En Chine, Xi est devenu président et premier secrétaire du parti communiste pour cinq ans avant de le devenir à vie à la fin de son second mandat grâce à la réforme de la Constitution qu’il a fait voter et qui lui permet de se représenter indéfiniment, ce que personne n’en doute.
En Russie, Poutine, grâce à la manipulation de la Constitution est au pouvoir depuis dix-huit ans et pourra le demeurer à vie après une nouvelle présidentielle pipeautée et clownesque dans ce que ces termes ont de plus tragiques.
Il a rempilé pour six ans avec plus de 76% des voix, des fraudes pour doper la participation, des opposants interdis de se présenter, une communication devenue propagande, etc. et personne ne doute qu’il trouvera un nouveau subterfuge pour demeurer au pouvoir jusqu’à la fin de ses jours (le premier fut de laisser élire son premier ministre, Medvedev, à sa place en 2008, lui-même devenant alors premier ministre, parce qu’il ne pouvait accomplir plus de deux termes consécutifs…).
Certains verront ici les réminiscences des deux empires communistes de Lénine (et Staline) et de Mao eux-mêmes héritiers de deux empires, le tsariste et celui du Fils du ciel (nom donné à l’empereur chinois).
Ils n’auront pas tort et, de ce point de vue, la continuité est, non seulement, criante mais surtout désespérante et problématique.
Ainsi, après la chute du mur de Berlin après la Perestroïka et la Glasnost, après l’occupation réprimée dans le sang de la place Tienanmen mais le développement économique de la Chine, les deux dictatures les plus sanglantes du XX° siècle (donc de toute l’Histoire…) avec l’Allemagne nazie, le sont redevenues dans les faits.
Certains pointeront la faillite ou, en tout cas, les failles terribles de la démocratie républicaine.
Ils n’auront pas tort sur le diagnostic mais l’analyse de cette faillite et cette faille est souvent fausse.
Ce n’est pas le régime lui-même de la démocratie républicaine qui montre ses limites, ce sont les peuples qui se montrent incapables de s’élever au niveau d’exigence et de responsabilité qu’un régime de liberté et d’émancipation leur demande.
Ce qui pose, on le comprend bien, des questions essentielles.
Et si les deux événements russe et chinois sont autant inquiétants, c’est qu’il est nullement exclu qu’ils puissent un jour prochain se produire dans d’autres pays et même dans certaines démocraties républicaines.
Ce serait un sacré coup de massue et un retour en arrière cataclysmique s’il s’avérait, in fine, que la démocratie ne peut pas s’implanter durablement (en temps historique) dans le monde.
N’oublions pas que la plus vieille démocratie républicaine du monde, les Etats-Unis, n’a pas encore 250 ans, une goutte d’eau dans l’Histoire de l’Humanité.
On connait les solutions pour éviter le pire.
Elles passent avant tout par un peuple plus instruit et capable de prendre des décisions en toute connaissance de cause, un individu mieux formé et informé capable de prendre sa vie en main grâce à une vraie égalité des opportunités, par une société plus juste, par un investissement citoyen plus grand dans le fonctionnement démocratique, dans des alliances et des fédérations mondiales qui empêcheraient les dérives populiste, autocratiques et extrémistes de certains.
Nous n’y sommes pas encore et peut-être encore loin.
Dès lors, tous les défenseurs de la démocratie républicaine (comme les centristes) doivent se mobiliser dans un combat qui sera rude et qui est loin d’être gagné d’avance.
Mais tous les amoureux de la liberté et de la justice savent bien que pour avoir celles-ci, il faut, sans cesse, les protéger de leurs prédateurs fort nombreux et de leurs complices encore plus nombreux sans même parler de ceux qui affirment n’être pas concernés, soit par ignorance, soit par bêtise et qui sont malheureusement légions dans le monde.
Reste qu’il est grand temps de déclarer l’état d’urgence démocratique pour défendre, garder et développer le plus précieux des legs des révolutions américaine et française.


</