mercredi 24 août 2016

Présidentielle 2017. 88% des électeurs du Modem et 79% de l’UDI ne veulent pas d’un président Sarkozy

La stratégie de Nicolas Sarkozy de s’attacher l’électorat centriste a fait long feu.
Après avoir généreusement doté l’UDI d’élus lors des régionales, l’ancien président de la république s’était aperçu qu’il ne parviendrait jamais à s’attacher les sympathisants centristes qui, dans tous les sondages, montraient une très large défiance vis-à-vis du personnage.
Et l’officialisation de sa candidature n’a rien changé.
Ainsi, un sondage Elabe pour BFMTV nous apprend que 88% des sympathisants du Mouvement démocrate et 79% de ceux de l’UDI ne souhaitent pas voir à nouveau Nicolas Sarkozy à l’Elysée ainsi que 95% des électeurs de François Bayrou en 2012 (79% des Français, non plus).
De même, 93% des sympathisants du MoDem et 79% de ceux de l’UDI préfèrent Alain Juppé à Nicolas Sarkozy.
Ce dernier «inquiète» 70% des sympathisants du MoDem et 73% de ceux de l’UDI qui ne pensent pas qu’il soit «capable de rassembler les Français» (16% des sympathisants du MoDem pensent qu’il le peut et 26% de ceux de l’UDI).
En outre, seuls 11% de sympathisants du MoDem et 32% de ceux de l’UDI l’estiment «honnête» ainsi que 9% des électeurs de François Bayrou en 2012 même si 56% des premiers et 80% des seconds pensent malgré tout qu’il a la «stature d’un président».
Le baromètre politique IPSOS pour Le Point d’août confirme ce large désamour de l’électorat centriste pour Nicolas Sakozy puisque 75% des sympathisants du MoDem et 78,5% de ceux de l’UDI ont une mauvaise opinion de lui.
(Sondage Elabe réalisé les 22 et 23 août 2016 par internet auprès d’un échantillon de 1000 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points // Sondage IPSOS réalisé du 18 au 20 août 2016 par téléphone auprès d’un échantillon de 958 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)

Alexandre Vatimbella




A lire aussi: