lundi 9 décembre 2019

Vues du Centre – Contester la réforme des retraites n’est pas rendre service aux Français

Par Thomas Pape

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Thomas Pape est un centriste de longue date autrefois adhérent de l’UDF. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Mais existera-t-elle encore demain?...
Que la Gauche toute entière et l’extrême droite soient contre la réforme des retraites, rien de plus normal, le contraire eut été étonnant.
Ces deux pôles politiques, soit disant opposés mais manifestant désormais ensemble, sont ceux auxquels se rattachent la grande majorité de ceux qui bénéficient des régimes spéciaux des retraites et où l’on trouve les plus grand nombre d’opposants radicaux à la majorité actuelle.
Leurs positionnements avant tout clientéliste et politicien, qui jouent contre le pays, n’ont pas de quoi surprendre.
De même que ceux des syndicats qui ne défendent jamais l’intérêt commun mais les intérêts corporatistes de groupes particuliers.
Il faudrait d’ailleurs demander à leurs militants qui ne bénéficient pas des largesses des régimes spéciaux s’ils sont d’accord de les payer de leur poche pour d’autres.
Notons, au passage, la position des écologistes de gauche radicale d’EELV qui réussissent à soutenir une grève qui fait en sorte de polluer le pays à grande échelle en forçant les Français à prendre leur voiture...
Mais c’est vrai qu’ils ne sont pas à une ânerie de plus!
Mais que la Droite critique ce projet alors qu’elle est sensée lutter pour le régime que celui-ci porte et veut mettre en place est, non seulement, risible et pathétique, mais consternant, relevant au plus haut degré d’un comportement politicien assez lamentable.
Parce que cette opposition à la réforme et la grève – «très suivie» selon le quotidien de gauche Le Monde alors que la SNCF ne comptabilisait le 9 décembre que 17% de grévistes! – appelle trois remarques de bon sens pour tous ceux qui pensent avant tout de manière responsables comme les centristes.
D’abord, le problème n’est pas si l’on doit faire ou non une réforme des retraites mais que celle-ci est absolument indispensable, rien que pour, tout simplement, qu’il y ait encore des retraites dans le futur.
Ensuite, c’est de comprendre que la grève a pris comme prétexte les retraites mais qu’elle est en réalité un mouvement contre le gouvernement, donc qu’elle a pour but réel de contester sa légitimité obtenu dans les urnes.
Et, ici, tous les moyens sont bons avec, en particulier, la diffusion de fake news qui n’ont d’autre but que de créer une angoisse chez les salariés.
Enfin, ce n’est pas en infantilisant les Français en leur racontant des fables du genre «il n’y a pas besoin de réforme, tout va bien, le système est excédentaire et de toute façon on fera payer les riches quand il le faudra» que l’on parviendra à leur faire prendre conscience des vrais défis qui sont devant le pays.
Et il y a à craindre que quand ils se réveilleront – s’ils se réveillent un jour! –, il sera trop tard, un peu comme pour le changement climatique où ceux qui ont mis des gilets jaunes ont refusé de payer quelques cents supplémentaires pour participer au sauvetage de la planète…

Thomas Pape