lundi 18 octobre 2021

La quotidienne centriste du 18 octobre 2022. Promesses politiques synonymes de démagogie?

La démagogie n’est pas une nouveauté dans les engagements pris par les partis et les candidats à l’approche des élections, en particulier dans les domaines économiques et sociaux où le «demain, on rase gratis» est trop souvent de mise comme on le constate actuellement quelques mois de la présidentielle et des législatives.

Enchères et surenchères fleurissent dans les programmes et l’on a coutume de dire que les promesses politiques n’engagent que ceux qui y croient.

Et ce n’est pas faux si l’on considère de toutes ces annonces sont en réalité des signaux envoyés à ses sympathisants dans une sorte de deal où ces derniers ne sont pas dupes lorsque celles-ci sont réellement inapplicables mais permettent de souder leur  courant idéologique.

Concrètement, la Gauche ne va faire des propositions de droite et inversement pour la Droite, si elles veulent mobiliser leurs militants et leur électorat.

Et ce même si les Français affirment dans les sondages que le clivage gauche-droite est dépassé tout en expliquant qu’il existe toujours…

Alors oui les cadeaux que les partis offrent dans leurs catalogues respectifs sont souvent, soit payants au prix fort, soit des attrape-nigauds mais ceux qui en sont les potentiels bénéficiaires le savant pertinemment!

Cela n’empêche pas que ces promesses échevelées pourrissent le débat politique et marque une immaturité de la société.

Au lieu de regarder la réalité en face et de proposer des mesures adéquates face à la réalité et aux possibilités de vraiment pouvoir les implémenter  -- ce que font en partie les centristes –, le politique joue beaucoup trop avec cet irrationnel qui compose en partie l’espoir en des jours meilleurs et qui peut se retourner contre lui et, plus grave, contre la démocratie républicaine.

Heureusement, dans les pays libres, les campagnes électorales permettent la confrontation de toutes ces promesses et permet souvent de dégonfler les plus dangereuses et les plus chimériques.

Reste, encore une fois, ceux qui veulent y croire dur comme fer parce qu’il en va de leur identité partisane.

Et il en sera toujours ainsi.

 

[Retrouvez quotidiennement ce billet rédigé par l’équipe du CREC concernant l'actualité du jour]