vendredi 5 mars 2021

Vues du Centre. Virus chinois, peut-être; crimes et mensonges chinois sûrement

Par Aris de Hesselin

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.          
Aris de Hesselin est un avocat international, centriste et un européen, défenseur d’une mondialisation humaniste.
Monsieur XI est un menteur.

Xi Jinping
Il ment comme ses prédécesseurs à la tête du Parti communiste sur l’économie de la Chine et ses taux de croissance trafiqués, sur la situation sociale, sur ses intentions pacifiques, sur Hongkong, sur le Tibet, sur l’absence d’impérialisme, sur la situation des Ouïghours, etc.

Et, bien entendu, il a menti et ment toujours sur l’épidémie de covid19 – sur sa provenance et sur le nombre de décès, entre autres – dont on rappelle qu’elle a débuté dans son pays et qu’il a tout fait pour torpiller une enquête internationale avec des experts de l’OMS autorisés à entrer dans le pays une fois que toutes les preuves gênantes ne puissent être découvertes.

Vous me direz, le mensonge fait partie intégrante d’une dictature mais c’est bien de cela qu’il s’agit.

Parce que monsieur Xi est aussi un tortionnaire qui tue, torture et emprisonne à la tête d’une dictature sanglante.

La Chine de monsieur Xi est donc sous la coupe d’un totalitarisme brutal qui utilise la propagande (on dit aujourd’hui les fake news…) comme outil de communication, tout autant pour tromper les Chinois que le monde entier.

Mais on ne peut plus être dupe sauf à être un ami de monsieur XI ou un crétin.

Or c’est bien de cela qu’il s’agit également.

Ici le crétin c’est l’Occident avec son lot d’idiots utiles, de lâches et de ceux qui vont à la soupe, les mêmes qui ont fermé les yeux sur les Hitler, Mussolini, Staline, Mao, Franco, Pinochet, Videla, Amin Dada, Mobutu, la famille Kim, Marcos, Tito, Ceausescu et consorts (la liste est décidément trop longue!) au cours du XX° siècle.

Sans oublier notre Pétain national.

Tout cela n’est pas nouveau, me direz-vous.

Mais n’est-ce pas cela qui est le plus terrible et le plus angoissant.

Oui, monsieur Xi est un vulgaire dictateur comme tous ses prédécesseurs et tous ses collègues actuels.

Et, comme d’habitude, ils vivent impunément sauf accident de l’Histoire alors qu’ils devraient être, eux, ces accidents où l’on dépêche immédiatement des secours pour aider les victimes et où, ensuite, on efface le plus rapidement possible toute trace de ces catastrophes et que l’on met en place des mesures pour éviter qu’ils se reproduisent.

Ici, comme pour un évier bouché, c’est un envahissement purulent qui se déroule sous nos yeux et nous restons sans bouger alors même que nous avons souvent la ventouse sous la main pour le dégorger.

Nous préférons nous pincer très fort le nez tout en fermant les yeux.

Mais l’odeur nauséabonde du crime n’en disparait pas pour autant.

Au-delà de ces métaphores qui valent ce qu’elles valent, ce sont de personnes, enfants, femmes, hommes, dont on parle ici, de leurs conditions, de leurs intégrités physiques et psychologiques, de leurs vies.

Le pire dans monsieur Xi, c’est que, non seulement, nous avons murer tous nos capteurs sensitifs face à ses menées, mais nous l’avons aidé ainsi que ces devanciers, depuis monsieur Deng, a bâtir cette puissance qui désormais nous menace directement et intensifie de jour en jour sa lutte contre la démocratie, c’est-à-dire nos libertés.

Et nous avons même franchi une étape supplémentaire en le regardant agir impunément face aux Ouïghours qu’il est en train d’essayer de rayer de la carte comme aux temps les plus obscurs des génocides arméniens, juifs et rwandais.

Et nous avons lâchement laissé tomber les démocrates de Hongkong.

Et la crise sanitaire de la covid19 a autorisé le régime communiste chinois à créer un écran de fumée qui lui a permis de se renforcer tant à l’international qu’à l’intérieur de ses frontières.

Nous ne saurons sans doute jamais qu’elle est le degré de responsabilité de celui-ci dans la vague épidémique que nous connaissons actuellement – ni si ce coronavirus est issu de manipulations de laboratoires – cependant une chose est sûre, il en a profité largement.

De même, un régime transparent et démocratique aurait certainement permis une lutte internationale beaucoup plus efficace.

Peut-être que la propagation de la covid19 est imputable aux autorités chinoises, le plus probable de manière accidentelle.

En revanche, une chose est sûre, monsieur Xi est bien un menteur et un criminel.

Enfin, à tous ceux qui, d’une manière à peine raciste, que les Chinois ne sont pas faits pour la démocratie, légitimant ainsi la dictature de monsieur Xi, qu’ils regardent du côté de Taïwan et de la contestation hongkongaise, sans oublier la place Tienanmen.

Au fait, j’aurais pu simplement résumé tout ce qui précède en une phrase: monsieur Xi se prend pour le nouveau Mao.

 

Aris de Hesselin