jeudi 26 novembre 2020

Propos centristes. Monde – Covid19; Violences faites aux femmes; Union européenne et état de droit; Joe Biden prône l’unité; Europe et discrimination de la communauté LGTBI…


Voici une sélection, ce 26 novembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux dans l’Union européenne et dans le monde.

► Union européenne

Renew Europe
Dacian Ciolos (président)

L’Europe ne doit pas être prise en otage par ceux qui se comportent comme des despotes. Il y a des Européens d'Est en Ouest, du Nord au Sud, déterminés à vivre leur vie régie par un état de droit qui respecte leurs libertés.

 

Hilde Vautmans

- La crise de la covid19 a changé la donne. Elle a changé les relations entre les plus grandes puissances mondiales. Au lieu de travailler plus étroitement ensemble afin de trouver une solution, les superpuissances mondiales ont abusé de la pandémie de la covid19 pour commencer à se disputer le pouvoir de façonner le monde à leur avantage. Notre réponse à tout cela a été lente et désorganisée. Afin de pouvoir jouer un rôle plus important dans le monde, nous devons d'abord balayer devant notre porte! Retroussons nos manches et mettons en place la conférence sur l'avenir de l'Europe.

- La Turquie semble avoir renoncé à une solution négociée au problème Chypre. La décision de rouvrir la ville de Varosha [abandonnée depuis l’invasion turque de l’île] est une provocation contre tous ceux qui souhaitent un règlement pacifique et une réunification. La Turquie doit cesser d’alimenter les tensions et reprendre les négociations.

 

Sophie int’Veld

La grande majorité des citoyens européens ne sont pas homophobes. Ce que fait le gouvernement polonais n'est pas représentatif de la majorité de la population. Soyons ambitieux et faisons de l'Europe la plus grande zone d'accueil LGBTI au monde!

 

Liesje Schreinemacher

- La stratégie d'égalité LGBTI est un pas dans la bonne direction, mais nous assistons toujours à de nombreuses personnes LGBTI confrontées à la discrimination simplement en raison de qui elles sont et de qui elles aiment. Alors, Commission, mettons-nous au travail!

- Avec notre proposition [de plan], nous voulons renforcer les lois sur la protection des consommateurs tout en rétablissant des conditions de concurrence équitables. Un véritable gagnant-gagnant pour les consommateurs et les entreprises en Europe.

 

Martina Dlabajova

Nous attendons une stratégie industrielle révisée qui place l'Europe à la pointe du développement technologique, en brisant les barrières au sein de notre marché unique, sans céder aux tentations protectionnistes.

 

Samira Rafaela

Le droit d’une femme de prendre des décisions concernant son corps est le sien et le sien seulement. Il s'agit de l'autodétermination en tant que droit fondamental. Et nous continuerons à soutenir les mouvements de la société civile en Pologne dans leur lutte pour les droits des femmes.

 

Soraya Rodríguez

La violence contre les femmes est l'une des violations les plus graves des droits de l'homme, de la liberté et de la dignité des femmes. De ce Parlement, nous exigeons une fois de plus que les États membres qui n'ont pas ratifié la Convention d’Istanbul le fassent: la ratifier maintenant!

 

Vlad Botoș

En cette ère de révolution numérique, de progrès technologique, de marchés totalement nouveaux, la protection des consommateurs et la sécurité des produits doivent s'adapter rapidement et prendre en considération non seulement le présent, mais aussi les nouvelles technologies qui pourraient émerger.

 

Katalin Cseh

Les aires de jeu des autocrates sont remarquablement similaires. Le président Erdogan attise les flammes de la haine et de la division, faisant ouvertement obstacle à la paix et à la réconciliation à Chypre. Nous avons besoin d'une Europe forte et unie pour dissuader les autocrates enhardis, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de nos frontières.

 

Luis Garicano

L'argent européen ne doit pas utilisé pour financer la corruption, les atteintes à la liberté de la presse ou les atteintes à l'indépendance judiciaire.

 

● Allemagne

FDP
Christian Lindner (président)

- [Covid19] Où est la preuve scientifique de l'efficacité des restrictions d'espace dans le commerce de détail lorsqu'un masque est de toute façon requis?

- [Covid19] Nous devons mieux protéger les personnes menacées par un parcours covid19 particulièrement mauvais - par exemple avec des masques FFP2 et des tests rapides lors de l'entrée dans une maison de retraite, des bons de taxi et des plages horaires exclusives pour faire du shopping.

- [Covid19] Je considère que la limitation de 25 mètres carrés par personne dans les commerces est inutile ou excessive. Le port du masque est obligatoire et il existe des règles d'hygiène. Ce qui pourrait être mieux organisé, ce sont des créneaux horaires exclusifs pour ceux qui veulent de faire du shopping.

- [Covid19] Les milliards que ce gouvernement a mis sur la table cette année ne sont jusqu'à présent arrivés nulle part. Le Bureau fédéral de contrôle a prévenu que de nombreuses dépenses qui ont été justifiées par la crise du covid19 n’ont en réalité pratiquement rien à voir avec la pandémie.

 

● Belgique

cdH

Agressions, menaces, contraintes physiques, psychologiques, sexuelles ou économiques : les violences à l’égard des femmes frappent partout. Luttons ensemble!

 

Vanessa Matz (députée)

Pour soutenir le commerce, et les indépendants, il faut qu’une concurrence loyale soit exercée. Il faut lutter contre la fraude à la TVA des plates-formes du numérique, et établir une responsabilité solidaire de paiement vis à vis des vendeurs.

 

● Espagne

Ciudadanos

- Les Espagnols nous paient pour travailler. Mais Vox [extrême droite] a décidé de prendre des vacances et de ne pas se battre pour nos concitoyens. Cs ne les abandonnera jamais. Nous nous battrons jusqu'au bout pour les citoyens.

- Pour promouvoir des environnements de travail sans violence machiste, nous proposons que ce harcèlement soit inclus dans la réglementation pour la prévention des risques professionnels en tant que risque professionnel évitable et que les entreprises aient des protocoles d'action.

 

Inés Arrimadas (présidente)

- Une question aussi délicate que l'éducation mérite un pacte national, et non une monnaie d'échange avec les séparatistes.

- Le fléau des violences machistes continue: plus d'un millier de femmes ont été assassinées depuis 2003 en Espagne, 41 cette année où beaucoup ont été confinées avec leurs agresseurs. Pour elles, rendons effectif le Pacte d’État pour qu’il n’y en ait plus aucune.

 

María Muñoz (députée)

Alors qu'à Cs nous travaillons pour faire de la politique utile, Vox [extrême droite] ne daigne même pas participer au vote du Parlement pour améliorer les budgets‼ Assez de profiter de vacances payées par tous les Espagnols.

 

Sara Giménez

Plus de 40 femmes ont été assassinées cette année à la suite de violences sexistes. De son côté, Vox [extrême droite] sabote à nouveau un jour en mémoire pour tous, ce qui est regrettable. En revanche, se permettre de s’en moquer et faire des singeries est imprescriptible. Notre reconnaissance aux victimes.

 

Edmundo Bal (député)

Sánchez a déclaré qu’il améliorerait la vie des Espagnols, mais il améliore celle des membres du gouvernement; qu’il améliorerait la qualité de la démocratie, mais les dépenses de propagande augmentent; qu’il améliorerait la coexistence démocratique, mais il continue de donner des privilèges aux indépendantistes.

 

● Italie

Italia Viva

La Ligue est allergique au mot «dialogue». Continuez à mettre un bâton dans les roues non pas au gouvernement mais à l'Italie. Une opposition irresponsable qui ne prend pas en compte l'urgence sanitaire et économique des Italiens, selon les mots du chef de l'Etat.

 

Matteo Renzi (président)

Mettons les ressources dont nous disposons pour ne pas facturer d'impôt à ceux qui n’ont pas de garanties: ceux qui n'ont pas travaillé cette année ne pourront certainement pas respecter les délais fiscaux.

 

Gennaro Migliore (député)

Depuis des jours (et des nuits), nous travaillons pour défendre le décret sur l'immigration qui annule une fois pour toutes les décrets Salvini, contre l'entrave au droit.

 

Raffaella Paita

Aujourd'hui, nos pensées vont aux femmes qui souffrent de violence, pour leurs souffrances, leur fatigue mais aussi pour leur force et leur dignité. Des histoires de douleur, de souffrance, souvent de désespoir. Mais aussi des histoires de courage, de rédemption, d'avenir.

 

► Monde

● Canada
Justin Trudeau (Premier ministre)

- C’est officiel! Marci Len et Ya’ara Saks ont prêté serment. Pour la toute première fois, 100 femmes siègent à la Chambre des communes. Marci et Ya’ara, je suis impatient de travailler avec vous. Bienvenue à Ottawa!

- La violence familiale a des conséquences graves et durables sur la santé physique et mentale des survivantes et survivants. On doit leur fournir le soutien dont ils ont besoin et en faire davantage pour prévenir cette violence.

- La violence fondée sur le sexe est inacceptable. Ça doit cesser et c’est à nous tous de s’en assurer. Nous devons la dénoncer en tout temps et unir nos efforts pour y mettre fin, et ce, pas seulement aujourd’hui en cette journée contre les violences faites aux femmes, mais tous les jours.

- N’oublions jamais les douloureuses leçons de l’Holocauste et les personnes qui l’ont vécu. Notre premier envoyé spécial pour la préservation de la mémoire de l’Holocauste et la lutte contre l’antisémitisme, Irwin Cotler, veillera à soutenir l’éducation, la mémoire et la recherche. Dans le cadre de ses fonctions, Irwin collaborera avec des partenaires au pays et à travers le monde pour combattre la haine, l’intolérance et la montée récente de l’antisémitisme.

 

Patty Hajdu (ministre de la Santé)

La violence familiale est souvent cachée du public, ce qui complique les efforts visant son éradication ou sa prévention. La pandémie de covid19 présente des risques supplémentaires aux enfants et aux familles susceptibles de violence, en raison du stress additionnel qu’elle apporte et de la complexité de l’accès aux services. Ces projets offriront de la formation et du soutien aux fournisseurs de services pour qu’ils puissent continuer à protéger les personnes susceptibles d’être victimes de violence familiale et à soutenir les survivants de la violence familiale. »

 

Bernadette Jordan (ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière)

Aujourd'hui, nous avons annoncé plus de 52 M$ pour 49 projets visant des espèces aquatiques en péril partout au Canada. Veiller à ce que ces fonds aient le plus grand impact possible, nous nous attaquons aux régions prioritaires partout au pays.

 

● Etats-Unis
Joe Biden (Président-élu des Etats-Unis)

- Nous devons nous rappeler que nous sommes en guerre contre un virus, pas les uns avec les autres.

- [Covid19] Ne vous laissez pas abandonner à la fatigue. L'Amérique ne perdra pas la guerre contre ce virus. Nous retrouverons nos vies. La vie va revenir à la normale. Je vous le promets.

- [Covid19] Le défi qui nous attend actuellement est immense, nous devons prendre des mesures audacieuses pour lutter contre cette pandémie. C’est pourquoi Kamala Harris et moi travaillons à maîtriser ce virus.

- Ce Thanksgiving - et en prévision de tous les Thanksgivings à venir - rêvons à nouveau. Engageons-nous à penser non seulement à nous-mêmes mais aux autres.

- Pour ceux qui ont perdu des êtres chers, je sais que cette période de l'année est particulièrement difficile. Je penserai et prierai pour chacun d'entre vous pour Thanksgiving.

- Jusqu'à 1 femme sur 3 est victime de violence sexiste à un moment de sa vie, et ce taux est encore plus élevé pour les femmes de couleur, les femmes lesbiennes et bisexuelles, les personnes transgenres et les autres membres de communautés vulnérables ou mal protégées. La pandémie covid19 a aggravé les choses, créant une «pandémie de l'ombre» pour de nombreuses femmes et filles qui sont en grande partie confinées chez elles avec leur agresseur et confrontées à une insécurité économique qui rend la fuite plus difficile. Aujourd'hui, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, je réaffirme mon engagement à mettre fin à cette épidémie. Une administration Biden-Harris prendra des mesures audacieuses chez nous et rejoindra les efforts mondiaux pour lutter contre la violence sexiste sous toutes ses formes.

- Je crois que l'Amérique est la plus forte lorsque nous travaillons avec nos alliés. C'est ainsi que nous assurons la sécurité de ce pays, luttons contre le terrorisme et l'extrémisme, contrôlons cette pandémie, faisons face à la crise climatique et bien plus encore.

- Je dis depuis longtemps que l’Amérique n’exerce pas son leadership par l’exemple de sa puissance, mais par la puissance de son exemple.

- Commençons le travail pour guérir et unir l’Amérique et le monde.

 

Kamala Harris (Vice-présidente-élue des Etats-Unis)

- Ensemble, nous rassemblerons et renouvellerons les alliances américaines et rétablirons notre leadership dans le monde.

Alors que nous entrons dans cette semaine de vacances, veuillez prendre toutes les précautions possibles pour assurer votre sécurité, celle de votre famille et celle de votre communauté. Portez un masque, lavez-vous les mains et pratiquez la distanciation sociale. Les cas de coronavirus grimpent à travers le pays, nous devons donc rester vigilants.

- Alors que nous nous dirigeons vers les vacances, il est important que nous soyons socialement distants, mais pas émotionnellement distants. Prenez le temps d'envoyer un SMS à un être cher que vous n'avez pas vu depuis un moment, appelez vos amis isolés ou écrivez la lettre que vous avez reportée. Nous allons traverser cela ensemble.

- Les banques alimentaires de notre pays ont du mal à répondre à la demande en raison du covid19. Sachez que quand Joe Biden et moi serons à la Maison Blanche, nous lutterons contre l’insécurité alimentaire et réglerons cette crise. Personne ne devrait avoir faim en Amérique.

 

● Parti démocrate
Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)

- Le pardon du président Trump à Michael Flynn, qui a plaidé à deux reprises coupable d'avoir menti au FBI au sujet de ses relations avec un adversaire étranger, est un acte de corruption grave et un abus de pouvoir effronté. Dans le nouveau Congrès, nous, démocrates de la Chambre et du Sénat, travaillerons pour cdopter la loi Protéger notre démocratie, qui empêchera tout président d'abuser du pouvoir de grâce.

- L'équipe de haut niveau chargée de la sécurité nationale et de la politique étrangère réunie par le président élu Joe Biden et la vice-présidente élue Kamala Harris jouit d'une confiance dans le pays et est respectée dans le monde entier. Ils élaboreront une stratégie solide axée sur les défis du 21e siècle.

- Aucun Américain avec le courage et les qualifications ne devrait être interdit de servir notre pays. L’interdiction par le président de nos courageux militaires trans est non seulement une grave injustice, mais nuit à notre état de préparation militaire et à notre sécurité.

 

Barack Obama (ancien président des Etats-Unis)

Faisons tous notre part pour Thanksgiving pour assurer la sécurité et la santé des gens. Célébrez virtuellement, si vous le pouvez. Porter un masque. Et comme toujours, écoutez les experts. Les choix que vous faites pourraient sauver des vies.

 

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)

Lors de son investiture en tant que premier maire noir de New York, David Dinkins a déclaré: «Nous n’avons pas terminé le voyage vers la liberté et la justice, mais nous avons sûrement parcouru un long chemin.» C'était un pionnier, un gentleman et mon ami. Bill et moi adressons nos condoléances à tous ceux qui l'ont aimé.

 

Cory Booker (sénateur du New Jersey)

- Michael Flynn a plaidé coupable d'avoir menti deux fois au FBI et devrait en être tenu responsable. La décision du Président de lui pardonner aujourd’hui est corrompue. Personne ne devrait être au-dessus de la loi, quels que soient ses relations.

- Augmentation des prestations de chômage. Aide aux petites entreprises. Un autre stimulus économique. Soulagement pour les gouvernements des États et locaux. La prime de risque pour les travailleurs essentiels. Nous avons besoin de tout cela, maintenant. Arrêtons de faire de la politique et adoptons enfin un projet de loi complet sur le soulagement e notre économie face à la covid19.

 

Amy Klobuchar (sénatrice du Minnesota)

- Plus de 2000 personnes sont mortes du covid19 hier. Quelqu'un a perdu un être cher toutes les 40 secondes de la journée. Prenez soin de vous et de votre famille, portez un masque et aidez à ralentir la propagation.

- Comme l'a dit Joe Biden, cette équipe de politique étrangère et de sécurité nationale montre au monde que l'Amérique est de retour et prête à diriger. Une équipe qui répond vraiment à l'instant: lutter contre le changement climatique, restaurer la confiance avec nos alliés et assurer la sécurité de notre pays.

 

Adam Schiff (représentant de Californie)

- Donald Trump a abusé à plusieurs reprises du pouvoir de pardon pour récompenser ses amis et protéger ceux qui l'ont couvert. Cette fois, il pardonne à Michael Flynn, qui a menti pour cacher ses relations avec les Russes. Il n’est pas surprenant que Trump sorte comme il est entré, corrompu jusqu'au bout.

- En cette fête de Thanksgiving, des dizaines de milliers d'Américains attendent des heures dans les banques alimentaires locales. Dans un pays aussi prospère que le nôtre, la montée de la faim est un terrible échec politique. Mais le fait que McConnell [leader des républicains au Sénat] n’agira pas pour aider ces familles devient une faute morale.

 

● Autres
Michael Bloomberg (ancien maire de New York)

- J'ai consacré ma vie à mettre fin à l'épidémie de violence armée en Amérique. Nous devons travailler ensemble dans tous les secteurs pour trouver des solutions.

- Les villes, les États et les entreprises ont été les leaders dans les efforts climatiques américains. Maintenant président élu Joe Biden peut mobiliser tout le gouvernement fédéral et de gagner ce combat.

 

 

● Royaume Uni

Liberal democrats

Les enseignants, les soignants, les policiers et tant d'autres travailleurs du secteur public ont été en première ligne pendant la crise des coronavirus. Ils méritent mieux qu'un gel de leurs salaires.

 

Ed Davey (leader)

Les libéraux démocrates ont appelé à un plan pour protéger et créer des emplois, construire une économie équitable et verte pour l'avenir et veiller à ce que personne ne soit laissé pour compte dans cette pandémie, ce que le gouvernement n'a pas réussi à faire.

 

Tim Farron (député)

- La décision du gouvernement de tourner à nouveau le dos aux exclus est un énorme coup de poing dans la figure pour que trois millions de personnes aient des moyens de subsistance, pour l'économie britannique et pour la justice de base. Des centaines de députés de tous les partis sont unis dans notre soutien aux exclus, nous n'abandonnerons pas.

- Le gouvernement a annoncé aujourd'hui des réductions de salaire à conditions réelles, aux enseignants, aux soignants, aux policiers et à tant d'autres travailleurs du secteur public. Ils ont été en première ligne tout au long de cette pandémie, et donc les traiter de cette manière est scandaleusement impoli, ingrat et inacceptable.

 

Wera Hobhouse (députée)

Il est honteux qu’en 2020, la violence contre les femmes et les filles soit encore beaucoup trop répandue. Les Lib Dems continueront à travailler pour y mettre fin et soutenir les survivants, au Royaume-Uni et dans le monde.

 

 

mercredi 25 novembre 2020

Actualités du Centre. Sondage: Les Français sont pour la proportionnelle, le vote à distance, la comptabilisation du vote blanc


Selon un sondage IFOP pour le groupe Union centriste du Sénat qui regroupe les élus de l’UDI, du MoDem et de l’Alliance centriste, les Français sont majoritairement favorables à la reconnaissance du vote blanc comme expression à part entière et donc qu’il soit comptabilisé dans les votes où s’expriment une préférence et non à part, voire avec les abstentions, à l’introduction de la proportionnelle aux élections législatives, à la possibilité de voter à distance (par courrier ou internet), à l’élargissement du vote par procuration et même à l’étalement sur deux jours d’un scrutin.

La mesure plébiscitée est celle de la reconnaissance du vote blanc qui est également largement demandée par les électeurs des formations centristes.

Quant à la proportionnelle près de trois Français sur quatre la réclame (les centristes étant encore plus nombreux à la vouloir sauf les sympathisants de l’UDI).

Pour ce qui est du vote à distance, les Français sont pour mais dans des proportions moindres.

Les centristes eux sont plus positifs à sa mise en place, que ce soit le vote par correspondance et par internet sauf les sympathisants UDI qui sont majoritairement contre.

Enfin, les Français sont plus partagés sur le fait d’étaler un scrutin sur deux jours avec une courte majorité en faveur de cette mesure.

Si les sympathisants LaREM sont très partagés (50% pour, 50% contre), les autres centristes sont contre très majoritairement.

► Voici les résultats du sondage:

- 81% (75% LaREM, 89% MoDem, 81% UDI, 84% des électeurs de Macron en 2017) veulent que le vote blanc soit considéré comme un suffrage exprimé et qu’il soit pris en compte lors du calcul du résultat de toute élection.

- 73%(78% LaREM, 82% MoDem, 57% UDI, 72% des électeurs de Macron en 2017) veulent qu’une part de proportionnelle soit introduite aux élections législatives et départementales (comme c’est déjà le cas pour les élections régionales et pour les municipales dans les communes de plus de 1000 habitants).

- 72% (80% LaREM, 75% MoDem, 64% UDI, 75% des électeurs de Macron en 2017) veulent que les modalités du vote par procuration (par exemple avoir 2 procurations, pouvoir faire une procuration pour une personne habitant une autre commune...) soient assouplies.

- 58% (69% LaREM, 70% MoDem, 35% UDI, 65% des électeurs de Macron en 2017) veulent que vote par Internet via un ordinateur ou un smartphone soit légalisé en France.

- 57% (67% LaREM, 77% MoDem, 42% UDI, 59% des électeurs de Macron en 2017) veulent que le vote par courrier soit légalisé en France.

- 55% (50% LaREM, 36% MoDem, 33% UDI, 47% des électeurs de Macron en 2017) veulent que la période de vote soit étalée sur deux jours, par exemple un vote qui s’étalerait du dimanche matin au lundi à 20 heures.

(Sondage IFOP réalisé par internet les 5 et 6 novembre 2020 auprès d’un échantillon de 1011 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus / Méthode des quotas / Marge d’erreur de 3 points)

 

 

Propos centristes. France – Covid19: adresse de Macron; loi Sécurité globale; aide à l’emploi; violences faites aux femmes; aides aux plus précaires; décentralisation; vote par correspondance; 6% de croissance en 2021; pas d’augmentations d’impôts; violences policières; banditisme environnemental…


Voici une sélection, ce 25 novembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

► Emmanuel Macron (Président de la République)

- [Adresse aux Français sur la covid19 du 24 novembre]
Quand, le 28 octobre, je me suis adressé à vous, je m’étais engagé à vous rendre compte de l’évolution de l’épidémie et des décisions qui pouvaient être prises en conséquence.
Un mois plus tard, où en sommes-nous?
Le nombre de cas positifs journaliers à la covid19 a fortement reculé. Il a été supérieur à 60 000, il s’est établi la semaine dernière à 20 000 cas par jour en moyenne. Après avoir atteint 33 500 patients hospitalisés le 16 novembre, soit plus que lors de la première vague, nous avons aussi commencé une lente décrue. Le nombre de personnes en réanimation du fait de la covid19 est passé de 4 900 le 16 novembre à 4 300 aujourd’hui. De ces données, il ressort que le pic de la seconde vague de l’épidémie est passé.  
Lors de ma dernière intervention, nous redoutions des chiffres bien pires encore. Et nous les avons évités.  D’une part car nos efforts, vos efforts, ont payé. L’esprit civique dont vous avez fait preuve a été efficace. Et d’autre part, parce que nous avons appris à mieux prendre en charge et traiter les patients atteints pour éviter certaines formes graves qui auraient frappé nos concitoyens et pesé encore plus sur nos services de réanimation.
Je veux ici saluer le dévouement des soignants qui, en ville comme à l’hôpital, ont tenu, coopéré, innové, malgré la fatigue et la lassitude. Je salue tous les professionnels, les associatifs, les bénévoles qui ont aussi ici aidé. 
C’est tous ensemble que nous avons obtenu ces résultats. C’est tous ensemble que nous avons sauvé des vies.
Si nous avons réussi à ralentir la circulation du virus, nous ne devons pas perdre de vue nos autres préoccupations sanitaires. Il nous faut d’abord continuer de traiter, parfois de reprendre les soins pour les autres patients. Il nous faut aussi nous préparer à faire face aux conséquences de long terme liées au virus. Des scientifiques et des experts, travaillent d’ores et déjà, avec l’Assurance maladie à un suivi de long terme des malades de la covid19. Je demande aussi au Gouvernement de préparer une stratégie pour prendre en compte les conséquences psychologiques de la pandémie et des différents confinements. Je sais en particulier combien les personnes âgées, à domicile comme dans les maisons de retraite, combien les personnes en situation de handicap, ont souffert et souffrent encore de leur isolement et combien nous devons les accompagner dans la durée. Il nous faut enfin redoubler de vigilance pour prévenir et répondre aux violences faites aux femmes et aux enfants durant cette période de confinement.
Certes, donc, nous avons freiné la circulation du virus. Mais il demeure très présent, en France comme dans tout l’hémisphère Nord, en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, en Russie, où il circule encore très fortement. 
Aujourd’hui, nous avons atteint 50 000 décès dus à l’épidémie. Et si la situation s’améliore globalement dans l’hexagone et nos Outre-mer, dans certaines régions, elle demeure très préoccupante. Et nous avons encore devant nous plusieurs semaines pour atteindre les objectifs que j’avais fixés qui permettent de contrôler l’épidémie et donc de stabiliser le nombre de contaminations autour de 5000 personnes par jour et d’avoir entre 2500 à 3000 personnes en lits de réanimation. 
Aussi, je m’adresse à vous ce soir pour vous dire qu’il nous faut poursuivre nos efforts. Quels sont nos objectifs ? 
Sauver des vies au maximum, maîtriser l’épidémie, tout en prenant en compte à chaque fois, au mieux, les autres malades, l’isolement de certains, notre économie, et ce qui fait la vie : l’éducation, la culture, le sport, notre art de vivre. Adapter la réponse aux territoires, en particulier pour nos Outre-mer où des plans spécifiques par territoire seront prévus.Pour ce faire, il nous faut continuer pendant plusieurs semaines à éviter nombre d’activités dans des lieux clos qui accélèrent la diffusion du virus, et limiter au maximum les rassemblements. A partir de là, je veux pouvoir ce soir pouvoir nous fixer un cap, un calendrier et esquisser des perspectives.
Une nouvelle étape s’ouvrira à partir du samedi 28 novembre matin. Il y a d’abord ce qui ne va pas changer. Le confinement adapté et donc le système de l’attestation resteront en vigueur car c’est ce qui nous a permis d’obtenir ces bons résultats. Il faudra donc continuer à rester chez soi, à télétravailler quand cela est possible, à renoncer aux réunions privées, aux rassemblements familiaux, à tous les déplacements non nécessaires. 
Mais dès samedi prochain matin, plusieurs changements seront réalités. D’abord les déplacements pour motif de promenade ou activité physique en extérieur seront désormais permis dans un rayon de 20 kilomètres et pour trois heures; les activités extra-scolaires en plein air seront à nouveau autorisées; pour les cultes, les offices seront à nouveau permis dans la stricte limite de 30 personnes; enfin – et je sais combien l’attente est grande et combien cela participe à notre quotidien, à la vie de nos centres-villes, de nos centre-bourgs, enfin donc, tous les commerces pourront rouvrir et les services à domicile reprendre, mais dans le cadre d’un protocole sanitaire strict, qui a été négocié avec l’ensemble des professionnels que je veux ici remercier. 
Les commerces et les services pourront donc réouvrir, selon ces règles, jusqu’à 21 heures au plus tard. Les librairies, les disquaires, les bibliothèques et archives pourront aussi réouvrir dans ces conditions. 
La deuxième étape, ce sera le 15 décembre. Le 15 décembre, si nous sommes bien arrivés autour des 5000 contaminations par jour et environ 2500 à 3000 personnes en réanimation, nous pourrons alors franchir un nouveau cap. Alors le confinement pourra être levé. Nous pourrons donc à nouveau nous déplacer, sans autorisation, y compris entre régions, et passer Noël en famille. Il faudra au maximum limiter les déplacements inutiles. Souffler et se retrouver, oui. Mais j’en appelle à votre sens des responsabilités : il ne s’agira pas, à coup sûr, de vacances de Noël comme les autres.
Les activités extrascolaires en salle, pour l’accueil des enfants durant les fêtes, seront à nouveau autorisées avec des règles strictes. Les salles de cinéma, les théâtres, les musées pourront reprendre leur activité, toujours dans le cadre des protocoles sanitaires qui ont été négociés et un système d’horodatage permettra d’organiser les représentations en fin de journée. Je veux ici dire combien je remercie et combien nous soutenons tous les acteurs de la culture, à qui, je le sais, nous avons tant demandé, mais qui ont tenu, qui ont créé, innové, su trouver de nouveaux publics dans ce contexte si difficile. Nous avons besoin d’eux. Nos concitoyens ont besoin en effet de pouvoir avoir une vie, si je puis dire, et des activités au maximum, mais la culture est essentielle à notre vie de citoyennes et de citoyens libres.
Des contraintes fortes demeureront toutefois durant cette période : les grands rassemblements seront interdits ainsi que tous les événements festifs dans les salles à louer ; tous les lieux, qui comme les parcs d’attraction, les parcs d’expositions, sont susceptibles de rassembler un grand nombre de personnes venant de régions différentes resteront fermés. De même, les bars, les restaurants, les discothèques, ne pourront réouvrir leurs portes malheureusement, durant cette période. 
Concernant les stations de sports d’hiver, une concertation a été engagée par le Gouvernement avec les élus locaux et les professionnels : les décisions seront finalisées très prochainement. Mais il me semble toutefois impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes et bien préférable de privilégier une réouverture courant janvier dans de bonnes conditions. Nous nous coordonnerons sur ce point avec nos voisins européens.
La logique de toutes ces décisions est la même : au maximum, limiter toutes les activités qui multiplient les rassemblements, conduisent les gens à se rassembler sans protection dans des lieux clos et permettre progressivement de réouvrir les activités où l’on peut se protéger et où les distances, les gestes barrières sont possibles. 
Partout sur le territoire, durant cette période donc, à partir du 15 décembre, un couvre-feu de 21 heures à 7 heures du matin sera mis en place. Nous pourrons circuler librement les soirs des 24 et 31 décembre, pour partager ces moments en famille, mais les rassemblements sur voie publique ne seront pas tolérés.  Durant toute cette période, vous aurez un rôle central pour notre réussite collective : les réunions privées doivent au maximum limiter le nombre d’adultes ensemble dans une même pièce à un même moment et nous devons tous veiller à respecter les règles sanitaires entre nous pour protéger chacun.
L’étape suivante sera pour le 20 janvier. En effet, à cette date, nous aurons le recul suffisant au retour des fêtes de fin d’année. Vous le savez, il nous faut toujours une quinzaine de jours pour voir exactement les conséquences de la modification de nos comportements. Et donc ; c’est autour du 20 janvier que nous pourrons alors prendre, si cela est possible, de nouvelles décisions d’ouverture.  Si le nombre de contaminations demeure en-dessous de 5000 cas par jour, les salles de sport et les restaurants pourront réouvrir et le couvre-feu pourra être décalé. Les lycées, qui bien souvent aujourd’hui fonctionnent par demi-classe, pourront à ce moment-là être pleinement réouverts avec la totalité des élèves présents durant les cours. Quinze jours plus tard, ce sont les universités qui pourront reprendre les cours avec, là aussi, une présence physique de tous les élèves.
Nous ferons ainsi le point tous les 15 jours sur la situation sanitaire et déciderons alors, si nous pouvons prendre des mesures supplémentaires d’ouverture ou si, au contraire, il nous faut revenir en arrière pour prévenir tout nouvel emballement de la propagation du virus. Car nous devons tout faire pour éviter une troisième vague, tout faire pour éviter un troisième confinement. Pour cela et durant les mois qui viennent nous avons trois outils entre nos mains.
Le premier c’est l’esprit de responsabilité de tous.  Nous ne sommes pas, vous n’êtes pas passifs durant cette crise. Nous avons tous un rôle à jouer. Durant les congés de fin d’année, nous allons tous retrouver nos proches. Nous nous en réjouissons évidemment et tous, dans ces moments-là, nous sommes tentés de baisser la garde, de relâcher la pression. Mais, si nous ne voulons pas subir demain un troisième confinement, nous devons redoubler de vigilance. 
Protégeons nos proches, en particulier les plus vulnérables. Portons le masque, y compris à la maison lorsque nous sommes avec des amis ou avec des parents qui n’habitent pas au quotidien avec nous. Veillons à ne pas être trop nombreux à table. Appliquons scrupuleusement tous les gestes barrière - se laver les mains, respecter les distances, aérer toutes les heures les pièces. C’est du bon sens et de l’exigence mais chacun de nous a entre ses mains une part de la solution.
Notre second outil, c’est la stratégie « tester, alerter, protéger, soigner » que nous sommes en train de réorganiser pour la rendre beaucoup plus efficace. C’est à mes yeux l’outil le plus important dans les semaines et les mois qui viennent pour contrôler le virus. 
Tester. Nous sommes comme vous le savez l’un des pays européens qui teste le plus. Début janvier, aucun test ne devra mettre plus de 24 heures entre la demande de test et son résultat. Ce sera vrai des tests PCR, que nous continuerons de déployer. Quant aux tests antigéniques, qui permettent d’obtenir un résultat en moins de 30 minutes, ils seront utilisés massivement en particulier pour les personnes qui ont des symptômes ou lorsqu’il faut dépister rapidement, par exemple dans une école ou dans une maison de retraite. En la matière, les innovations continuent de se poursuivre et permettront je l’espère de faire encore mieux et plus simplement.
Alerter. Nous devons dans les prochaines semaines améliorer notre organisation afin de casser beaucoup plus rapidement les chaînes de contamination à la racine en identifiant plus complètement l’ensemble de ce qu’on appelle les « cas contact ». C’est-à-dire toutes celles et ceux qui ont été exposés à quelqu’un qui a la covid19. 
L’application TousAntiCovid, que vous êtes près de 10 millions à avoir téléchargé – et il faut continuer, est essentielle pour les identifier : utilisons-là au maximum dans les commerces et, lorsqu’ils ouvriront, dans les restaurants et les lieux de culture. Partout où nous nous rassemblons. Elle est une aide précieuse pour appuyer l’Assurance Maladie : d’ores et déjà plus de 10 000 personnes appellent chaque jour les cas contact. Et nous allons continuer de former, d’engager de nouveaux volontaires pour encore nous améliorer. 
Protéger. Je souhaite que le Gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante. Un vrai débat démocratique doit se tenir. Mais si nous voulons éviter un confinement, nous devons être plus contraignants à l’égard de celles et ceux qui ont le virus. Ces personnes seront accompagnées sur le plan matériel, sanitaire et psychologique. Cette nouvelle stratégie associera, outre les services de l’Etat, les maires leurs services, comme les associations concernées.
Soigner, traiter. Beaucoup de progrès ont été faits et nous pouvons nous féliciter de la mobilisation de nos soignants. Nous devons continuer d’améliorer la prise en charge et le traitement dès le diagnostic en médecine de ville et à l’hôpital pour réduire encore davantage les formes graves.
Le troisième outil, enfin, qui nous permettra de faire face au virus durant les prochaines semaines et les prochains mois et pour nous tous une formidable lueur d’espoir c’est le vaccin. Notre stratégie repose sur plusieurs vaccins. Certains seront disponibles dès la fin décembre – début janvier et une seconde génération arrivera au printemps.
Notre plan en la matière est clair. D’abord, sécuriser le nombre de doses. Nous l’avons fait avec l’Union Européenne et la Commission, en achetant auprès des producteurs, en nous mettant en capacité d’en produire au maximum en Europe et le nombre de doses étant réparti en fonction de la population de chaque Etat membre. Les premiers vaccins, sous réserve des résultats des essais cliniques, pourront être administrés dès la validation des autorités sanitaires compétentes.
Ensuite, garantir la sécurité sanitaire. Un comité scientifique sera chargé du suivi de la vaccination. Un collectif de citoyens sera aussi mis en place pour associer plus largement la population. Je tiens à ce que celle-ci se fasse dans un cadre totalement transparent. La vaccination doit se faire de manière claire, transparente, en partageant à chaque étape toutes les informations : ce que nous savons, comme ce que nous ne savons pas.  Je veux aussi être clair : je ne rendrai pas la vaccination obligatoire.
Enfin, nous allons organiser une campagne de vaccination rapide et massive au plus près des personnes. La Haute Autorité de Santé présentera dès les jours à venir ses recommandations. Les autorités sanitaires, avec l’Etat, les collectivités locales, définiront les modalités pratiques du déploiement des vaccins, avec les hôpitaux, les maisons de retraite et l’ensemble des médecins de ville. Nous commencerons vraisemblablement, dès fin-décembre-début janvier, sous réserve des validations par les autorités sanitaires, par vacciner les personnes les plus fragiles et donc les plus âgées. Des étapes successives seront présentées afin, progressivement, de permettre la vaccination du plus grand nombre.
Vous le voyez, le retour à la normale ne sera donc pas pour demain. Mais nous pouvons, j’en ai la conviction, maîtriser l’épidémie dans la durée. Nous avons les moyens, collectivement, de réussir à maîtriser puis vaincre ce virus. Chacun a un rôle à jouer, chacun a une responsabilité à tenir.
Nous avons dans le même temps à faire face à une crise économique et sociale inédite. Elle est la conséquence du premier confinement et de ce que nous sommes en train de vivre. Je vous l’annonçais dès le mois de juillet dernier : la crise va vraisemblablement encore s’aggraver, mais nous avons une réponse à apporter. Nous l’avons fait dès le début.
En effet, depuis le premier jour, nous agissons. Pour les salariés, avec le chômage partiel. Pour les plus précaires, avec des aides ponctuelles et la prolongation des droits, en particulier pour les chômeurs. Pour les entreprises et les indépendants, avec notamment les prêts garantis par l’Etat, les annulations et reports de charge, le fonds de solidarité.
« Quoiqu’il en coûte » n’a pas seulement été une formule mais bien des actes et une réalité.
Nous avons renforcé cette réponse lors de la deuxième vague, et je veux ici remercier le Premier ministre et l’ensemble du gouvernement qui en concertant, en travaillant, ont permis de compléter les choses.
De nouvelles aides sociales ont été décidées : 150 euros seront versés en fin de semaine aux bénéficiaires du RSA et de l’allocation de solidarité spécifique, aux étudiants boursiers et aux jeunes de moins de 25 ans non-étudiants touchant les allocations logement. 100 euros par enfant seront versés pour les familles bénéficiant des APL. Au total, 4 millions de familles et 1 300 000 jeunes seront aidés.
Les aides aux entreprises ont été significativement renforcées en décalant les échéances des prêts garantis par l’Etat, en exonérant à nouveau des charges, en augmentant à 10 000 euros le fonds de solidarité notamment pour ceux à qui, indépendants, commerçants, entreprises, nous avons demandé – j’en ai conscience – beaucoup d’efforts, beaucoup de sacrifices, alors même qu’ils craignaient de perdre le fruit d’une vie de travail.  Ils sont tous essentiels, tous, à la vie de notre Nation.
Dès les prochains jours, nous allons encore compléter ces aides. En plus des dispositifs déjà existants, les restaurants, les bars, les salles de sport, les discothèques, tous les établissements qui resteront fermés administrativement, se verront verser quelle que soit leur taille, 20% de leur chiffre d’affaires de l’année 2019 si cette option est préférable pour eux aux 10 000 euros du fonds de solidarité.
Je sais les sacrifices que nous avons demandés à beaucoup de ces entrepreneurs. Je sais combien nos restaurateurs, les entrepreneurs que nous avons fermés administrativement, veulent surtout travailler. Ils ne veulent pas être aidés ils veulent pouvoir continuer à se lever tôt le matin et à faire ce qui est leur travail et en même temps leur passion. J’ai conscience du sacrifie que nous leur demandons. C’est pourquoi nous allons apporter encore cette aide exceptionnelle jusqu’au 20 janvier prochain, je l’espère, date à laquelle nous pourrons rouvrir. 
Les saisonniers, les extras qui n’ont plus d’engagements depuis des mois, les précaires qui travaillaient les années précédentes mais ne retrouvent plus d’emploi, les jeunes qui n’arrivent à trouver ni emploi étudiant, ni premier emploi trouveront une réponse exceptionnelle à leur situation. Le Gouvernement présentera cette réponse dans les prochains jours. Le plan « un jeune, une solution » fera l’objet de moyens accrus et j’invite tous les jeunes à se renseigner sur la plateforme prévue à cet effet.Toutes ces décisions sont le fruit de larges consultations menées par le Premier ministre et son Gouvernement avec les partenaires sociaux, les élus locaux et les forces politiques. Elles sont éclairées par la science. Il y a certes beaucoup de choses que nous ne maîtrisons pas mais j’assume pleinement les décisions que je vous expose aujourd’hui et j’assume de les prendre pour vous protéger au maximum dans ce contexte exceptionnel.
J’ai conscience de vous avoir donné beaucoup de détails ce soir mais je pense que c’était nécessaire pour vous permettre de vous figurer dans les prochaines semaines comment nous allons nous organiser si, chacun, nous tenons notre rôle. Il y a toujours beaucoup d’incertitudes et il nous faut garder en la matière beaucoup d’humilité, ce virus nous l’a appris. Mais je ferai tout ce que je peux pour me battre à vos côtés, pour vous protéger et réussir à maîtriser cette épidémie. Cette épreuve qui dure depuis bientôt un an est difficile pour chacun de nous. Et nous ne sommes pas au bout. Et je ne veux pas que nous nous laissions aller ni à la résignation, ni à la colère.
Je suis optimiste car toute crise comporte une part de progrès, une part d’espérance.
Regardez comme ces neuf derniers mois nous ont permis aussi de réussir ce que longtemps nous avions pensé impossible. Nous avons su rendre notre Etat plus efficace pour faire face à l’urgence, sanitaire comme économique. Nous avons collectivement transformé l’hôpital, notre système de soin, nous nous sommes appuyés sur le numérique pour rapprocher les commerçants des citoyens dans les territoires, pour continuer à travailler, à apprendre, à soigner. Nous avons fait preuve d’une capacité d’innovation, d’un sens de l’inventivité, qui seront décisifs pour construire le futur et affronter les crises qui viennent. Nous avons été solidaires comme jamais. Nous avons aussi identifié certaines de nos faiblesses : une organisation imparfaite, trop de bureaucratie, parfois un sens des responsabilité inégale, un manque de souveraineté parfois aussi pour certaines de nos productions.
Dans les prochains mois, il nous faudra consolider ces forces que parfois nous ne soupçonnions pas et corriger ces vulnérabilités que parfois nous ne voulions pas voir.  Pour ce faire, nous devrons nous en remettre au savoir et à la science. Ne jamais céder au complotisme, à l’obscurantisme, au relativisme.
Nous devrons continuer à innover, à créer, à entreprendre. C’est la force de l’esprit français. 
Nous aurons à redresser notre économie tout à la fois en investissant, en travaillant et en étant solidaires. A ce titre le plan de relance de 100 milliards d’euros permet de préparer l’avenir de notre économie en créant des emplois dans les secteurs nouveaux, en les développant. 
Mais pour les semaines à venir nous devons chacune, chacun, à la Nation, l’esprit de responsabilité. Nous nous devons les uns aux autres aussi beaucoup de bienveillance.
Les esprits sont parfois fatigués, les débats s’échauffent. Et dans cette période, nous ne devons pas nous laisser nous emporter. Tenons-nous ensemble autour de nos valeurs, autour de notre Histoire, dans cet attachement à notre démocratie, à notre humanisme qui demeurent, aujourd’hui comme hier, nos plus sûrs atouts. Alors, nous pourrons inventer un nouvel avenir français.Une nouvelle fois nous serons, j’en ai la certitude, au rendez-vous des défis des semaines et des mois qui viennent. Notre génération a ensemble à vaincre cette épidémie, à affronter le terrorisme, à affronter la crise climatique et celle des inégalités. Aujourd’hui, nous tenons ensemble. Demain, nous vaincrons ensemble.

- [Journée contre les violences faites aux femmes] Les violences domestiques augmentent pendant les périodes de confinement, c’est une réalité et e ne doit être jamais une fatalité. La première chose à faire c’est alerter, dénoncer. (…) L’essentiel est que vous [les victimes] ne vous taisiez pas, que vous ne restiez pas seules. A toutes seules qui ont encore peur de quitter leur foyer, je veux qu’elles sachent qu’elles ne se retrouveront pas seules quand elles claqueront la porte de leur domicile. (…) A toutes celles qui hésitent encore à porter plainte, nous avons simplifié cette démarche. (Endiguer les violences faites aux femmes, c’est la grande cause de mon quiquennat. Les femmes qui sont victimes de violences conjugales ne doivent plus se taire, ne doivent plus être seules. Nous ne lâcherons rien, je vous le promets.

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

- À l'issue du processus législatif qui permettra, j'en suis sûr, d'améliorer, de clarifier et d'enrichir la proposition de loi relative à la sécurité globale, je saisirai le Conseil constitutionnel sur son article 24.

- Il n'a jamais été, il n'est pas, et il ne sera jamais dans les intentions du Gouvernement de porter atteinte, de quelque manière que ce soit, à la liberté de la presse, à la liberté d'expression et aux fondements de la loi de 1881.

- Bien sûr, nous travaillons au déploiement de vaccins, la communauté scientifique œuvre au développement de traitements. Mais notre meilleur antidote face à la crise c'est aussi la solidarité : elle est au cœur de l'esprit «Restos du Cœur» et de chacun de ses bénévoles.

 

Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères)

La situation au Venezuela est très grave, la vie démocratique est asphyxiée.

 

Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

Les pratiques sportives extrascolaires en plein air vont bientôt pouvoir reprendre. Une excellente chose pour tous nos élèves.

 

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)

- La prévision de croissance est de 6% pour 2021. Elle intègre le choc du deuxième confinement sur l'économie française. Notre économie française a tout pour résister

- Tant que je serais ministre des Finances, nous n'augmenteront pas les impôts des Français. Ça tuerait la croissance dans l'œuf. Nous nous donnons 20 années pour rembourser cette dette.

- Si un mot peut résumer l’intervention du président de la République, c’est l’esprit de responsabilité. Les Français se comportent de manière responsable. Cet esprit de responsabilité doit continuer de guider notre manière de vivre pour éviter une rechute sanitaire.

- [Suppression de postes chez Danone] Les salariés n'ont pas à être la variable d'ajustement des difficultés économiques actuelles. Les licenciements ne sont pas la solution.

- [Fermeture des bars et des restaurants] Il vaut mieux quelques semaines de plus totalement indemnisées que se précipiter dans une réouverture qui pourrait poser des problèmes sanitaires. (…) Nous changeons de dispositif [d’indemnisation]. Nous couvrons toutes les entreprises sans exception qui sont fermées. Restaurants, bars, salles de sports. Cela coûtera 1,6 milliards d’euros aux finances publiques par mois.

Ceux qui sont pénalisés par des mesures sanitaires nécessaires pour stopper la circulation du virus seront indemnisés.

- [Indemnisations pour les hôteliers] Nous travaillons à un dispositif avec une prise en charge du chiffre d’affaire dès le 1er décembre.

- Je suis favorable à l’ouverture de tous les commerces tous les dimanches jusqu’à Noël.

- [Réouverture des petits commerces] La règle, ce sera une personne pour 8 m2 dans tous les commerces. Le commerçant et ses salariés ne comptent pas dans la jauge. Il y a des contraintes plus fortes pour les grandes surfaces.

- Le fonds de solidarité reste ouvert aux entreprises fermées administrativement (restaurants, bars, salles de sport, etc.). Elles pourront choisir entre une aide allant jusqu'à 10 000€ ou une indemnisation de 20% du CA mensuel réalisé à la même période de l’année précédente.

- Depuis vendredi, plus de 143 000 entreprises ont déjà perçu l’aide du fonds de solidarité pour le mois d'octobre (notamment celles concernées par le couvre-feu).

 

Florence Parly (ministre des Armées)

- Préparation de l'avenir, la prochaine génération de "guerre des mines" : concentrés d'innovation et de technologie, nos nouveaux équipements comprendront navires, robots, sonars et drones sous-marins. Pour des missions indispensables à la protection de nos ports et littoraux.

- L’effort budgétaire important que le Royaume-Uni vient de décider pour ses forces armées [est] une excellente nouvelle pour la sécurité du Royaume-Uni mais aussi plus largement de l'Europe.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

- Le Président de la République a donné hier soir une perspective pour que nous puissions sortir progressivement du confinement. J’en appelle à la responsabilité de chacun pour continuer à respecter les règles et ne pas contaminer les plus fragiles d’entre nous.

- Si je condamne fermement tous les policiers qui ne respectent pas la déontologie, comme manifestement certains hier soir place de la République, je voudrais redire tout mon soutien à l’immense majorité des forces de l’ordre qui risquent leur vie pour protéger nos concitoyens.

- [Evacuation de migrants Place de la République à Paris] Des faits inacceptables commis par quelques policiers ne doivent pas jeter le discrédit sur le travail difficile et courageux que mène la très grande majorité de nos forces de l’ordre.

- Certaines images de la dispersion du campement illicite de migrants place de la République sont choquantes. (…) Le rapport du Préfet de police sur l’évacuation du campement m’a été remis. Celui-ci m’a proposé la saisine de l’IGPN sur plusieurs faits inacceptables. J’ai demandé à l’IGPN de remettre ses conclusions sous 48h et les rendrai publiques.

- La proposition de loi sur la sécurité globale a été très largement adoptée par l'Assemblée nationale. Renforcement des compétences des polices municipales, renforcement de la protection des forces de l’ordre, interdiction de la vente des mortiers.

 

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)

- Le Président l'a dit, nous apporterons une réponse exceptionnelle aux saisonniers, extras, précaires et aux jeunes qui ne trouvent pas d'emploi. Les moyens du plan 1jeune1solution seront renforcés. L'Etat est là et nous ferons face, ensemble.

- Lancer des procédures sociales de [grande] ampleur en pleine crise sanitaire pose question. Nous n'accepterons moins que jamais les optimisations déclenchant des licenciements secs.

- Nous avons indiqué aux partenaires sociaux qu’il n’y aurait pas de baisse des niveaux de prise en charge des contrats d'apprentissage à la rentrée 2021. La dynamique en 2019 était excellente, celle de 2020 sera encore meilleure!

 

Jacqueline Gourault (ministre des Territoires et des Relations avec les collectivités territoriales)

- Le Premier ministre connaît les rouages des collectivités territoriales jusque dans le moindre détail. Il mise sur le dialogue, aime parler avec les élus locaux et mouille personnellement la chemise. Mon travail, associé au sien, est qu'État et collectivités locales œuvrent de manière complémentaire et resserrée à la gestion de la crise.

La crise sanitaire que nous vivons est totalement nouvelle et imprévisible. Admettons aussi que dans ce contexte inédit, tout ne peut pas être organisé comme dans un jardin à la française! Nous nous adaptons chaque jour à la réalité, compte tenu des informations dont nous disposons, et associons quotidiennement les associations d'élus à la gestion de la crise. Dès cette semaine par exemple, nous lançons un protocole pour accompagner les collectivités territoriales dans l'utilisation des tests antigéniques. Ce protocole est symbolique de notre volonté de renforcer la coopération de l'État et des collectivités dans la lutte contre la covid19. Nous allons coordonner plus encore nos actions pour éviter toute nouvelle vague épidémique.

- Aux incertitudes inhérentes à la pandémie, nous répondons par un cap clair: sauver le plus de vies humaines en faisant en sorte que l'économie ne sombre pas.

- Plus les commerces sont ouverts, plus les gens et le virus circulent: c'est une loi statistique! Saper l'autorité de décisions publiques par des arrêtés illégaux sans vouloir en assumer les conséquences ne peut se plaider d'aucune manière. L'immense majorité des maires ont agi en responsabilité avec le gouvernement, qui a mis en œuvre des dispositifs d'accompagnement très importants pour permettre à ces commerces de traverser la crise, sans parler des dispositifs de chômage partiel et de suppressions de charges.(…) Ces arrêtés [d’ouverture des commerces pris par des maires] n'étaient pas responsables. Je note d'ailleurs qu'ils sont le fait d'une infime minorité de maires.

- Les critiques visant l'État sont souvent faciles et jamais totalement désintéressées. Quand elles proviennent d'anciens ministres ayant œuvré aux plus hautes fonctions, cela ne manque pas de sel. Une majorité d'élus sont satisfaits des relations qu'ils ont avec leur préfet. Ces représentants de l'État ont des marges de manœuvre, s'adaptent en fonction de la diversité des territoires : ils n'exercent pas leurs fonctions de la même manière en Seine-Saint-Denis et dans la Creuse. Nous avons d'ailleurs élargi les droits de dérogation à l'ensemble des préfectures de France. La poursuite de la transformation de l'État vers plus de déconcentration et le rapprochement du public et du privé dans le domaine de la santé nous permettra d'améliorer encore notre agilité sur le terrain.

- 83% des maires considèrent que la situation financière de leur commune est saine, selon la dernière enquête du CEVIPOF. La crise remet en cause certaines certitudes, mais on ne peut pas dire que l'État ne fait rien. Si on cumule toutes les mesures décidées dans les trois dernières lois de finances, on a plus de 7 milliards d'euros au profit des communes, départements et régions ainsi que pour leurs services de transport sur 2020, 2021 et 2022. Je comprends qu'on veuille en faire plus, mais il faut regarder la situation en face : par exemple, nous avons mis en place un filet de sécurité pour les communes prenant en compte leurs ressources fiscales en comparant leur situation actuelle aux trois dernières années. Le mécanisme est automatique : si une commune tombe en dessous, elle est compensée. Au final, les compensations sont en deçà de ce qui avait été évalué parce que les résultats sont moins catastrophiques que ce qui avait été prévu et on ne peut que s'en réjouir ! Au-delà, nous évaluons à 16 milliards d'euros les lignes du plan de relance orientées vers les collectivités territoriales, avec lesquelles nous lançons des contrats de relance. Dans une région comme les Hauts-de-France, le CPER sur cinq ans atteint 2,4 milliards, contre 1,1 milliard auparavant. Les fonds européens seront également très importants. Je précise cependant que depuis le début de la crise nous avons travaillé avec les élus pour construire les bonnes réponses.

- [Des maires jugent leur autonomie menacée et dénoncent une «recentralisation historique»] La suppression de la taxe d'habitation, qui est une mesure de justice sociale et territoriale, est le point d'ancrage de cette critique mais je m'inscris en faux contre leur analyse. Toutes les politiques publiques que nous avons mises en place démontrent le contraire. Opérations cœur de villes construites à partir du terrain, contrats de plan adaptés aux territoires, loi favorisant l'expérimentation territoriale votée à l'unanimité au Sénat, organisation de l'État sur les territoires… Le projet de loi 3D sur lequel nous travaillons répondra à de nombreuses attentes et les élus locaux y trouveront une large part des propositions qu'ils ont exprimées.. Sans doute, existe-t-il en France une culture politique qui doit évoluer mais j'insiste sur le fait que nous vivons déjà dans une République décentralisée ! Il y a des clarifications à apporter, des verrous à faire sauter, des compétences à confier aux élus locaux pour leur faciliter la vie mais la décentralisation ne peut pas être un mouvement perpétuel dans un pays autant attaché au pouvoir régalien qu'aux libertés locales.

- [Inquiétudes sur la fragilisation des quartiers sensibles] Je comprends ces inquiétudes légitimes. Cette situation appelle une attention particulière. Ces quartiers cumulaient déjà de nombreuses difficultés sociales et l'impact d'une crise de cette ampleur s'y ressent encore plus vivement. Avec le Premier ministre, nous venons de rencontrer ces élus pour les écouter et leur apporter des réponses.

- Le renforcement très important des prérogatives des policiers municipaux prévu par la proposition de loi sur la sécurité globale répond précisément à ce besoin de proximité et d'efficacité, sous l'autorité des maires. En outre, Paris pourra désormais se doter d'une police municipale. Le gouvernement a également renforcé le renseignement sur les territoires (RT) à l'échelle départementale. Quant aux violences visant les élus locaux, nous avions apporté des réponses l'an passé avec le projet de loi « Engagement et Proximité » et nous devons miser sur le couple maire préfet pour mettre en place des systèmes d'alerte efficaces.

- [Report des élections régionales et départementales] La crise sanitaire est la seule raison qui pourrait enclencher la clause de revoyure. Une majorité d'élus juge cette clause justifiée. Ceux qui s'y opposent sont les mêmes qui ne voulaient pas reporter le premier tour des élections municipales. Le souci du gouvernement, comme celui de nombreuses forces politiques, est de ne pas avoir deux tours d'élection aussi éloignés que ce que nous avons vécu cette année. En dehors de motifs sanitaires, il n'y a aucune raison de reporter ces élections au-delà de juin. Personne ne le souhaite.

- [Erosion de la participation dans les élections locales] L'évolution de notre société révèle un désengagement progressif. Personnellement, je m'interroge sur les causes de cette réalité et sur les moyens de retisser un lien de confiance en notant que plusieurs vecteurs ont disparu, tels les mouvements d'éducation populaire, ceux des jeunesses ouvrière et catholique, certains courants de pensée… Dans le monde politique, associatif et culturel, chacun porte sans doute une part de responsabilité. Lors de l'hommage à l'enseignant assassiné Samuel Paty, quand Emmanuel Macron s'est interrogé sur le rôle des intellectuels, ses mots m'ont semblé justes notamment face à ce ralentissement de l'esprit d'engagement.

- Le Modem a son histoire, il vient de loin. En Marche est né avec l'élection d'Emmanuel Macron et doit continuer à se construire. La vie politique est toujours en mouvement : chacun évoluera, en gardant son identité mais en élargissant notre armature politique. Comme le dit François Bayrou, on doit créer une majorité la plus large possible à partir d'une position centrale.

 

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)

Banditisme environnemental: Je souhaite renforcer l'arsenal des sanctions en créant une infraction générale de pollution de l'eau, du sol et de l'air et l'infraction aggravée d''écocide. Les amendes iront jusqu'à dix fois les dommages générés.

 

Roselyne Bachelot (ministre de la Culture)

Aujourd’hui une étape importante du chantier de Notre Dame de Paris est franchie, avec la dépose de l’échafaudage sinistré. Bravo aux équipes du général Georgelin, aux architectes, cordistes, échafaudeurs, grutiers et nacellistes pour ce magnifique travail.

 

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)

- Dès le début de l’épidémie, les associations comme les restos du cœur se sont mobilisées pour venir en aide aux plus precaires. Le gouvernement les a soutenues. Et nous continuerons : 100 millions d’€ soutiendront les associations de lutte contre la précarité.

- Pour briser la spirale des violences faites aux femmes, le système de santé a son rôle à jouer. 5 millions d’€ financeront en 2021 et 2022 la prise en charge des femmes victimes de violences à l’hôpital : les soigner, les soutenir et les aider à porter plainte.

- [Budget social 2021] Ce texte comporte des choix clairs: protéger nos citoyens face au virus, soutenir l’hôpital et tous les soignants, faire avancer la société avec des nouveaux droits, réarmer notre protection sociale.

 

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)

- Le confinement a bouleversé nos habitudes de vie, plus encore celles de notre jeunesse. Nous sommes mobilisés avec le gouvernement, les établissements, les CROUS, les collectivités et les associations pour accompagner psychologiquement les étudiants qui en ont besoin. Les Crous ont accompli un travail remarquable depuis le début de la crise pour accompagner les étudiants les plus fragiles et recréer du lien social. Bientôt, ce sont 1600 référents qui seront déployés dans les 800 résidences universitaires de France.

- Le gouvernement est aux côtés des étudiants les plus fragiles pour les aider à traverser cette crise. Début décembre, tous les étudiants boursiers recevront une aide exceptionnelle de 150€.

 

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)

[Fresque] «Nourrir notre Humanité», n’oublions jamais ce que nous devons à nos agriculteurs & éleveurs. Derrière chaque aliment, il y a des femmes et des hommes qui travaillent avec passion. Merci à eux.

 

Marc Fesneau (ministre chargé des relations avec le Parlement et de la participation citoyenne)

Une stratégie graduée, responsable, pour éviter une troisième vague. La prise en compte des exigences sanitaires, économiques, sociales, sociétales pour que, en attendant le vaccin, nous vivions avec. Faire ensemble parce que c’est ensemble que nous relèverons ces défis.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- En ce 25 novembre, journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, nous sommes toutes et tous mobilisés.

- Tout le monde peut dénoncer ces violences [faites aux femmes], tout le monde peut se sentir responsable des violences !

- Depuis le début de ce second confinement, +15% de violences conjugales, c'est terrible... tout le monde doit dénoncer.

- Nous allons signer une charte avec les VTC. Uber nous offre 2.000 trajets gratuits pour avoir un moyen de transport si on veut fuir.

- La probabilité pour qu'une enfant d'immigrés arrive aux fonctions qui sont les miennes aujourd'hui montre l'ouverture de notre pays.

 

Emmanuelle Wargon (ministre chargée du Logement)

Nous devons garantir un refuge aux femmes victimes de violences : 1000 places d'hébergement de plus réservées pour elles en 2020, 1000 nouvelles places de plus en 2021.

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

- Une hausse de 50% du financement européen de l’aide alimentaire en France dans le nouveau budget européen.

- Merci Bernard Cazeneuve pour cet excellent rapport, plein de propositions concrètes pour lutter contre la corruption et renforcer la transparence en européenne. Ce sera une priorité de la Présidence française de l’UE. Nous serons à la hauteur de nos engagements et de nos valeurs européennes.

 

Nathalie Elimas (secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire)

- [Education prioritaire] Aujourd'hui, on est dans la carte - et on dispose de moyens - ou on n'y est pas. On s'est rendu compte que ce système figé crée des effets de seuil, et laisse des structures au bord du chemin. C'est le cas de lycées professionnels, ou d'écoles dites orphelines, qui ne sont pas rattachées à un collège REP mais qui ont pourtant toutes les caractéristiques de l'éducation prioritaire. Nous souhaitons sortir de cette logique de zonage pour donner des moyens aux établissements en fonction de leur projet pour faire progresser les élèves, et d'indicateurs sociaux. La philosophie est d'aller vers plus de justice, et plus de souplesse. (…) Nous ne touchons pas aux établissements labellisés REP + et pour l'année 2021, la carte des REP demeure également. En parallèle, je lance une expérimentation afin de tester le nouveau dispositif : des contrats de 3 ans, passés entre l'école ou l'établissement, et le rectorat, avec une clause de revoyure pour les prolonger si besoin. Ce travail très fin sera fait académie par académie, mais avec un cadrage et une grille d'indicateurs nationaux. Elle va concerner, à partir de septembre les académies de Lille, Marseille et Nantes. Le nombre d'établissements concernés sera fixé avant la fin décembre. Dans le cadre du Grenelle de l'éducation, qui se tient en ce moment, des ateliers travaillent sur les modalités techniques de mise en œuvre. (…) Notre idée est de répondre aux questions et aux craintes légitimes sur ce que pourrait être la sortie de REP. L'expérimentation fera l'objet d'un suivi et sera évaluée, dès le printemps, dans une démarche de dialogue social. Mon objectif est d'essayer ensemble, et de voir. Si on peut tout de suite généraliser, parce qu'on a levé les doutes, on généralisera. Sinon, on ajustera. Et même, si cela ne marche pas du tout, on fera machine arrière. Il faut rester humble.

- [Elèves issus de milieux défavorisés qui ont subi fortement les effets du confinement] Il existe plusieurs dispositifs, notamment les cités éducatives, que nous continuons à déployer dans 120 sites, et que je réfléchis à adapter aux zones rurales, afin de créer un écosystème éducatif autour de l'enfant, à l'école mais aussi en dehors, de la petite enfance jusqu'à l'âge adulte. Au collège, nous allons généraliser avant la fin du mois «Devoirs faits à distance » pour permettre au plus grand nombre de bénéficier d'un service public d'aide aux devoirs en ligne, en dehors de l'école. (…) Ce pourra être un enseignant, qui prend un élève, ou un petit groupe, à distance, sur téléphone, tablette ou ordinateur, ou un « bureau d'aide rapide », appelé Bar, dans lequel des enseignants de différentes disciplines répondent aux questions des élèves quand ils font leurs devoirs chez eux. Je crois beaucoup en ce dispositif, car il permet aux parents de regarder comment l'enseignant aide l'enfant, et d'être mieux à même de l'épauler ensuite.

- On va faire en sorte que les sites internet éducatifs soient gratuits: le fait d'aller sur ces sites ne consommera pas leur forfait Internet, sur le modèle des « numéros verts » en téléphonie. Cette mesure, très utile aux familles qui disposent de très petits forfaits, sera applicable au plus tard à la rentrée prochaine.

 

Sarah El Hairy (secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement)

Oui cette période est dure, notamment pour notre jeunesse, car c'est un âge où on a envie de faire beaucoup de choses avec beaucoup de projets. Mais moi je tire mon chapeau à nos jeunes, à cette génération solidaire qui réinventent leur manière d'aider et nous challengent.

 

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles)

- Tolérance zéro face aux violences et discriminations faites aux femmes.

- Point d'étape avec l’ensemble des ministères concernés pour garantir la vérification systématique des antécédents judiciaires des professionnels exerçant une activité au contact de mineurs Un objectif: mieux protéger les enfants en tous lieux où qu'ils soient.

 

Assemblée nationale

Richard Ferrand (président)

- Des perspectives claires et des enjeux communs. Le Président de la République fixe le cap et le calendrier : protéger et accompagner les Français face aux épreuves sanitaires et économiques liées à la pandémie. Restons vigilants, chacun a un rôle à jouer.

- Bilan de la baisse de l’impôt sur le revenu 2020 : 17,3 millions de foyers bénéficient d’un gain moyen de 300€ par ménage. Des actes, du concret!

 

► Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Stanislas Guerini (délégué général)

- Isolement et accompagnement : si on veut donner une chance à nos stratégies pour lutter contre le virus d’aboutir, on doit apporter de l’accompagnement et convaincre de l’intérêt. Il en va de notre responsabilité individuelle de s’isoler dès le premier symptôme.

- Le vrai sujet sur le vaccin ce n’est pas son caractère obligatoire ou non, c’est celui de la confiance. Nous devons donner toutes les conditions de transparence, et notamment en créant un espace de dialogue avec la société civile sur le sujet.

Nous sommes une majorité qui s’est toujours battue pour le travail. C’est ce que nous demandent les commerçants, ils veulent reprendre le travail! C’est pour cela que nous sommes et continuerons d’être à leurs côtés.

- [Covid19] Les décisions que nous avons prises étaient les bonnes ! Les efforts des français commencent à porter leur fruit et c’est grâce à notre responsabilité collective que nous vaincrons le virus.

-Tous ensemble, nous avons sauvé des vies. Nos efforts portent leur fruit. Le Président de la République a fixé des perspectives claires pour les semaines à venir. Conservons notre esprit de solidarité et de responsabilité, ne baissons pas la garde.

- La loi Sécurité globale vient d’être largement votée à l’Assemblée nationale. J’ai voté pour ce texte et je continuerai de le défendre pour son intention originelle que nous ne devons pas perdre de vue : protéger ceux qui nous protègent.

- Ces images d'évacuations de migrants à République sont choquantes. Chaque homme et femme quelque soit sa situation a le droit au respect. (…)Ces images sont nécessaires et bien-sûr qu’il faut continuer à filmer ce genre de scène. Nous n’avons jamais voté pour une loi qui l’interdit, ni pour les journalistes ni pour les citoyens. Le débat s’est beaucoup éloigné de la réalité de ce que nous avons voté.

 

Christophe Castaner (président du groupe à l’Assemblée nationale)

- [Covid19] Nous sommes les premiers propagateurs du virus. Le Président n'a pas cherché, hier, à donner de la culpabilité, il a rappelé chacun à sa responsabilité.

- [Covid19] Les résultats que nous connaissons aujourd'hui sont plutôt bons, ne sont pas 'cocorico', ils sont meilleurs que dans les pays voisins. C'est parce que les Français ont joué le jeu.

- [Covid19] Les stations de ski sont des lieux qui risquent la propagation du virus. On prépare à la difficulté importante (...) On va accompagner les opérateurs économiques.

- [Confinement et fêtes clandestines] Il y a des excès, des abus, des idioties (...) mais le plus compliqué, c'est quand les gens contestent la logique du risque médical : les imbéciles sont partout.

- L'ennemi du complotisme, c'est la transparence.

- [Loi Sécurité globale] Nous devons respecter et protéger ceux qui nous protègent. Je comprends que l'article 24 ait pu inquiéter, parce qu'il n'était pas clair. (…) On a beaucoup discuté, les discussions se poursuivent. Moi ce que je veux, c'est donner toutes les garanties à la fois aux policiers, mais aussi à la liberté de la presse. (…) Les images servent aussi à déclencher des enquêtes. Par contre, il n'appartient pas aux réseaux sociaux de dire le droit et de faire la justice.

- Quelquefois, des policiers et des gendarmes font des fautes. S'il y a faute, il faut une enquête. Si la faute est avérée, il faut une sanction.

 

Aurore Bergé (présidente déléguée du groupe à l’Assemblée nationale)

- Nos restaurants, nos bars, nos salles de sport, nos discothèques voient le fonds de solidarité considérablement renforcé et prolongé jusqu'au 20 janvier. Soit une aide correspondant à 20% du chiffre d'affaires de 2019, soit une indemnisation jusqu'à 10.000 euros/mois.

- A partir du 15 décembre, c'est le retour de notre vie culturelle et la capacité à retrouver les publics dans nos salles de cinéma, nos théâtres et nos musées ! Un système d'horodatage permettra d'aller au delà des horaires de couvre feu.

- Évacuer un campement illégal est une nécessité. Les conditions de ces évacuations ne sont, elles, pas condamnées à se dérouler comme hier soir. L'IGPN est saisie.

 

Laetitia Avia (porte parole)

Bonne nouvelle pour la lutte contre la haine en ligne! Le Procureur de Paris Rémy Heitz lance le parquet numérique créé par la loi Cyberhaine. Un pôle spécialisé composé d'hommes et femmes dédiés à une mission : mieux poursuivre les pourvoyeurs de haine.

 

● MoDem

Jean-Noël Barrot (secrétaire général)

- [Adresse d’Emmanuel Macron] Un cap et une stratégie claire Une attention accordée à chacun Un appel à la responsabilité de tous.

- Au-delà du vote à distance, il est plus que jamais nécessaire d'engager un débat sur la lutte contre l'abstention. Le MoDem lancera prochainement une réflexion collective en ce sens.

- La crise sanitaire nous oblige à accélérer la réflexion sur la modernisation de nos procédures électorales afin de lutter contre l’abstention. Nous ne devons pas avoir à choisir entre la protection de la santé et les droits civiques. La participation est la sève de la vie démocratique. Donc, s’interroger sur l’abstention, c’est travailler sur le sens du vote mais aussi sur les outils du vote. Historiquement, le vote par correspondance a été utile pour des citoyens éloignés de leur domicile - je pense aux soldats - ou trop fragiles pour se déplacer. Partout où il est possible, on a constaté une progression de la participation. On vient de le voir aux États-Unis. On l’a vu en Bavière, où l’on votait, en même temps que nous, pour les municipales. Avec la crise sanitaire, le vote y était exclusivement par correspondance ; la participation y a progressé de 3,5 points quand en France elle a reculé de 20 points. (…) Dans les pays où ce vote existe, les cas de fraude sont rares. Aux États-Unis, les contestations sont dues davantage à l’attitude de l’équipe Trump qu’à des cas réels de fraude. Évidemment, si l’on décidait de le rétablir, il faudra sécuriser les procédures et prévoir des sanctions fortes en cas de fraude. Quant aux pressions éventuelles, il faut être vigilants, mais le risque est identique avec le vote par procuration que personne ne remet en cause, voire avec le vote physique. Pour y répondre, il faut renforcer l’éveil à la citoyenneté. Il y a des difficultés logistiques, sur les modalités ou les délais d’acheminement. Faut-il deux semaines entre les deux tours, comme c’est le cas pour l’élection présidentielle? Mettons tous sur la table. Mais ne transformons pas des questions techniques en obstacles de principe.

- [Vote par correspondance] Je me réjouis que Gérald Darmanin ait mis une place un groupe de travail sur le sujet. Au MoDem, nous allons conduire une vaste consultation citoyenne sur les moyens de lutter contre l’abstention ; le vote par correspondance est un moyen parmi d’autres. Le projet de loi de report des régionales et des départementales permettra déjà d’examiner la question. Et s’il n’est pas possible d’aboutir en 2021, le chantier sera au moins ouvert pour les futurs scrutins.

 

Laurence Vichnievsky (députée)

- [Covid19] Il faut arriver à trouver le juste équilibre, je crois que dans la gestion de cette crise tout à fait inédite, le gouvernement fait le job. Ce sont toujours des décisions très difficiles et compliquées à prendre, qui peuvent aller parfois dans des sens contradictoires.

- [Covid19 et confinement] Nos libertés sont très restreintes alors que nous sommes habitués à vivre dans un pays libre, c’est assez difficile à vivre sur le long terme, même si on comprend qu’il y a des raisons d’ordre sanitaire qui doivent prévaloir en ce moment.

- [Vaccin contre la covid19] la vaccination, pour la rendre obligatoire, je crois qu’il faudrait l’intervention de la loi. Mais il faut avant tout utiliser la persuasion. Contraindre n’est jamais une bonne solution, cela pourrait même engendrer des effets somatiques contraires lorsqu’on se vaccine alors qu’on n’y croit pas.

- Je suis plutôt favorable au vote par correspondance. Dans des configurations compliquées comme on en connaît, cela permettrait d’être plus représentatif.

- [Loi Sécurité globale] Nous souhaitons protéger nos forces de l’ordre, mais elles le sont déjà.

 

● UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)

- [Adresse d’Emmanuel Macron] Enfin le discours et la stratégie d’allégement du confinement est cohérente. Je la partage. On verra les précisions du Gouvernement. Je me réjouis de l’ouverture du commerce de proximité (qui n’aurait pas du fermer). Il faut donner les règles rapidement! Pour les activités sportives et culturelles, les médiathèques/musées, l’élargissement des possibilités de se déplacer et les fêtes de fin d’année; il a raison! Tout va dépendre de notre capacité à être raisonnable. Nos réveillons doivent être différents en attendant le vaccin. Pour les mesures écomiques et sociales un renforcement est nécessaire en plus des annonces pour éviter des dizaines de milliers de faillites et des centaines de milliers de chômeurs. Pour la réorganisation de l’Etat un seul mot d’ordre: décentralisez! Ce que le Gouvernement a refusé pour les commerces! Je demande à Jean Castex de dire dés demain si les « non alimentaires » de nos marchés peuvent retravailler, quelle taille d’évènements est autorisée, et quelle sont le règles du renforcement de l’isolement des personnes contaminées (mesure nécessaire). Enfin nous demandons que toutes les charges de nos bars, restaurants, discothèques et hôtels soient prises en charge par l’Etat du 30 octobre au 15 janvier. 240 000 et ses et 1,5 million d’emplois sont en jeu! Si pour certaines il faut passer par des nationalisations provisoires, allons y!

- [Evacuation du campement illicite place de la République] Monsieur le Ministre, une partie du problème ne vient-il pas du fait qu’on fasse intervenir des agents habitués au travail de commissariat dans des opérations de maintien de l’ordre, ce qui n’est ni leur formation, ni leur métier? Préférez pour ça les Gendarmes mobiles et les CRS!

 

● Mouvement radical

[Appel à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes: Ne baissons pas la garde!
Une année s'est écoulée depuis le Grenelle orchestré par le Gouvernement pour lutter contre les violences faites aux femmes et le triste record de 149 féminicides atteint fin 2019 en France.
Pour lutter contre ce fléau, un ensemble de mesures ont été prises : mise en place d'un numéro d'urgence (3919), de bracelets anti-rapprochement, lutte contre le harcèlement de rue avec plus de 700 contraventions dressées en un an, mesures coercitives renforcées en étroite collaboration avec les forces de l'ordre et les collectivités locales.
Si le nombre de féminicides a diminué en 2020, les signalements en ligne ont été multipliés par cinq à l’occasion du confinement de mars et ont augmenté de 15% lors du reconfinement d’octobre.
L’objectif « zéro victime » est loin d’être atteint, et l’éradication des violences reste un vœu pieu. Bien au contraire, la précarité provoquée par la crise sanitaire et économique décuple les tensions sociales et familiales. On constate que les violences de rues augmentent, tout comme le harcèlement de plus en plus intense notamment dans les grandes villes. D’ailleurs, à Paris ou à Strasbourg, de nombreux collectifs et associations se sont dressés pour dénoncer ce harcèlement par la diffusion de témoignages de femmes victimes ».
C’est pourquoi le Mouvement Radical compte poursuivre son travail programmatique et ses initiatives de sensibilisation à l’exemple des tables rondes organisées l’année dernière à Dijon et Strasbourg.
Le Mouvement Radical appelle à redoubler d’efforts à plusieurs niveaux.
En matière d'hébergement d'urgence, une des clés de la solution pour accompagner les victimes dans leur changement de vie et surtout les protéger.
En multipliant sur tout le territoire les lieux d’écoute et d’aide aux femmes battues facilement accessibles, à l’exemple des relais installés dans les grands centres commerciaux à Bordeaux ou dans des pharmacies en Gironde, permettant d’alerter les autorités en toute discrétion.
Sur le travail de formation de nos instances juridiques et policières afin que les plaintes des femmes agressées puissent être traitées efficacement, rapidement, dans le respect qu'elles méritent et avec de véritables mesures, à l'instar des procédures d’éloignements à l'encontre des conjoints violents. A ce titre, les associations qui font un travail formidable d'information, de protection et d'accompagnement sont à soutenir médiatiquement et financièrement.
Dans le milieu professionnel : nous mettons un point d'honneur à ce que les pratiques de harcèlement cessent et puissent être dénoncées.
Enfin, n’oublions pas, qu’un certain nombre d’actes barbares existent toujours sur notre territoire. Nous devons lutter contre les violences intra-familiales, contre les mariages forcés, contre l’excision et autres mutilations ou encore contre le certificat de virginité. Ces pratiques d'un autre temps sont inacceptables et révoltantes, dans un pays qui prône l’égalité hommes/femmes. Ces violences physiques et psychologiques doivent être sanctionnées lourdement.
Ensemble, accompagnons et sauvons toutes ces femmes quelles que soient les violences subies ! Ne baissons pas la garde !

 

Nathalie Delattre (sénatrice)

[Covid19] Nouvelle étape. Je ne peux que vous encourager, dans le respect des protocoles, à fréquenter à nouveau nos commerces français de proximité. Ils font tout pour nous offrir un service sanitaire irréprochable et vivre de leur travail. Décemment.

 

► Autres

● Organisations centristes
♦ Renaissance
(Députés français du groupe centriste Renew Europe au Parlement européen)

 

Nathalie Loiseau

- Dans 9 cas sur 10, les meurtres de journalistes demeurent impunis. Chaque fois, ce ne fut pas seulement une vie humaine qu’on a prise. Chaque fois, c’est une voix qu’on a fait taire, un témoignage qu’on a bâillonné, une vérité qu’on a enterrée.

- [Brexit] Cette négociation est difficile parce qu’elle vise à limiter les dégâts d’une décision que nous n’avons pas prise et dont beaucoup de Britanniques avaient sous-estimé les conséquences négatives.

 

● Personnalités centristes
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)

Toute l’équipe de Leaders de la Paix est heureuse de saluer la nomination d’Anthony Blinken comme Secrétaire d’Etat, à la tête de la diplomatie américaine. L’Amérique sera défendue mais le multilatéralisme sera respecté.