samedi 19 décembre 2020

Centriste de l’année – Edition 2020. Joe Biden

Joe Biden
«Mission accomplie»!

Le démocrate Joe Biden est le centriste de l’année après avoir remporté l’élection présidentielle américaine le 3 novembre, faisant de lui le 46ième président des Etats-Unis et empêchant par la même occasion Donald Trump de rempiler pour un second mandat qui aurait été encore pire – si cela était possible – que le premier.

C’était la principale tâche que nous assignions aux centristes dans le monde l’année dernière à la même époque et Joe Biden y est heureusement parvenu.

Il entrera officiellement à la Maison blanche le 21 janvier 2021 après la cérémonie de prestation de serment.

On aurait pu élire un duo en associant à Biden, la future vice-présidente, la centriste Kamala Harris, une métis à la fois noire et asiatique (indienne) qui sera la première femme à occuper la fonction (rappelons qu’il n’y a jamais eu de présidente jusqu’à présent).

Mais on nous aurait peut-être reproché de copier le magazine Time qui a désigné le couple vainqueur comme «Person of the year».

Surtout, et c’est ce qui est le plus important à nos yeux, cette victoire est, avant tout, celle de Joe Biden, de ce qu’il est et de la campagne qu’il a choisi de mener.

En effet, battre le populiste démagogue Donald Trump, président sortant, n’a pas du tout été la ballade de santé que d’aucuns prédisaient à n’importe quel candidat du Parti démocrate et que les sondages semblaient annoncer.

Non pas que l’élection ait été serrée puisque que Biden a battu Trump avec un écart de plus de 7,2 millions de voix.

Mais, à l’opposé de tout ce que l’on estimait, Trump a obtenu un nombre de voix considérable.

Il réussi à réunir plus de 74 millions d’électeurs, un nombre improbable tant sa présidence a été un fiasco et très souvent une honte.

Un nombre qui aurait pu tout à fait lui permettre de remporter le scrutin s’il n’avait eu en face de lui un centriste consensuel qui a attiré vers lui plus de 81 millions de personnes, un chiffre record pour une présidentielle américaine.

On peut ainsi penser que tout(e) candidat(e) plus clivant (comme le socialiste Bernie Sanders, le principal concurrent de Biden lors de la primaire démocrate) ou peu connu des Américains (comme Pete Buttigieg) voire une femme comme en 2016 (cette fois-ci Elizabeth Warren) aurait été battu parce qu’il ou elle n’aurait pas réussi à rassembler aussi largement que Biden.

Celui-ci a pu ainsi amener à lui l’électorat modéré, en plus du cœur de celui du Parti démocrate (fait de centristes et de «liberals» de centre-gauche), ces fameux «independents» qui se situent au centre de l’échiquier politique à défaut d’être centristes ainsi que les sociaux-démocrates et les socialistes qui n’ont pas réédités leur erreur historique de 2016 où ils n’avaient pas voté pour Hillary Clinton ouvrant la voie à la pire présidence de l’histoire des Etats-Unis.

Et ce n’était pas écrit d’avance qu’il réussirait même si la détestation de Trump par la majorité des Américains était une réalité.

De plus, il a su convaincre, dans les «swing states» (les Etats pivots de la fédération qui sont susceptibles de voter pour un camp ou l’autre et qui sont peu nombreux), les électeurs de lui donner majoritairement leurs voix ce que n’avait pas réussi à faire Hillary Clinton (la centriste avait tout de même remporté le vote populaire par trois millions de voix d’avance).

Dès lors la défaite de Trump est d’abord une victoire de Biden et c’est en cela qu’il mérite amplement d’être désigné comme le centriste de l’année 2020.

Un mérite encore plus grand quand on voit comment il gère la période de transition (le président en place même s’il perd ou ne peut se représenter demeure en place près de trois mois après l’élection, une survivance du passé aussi incongrue que le vote des grands électeurs).

Face à un Donald Trump qui ne reconnait pas sa défaite, parle de vote corrompu, de fraudes (alors qu’il s’agit selon les experts de l’élection présidentielle la plus honnête qui ait jamais eu lieu) tout en tentant d’inverser le résultat comme tout vulgaire dictateur et en en appelant à ses partisans fanatiques et aux membres du Parti républicain, Joe Biden a gardé son calme et son cap ainsi que ses propos rassembleurs.

Il est bien sûr trop tôt pour savoir comment se passera sa présidence mais l’on peut prédire en référence à son long parcours politique, tant au Sénat qu’en tant que vice-président de Barack Obama, qu’il sera un chef de l’Etat proche des gens, cherchant à convaincre et à travailler avec tous les bords politique et qu’il mènera une politique libérale (au sens européen) et sociale en essayant de réparer les dégâts immenses que Trump a fait à la démocratie américaine mais aussi au système de protection sociale.

Il lui faudra également effacer le plus possible cette tâche qui semble indélébile du passage de Trump à la tête de la plus grande puissance de la planète même s’il ne faudra jamais l’oublier pour ne pas rééditer cet errement démocratique.

Ici, il aura une responsabilité historique parce que l’on voit que le trumpisme, dernier avatar d’une radicalisation extrémiste et populiste du Parti républicain, ne semble pas vouloir disparaître avec l’échec de son chef et que toute la droite américaine semble gangréner par celui-ci pour un long moment encore, on l’a vu avec le soutien que nombre d’élus de cette formation (dont une majorité de ses membres de la Chambre des représentants) ont apporté à Trump après sa défaite électorale pour détruire les règles et les principes de la démocratie et la subvertir.

Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC

Lire aussi:    
- Centriste de l’année – Edition 2019. Les députés LaREM         
- Centriste de l’année – Edition 2018. Simone Veil 
- Centriste de l’année – Edition 2017. Emmanuel Macron écrase la concurrence

Bientôt:
- L’année du Centrisme en France - Edition 2020  
- L’année du Centrisme dans le monde - Edition 2020     
- Le Centrisme en France en 2021      
- Le Centrisme en dans le monde en 2021

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.