dimanche 22 mai 2022

La quotidienne centriste du 21 mai 2022. Où est donc le ministère dont les enfants ont besoin?

Emmanuel Macron récidive et pas dans le bon sens.

En n’attribuant qu’un simple secrétariat d’Etat pour s’occuper de l’enfant et avec une titulaire avant-dernière dans l’ordre protocolaire du gouvernement, il réédite exactement ce qu’il avait fait lors du précédent quinquennat alors même que tous les professionnels et les associations qui s’occupent de l’enfance demandaient instamment que l’on crée un ministère dédié à sa cause.

On se demande même pourquoi il a déclaré maintes fois lors de sa campagne en vue de sa réélection que sa grande priorité serait la jeunesse dont, en particulier, l’enfance pour prendre cette décision.

Lorsque l’on connait tous ce qu’il y a à régler – souvent urgemment –  concernant la condition des enfants qu’ils soient ou non en danger, on est étonné du peu de considération que le président de la république accorde à leurs problèmes.

Se focaliser uniquement sur l’éducation et la protection de l’enfance est très réducteur dans un monde qui, contrairement à la thèse imbécile de l’enfant-roi, est loin de lui être adapté.

On espère se tromper et que les actes prouveront le contraire mais l’on ne peut oublier, malgré quelques maigres avancées, du rôle transparent du précédent secrétaire d’Etat chargé du secteur et surtout de l’absence totale d’une vraie politique de l’enfance avec une vraie vision.

 

[Retrouvez quotidiennement ce billet rédigé par l’équipe du CREC concernant l'actualité du jour]

 

 

samedi 21 mai 2022

Propos centristes. France – Première loi du nouveau gouvernement sur la priorité du pouvoir d’achat / Transition écologique transversale à toutes les politiques publiques / Déclarations des membres du nouveau gouvernement…

Voici une sélection, ce 21 mai 2022, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Elisabeth Borne (Première ministre)
> La transition écologique doit se décliner dans toutes les politiques publiques que l'on mène. C'est pour cela que, en tant que Première ministre, je suis chargée de sa planification, conformément à l’engagement d’Emmanuel Macron.

> On continuera à protéger le pouvoir d'achat des Français.

> Blocage des prix de l’énergie maintenu, chèque alimentation, revalorisation des retraites et des minima sociaux, triplement de la prime Macron... Le premier projet de loi qu’examinera l’Assemblée nationale portera sur le pouvoir d’achat.

> Les politiques publiques se bâtissent dans le dialogue, au plus près de ce que vivent les Français. (…) Une méthode de construction de nos politiques qui se fasse dans le territoire, en associant élus locaux, forces économiques, syndicales.

> C’est un gouvernement paritaire, c’est important. Il y a un équilibre entre certains qui étaient déjà ministres et des nouvelles figures. Des personnalités qui viennent de la gauche, du centre, de la droite (…) mais qui partagent la volonté de mettre en œuvre le programme pour lequel Emmanuel Macron a été réélu.

> il y a une mesure importante, c’est de permettre à tous les Français de pouvoir accéder à des véhicules électriques avec des locations longue durée à moins de 100 euros par mois.

> Pap Ndiaye, c’est un républicain engagé, et c’est ce qu’il va porter en tant que ministre de l’éducation nationale. (…) Pap Ndiaye est là parce qu’il partage avec Jean-Michel Blanquer l’objectif d’offrir à nos enfants l’excellence et l’égalité des chances, et je pense qu’il incarne ça. (…) Il y a des acquis sur l’égalité des chances, notamment le dédoublement des classes de CP, qui a été menée par Jean-Michel Banquer, mais, sa feuille de route, c’est de continuer d’aller plus loin, et de le faire avec les enseignants qui partagent ces préoccupations, évidemment avec les parents d’élèves et les associations qui peuvent aider sur ces questions d’égalité des chances.

> J’ai essayé au cours de ces cinq années d’aller au contact des Français. Il n’y a pas de doute au fait que je vais être plus exposée, moins peut-être pour dire qui je suis. Je dois tout à la République et j’ai à cœur de rendre à mon pays ce qu’il a pu m’apporter. J’ai eu l’occasion de le faire dans des responsabilités différentes. J’ai eu la chance de diriger une très belle entreprise, la RATP. (…) Et puis, ça fait cinq ans que je suis au gouvernement.

> Je pense important d’être le plus possible à l’écoute des Français (…) et de travailler avec tous ceux qui permettent de leur apporter les bonnes réponses.

 

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)
> Merci à Emmanuel Macron et à Elisabeth Borne pour leur confiance renouvelée. C’est avec enthousiasme et engagement que je poursuis mon travail au service des Françaises et des Français. Mes priorités : emploi, souveraineté industrielle et lutte contre l’inflation.

> Notre priorité sera la protection des Français contre l’inflation. Dès demain, avec Gabriel Attal, nous nous attellerons à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat. (…) Je recevrai dès lundi les acteurs économiques », pour voir, comme « eux aussi, peuvent participer à la protection des Français.

> La mondialisation ne va pas disparaitre, elle va changer et j’espère qu’elle va changer en mieux.

> La maîtrise des comptes publics fait aprtie de l’ADN de la majorité.

> Nous avons rétabli les comptes publics dès la première année du précédent quinquennat.

> Les dépenses que nous engageons maintenant pour protéger nos compatriotes contre la hausse des prix sont efficaces.

> Nous présenterons dans les semaines à venir avec Gabriel Attal notre stratégie pour les dépenses publiques.

> [Transition écologique] C’est une attente de tous nos compatriotes et en particulier des plus jeunes.

> Nous continuerons à dialoguer tous les jours avec tous les acteurs économiques de la nation.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)
> C’est un honneur de pouvoir continuer à servir les femmes et les hommes exceptionnels du ministère de l’Intérieur. Je suis fier d’être à leurs côtés pour assurer la protection des Français. Merci à Emmanuel Macron et Elisabeth Borne pour leur confiance. En avant !

 

Catherine Colonna (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères)
> Un immense merci au Président de la République et à la Première ministre de la confiance et de l'honneur qu'ils me font.

> Je veux rendre hommage à Jean-Yves Le Drian, un très grand ministre, dont j'ai pu mesurer dans mes fonctions diplomatiques ces dernières années l'engagement décisif au service de notre pays et de l'Europe. Merci Monsieur le Ministre.

 

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)
> Je remercie le Président de la République et la Première ministre qui me renouvellent ce jour leur confiance. Je mesure l’honneur qui est le mien de pouvoir continuer d’œuvrer pour la Justice de notre pays. Je serai le ministre du dialogue, de la concertation et de l’action.

 

Pap Ndiaye (ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse)
> Cette fonction n’est pas l’affaire que d’un homme. C’est celle de la République. J’appréhende cette tâche avec modestie et avec toute la bonne volonté intelligente qui est la mienne.

> Il y a un avant et un après l’assassinat de Samuel Paty. Cet événement nous oblige à une exigence sur nos valeurs. Et cette exigence, vous en êtes désormais le garant.

> Mes premières pensées vont vers le monde des enseignants qui est le mien depuis toujours. À ma mère d’abord, qui fut professeur de sciences naturelles. (…) À tous les enseignants et toutes les enseignantes qui m’ont éduqué depuis la maternelle.

> Je suis un pur produit de la méritocratie républicaine dont l'école est le pilier. Je suis peut-être aussi un autre symbole, celui de la diversité.

 

Sébastien Lecornu (ministre des Armées)
> La crise de haute intensité actuelle en Ukraine révise l’ensemble des doctrines sur lesquelles nous nous sommes fondés depuis maintenant plus de trente ans et sur lesquelles le président de la République a demandé à ce ministère de «recaréner» en quelque sorte notre appareil de défense, nos moyens capacitaires, nos stratégies, nos systèmes d’armement… 

> Alors que la guerre fait à nouveau rage en Europe, j’aurai à cœur de poursuivre l’engagement de Florence Parly pour renforcer la protection de la Nation et accompagner l’évolution de nos armées face à ces nouvelles menaces.

> Nommé au ministère des Armées par Emmanuel Macron et sur proposition d’Elisabeth Borne, j’ai une pensée aujourd’hui pour tous ceux qui servent la France dans nos armées.

 

Brigitte Bourguignon (ministre de la Santé et de la Prévention)
> Je vais, dès aujourd’hui, m’atteler à construire, avec les territoires, les professionnels et nos citoyens, les solutions qui transformeront notre système de santé et développeront la prévention.

> Il faudra «poursuivre nos efforts pour la prévention, consolider, adapter le système de soins en ville, à l'hôpital, avec l'enjeu particulier de cette lutte contre les déserts médicaux. Nous allons en particulier devoir gérer cette pénurie de médecins, accélérée par une pyramide des âges vieillissante et une évolution des mentalités.

> Émue de cette responsabilité éminente, au cœur d’une priorité d’Emmanuel Macron pour la santé des Français. Gratitude pour Olivier Véran qui restera un grand ministre des Solidarités et de la Santé. Détermination auprès d’Elisabeth Borne, que je remercie de sa confiance.

 

Olivier Dussopt (ministre du travail, du Plein-emploi et de l’Insertion)
> Merci au Président de la République et à la Première ministre pour la confiance qu'ils me témoignent en me nommant Ministre du Travail, du Plein Emploi et de l'Insertion. Cette confiance m'honore et m'engage. Les chantiers sont nombreux et je les mènerai dans la concertation.

 

Damien Abad (ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées)
> Au moment où je prends mes fonctions comme ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, je mesure ma responsabilité et l’ampleur des chantiers. Je serai le ministre des plus fragiles et de ceux qui ont besoin de la solidarité de la nation. Au travail !

> Aujourd’hui l’enjeu c’est de fédérer, de rassembler, de réparer un certain nombre de fractures françaises.

> Très honoré d’être appelé à servir la France auprès d’Emmanuel Macron et d’Elisabeth Borne. Dépasser les clivages pour changer la vie de millions de Français : c’est le sens de mon engagement et j’y consacrerai toute mon énergie en tant que ministre des Solidarités.

 

Marc Fesneau (ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire)
>
Je remercie le président de la République et la Première ministre de leur confiance. Je mesure l’importance de la mission qui m’est confiée: servir notre agriculture et nos agriculteurs pour œuvrer à notre souveraineté alimentaire. Je la mènerai avec humilité et détermination.
Merci
Julien Denormandie pour le travail accompli au service de nos agricultures et d’une alimentation plus saine et durable. Nous te devons beaucoup. La Pac, l’assurance récolte, Egalim 2, la gestion de crises immenses...

  

Stanislas Guerini (ministre de la Fonction publique)
>
Mes convictions sont claires : l’usager doit être au centre de tout. Ce Ministère est celui du quotidien des Français. Nous porterons les notions d’accès et d’accessibilité au cœur de notre action. Enfin, la transition écologique sera au centre de nos missions et du sens que nous donnons au service de l’Etat. Sans plus tarder, derrière Elisabeth Borne, nous nous mettons au travail !

> La confiance que m’accordent Emmanuel Macron et Elisabeth Borne m’honore. Je salue le fabuleux travail d’Amélie de Montchalin. Fier d’être aux côtés de tous les agents publics. Pensée à tous les marcheurs et militants, à qui je dois tant !

 

Yaël Braun-Pivet (ministre des Outre-mer)
>
Le président de la République en 2017 voulait que la politique ne soit plus l'affaire de quelques professionnels, mais que les citoyens s'engagent à nouveau. C'est cela que j'ai réussi à porter, ce que ma nomination symbolise.

> [Relations avec les populations d’Outre-mer] En dialoguant, en écoutant, en étant près de ces territoires. La méthode du président du «Avec vous», c'est maintenant que nous allons la décliner.

> Je remercie Emmanuel Macron et Elisabeth Borne pour leur confiance. Je consacrerai toute mon énergie à la mission qu’ils m’ont confiée. Notre démocratie est belle de ses diversités : j’agirai pour chacun de nos Outre-Mer avec une indéfectible ambition.

 

Agnès Pannier-Runacher (ministre de la Transition énergétique)

> C'est un grand honneur de devenir ministre de la Transition Énergétique. Je sais combien la lutte contre le réchauffement climatique est un combat essentiel pour notre avenir. Nous devons rattraper le temps perdu. Nous le devons à la nouvelle génération et nous serons au combat!

> Mon premier défi, c’est de protéger notre planète, il n’y a pas une minute à perdre. Il faut d’abord réduire de 40 % notre utilisation d’énergie. Ensuite, nous devons renforcer massivement la production d’électricité décarbonée
Mon deuxième défi, c’est l’indépendance énergétique » de la France, dans le contexte de la guerre en Ukraine.
Mon troisième défi est de « protéger le pouvoir d’achat des Français et la compétitivité de nos entreprises.

> Je remercie le Président de la République Emmanuel Macron et Elisabeth Borne de leur confiance renouvelée. Servir notre Industrie a été un honneur… et un immense plaisir. Je veux mettre la même énergie et la même détermination dans le défi de la transition énergétique !

 

Amélie Oudéa-Castéra (ministre des Sports et des Jeux olympiques)
>
Merci à Emmanuel Macron et Elisabeth Borne pour leur confiance. Dans la France des Jeux de Paris 2024, le sport sera au cœur de notre société, avec tous ses acteurs et tous ses athlètes. Il doit être un pilier pour la jeunesse, un atout pour la santé et un moteur d’inclusion.

 

Olivier Véran (ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et de la Vie démocratique)
>
Je quitte aujourd’hui le ministère de la crise, le ministère du quotidien des Français, avec fierté. Un ministère qui a monopolisé l’attention, les préoccupations, les craintes, parfois les peurs, mais aussi l’espoir d’un pays tout entier.
Je souhaite bon courage à mes successeurs,
Brigitte Bourguignon et Damien Abad. La tâche est immense, mais vous pourrez compter sur un ministère dévoué. Vous serez à la hauteur, je le sais.
Cette expérience ministérielle s’achève donc pour moi et c’est un très grand honneur d’avoir occupé ce poste dans cette période. Mon engagement ne s’arrête pas ici et je reste plus que jamais engagé au service des causes que j’ai toujours défendues.

> Je serai le ministre du avec vous. Avec vous, sur tout le territoire, où je m’attellerai à renforcer nos liens directs, sur l’ensemble des actions du gouvernement. Avec vous, les parlementaires de la nation, pour faire vivre notre démocratie.
Je remercie
Emmanuel Macron et Elisabeth Borne pour cette nomination qui m’honore et salue l’engagement sans faille de mon prédécesseur Marc Fesneau.

 

Gabriel Attal (ministre délégué chargé des comptes publics)
>
Je serai un artisan acharné de la tenue des comptes publics [afin de me] battre pour chaque euro dans le portefeuille des Français.

> La politique du quoi qu’il en coûte aura été la politique du bon sens. (…) Il y a des dépenses qui rapportent et des économies qui coûtent.

> Nous continuerons les baisses d’impôts.

> Je serai le ministre de la tenue des comptes publics, du pouvoir d’achat et de la lutte contre la fraude

> Ce ministère n’est pas seulement celui des chiffres, c’est d’abord celui des choix, et le premier d’entre eux, c’est de protéger nos concitoyens.

 

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur)
> Merci à Emmanuel Macron et Elisabeth Borne pour leur confiance à poursuivre cette belle mission de faire rayonner la France, ses entreprises, savoir-faire et talents de ses territoires dans le monde entier.

 

Olivia Grégoire (Porte-parole du gouvernement)
>
Fière et émue de poursuivre mon action au service du Gouvernement. Je remercie Emmanuel Macron et Elisabeth Borne qui me confient ce jour une nouvelle mission passionnante à laquelle je consacrerai toute mon énergie au service des Français.

 

Clément Beaune (ministre délégué chargé de l’Europe)
>
Merci Emmanuel Macron et Elisabeth Borne pour cette promotion qui m’honore. Je suis fier de défendre notre engagement européen, pour la France.

> En Europe, pas de désobéissance, de l’espérance et de l’action !

 

Rima Abdul-Malak (ministre de la Culture)
>
En ce jour particulier, j’ai une pensée pour mes parents qui m’ont donné le socle de confiance qui me permet d’être devant vous aujourd’hui sans vaciller, qui ont eu le courage de quitter Beyrouth en pleine guerre avec leurs trois enfants et 5 valises, et qui ont choisi la France (…) Devenir ministre n’était pas un rêve pour moi. Mon rêve était d’être libre, et de le rester. Mais j’ai accepté ce défi auquel je ne m’attendais pas.

 

Sylvie Retailleau (ministre de la Recherche, de l’Enseignement supérieur et de l’Innovation)
> La réussite et la vie étudiante sont des sujets sur lesquels nous devons porter toutes nos forces.

> Je connais les inquiétudes des enseignants-chercheurs, des personnels techniques et des étudiants, qui font le constat partagé du manque de moyens, de reconnaissance et d’encadrement à la hauteur des ambitions de notre jeunesse.

 

Amélie de Montchalin (ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires)
>
J'appelle à une mobilisation générale de tous les Français pour que nous fassions de l'écologie notre projet national.

> Quelle fierté et quel honneur d’avoir servi les femmes et les hommes qui s’engagent avec passion pour les Français, les agents de l’Etat, des collectivités, de l’hôpital. Cher Stanislas Guerini, je te souhaite le meilleur dans ce beau ministère des services publics!

 

Christophe Béchu (ministre délégué chargé des Collectivités territoriales)
Emmanuel Macron, Elisabeth Borne, merci pour cette confiance. Il n’y a pas de plus grand honneur que de servir son pays, ses territoires et ses habitants. J’ai forcément une pensée particulière pour les Angevins, qui ont toujours inspiré mon engagement.

 

Isabelle Rome (ministre déléguée chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Egalité des chances)
>
C'est avec beaucoup d'émotion et de solennité que j'embrasse la nouvelle mission qu'

Emmanuel Macron et Elisabeth Borne m'ont confiée. Je félicite Elisabeth Moreno pour le travail qu'elle a accompli. Sève de notre République l’égalité est aujourd'hui ma mission de tous les jours

 

Justine Benin (secrétaire d’Etat chargée de la mer)
>
Je mesure l’immense honneur qui m’est fait, et surtout le poids des responsabilités qui m’incombent désormais. C’est une grande responsabilité car les enjeux maritimes sont immenses et éminemment stratégiques pour nos territoires et pour la France tout entière.
Pour nos territoires, ce sont des enjeux de développement, de continuité territoriale, de préservation des écosystèmes. Je pense notamment à la problématique des invasions d'algues, comme les sargasses que je connais bien en Guadeloupe.
Pour la France l'enjeu est stratégique : puissance maritime mondiale majeure par sa façade maritime, elle un acteur incontournable de la protection du climat.
Je remercie Madame La Première Ministre Élisabeth Borne pour sa confiance. Ainsi que vous tous pour vos chaleureuses félicitations. J'ai enfin une pensée particulière pour les Guadeloupéens qui m'ont soutenus et portés jusqu'à ce jour.
Merci à vous tous. Je continue le travail au service de notre pays.
Au travail.

 

Charlotte Caubel (secrétaire d’Etat chargée de l’Enfance)
> La protection de l’enfance est le plus beau des combats. Je l’ai mené avec passion en tant que magistrate et à la direction de la PJJ. Merci Emmanuel Macron et Elisabeth Borne de me permettre de le poursuivre au sein du gouvernement. Votre confiance m’honore.

 

Chrysoula Zacharopoulou (secrétaire d’Etat chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux)
> Honorée de la confiance du Président de la République et de la Première Ministre qui me nomment Secrétaire d’État auprès de la Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères. Je continuerai mon engagement pour le Développement, la Francophonie et les Partenariats internationaux.

 

Assemblée nationale
Richard Ferrand (président)
> Un Gouvernement d’action pour servir la France dans le dialogue, le pluralisme et relever les grands défis : écologie, éducation, santé… Des femmes et des hommes engagés pour la réussite du pays, de l’Europe et du projet présidentiel. Au travail aux côtés d’ Elisabeth Borne!

 

Partis politiques

● LaREM (futur Renaissance)
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

> Donner une majorité à Emmanuel Macron les 12 et 19 juins prochains, c’est protéger le portefeuille des Français. Le premier projet de loi examiné par la nouvelle Assemblée nationale sera un projet en faveur du pouvoir d’achat.

 

Christophe Castaner (président du groupe à l’Assemblée nationale)
> Tous mes vœux de réussite à l’ensemble de l’équipe gouvernementale rassemblée autour d’Elisabeth Borne. Les enjeux seront de taille : vous pourrez compter sur l’engagement des députés de la majorité présidentielle !

 

Pieyre-Alexandre Anglade (porte-parole du groupe à l’Assemblée nationale)
> Un nouveau Gouvernement fait d’expérience, de compétence et de renouvellement au service de la France et des Français. A ses côtés, nous allons travailler pour construire une majorité solide afin de relever «Ensemble» les défis immenses pour notre pays et l’Europe.

 

● MoDem
Patrick Mignola (président du groupe à l’Assemblée nationale)
> Les députés MoDem saluent la nomination du nouveau gouvernement, qui engagera les mesures urgentes en faveur du pouvoir d’achat et les grands chantiers de l’écologie, la santé et l’école. Et ils félicitent la promotion de leurs collègues et amis, Marc Fesneau et Justine Benin.

 

Autres

● Organisations centristes
♦ Renaissance
(Députés français du groupe centriste Renew Europe au Parlement européen)
Stéphane Séjourné (président du groupe Renew Europe au Parlement européen)
> Un gouvernement de compétences et de sérieux, expérimenté, ouvert sur la société, l’Europe et les territoires. C’est tout ce qui compte pour faire face aux crises, planifier la transition écologique, refonder l’école et notre système de santé.

 

Nathalie Loiseau
> Le nouveau gouvernement doit être tout entier tourné vers la transition écologique : à fond, maintenant. Mais elle passe aussi par ce que nous faisons au Parlement européen: Green deal, taxe carbone aux frontières, plan de relance, l’Europe avance !

> J'espère que le gouvernement a bien en tête l'urgence écologique. On ne peut plus regarder ailleurs.

> [Embargo sur le gaz et le pétrole russe] C'est indispensable car chaque jour nous donnons à Vladimir Poutine 800 millions d’euros.

> Ceux qui veulent quitter l'OTAN ne regardent pas ce qu'il se passe dans le monde. Zelensky répète que l'Ukraine n'aurait pas été attaquée si elle avait fait partie de l'Alliance. La Finlande et la Suède veulent nous rejoindre. Au-delà de nos frontières, le choix est vite fait.

> Je tiens à rendre hommage à Florence Parly pour l’énorme travail accompli pendant 5 ans. Elle fut une ministre des Armées remarquable. J'ai été très heureuse de participer avec elle à l'élaboration de la défense européenne, projet qui me tient tant à cœur.

 

Marie-Pierre Vedrenne
> [Fonds social pour le climat] La transition climatique est urgente, et chacun sait qu’elle ne pourra pas se faire aux dépens de la justice sociale. Ce texte marque un véritable progrès vers la prise en compte des plus vulnérables dans les politiques climatiques européennes. (…) C’est un tournant et le signe d’une vraie prise de conscience, sans doute accélérée par cette crise énergétique exceptionnelle qui frappe au premier chef les ménages les plus modestes. (…) Cet accord est une victoire pour notre groupe : un instrument de dimension ambitieuse, qui puisse contribuer efficacement à la décarbonation de l’économie, et surtout, soutenir ceux qui en ont le plus besoin. Sur tous ces plans, nous avons eu gain de cause. (…) Sur les deux tableaux du marché carbone et du Fonds, Renew Europe a plaidé pour un mécanisme plus redistributif. Avec succès, puisque d’une part seuls les bâtiments commerciaux et le transport routier commercial seront concernés par les nouveaux quotas et pas les ménages, et d’autre part le Fonds social pour le climat soutiendra ceux qui en ont le plus besoin : les très petites entreprises et les ménages les plus modestes. Sur le plan budgétaire, l’enveloppe du Fonds grossira si le prix des quotas augmente davantage que prévu. (…) Ce Fonds sera l’outil des investissements à dimension humaine pour isoler nos bâtiments, changer les systèmes de chauffage, favoriser l’accès à des mobilités douces. Mais nous savons que ces investissements n’auront pas un effet immédiat. C’est pourquoi nous nous sommes battus pour que le Fonds finance aussi des aides directes aux revenus des plus vulnérables, déjà frappés par la précarité énergétique et la difficulté de se déplacer, explique la députée. Ces aides pourraient compenser la hausse des prix de l’énergie. (…) Ce Fonds devait garder sa dimension sociale. Nous nous sommes battus pour que les destinataires de l’aide européenne soient ceux qui seront les plus touchés par la transition climatique, pas les grandes entreprises. (…) Nous avons aussi poussé pour une définition européenne claire de la pauvreté énergétique et de la pauvreté en matière d’accès à la mobilité, pour cibler les ménages vraiment dans le besoin. Par exemple, en ce qui concerne la pauvreté dans l’accès à la mobilité, nous avons fait en sorte que les habitants des régions rurales, difficilement accessibles ou d’Outre-mer soient mentionnés comme particulièrement à risque. (…) Le Fonds sera un instrument pour lutter simultanément contre la précarité et contre les émissions de gaz à effet de serre. Il va contribuer à accélérer la sortie de l’Europe des énergies fossiles, ce qui permettra à la fois de protéger les ménages et microentreprises de la variation des prix de ces énergies, de rendre nos économies moins dépendantes des pays qui les produisent, et bien sûr d’atteindre nos objectifs climatiques. Ne laisser personne de côté était une promesse, nous y répondons concrètement. Maintenant, place à l’adoption de ce mandat clair en plénière en juin, pour commencer au plus vite les négociations avec les États membres.