lundi 6 février 2017

Vues du Centre – Jean-François Borrou. Macron à Fillon, «Merci!»

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes et qui collabore épisodiquement à cette rubrique. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Pénélope et François Fillon
Comme prévu, la conférence de presse que François Fillon a donnée pour tenter de se sortir du «Pénélope Gate» mais aussi de toutes les autres affaires qui le concernent, a révélé un menteur pathétique, surtout qui prend les Français pour des imbéciles.
Peut-être que cette conférence de presse lui permettra de se maintenir et d’être présent au second tour avec l’appui d’une majorité des sympathisants LR qui auront le réflexe de la citadelle assiégée pour soutenir l’insoutenable comme c’est souvent le cas quand l’esprit partisan prend le pas sur la raison.
Mais, dès aujourd’hui, en ayant écouté les «explications» de monsieur Fillon et sa déclaration qu’il ne se retirerait pas, il y en a un qui peut lui dire merci, c’est… Emmanuel Macron!
Même si Marine Le Pen peut également être satisfaite qu’un canard boiteux représente la Droite ce qui lui permettra de récupérer quelques pourcents d’électeurs de la droite radicale, c’est bien Macron qui, en s’installant la deuxième place et en étant le «candidat républicain» du second tour face à la représentante de l’extrême-droite, a le plus de chance de devenir président de la république.
Bien entendu, certains diront qu’il peut s’en passer des choses d’ici le 23 avril prochain, mais on espère que les Français ne sont pas aussi bêtes que Fillon et ses amis le croient.
Surtout, qu’ils auront la bonne idée de ne pas mettre un homme politique malhonnête à l’Elysée comme l’ont fait malheureusement les Américains avec Donald Trump.
Rappelons, pour ceux qui seraient prêts à croire la manipulation de Fillon, que l’on ne reproche pas à sa femme d’avoir été assistante parlementaire ou collaboratrice de la Revue des deux mondes – comme il feint de le croire – mais que l’on reproche à son mari d’avoir créé pour elle un emploi fictif afin de détourner de l’argent public et d’avoir bénéficié des subsides d’un homme d’affaire qu’il avait juste auparavant décoré de la Légion d’honneur.
Sans parler des emplois de ses enfants dont Le Monde vient de démontrer qu’ils étaient illégaux et des soupçons d’avoir bénéficié d’une cagnotte mis en place par les élus de droite au Sénat…
En tout cas, il sera intéressant d’analyser les prochains sondages et de voir, en particulier, la réaction de l’électorat du Centre dont une grande partie a déjà déserté la candidature de Fillon, suivant en cela de nombreux élus des partis centristes dont certains ont déjà rejoint la candidature de Macron.
Ce dernier doit secrètement espérer que Fillon ne faiblira pas et que la justice n’aura pas le temps de le mettre en examen.
Pour une fois que la Droite serait l’auxiliaire du Centre…

Jean-François Bourrou

Présidentielle 2017. Sondage: Macron serait élu président avec 65% des voix

En cette année 2017, plusieurs médias associés à des instituts de sondages ont décidé de faire des «rolling polls», c’est-à-dire des enquêtes quotidiennes sensées être au plus près des évolutions en temps réel de l’électorat.
La technique est de prendre un échantillon autour de 1000 à 2000 personnes, de le scinder en trois (c’est-à-dire d’interroger successivement sur trois jours autour de 500 personnes), ce qui n’est pas toujours un gage d’exactitude de l’état réel de l’électorat qui peut être sujet à des réactions épidermiques passagères (comme l’a montré le rolling de Ipsos aux Etats-Unis durant la campagne de 2016) faisant apparaître les courbes comme des sortes de montages russes, même si les instituts estiment que cela donne une image plus vraie de l’opinion et que le tout est lissé grâce au renouvellement quotidien de l’enquête.
Après l’Ifop qui réalise un «rolling» quotidien pour Paris Match, iTélé et Sud radio, voici Opinionway qui fait de même pour Les Echos et Radio classique.
Et les résultats sont à nouveau favorables à Emmanuel Macron.
Au premier tour, le leader d’En marche recueille 23% des intentions de vote, derrière Marine Le Pen (26%) et devant François Fillon (20%).
Il recueille notamment 44% des électeurs de François Hollande et 40% des électeurs de François Bayrou de 2012.
Au second tour, il bat facilement la candidate de l’extrême-droite (65%-35%).
A noter que Benoît Hamon est à 14% et Jean-Luc Mélenchon à 11%.
En outre, Opinionway ne teste que les candidats déclarés et donc ne figure pas dans la liste François Bayrou.
Ce sondage confirme, en tout cas, les réultats du «rolling» de l’Ifop du 3 février où Emmanuel Macron (20,5%) était en deuxième position derrière Marine Le Pen (25%) et devant François Fillon (18,5%) au premier tour de la présidentielle et était gagnant au second tour avec 63% des intentions de vote contre 37% à Marine Le Pen.
L’Ifop a choisi, de son côté, de tester la candidature de François Bayrou (4,5%).
(Sondage «rolling» Opinionway réalisé du 3 au 5 février 2017 par internet auprès d’un échantillon de 1500 personnes – dont 500 interrogées quotidiennement par roulement – âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points // Sondage «rolling» Ifop réalisé quotidiennement par internet auprès d’un échantillon de 1500 personnes – dont 500 interrogées quotidiennement par roulement –  âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)


Alexandre Vatimbella



A lire aussi: