dimanche 5 février 2017

Présidentielle 2017. Macron défend la liberté, l’égalité et la fraternité centristes

Le meeting d'Emmanuel Macron à Lyon
«Pensons à trois mots qui seront notre avenir, parce que nous allons leur redonner leur sens: liberté, égalité, fraternité. Ces mots, ce sont les nôtres. Ce seront les mots de notre engagement».
En faisant cette déclaration lors de son meeting à Lyon le 4 février, Emmanuel Macon a précisé qu’il parlait de la liberté mais pas loi de la jungle, de l’égalité mais pas de l’égalitarisme mortifère du progrès, de la fraternité mais pas de l’assistanat.
Voilà donc le projet d’Emmanuel Macron pour la présidentielle.
Un projet qui veut privilégier une société de liberté où l’égalité est celle des opportunités, où l’on aide ceux qui en ont besoin pour les réintégrer dans la communauté nationale et non pour en faire des parias assistés.
Une vision centriste de la devise nationale qui rejoint ce double positionnement que tous ceux dont l’analyse politique se limite à une vision binaire ne peuvent comprendre, c’est-à-dire «ni gauche, ni droite», d’une part, et «et gauche, et droite», le tout dans une dynamique progressiste.
Comme il a été dit ici, le «ni gauche, ni droite», signifie bien qu’il existe une troisième voie, celle du Centre, celle d’une politique qui ne se définit ni par la Droite, ni par la Gauche mais indépendamment de celles-ci.
C’est le Centrisme du juste équilibre.
Quant à «et gauche, et droite», cela signifie que l’on peut réunir autour de ce projet progressiste, et les sympathisants de droite, et les sympathisants de droite, d’autant que «ni gauche, ni droite» n’est pas une posture qui rejette les bonnes idées venues de la Gauche et de la Droite.
Car un Centre progressiste c’est aussi un lieu consensuel et de compromis où se pratique le pragmatisme.
Dès lors, tout le discours d’Emmanuel Macron à Lyon devant 16000 personnes s’est attaché à expliqué cette démarche.
Evidemment, comme l’avait fait François Bayrou en 2007, le leader d’En marche! ne revendique pas son projet comme centriste.
C’est dommage mais cela ne signifie pas qu’il ne l’est pas.
D’autant que sa volonté affirmée depuis le début de sa candidature c’est la réconciliation de la France et des Français qui est exactement ce que prône le Centre qui, rappelons-le, n’est pas un clientélisme comme le sont la Droite et la Gauche mais justement rejette catégoriquement cette vision de servir uniquement ceux qui votent pour lui.
De même que sa volonté de «réconcilier la France avec le monde, réconcilier la liberté avec l’égalité, créer un avenir collectif».


Alexandre Vatimbella



A lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire