vendredi 20 janvier 2017

Présidentielle 2017. Bayrou s’alliant avec Macron, la rumeur est-elle crédible?

François Bayrou & Emmanuel Macron
Il aurait donc passé des mois à le critiquer, à le ridiculiser et à en faire le coresponsable du désastre économique, selon lui, du quinquennat de François Hollande, à affirmer qu’il ne lui laisserait jamais le Centre pour, in fine, s’allier avec lui en vue de la présidentielle.
C’est en tout cas la rumeur qui enfle dans le microcosme politico-médiatique cher au président du MoDem.
A la base de cette drôle d’information, une confidence que Bayrou aurait faite au quotidien l’Opinion selon laquelle «si on s’alliait avec Macron, on ferait sauter la banque».
Bien évidemment, comme tout un chacun peut le constater, il y a un conditionnel dans cette phrase.
Mais, selon certains médias, les proches du maire de Pau évoquent bien un possible rapprochement avec Macron.
La question est de savoir pourquoi François Bayrou aurait changé totalement son fusil d’épaule.
Pour crédibiliser cette éventualité, quatre raisons.
La première est que François Bayrou a compris que, non seulement, le programme de François Fillon n’est absolument pas centro-compatible mais qu’en plus le candidat LR ne veut pas de lui (tout en espérant son soutien «gratuit» malgré tout…).
La deuxième, plus prégnante, est le pourcentage très bas actuellement des intentions de vote en sa faveur dans les sondages et, a contrario le pourcentage de plus en plus haut d’Emmanuel Macron.
Bayrou a beau avoir toujours dit qu’il ne regardait pas les courbes des sondages, il est comme tout le monde, il les voit et… bien sûr, les analyse!
La troisième est que ses troupes, militants et sympathisants, sont très ouverts à une telle alliance et, déjà, certains membres du MoDem ont rejoint Macron comme l’ont fait beaucoup de ceux de l’UDI.
La quatrième est que Macron n’a pas l’air intéressé par récupérer le leadership du Centre et que ce rapprochement pourrait permettre, paradoxalement, à Bayrou de renforcer sa position de chef des centristes dans une alliance politique plus large.
En revanche, pour tordre le cou à cette rumeur d’autres raisons existent.
D’abord, on ne voit pas clairement ce que le président du MoDem aurait à gagner dans une alliance assez tardive où beaucoup de places sont déjà prises ou promises en cas de victoire et surtout parce que le leader d’En marche a exclu des ralliements d’appareils (celui du Mouvement démocrate par exemple) ainsi que des places réservées aux personnalités politiques.
Ensuite, cette alliance, puisque c’est le mot utilisé par Bayrou, marquerait la fin de son ambition présidentielle alors qu’il peut encore espérer se présenter en 2022.
Néanmoins, en s’effaçant en 2017 devant un Macron qui a plus de chance de victoire dans cinq ans que cette année, il se ferme cette éventualité.
Enfin, ce serait également un passage de témoin quasi-officiel entre lui et Macron qui deviendrait, de facto, le leader de l’espace central, celui qui permet malgré tout à un centriste comme Bayrou d’espérer gagner des élections en ratissant plus large que l’espace centriste qui est son fond de commerce mais qui n’a pas aujourd’hui une surface suffisante pour une victoire à la présidentielle, par exemple.
D’autant que l’on n’a pas entendu le président du MoDem annoncer sa retraite…
Dès lors, on peut se demander ce que va dire François Bayrou à propos de cette rumeur, lui qui réagit souvent vite à ce type d’informations pour ne pas qu’elle le pollue.
De même, s’il a l’intention de se rapprocher de Macron pourquoi ne pas seulement le soutenir à titre personnel pour cette élection en gardant ainsi intacte son indépendance et la possibilité de se présenter en 2022 et non le rejoindre?
En tout cas, on devrait en savoir plus incessamment sous peu…

Alexandre Vatimbella



A lire aussi:


Aucun commentaire: