mercredi 28 décembre 2016

Présidentielle 2017. Quand Fillon tente de torpiller les candidatures de Bayrou et de Macron

Bayrou & Fillon négocient-ils?
L’équipe de campagne de François Fillon est en train de mettre la zizanie dans l’espace central en tentant de déconsidérer François Bayrou tout en préparant un plan anti-Macron.
On a entendu récemment plusieurs des membres de l’équipe du candidat LR parler d’initiatives pour contrer la sympathie que suscite le leader d’En marche dans l’électorat du Centre et de la droite modérée.
Voilà que des «fuites» révélées par le Canard Enchaîné laissent entendre que François Fillon aurait proposé un deal à François Bayrou pour empêcher Macron d’être en capacité d’être présent au second tour de la présidentielle.
On sait que le président du Mouvement démocrate n’aime pas le programme très à droite de l’ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy.
Mais, il déteste encore plus Emmanuel Macron qui semble lui barrer la route pour une quatrième candidature à l’Elysée comme l’indiquent les sondages actuellement, plus, être en position de lui ravir la place de chef de file de l’espace centriste.
Toujours est-il que François Bayrou a préféré attendre avant de prendre sa décision de se présenter ou non.
C’est dans cette optique que les propositions de Fillon auraient été faites.
Selon l’hebdomadaire, ce dernier aurait laissé le choix à Bayrou soit de rallier immédiatement sa candidature et de ramener avec lui les voix des électeurs du MoDem en échange d’un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale pour son parti qui n’a plus aucun député à l’heure actuelle, soit de se présenter pour prendre des voix directement à Macron et de se désister à l’issue du premier tour pour lui en échange d’un nombre conséquent de députés.
On comprend bien que Fillon tend un piège à Bayrou et à Macron pour récupérer à peu de frais leurs électorats.
En faisant circuler cette information, le camp Fillon laisse entendre que le leader du MoDem ne serait plus qu’un pion dans la stratégie électorale du candidat LR.
Sa défaite programmée dès le premier tour serait donc instrumentalisée par ce dernier qui en tirerait profit quoi qu’il arrive.
Mais si son opportunisme serait alors révélé en cas d’accord, pourquoi Bayrou pourrait être tenté par ce deal?
Comme on l’a dit ici, le président du Mouvement démocrate est tout à fait capable de sauter cette élection – en ne se présentant pas ou en faisant une candidature de témoignage – pour revenir plus fort en 2022.
Et si, pendant le prochain quinquennat de Fillon, il possède un groupe parlementaire, il sera en capacité de peser sur la politique et de crédibiliser sur son nom une possible alternance.
Cependant, les risques sont grands pour François Bayrou de n’apparaître que comme un politicien qui fait des calculs d’épicier.
Néanmoins, sont-ils plus importants que ceux de disparaître du jeu politique s’il ne se présente pas en 2017 ou s’il est battu à plate couture par Emmanuel Macron sans contrepartie?
Quant à ce dernier, les quelques pourcents que lui ôterait une candidature Bayrou ou son ralliement dès le premier tour à Fillon pourraient très bien faire la différence en le privant le leader d’une présence au second tour en lieu et place du candidat LR.
Voilà donc des bruits très nauséabonds pour l’espace centriste et l’axe central qui ne vont pas aider les Français à faire confiance en ses représentants.
A noter que si ces propositions ont réellement eu lieu, François Fillon fait exactement ce qu’il a reproché à Alain Juppé de faire, un accord avec François Bayrou, l’homme honni par les sympathisants LR.
Alors que rien n’est venu prouver que le maire de Bordeaux avait fait des promesses à celui de Pau, cela lui a sans doute fait perdre la primaire de LR.
Entre son programme qui est en train d’être amendé et des négociations qu’il avait pourtant fustigées, Fillon montre que son image de clarté et d’honnêteté qu’il voulait imposer était plutôt une posture.
Enfin, il est hautement probable que François Bayrou réagisse en niant toute négociation de ce type avec François Fillon.


Alexandre Vatimbella



A lire aussi:


Aucun commentaire: