jeudi 1 décembre 2016

Présidentielle 2017. Bayrou veut se présenter mais…

François Bayrou veut être candidat en 2017 et la défaite d’Alain Juppé à la primaire lui enlève les dernières barrières qui entravaient sa volonté.
Sauf que la donne n’est plus exactement la même qu’il y a quelques mois, voire quelques semaines.
Si, sur le plateau de France 2, il a dit qu’il n’excluait rien notamment de se présenter à la présidentielle car, en l’état, il ne se ralliera pas à François Fillon sauf si celui-ci infléchissait nettement son programme qu’il estime quasiment aussi dangereux que celui de Nicolas Sarkozy et injuste, ce que le candidat officiel de LR a d’ores et déjà déclaré qu’il ne le ferait pas, Bayrou est aujourd’hui dans un trou d’air qui ne facilite pas sa candidature.
Les sondages le donnent actuellement entre 5% et 8%, ce qui ferait de sa présence à la présidentielle, une candidature de témoignage, vouée inexorablement à l’échec face à celle d’Emmanuelle Macron qui semble être sur une dynamique, notamment auprès des électeurs centristes.
Bien entendu, François Bayrou a le temps d’inverser la tendance et les récentes surprises lors des élections dans les pays démocratiques montrent que plus rien n’est impossible en la matière.
Néanmoins, Macron est un concurrent qui possède tous les atouts pour occuper l’espace central cher à Bayrou mais également être ce qu’il fut en 2007, le candidat refuge pour tous les électeurs qui ne voulaient pas des candidats des deux grands partis et qui rejetaient le Front national.
Avec, comme pour Bayrou à l’époque, une chance de figurer au second tour.
Dès lors, le président du Mouvement démocrate ne veut pas que sa dernière tentative soit un flop.
Il pourrait donc choisir de zapper 2017 pour être un recours en 2022 après l’échec d’une présidence Fillon (on n’ose imaginer une victoire de Marine Le Pen) et le dégonflage de la bulle Macron.
Cependant, faut-il le rappeler encore, François Bayrou ne vit que pour l’élection présidentielle et son Mouvement démocrate n’est qu’une machine pour le seconder dans sa candidature à la seule élection qu’il estime importante dans la V° République car conditionnant toutes les autres.
Une solution de repli pourrait être alors de ronger son frein en monnayant son soutien à François Fillon contre une dizaine ou une vingtaine de députés qui lui seraient utiles en 2022 pour mieux légitimer sa candidature.
Reste que l’on voit mal Fillon lui offrir ce cadeau alors même que Juppé a perdu parce qu’il était considéré comme otage de Bayrou.
D’autre part, rien ne dit que Macron ne sera qu’une mode et, même s’il l’est, rien ne dit qu’un autre Macron ne sera pas sur la route du président du MoDem en 2022.
La décision de François Bayrou sera difficile mais il est sûr que la base de sa réflexion est d’y aller.

Alexandre Vatimbella



A lire aussi:



Aucun commentaire: