mercredi 28 décembre 2016

Présidentielle USA 2016. Quand 77744 voix font gagner et 2,9 millions perdre!

Hillary Clinton & Donald Trump
On connait maintenant les résultats définitifs de l’élection présidentielle américaine dont le processus s’est achevé avec le vote des grands électeurs le 19 décembre dernier qui a confirmé la victoire du républicain Donald Trump en nombre de délégués mais par en nombre de voix, lui permettant de devenir, en janvier prochain, le 45° président des Etats-Unis.
Comme on le sait depuis le lendemain du 8 novembre, c’est la centriste Hillary Clinton qui a remporté haut la main le vote populaire avec une marge qui est devenue de plus en plus impressionnante au fil du processus de dépouillement.

Ainsi, la candidate démocrate a obtenu 65865075 voix soit 2864974 suffrages de plus que son adversaire républicain (qui a obtenu 62979879 voix).

Le plus grand écart en faveur d’un perdant était jusqu’à présent celui du démocrate Al Gore face à George W Bush en 2000 et se montaient à 543816 voix.

Ce qui donne à Clinton 48,04% des voix contre 45,95% à Donald Trump soit un écart de 2,1% en sa faveur.

Seul le démocrate Samuel Tilden avait obtenu un écart plus important en étant battu, 3%, en 1876.

A l’époque, son élection lui avait été «volée» par une commission bipartisane, composée de démocrates et de républicains.

Après moult tractations, les décisions de celle-ci avaient abouti à un grand marchandage où les Etats du Sud avaient obtenu de ne plus être sous la tutelle du gouvernement fédéral, ce qui était le cas depuis la fin de la Guerre de sécession, et leur avait permis de mettre en place toutes les mesures racistes à l’encontre de leur population noire.

A noter que, à chaque fois, le candidat lésé est un membre du Parti démocrate…

Ce qui est également impressionnant, c’est qu’elle a obtenu plus de voix que n’importe quel président blanc n’a jamais obtenu pour se faire élire (seul Barack Obama a fait mieux qu’elle) alors qu’elle est la perdante.

De son côté, Donald Trump a obtenu 306 des grands électeurs contre 232 à Clinton (il en faut 270 pour être élu) et a gagné 30 Etats contre 20 (plus le district de Columbia) à son adversaire démocrate.

Lors du vote des grands électeurs, le républicain a obtenu 304 suffrages, soit deux d’entre eux qui ont décidé de ne pas voter pour lui comme le prévoit certains Etats, et la démocrate 227, soit cinq de moins.

Une autre statistique va faire réfléchir sur la nécessité d’une réforme en profondeur du système électoral américain.

Si Hillary Clinton a perdu avec près de 2,9 millions de voix d’avance, il n’en a fallu que 77744 à Donald Trump pour l’emporter!

C’est le nombre de voix d’avance qu’il a obtenu dans les trois Etats-clés – les fameux «swing states» – que sont le Michigan, la Pennsylvanie, le Wisconsin et qui lui ont permis d’obtenir plus de grands électeurs.
Cela correspond à 0,22% de plus de voix que Clinton dans le Michigan, 0,72% en Pennsylvanie et 0,76% au Wisconsin.

Cet écart représente un vingtième d’un pourcent des 136 millions de votes lors de cette élection…

Lorsque l’on sait que dans ces Etats, comme dans d’autres, nombre d’électeurs démocrates ont été refoulés, le plus souvent injustement, des bureaux de vote parce qu’ils n’étaient pas soi-disant en règle pour pouvoir exercer leur droits de vote, on comprend bien toute la problématique des élections américaines où ce n’est pas seulement son système à double étage, vote populaire pour des grands électeurs qui votent pour le président, qui est en cause.

Ainsi, depuis des années, le Parti républicain qui connait la démographie du pays qui est en sa défaveur – comme cette élection l’a une nouvelle fois montré alors même que nombre de partisans démocrates ne se sont pas déplacés – essaie par tous les moyens de restreindre le droit de vote de groupes sociaux et ethniques dans les Etats qu’il contrôle, sachant que ceux-ci votent très majoritairement démocrate.

D’ailleurs, avant le 8 novembre, jour du scrutin, plusieurs décisions judiciaires avaient été rendues pour annuler des lois iniques mises en place par les républicains.

Et l’on devra, par exemple, revoter en Caroline du Nord à la fin 2017 pour des élections législatives depuis qu’un tribunal fédéral a déclaré le redécoupage des circonscriptions opérées par le Parti républicain, illégal parce que raciste.



Alexandre Vatimbella




Aucun commentaire: