dimanche 22 janvier 2017

Présidentielle 2017. Macron présentera son «contrat avec la nation» d’ici à début mars

Alors qu’En marche gagne de plus en plus d’adhérents – plus de 145000 adhérents selon lui – et que nombre d’élus ainsi que de personnalités politiques le rejoignent, Emmanuel Macron a tenu une conférence de presse jeudi 19 janvier afin de «clarifier les prochaines étapes» de sa candidature à la présidentielle en donnant des précisions sur ses grands axes mais aussi pour annoncer que son mouvement présenterait des candidats dans toutes les circonscriptions pour les législatives de juin prochain et qu’un formulaire en ligne permettait de se proposer, de même que les règles pour le faire et être éligible.
Concernant les grands axes, il a rappelé qu’En marche «traduit une volonté de s’engager, de s’approprier la vie politique et civique française, et une attente profonde de transformation» et qu’il veut s’«affranchir des jeux d’appareils qui ont conduit à bloquer notre pays».
En outre, Macron a rappelé que ses «valeurs et objectifs» «fondent le progressisme que nous portons: pour la transition environnementale et numérique, pour la flexi-sécurité, pour l’égalité des chances, pour le renouveau démocratique et culturel, pour une société forte et un Etat laïc, garant de la cohérence nationale, et enfin pour le projet européen».
Quant à la fameuse «révolution» démocratique qu’il veut initier, c’est «la société du travail, la sortie d’une société de statuts, la possibilité de choisir sa vie et tout ce que j’ai pu détailler durant cet automne était le cœur de cette vision».
Surtout, Emmanuel Macron a annoncé qu’il poursuivrait la présentation détaillée de son programme mais qu’il ferait une annonce importante dans les semaines à venir:
«Parce que je crois qu’une élection présidentielle exige hauteur de vue et cohérence, je présenterai d’ici à début mars le cœur de notre projet, celui d’un contrat avec la nation. Il s’agit du plan de transformation dont j’ai parlé à l’automne dernier, c’est-à-dire la méthode de gouvernement, les grands objectifs et les réformes-clés avec leur calendrier – je veux parler des réformes en profondeur, celles qui transforment et refondent, et non celles qui ajustent. (…) Ce plan de transformation (…) sera accompagné d’un cadrage budgétaire et financier précis qui permettra d’améliorer notre capacité à investir pour préparer l’avenir et en même temps réduire nos dépenses courantes. Ce contrat avec la nation sera le cœur de mon engagement présidentiel.»
Dans le même temps, Emmanuel Macron est désormais en tête du «palmarès de l’adhésion» réalisé par Odoxa pour l’Express, la presse régionale et France Inter dévoilé au cours de la semaine qui s’achève, avec 40% de Français qui éprouvent de la sympathie à son encontre devant Alain Juppé (34%).
Mais, sans doute ce qui est plus important notamment pour une présidentielle où l’on vote tout autant pour un candidat que contre les autres, le leader d’En marche est la personnalité politique qui suscite le moins de rejet (27%) alors que ses concurrents directs, François Fillon (40%) et Marine Le Pen (54%) font de mauvais scores.
(Sondage Odoxa réalisé les 12 et 13 janvier 2017 par internet auprès d’un échantillon de 984 personnes âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)


Alexandre Vatimbella



A lire aussi:


Aucun commentaire: