dimanche 24 janvier 2016

Actualités du Centre. Taïwan - Les centristes remportent la présidentielle et les législatives

Tsai Ing-wen
C’est le parti DPP (Democratic progressive party) qui a remporté les élections générales à Taïwan le 16 janvier.
Pour la première fois dans l’histoire contemporaine de l’île d’un peu plus de 23 millions d’habitants, c’est une formation de centre-gauche qui aura, en même temps, son représentant à la tête du pays et qui sera majoritaire au parlement.
Créé en 1949 par les nationalistes du Kuomintang qui venait d’être battus par les communistes en Chine continentale, le régime politique de l’île est devenu, petit à petit, démocratique.
Le DPP est un parti attaché à l’indépendance de Taïwan face aux revendications d’annexion de Pékin et qui refuse l’idée d’une réunification qui, en plus, ferait perdre son caractère démocratique au pays.
Sa pensée politique est sociale-libérale, pro-marché, progressiste et anti-communiste.
A l’élection présidentielle c’est Tsai Ing-wen qui a été élue avec 56,3% des voix, devenant ainsi la première femme à occuper la fonction suprême.
Aux législatives, le DPP a obtenu 60,17% des voix et 68 sièges sur 113, soit la majorité absolue, battant le Kuomintang, une première au parlement depuis la création du régime.
La Chine a évidemment suivi de près cette élection et souhaitait ouvertement la défaite du DPP.
Elle a réagi d’ailleurs en mettant en garde les autorités de Taïwan à propos de l’indépendance.
En effet, le parti communiste chinois et le Kuomintang se sont affrontés de 1949 jusque récemment pour être le seul représentant légal de la Chine au niveau international.
Du coup, Taïwan n’a jamais été une entité indépendante de la Chine continentale.
La reconnaissance du régime communiste à la place du celui du Kuomintang qui s’est opérée à l’ONU en 1971 fait que Taïwan n’est plus représentée aujourd’hui dans les instances internationales car l’île n’a jamais proclamé son indépendance.
Le DPP le souhaite et veut que le pays se nomme officiellement République de Taïwan, ce qui est inacceptable pour Pékin.
A noter que le DPP fait partie de la Fédération internationale libérale (LI, Liberal international) avec des partis centristes comme les libs-dems britanniques ou le Mouvement réformateur belge.



Aucun commentaire: