dimanche 31 juillet 2011

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La règle d’or, c’est avant tout d’être responsable!


Lorsque l’on gouverne, il est important d’avoir à sa disposition la palette la plus large possible pour prendre des décisions et appliquer des mesures selon la situation à un moment donné. S’empêcher d’agir en se fixant des règles trop contraignantes est une option dangereuse. Le pragmatisme, principe centriste s’il en est, est de rigueur.
Pour autant, cela ne veut pas dire que les gouvernants peuvent faire n’importe quoi, n’importe comment. C’est bien pour cela qu’il existe une Constitution et des lois qui encadrent leurs actions et définissent le cadre juridique de leurs interventions.
Un débat a toujours eu lieu pour savoir si, par exemple, la Constitution devait être la plus détaillée possible ou, au contraire, contenir les grands axes qui fixent les règles de la vie en société et, notamment, la manière dont le gouvernement les applique.
Ce petit rappel fait, il est intéressant de voir que ces dernières années, le politique, devant des demandes de la société civile ou de groupes de pression, voire pour se couvrir, a voulu introduire dans la Constitution des règles contraignantes dans plusieurs domaines.
On se rappelle l’incohérent et dangereux principe de précaution qui pourrait, s’il était appliqué à la lettre, paralyser l’ensemble des activités humaines.
On se rappelle également le droit au logement pour tous qui n’est, évidemment, pas appliqué devant l’impossibilité de le mettre en œuvre concrètement.
Et voici maintenant la règle d’or dont, pour résumer à gros traits, le but est de faire voter un budget de l’Etat en équilibre et empêcher la dérive des déficits publics lorsque le pays n’est pas dans une grave crise économique.
Tout comme la sécurité des citoyens (principe de précaution), leur bien être basique (droit au logement), la volonté d’empêcher que les pouvoirs publics empruntent à tout va pour dépenser sans compter (la règle d’or) ne sont pas condamnables, loin de là.
Plus, ce sont des missions essentielles du politique.
Cependant, comme pour la sécurité des citoyens et le bien être de la population, la bonne gestion de l’Etat n’est pas essentiellement une question de règles qui, quand elles s’attaquent à des questions aussi complexes, ne peuvent, à elles seules, résoudre les problèmes à elles seules.
Il n’y a pas de réponse parfaite à ceux-ci. Néanmoins, il y a une pratique qui permet d’aller toujours dans la bonne direction en ce qui concerne la lutte contre les déficits publics. C’est la responsabilité prônée depuis toujours par le Centre et le Centrisme.
Si les gouvernants étaient responsables et assumaient leurs responsabilités, nous ne serions pas, dans bien des pays et, notamment, en France, en train de vouloir mettre des interdictions pour les empêcher de mettre en faillite l’Etat par une fuite en avant dans la gestion des deniers publics.
Une responsabilité qui doit également toucher les citoyens qui ont beau jeu de blâmer les politiques aujourd’hui, pour leur gabegie après leur avoir demandé, hier, de raser gratis!

Aucun commentaire: