vendredi 5 janvier 2018

Actualités du Centre. Tony Blair: le Centre doit «exploser le statu quo»

Tony Blair
Dans une contribution du Project syndicate qui vent d’être publiée dans la presse, Tony Blair, l’ancien premier ministre britannique au pouvoir pendant dix ans (1997-2007), développe son nouveau positionnement politique qu’il appelle «centrisme révolutionnaire», souvent proche de la vision politique que défend Emmanuel Macron qui, rappelons-le, a publié au début de la campagne présidentielle un ouvrage intitulé «Révolution».
Blair, qui fut un des promoteurs de la «Troisième voie» inventée aux Etats-Unis par Bill Clinton, c’est-à-dire une voie centriste pour la social-démocratie et le travaillisme, avait créé ce qu’on a appelé le «New labour» dont les prises de positions étaient souvent plus centristes que celles du parti centriste britannique, les Lib Dems.
SI aujourd’hui le Parti travailliste a opéré un virage quasiment à l’extrême-gauche avec un leader, Jeremy Corbin qui se dit marxiste, Tony Blair, lui, a continué à creuser son sillon dans l’espace centriste.
Voici le texte qu’il a publié et intitulé «Centrisme révolutionnaire»:
«Le centre de la politique occidentale est connu comme le domaine du pragmatisme, de la raison silencieuse et de l'évolution, où les acteurs politiques évitent les extrêmes et cherchent des compromis. Parce que les centristes politiques se méfient de la rhétorique bruyante et de la division, ils ont adopté une vision «de haut en bas» (en français dans le texte) de la façon dont fonctionne le monde politique.
Aujourd’hui, ils sont débordés. Le populisme de droite et de gauche est rampant. Les anciennes règles ne s'appliquent plus. Les choses dites qui auraient disqualifié un candidat il y a quelques années sont maintenant un passeport pour le cœur des électeurs. Les positions politiques considérées auparavant comme «mainstream» sont méprisées, et celles considérées comme extravagantes sont aujourd'hui acceptables. Et les alliances politiques qui durent depuis un siècle ou plus, se brisent à cause de profonds changements sociaux, économiques et culturels.
La droite est en train de se fissurer. Le sentiment dominant est nationaliste, anti-immigration et souvent protectionniste, donnant lieu à une nouvelle alliance. Au Royaume-Uni, les militants travaillistes traditionnels dans les vieilles communautés industrielles et les riches partisans de la dérégulation et propriétaires d'entreprises se sont unis dans leur aversion pour la façon dont le monde change et pour le «politiquement correct». On ne sait pas si cette coalition – et les formations similaires dans d'autres pays – pourra survivre à ses contradictions économiques inhérentes, bien que je ne sous-estime pas le pouvoir de cohésion d'un sentiment partagé d'aliénation culturelle.
Mais, comme on peut le voir dans les luttes au sein du Parti républicain aux États-Unis, le Parti conservateur en Grande-Bretagne et en Europe, une partie importante de la droite se considère toujours comme le champion du libre-échange, des marchés ouverts et de l'immigration.
La gauche est également en train de se diviser. Une partie est en train de passer à une position étatiste beaucoup plus traditionnelle sur la politique économique, et à une forme de politique identitaire qui est beaucoup plus radicale sur les normes culturelles. L'autre partie s'accroche à une tentative de fournir un récit national unificateur autour des concepts de justice sociale et de progrès économique.
Bien sûr, ce qu'on appelait le courant principal de la gauche et de la droite pourrait reprendre le contrôle de leurs partis politiques. Pour l'instant, cependant, les extrêmes sont en place, laissant beaucoup de gens – socialement libéraux et en faveur d'une économie de marché compétitive aux côtés de formes modernes d'action collective – sans un foyer politique.
Est-ce temporaire ou sommes-nous à un point d'inflexion?
C'est la mondialisation qui change la politique. La vraie division est aujourd'hui entre ceux qui considèrent la mondialisation essentiellement comme une opportunité comportant des risques qui devraient être atténués et ceux qui croient que, malgré ses avantages apparents, la mondialisation détruit notre mode de vie et devrait être fortement contrainte.
J'ai parfois exprimé cela comme la différence entre une vision «ouverte» et «fermée» du monde. Mais si ce langage capte une partie de l'essence de la différence, j'en arrive à penser qu'il est inadéquat, parce qu'il ne respecte pas suffisamment le sentiment que les «globalisateurs» ignorent les vrais problèmes de fonctionnement de leur création.
Le danger de la politique occidentale est que, sans un centre large et stable, les deux extrêmes se rencontrent dans une confrontation intransigeante. Le degré de polarisation aux États-Unis et au Royaume-Uni est effrayant. Dans les deux cas, le public se divise en deux nations qui ne pensent pas les unes aux autres, qui travaillent les unes avec les autres ou qui s'aiment les unes, les autres.
C'est dangereux, parce que s'il perdure, la démocratie perd son attrait. Le gouvernement devient paralysé. Le modèle de l'homme fort devient plus attrayant. Lorsque nos systèmes politiques et économiques deviennent une compétition animée par une mentalité de gagnant-perdant, ceux qui gagnent à un moment donné commencent à considérer les perdants comme des ennemis plutôt que comme des adversaires.
La démocratie a un esprit, pas seulement une forme; et le niveau de polarisation d'aujourd'hui est incompatible avec cela. C'est pourquoi nous avons besoin d'une nouvelle politique qui cherche à construire des ponts et à rassembler les gens – une politique qui diffère de la politique centriste d'hier à deux égards.
Premièrement, nous devons comprendre la nécessité d'un changement radical, et pas seulement de réformes progressives. La technologie seule va transformer notre façon de vivre, de travailler et de penser. Nous devons montrer à ceux qui se sentent abandonnés qu'il existe un moyen de relever le défi du changement et qu'il est transformateur. Et nous devrions aborder leurs angoisses compréhensibles sur des questions comme l'immigration, qui sont complexes et multicouches, et ne peuvent pas être simplement rejetées comme des «déplorables» nativistes.
En d'autres termes, nous devons montrer que nous avons écouté le sentiment légitime de grief concernant certains aspects de la mondialisation.
Deuxièmement, nous devons reconnaître que la politique contemporaine ne fonctionne pas adéquatement pour relever le défi. Pendant qu’il demeure tabou pour les politiques qui occupent l’espace centriste des partis traditionnels de travailler ensemble, ils sont inefficaces, incapables de dire ce qu'ils croient vraiment et incapables de représenter ceux qui ont un besoin urgent d'être représentés.
Bref, en ces temps, la révolution est trop l'ère du temps pour être laissée aux extrêmes. Le centre devrait également devenir capable d'exploser le statu quo.»


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire