dimanche 25 octobre 2020

Propos centristes. France – Covid19, deuxième vague et reconfinement; mobilisation autour de l’école; islamo-gauchisme; haine en ligne; France relance; lutte contre la pauvreté; Pologne; Turquie…


Voici une sélection, ce 25 octobre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.


Emmanuel Macron (Président de la République)

- [Covid19] Ces mesures [sanitaires] n'ont pas vocation à être réduites mais elles seront peut-être renforcées, soit en s'étendant géographiquement, soit en regardant aussi les lieux, les moments où l'épidémie se propage le plus vite pour réduire ces occasions. (…) Il est trop tôt pour dire si on va vers des reconfinements locaux ou plus larges.

- [Covid19] Dans la phase où nous sommes, nous n'avons d'autre choix, compte tenu du nombre d'infections par jour, que de réduire notre vie sociale au maximum (...) si on veut vraiment préserver notre système de santé et nos concitoyens.

- [Covid19] Nous aurons en milieu de la semaine prochaine une vision plus claire de l'impact des mesures que nous avons prises et nous aurons des décisions à prendre les prochaines semaines pour ajuster les choses.

- [Covid19] Nous avons préparé les scénarios qui peuvent aller jusqu'au reconfinement local. On se projette au mieux jusqu'à l'été prochain [pour sortir de l’épidémie].

- [Covid19] On nourrit des espoirs sur des traitements, maintenant sur des vaccins et puis, on s'est aperçu que ça ne fonctionnait pas totalement. Les tests cliniques sont encore en cours, donc les choses ne sont pas stabilisées et on peut penser qu'on aura plus de visibilité à la fin du 1er trimestre 2021.

-Il ne leur faut que quelques clics pour appeler à la haine, faire l'apologie du terrorisme, inciter à la violence. Il ne vous faut que quelques clics pour agir, signaler, faire condamner. Alors ne laissons pas faire ! Un réflexe : http://internet-signalement.gouv.fr

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

- France relance: décliné dans chaque région, le plan de relance entre dans une phase opérationnelle.

- Dans 54 départements, le couvre-feu [est mis en place] pour sauver des vies. Pour nos soignants. Si leur engagement est exemplaire, notre responsabilité collective et individuelle est immense. Ils comptent sur nous, sur vous!

- Nous sommes revenus en état d'urgence sanitaire. Mais l'urgence est aussi sociale. L'État sera au rendez-vous de la solidarité nationale. Sur l’année 2020, une famille au RSA avec 3 enfants aura bénéficié d’une aide qui lui aura été directement versée de 1.200 €.

 

Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

- L'ensemble de la société française doit se mobiliser autour de son école.

- [Message aux enseignants] Un message d'empathie, de solidarité, de cohésion et d'unité. Le minimum que nous devons à Samuel Paty, c'est d'être à la hauteur de la situation. La République nous donne nos droits, en particulier la liberté d'expression. Aujourd'hui, la République a besoin de nous.

- [Procédures contre les atteintes à la laïcité] Elles n'étaient pas conçues pour faire face au terrorisme, mais pour résoudre le problème des atteintes quotidiennes à la laïcité. Nous avons mis en place un conseil des sages de la laïcité qui a élaboré les règles de référence pour l'Éducation nationale. C'était indispensable pour traiter avec clarté les cas auxquels sont confrontés les personnels. Nous avons en même temps créé des équipes " valeurs de la République", dès l'automne 2017, dans tous les rectorats pour recueillir les signalements, soutenir les équipes et trouver des solutions sur le terrain. Ce système et les personnes qui l'animent ont été présents jour après jour pour Samuel Paty.

- [Assassinat de Samuel Paty] Dans un premier temps, cette affaire est de faible intensité, à partir du cours de M. Paty et du malentendu qui se noue avec quelques parents d'élèves qui pensent que leurs enfants ont été exclus du cours parce que musulmans. Le professeur a été tout de suite soutenu par sa principale, qui a fait appel aux équipes académiques "valeurs de la République". Les questions soulevées sont clarifiées, les parents, apaisés, et le principe de la liberté d'expression, conforté. L'inspecteur d'académie adjoint a un échange avec M. Paty, une semaine avant le meurtre : ils sont en accord complet et estiment que cette agressivité représente une menace inacceptable vis-à-vis du professeur et du collège. Il y a un deuxième temps, qui relève clairement d'une volonté de créer du scandale et d'être dans une posture violente de la part d'un autre père de famille. Sa fille, exclue pour deux jours pour d'autres raisons, n'était pas au cours de M. Paty, mais son père tente de faire croire que cette exclusion est liée à ce cours. Il s'agit d'une série de mensonges. Ce père de famille vient au collège avec le militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, dont la principale ignore qui il est. Une vidéo est diffusée et une plainte déposée par ce père de famille. L'inspecteur d'académie adjoint a alors un échange avec M. Paty, une semaine avant le meurtre : ils sont en accord complet et estiment que cette agressivité représente une menace inacceptable vis-à-vis du professeur et du collège, même si elle n'allait pas jusqu'à une menace de mort. D'où la décision conjointe de porter plainte. Ce qui sera fait par la principale elle-même, avec M. Paty, au commissariat dès le mardi 13 octobre.

- Les organisations syndicales, de façon unanime, m'ont demandé un cadrage clair et précis pour ne laisser aucun enseignant dans le flou. Ce cadre, nous allons le construire ensemble pour le jour de la rentrée, mais aussi dans la durée, dans le sens d'un renforcement des valeurs de la République, de la laïcité et de la protection des personnels.

- [La rentrée se passera] en trois temps. Un premier temps permettra aux adultes de l'établissement de se préparer, ce qui décalera un peu l'horaire de rentrée des élèves. Un deuxième temps, pédagogique, avec les élèves, permettra de réaffirmer les principes de l'école et de la République. Un troisième temps, plus collectif, dans le respect des consignes sanitaires, réunira dans la cour de récréation les élèves, les professeurs et les partenaires de l'école pour une minute de silence, puis la lecture de la "lettre aux instituteurs et institutrices", de Jean Jaurès. À l'école primaire aussi, il y aura un temps pédagogique. Nous préciserons cela après consultation des organisations représentatives. À l'école élémentaire, il y aura une minute de silence. Et un temps d'échange avec les élèves avec un cadre donné aux enseignants. Pour la maternelle, il est évident que nous devons avoir beaucoup de tact avec les plus petits, à qui on ne doit pas parler d'une telle violence. Mais on doit être en mesure d'apporter des réponses aux questions qu'ils peuvent poser. À la maternelle, il n'y aura pas la minute de silence mais un temps calme.

- "Pas de vagues" est une expression que j'ai combattue dès mon premier jour au ministère. Ce changement de doctrine est très clair. Il reste encore du chemin pour qu'il s'accomplisse pleinement, mais nous avons renversé la vapeur. Les acteurs ont été invités à signaler tous les problèmes liés à la laïcité et à la violence. Nous avons créé une plateforme qui permet à chaque membre du personnel de signaler une atteinte. Nous nous sommes engagés à répondre sous vingt-quatre heures. Et ça fonctionne. Plus personne ne doit se sentir seul.

- [Autocensure des enseignants] Je ne dis pas que ces phénomènes n'existent pas : il y a une dimension psychologique, des peurs… J'ai bien conscience qu'on a perdu beaucoup de terrain pendant des années. Mais j'espère que ce drame permettra une prise de conscience collective. Le problème vient aussi parfois des familles. Il faut donc retrouver cette règle d'airain : les parents ne se mêlent pas de pédagogie. Et toute agressivité d'un parent doit être suivie d'une réaction de l'institution.

- Respectons la liberté pédagogique et éditoriale. On ne doit pas se censurer. Ce serait mettre le doigt dans l'engrenage fatal de l'intimidation. Mais chacun doit comprendre que les caricatures de Mahomet ne représentent pas une obsession de notre part de se moquer de Mahomet! C'est le malentendu que nous devons dissiper avec une partie du monde musulman qui, de bonne foi, pense qu'il y a une volonté d'agression. L'agression vient plutôt de personnages qui attisent la violence en donnant de fausses interprétations de ce qui se fait et se dit en France.

- Je pense à la complicité intellectuelle du terrorisme. Notre société à été trop perméable (...) à l'islamo-gauchisme et qui fait des ravages à l'université, dans les rangs de la France Insoumise.

- [Islamo-gauchisme] Plus personne n'a le droit à la lâcheté. Il y a un combat à mener contre une matrice intellectuelle venue des universités américaines et des thèses intersectionnelles, qui veulent essentialiser les communautés et les identités, aux antipodes de notre modèle républicain qui, lui, postule l'égalité entre les êtres humains, indépendamment de leurs caractéristiques d'origine, de sexe, de religion. C'est le terreau d'une fragmentation de notre société et d'une vision du monde qui converge avec les intérêts des islamistes. Cette réalité a gangrené notamment une partie non négligeable des sciences sociales françaises, je défie quiconque de me dire le contraire. Certains font ça consciemment, d'autres sont les idiots utiles de cette cause. Mais je n'ai jamais voulu dire que toutes les universités et leurs présidents en étaient complices : ils en sont majoritairement les victimes. Ça se constate aussi dans le monde médiatique, où un homme comme Edwy Plenel déploie méthodiquement une stratégie de conquête des esprits dont le ressort est la haine collective de soi.

- Certaines structures politiques [comme LFI] se greffent sur cette matrice par démagogie, par cynisme, car elles cherchent chez les musulmans un substitut à leurs électeurs perdus. Jean-Luc Mélenchon est un jour républicain et le lendemain islamo-gauchiste! Il a franchi la ligne jaune le jour de sa participation à une manifestation "contre l'islamophobie" dans laquelle certains participants ont comparé la condition d'un musulman en France à celle d'un Juif sous l'Occupation… C'est un paradoxe historique énorme de voir l'extrême gauche française, pour la première fois, tourner le dos aux idéaux de la Révolution française au bénéfice d'une vision du monde plus proche de celle des États-Unis et au service de l'obscurantisme le plus sombre. M. Mélenchon veut être dans l'Histoire. Mais c'est pour cette trahison qu'il y figurera. Ce qui est nécessaire aujourd'hui, à rebours de ces phénomènes, c'est le renouveau d'une conscience républicaine, au cœur de la société et de la vie politique française. C'est cette énergie au service de la liberté que nous devons transmettre aux générations futures.

- Depuis des années, des groupes font pression sur le terrain (...) Il faut un véritable sursaut des acteurs et de la société pour affirmer la fermeté de la République au quotidien.

- [Insultes subies par une enseignante lors d’un cours d'éducation civique] Il y a des faits de ce type, ils sont signalés et nous réagissons.

- [Grenelle de l'éducation] Cela fait des mois que nous le préparons (...) le bien-être des professeurs fait partie des sujets (...) J'ai hésité de le maintenir. (...) Mais nous devons revaloriser les professeurs.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

Comme nous nous étions engagés avec Marlène Schiappa, la famille qui s’en est pris lâchement à leur fille et nièce en la frappant et allant jusqu’à la tondre de force parce qu’elle était amoureuse d’un homme d’une autre confession, a été expulsée ce matin.

 

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)

[Nouvelles mesures d'aide aux plus précaires] Avec la crise, l‘inclusion par l’emploi est plus que jamais une priorité pour éviter la bascule dans la pauvreté et aider ceux qui y sont à en sortir.

 

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)

Depuis 2 ans, nous déployons une stratégie pour lutter contre la pauvreté. Cette stratégie est la bonne. L’année 2020 méritait qu’on la renforce avec des aides exceptionnelles et des mesures de soutien aux plus précaires, pour plus de 3 milliards d’euros. Et avec des mesures de moyen et long terme. Il n’y a pas de baguette magique contre la pauvreté. Il y a un combat de tous les jours, que nous menons loin des projecteurs, mais avec persévérance et détermination.

 

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)

Avec la Loi Recherche, j’assume de vouloir faire avancer les choses: 25 milliards sur 10 ans pour donner les moyens de ses ambitions à la recherche française. C’est un début.

 

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)

500M€ du plan France relance pilotés par mon ministère pour accélérer la transformation numérique de l'État et des territoires. Le Gouvernement n'a jamais autant investi du côté des usagers et des agents publics.

 

Faire et avancer sur des sujets débattus depuis tant d’années. Comme sur la 5ème branche de la protection sociale, comme sur le numerus clausus, comme sur l’inclusion réelle dans les écoles ou l’augmentation des minima sociaux. Une majorité au rdv des promesses et des attentes.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- Soutien aux Polonaises et aux Polonais qui défendent le droit à l'avortement Cette atteinte aux droits des femmes est une atteinte aux valeurs européennes. Nous sommes mobilisés pour défendre le droit des femmes à disposer de leur corps.

- Le mentorat est un moyen indispensable pour donner à tous les jeunes les mêmes chances de réussir.

 

Emmanuelle Wargon (ministre chargée du Logement)

Dans la crise que nous vivons - non seulement la crise sanitaire, mais la crise politique et républicaine suite à cet assassinat [du professeur Samuel Paty], je pense que c'est vraiment le moment de porter ses valeurs. Mes valeurs sont le respect de la laïcité et des valeurs républicaines et une mobilisation générale face à ce délitement et à tous ces accommodements, donc je pense que c'est vraiment un moment où il faut s'engager politiquement.

 

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)

- Quand les insultes remplacent les arguments, les mots n’ont plus de sens. En mémoire de tous les communistes résistants ou déportés, il est inadmissible de traiter le PCF de - collabo. Et dans tous les cas, le taguer est illégal.

[Jeune fille tondue] [Sa famille] n'avait rien à faire dans la République française.

 

Brigitte Bourguignon (ministre chargée de l'Autonomie)

- [Etat d’urgence sanitaire] Il n'est jamais agréable de légiférer par ordonnance. Il ne s'agit pas d'un blanc-seing. Qu'est-ce que vous croyez ? Qu'on n'a pas envie de fêter Noël en famille ? Qu'on fait ça par plaisir ? Enfin !

- Apprenons à parler autrement qu’en termes larmoyants de ces métiers du prendre soin, tellement essentiels à nos aînés. Et ces métiers sont difficiles, et s’ils méritent d’être mieux rémunérés et reconnus, sachez que celles et ceux qui les exercent ne ménagent jamais leur amour et leur engagement, comme ils le montrent au plus fort de la crise. Ce sont des héros et des héroïnes du quotidien, qui n’attendent pas seulement nos applaudissements dans l’hémicycle, mais une juste reconnaissance de leur rôle essentiel au côté des familles et des personnes vulnérables.

 

Sophie Cluzel (secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées 

La mobilisation du Gouvernement se poursuit pour accompagner les personnes en situation de handicap, leurs aidants ainsi que les professionnels dans le contexte actuel de l’épidémie.

 

Jean-Baptiste Lemoyne (secrétaire d’Etat chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie)

- Compte tenu de la poursuite de l’épidémie de COVID-19, nous prolongeons des dispositifs destinés à nos compatriotes établis hors de France.

- Les mesures de soutien aux professionnels du tourisme sont étendues aux départements sous couvre-feu: fonds de solidarité renforcé, activité partielle prise en charge à 100% , exonérations de charges.

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

Gravement préoccupé par le recul du droit à l’avortement en Pologne. Nous ne devons rien céder de nos droits et libertés. Indispensable de renforcer les outils de protection des droits en Europe.

 

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques)

- TousAntiCovid:1 million d’activations depuis jeudi soir. Merci à tous. Continuons dans la durée. Rappel : pensez à réactiver l’app quand vous êtes en public. Elle fonctionne en arrière-plan mais pas quand elle est fermée.

- Il faut que les grands réseaux sociaux se dotent de moyens efficaces contre les contenus haineux et qu’ils fassent toute la transparence sur leur dispositif de modération. La France a été très moteur pour que le droit européen évolue : un nouveau texte sera présenté début décembre.

 

Olivia Grégoire (secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable)

- La responsabilisation de l’économie, c’est le sens de l’histoire. Il n’y aura pas de survie économique, voire même de survie tout court, si la croissance n’est pas verte et sociale. Ce n’est d’ailleurs pas qu’une question d’urgence climatique: toutes les entreprises ont pris conscience que la rentabilité à long terme passe par la durabilité des activités. La nouvelle réalité, c’est qu’il ne faut plus être rentable pour devenir durable mais désormais être durable pour devenir rentable.

- [Relance verte] La loi PACTE a donné aux entreprises des outils pour s’engager. Les entreprises peuvent désormais inscrire dans leurs statuts des missions d’intérêt général, sociales ou environnementales qui vont au-delà de la recherche du profit à court terme. En définissant un nouveau statut de "fondations d’actionnaires", la loi Pacte facilite aussi la consolidation du capital des entreprises avec un actionnariat stable. La loi PACTE propose des statuts mais je souhaite aller plus loin. Il faut pouvoir rendre compte des changements très concrets que ces statuts apportent : nous devons avancer sur la détermination des indicateurs de la performance extra-financière, savoir comment évaluer, comptabiliser et améliorer l’impact social et environnemental de toutes les entreprises. De cette manière, nous aurons une image précise des efforts des acteurs mais surtout un gouvernail pour mieux les orienter. L’Économie Sociale et Solidaire (ESS), c’est l’économie des conséquences.

- Les contrats à impact [qui, permettent de favoriser l’émergence de projets sociaux et environnementaux innovants] ne sont pas une nouveauté, la loi de 2014 les avait rendus possibles, il ne restait plus qu’à les concrétiser techniquement et c’est là qu’est l’innovation. Le besoin est identifié depuis plusieurs années: nous avons d’excellentes initiatives locales qui peinent à passer à l’échelle, parce qu’elles sont à la fois très spécifiques et très nombreuses. Désormais, sur des thématiques bien identifiées comme nous le faisons avec l’économie circulaire, l’État, l’investisseur et le porteur de projet vont pouvoir se réunir pour déterminer ensemble les moyens et les objectifs de chaque initiative. (…) Je veux multiplier les contrats à impact qui sont un hommage et une récompense pour tous les formidables projets qui sont conduits partout sur les territoires et mériteraient d’être développés. Quand on veut conduire la transition écologique et solidaire du pays, il faut en effet être capable d’utiliser la force de l’État mais nous avons aussi souvent besoin de l’agilité des acteurs de terrain. C’est la différence entre le paquebot et le zodiac, chacun permet d’arriver à bon port mais ne permet pas de porter le même nombre de personnes ou d’atteindre les mêmes endroits.

- La relance c’est repartir en avant, mais ce n’est pas repartir comme avant. La politique des grands travaux conduite depuis Paris, ça marchait pendant les Trente Glorieuses. Aujourd’hui, nous avons besoin de faire confiance au terrain pour sélectionner, accompagner et faire réussir les projets de transition qui sont avant tout des projets locaux: le grand enseignement de l’écologie, c’est d’avoir montré que chaque territoire a ses spécificités et son écosystème propres. Les problèmes de mobilité ou d’énergie renouvelable ne sont pas les mêmes à Lille et Marseille, les solutions non plus.

- J’ai l’ambition de mettre la finance au service de l’ESS [Économie Sociale et Solidaire]. Depuis trop longtemps, les entreprises sociales et solidaires peinent à trouver des financements et doivent s’en remettre à la générosité d’organisations philanthropiques qui sont très utiles mais ne suffisent pas. Avec les changements que va apporter la performance extra-financière, dictée, encore une fois, par l’urgence climatique et sociale, nous allons renverser la pyramide du financement et structurer une offre de financement, dite à impact. (…) C’est le sens de l’histoire: de nombreux épargnants cherchent à donner du sens à leurs placements, qu’ils souhaitent davantage orienter vers des projets à utilité sociale ou environnementale. Donner un débouché à cette demande, à cette quête de sens, c’est ce que je m’efforcerai de faire d’ici la fin du quinquennat.

 

Assemblée nationale

Richard Ferrand (président)

D’ignobles inscriptions visaient à souiller le siège du PCF et l’histoire de ses militants. Je les condamne car je sais combien elles blessent injustement l’engagement sincère de nombreux concitoyens.

 

Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Stanislas Guerini (délégué général)

Au moment où nous prolongeons l'état d'urgence sanitaire à l'Assemblée, tenir compte des conséquences sociales de cette crise est indispensable.

 

Aurore Bergé (présidente déléguée du groupe à l’Assemblée nationale)

- La République, toute la République, rien que la République.

- La lutte contre le séparatisme islamiste ne peut s'accompagner d'aucun accommodement. C'est une guerre qui nous a été déclarée et que nous devons mener sur tous les fronts.

- Merci à celles et ceux qui se battent en Pologne pour que la plus intime et essentielle liberté des femmes, celle de disposer de son corps, ne soit pas abolie. Nous sommes à vos côtés.

 

Laetitia Avia (porte parole)

- Parce qu’hier 298 de nos concitoyens sont morts de la Covid19, qu’il y a urgence à agir et à donner au gouvernement les moyens pour freiner la propagation de ce terrible virus, c’est avec responsabilité que les députés LaREM ont voté l’état d’urgence sanitaire.

- Soyez assuré, Olivier Véran, de notre entier soutien dans cette bataille de longue haleine. Parce que la situation sanitaire se dégrade tragiquement, c’est en responsabilité que LaREM votera l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février.

 

●MoDem

Jean-Noël Barrot (secrétaire général)

[Le président turc Recep Tayyip Erdogan dénonce l'attitude d'Emmanuel Macron envers les musulmans de France et l'appelle à subir un examen de santé mentale] Des propos absolument inacceptables de Monsieur Erdogan vis-à-vis du Président de la République.

 

Bruno Millienne (député)

Maintenant, ca suffit! L'éditrice de "Sauvons l'Agriculture", Odile Jacob, s'oppose à l'installation d'un agriculteur bio sur ses propres terres, à 500m de la résidence secondaire qu'elle occupe 150 jours/an. Sachez que nous ne laisserons pas faire! Comble de l'ironie, le cabinet d'avocat qui s'occupe des recours lancés par Mme Jacob n'est autre que celui de Maître Corinne Lepage, spécialisée en droit de l'environnement. Les habitants d'Adainville, mais aussi une large majorité des élus des Yvelines, soutiennent l'installation de cet agriculteur. Il peut compter sur notre soutien jusqu'au bout pour que soient reconnus ses droits.

 

Autres

● Organisations centristes
♦ Renaissance
(Députés français du groupe centriste Renew Europe au Parlement européen)

 

Nathalie Loiseau

- [Le président turc Recep Tayyip Erdogan dénonce l'attitude d'Emmanuel Macron envers les musulmans de France et l'appelle à subir un examen de santé mentale] Amalgame, outrance, Indécence, le triptyque d’Erdogan. Silencieux face à l’assassinat atroce de Samuel Paty, il insulte le Président français et confond musulmans et islamistes radicaux. Pendant ce temps, la Turquie s’enfonce dans la crise, dans l’autoritarisme et l’aventurisme militaire.

- La décision de la cour polonaise consiste à interdire purement et simplement l’IVG. Chaque fois que les droits de l’homme reculent, cela commence par les droits des femmes. L’Europe ne peut pas détourner le regard.

 

Marie-Pierre Vedrenne

Nos politiques commerciales et d’investissements doivent contribuer au respect de l’Accord de Paris et à la mise en oeuvre de nos engagements définis par le Pacte vert.

 

Chrysoula Zacharopoulou

En plein Covid19 la Pologne rend l'IVG quasi illégal. Seules les victimes de viol, inceste ou en danger de mort auront le droit. Les autres le feront clandestinement à leur péril. Nous ne nous laisserons pas faire!

 

Laurence Farreng

[Tribune: Pour une action de l'Europe en faveur du secteur de la production audiovisuelle, particulièrement affecté par la crise.]
Alors que les plateformes de vidéo à la demande américaines (SVOD) décuplent leurs profits, dopées par les effets de la pandémie, les secteurs culturels européens, et parmi eux la production audiovisuelle, vivent une crise terrifiante. Les productions sont au ralenti, et les cinémas désertés pour un temps indéfini. Dans ce contexte, nous devons agir, non seulement lutter contre l’effondrement du secteur mais pour le rendre incontournable dans un nouvel ordre mondial du cinéma et de la fiction.
Notre arme pour la création audiovisuelle existe, c’est un texte voté au Parlement européen en 2019, la directive Services de médias audiovisuels. Ce texte qui devait être transposé par les Etats membres avant fin septembre 2020 subit lui aussi les effets de la Covid. En France, il doit être adopté sous forme d’ordonnance, pour une application effective tout début 2021.
Ce texte prévoit la présence d’un minimum de 30% d’œuvres européennes dans le catalogue des plateformes, et surtout la possibilité pour les Etats membres d’exiger que les SVOD diffusant sur leur territoire investissent dans des productions locales. Les premiers chiffres avancés sont de l’ordre de 25% du chiffre d’affaires réalisé par le diffuseur en France, un montant conséquent mais pas encore acquis.
C’est une manne, encore faut-il être en mesure de fournir. Et pour cela, il est nécessaire de réunir et financer au plus vite toutes les forces vives que constituent les auteurs, scénaristes, réalisateurs, producteurs, et de relancer la production pour capter les fonds mobilisables.
Enjeu supplémentaire : les productions britanniques sont à ce jour incluses dans les quotas. Qu’adviendrait-il en cas de Brexit sans accord ? Les productions britanniques sont majoritaires dans les productions européennes et si le volume et la qualité de ses œuvres sont avérés, on ne peut laisser la porte ouverte aux Britanniques sans règles, et alors même qu’ils coproduisent majoritairement avec les Etats-Unis.
Pour l’Europe, c’est une raison de réarmer en urgence son industrie créative du cinéma et de la fiction. Nous sommes le continent qui a inventé le cinéma, nous avons un patrimoine de studios et de décors naturels uniques, les festivals de cinéma les plus prestigieux. Nous disposons également aux quatre coins de l’Europe de grandes écoles du cinéma, et donc de professionnels reconnus.
Tout est là mais nous manquons de vision et de coordination à l’échelle européenne. Certes, c’est un sujet qui relève de compétences nationales mais les Vingt-Sept ont-ils réellement conscience de leur puissance en la matière ? A ce jour, l’ambitieux plan de relance européen ne mentionne pas la culture. Les députés européens l’ont relevé et voté massivement une résolution pour la relance de la culture qui demande la sanctuarisation d’un budget dans les plans nationaux, la transposition des textes protégeant le droit des auteurs et un soutien à la création.
Les résolutions du Parlement restent des recommandations et il va falloir veiller à ce que la Commission et les Etats membres donnent suite. A ce jour, l’Allemagne, l’Italie et la France ont lancé des plans de relance pour la culture et la France s’est particulièrement illustrée en y consacrant de 2% de son plan national.
Mais si l’argent fait beaucoup, il n’est pas tout. La question reste celle du projet à l’échelle des Vingt-Sept. Les axes de travail ne manquent pourtant pas : un programme massif de coproductions pouvant doper le catalogue des œuvres européennes et ré-irriguer les salles ; l’investissement dans les compétences artistiques, techniques et notamment numériques à l’échelle du continent, l’harmonisation sociale dans ce secteur où trop de précarité nuit à l’affirmation d’une filière. Ce sont des premières pistes, il faut les envisager sérieusement. Il en va de notre influence culturelle mais aussi de l’affirmation de nos intérêts face aux géants du numérique.

 

Fabienne Keller

L’Europe ne doit pas rester inactive face à ce qu’il se passe en Pologne! En menaçant l’accès à l’IVG pour toutes les femmes, le régime remet en cause une liberté chèrement acquise. Soutien aux Polonaises et Polonais, légitiment choqués par cette décision

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.