samedi 12 décembre 2020

Propos centristes. France – Lutte contre la covid19; accord sur le budget et le plan de relance européen; loi sur le respect des principes républicains; la France n’a pas laissé tomber Mila; 5° anniversaire de l’accord de Paris sur le climat et actions de l’UE; lutter contre l’inceste; politique du logement…

Voici une sélection, ce 11 décembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

► Emmanuel Macron (Président de la République)

- Les restrictions liées à la covid19 vous pèsent au quotidien, je le sais. Mais elles n’ont qu’un seul but : vous protéger.

- À la veille du cinquième anniversaire de l’accord de Paris, nous, Européens, nous engageons à réduire d’au moins 55% nos émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. 10 ans, c’est demain. Alors mettons tout en œuvre pour réussir. Maintenant. Tous ensemble. Car il n’y a pas de plan B !

- Le plan de relance européen historique décidé en juillet entre aujourd’hui dans le concret. Nous venons d’adopter un accord robuste sur le mécanisme à mettre en œuvre, dans le respect de l’État de droit. L’Europe avance, unie, et porte ses valeurs.

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

- Cette année 2020 aura été éprouvante pour nous tous. Je sais votre lassitude, vos doutes, vos souffrances. Je les partage. Mais je vous dois d’abord la vérité et la transparence sur cette épidémie.

- C'est en France que l’épidémie est aujourd’hui la mieux maîtrisée par rapport à nos voisins européens. L'amélioration marque toutefois le pas depuis une semaine : nous sommes sur une sorte de plateau. La partie est donc loin d’être gagnée.

 

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)

- Il y un an, la France faisait le pari démocratique d’une Convention citoyenne dédiée à la question climatique, dont les travaux vont changer notre pays. L’année prochaine, cette idée sera répliquée à l’échelle mondiale en amont de la COP26 de Glasgow.

- Le temps presse. 2020 restera comme l'une des années les plus chaudes jamais enregistrées. Avec 41 députés et responsables d’En Commun, nous appelons à accélérer la transformation écologique.

 

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)

- Pour la première fois en 15 ans, la France et l’Allemagne engagent un travail commun sur l'avenir des lanceurs européens. Il permettra à l'industrie spatiale européenne de gagner en efficacité et en compétitivité pour maintenir l’Europe parmi les leaders mondiaux en la matière.

- Cette crise sans précédent a permis de bâtir une coopération franco-allemande encore plus étroite et surtout un modèle économique européen de solidarité face à la crise.

 

Florence Parly (ministre des Armées)

- Mila n'a pas été exclue et je voudrais dire que Mila c'est notre combat. Pour qu'une protection soit efficace cela suppose le respect de la confidentialité et aujourd'hui celle-ci n'est plus garantie parce que le lieu de scolarisation de Mila a été divulgué. C'est pour cela que le ministère des Armées a proposé d'aménager sa scolarité. C'est une jeune fille extrêmement courageuse, qui est victime quotidiennement de menaces, y compris de menaces de mort, et ça c'est totalement inadmissible. C'est pour ça que l'État lui apporte sa protection.

- En Guyane. Fierté de me rendre auprès de nos 2300 militaires et civils qui s’engagent chaque jour pour notre sécurité et notre souveraineté. Nous poursuivons 3 missions principales:
Lutte contre l’orpaillage illégal. Pour protéger la forêt, les rivières et la santé des populations locales, nous combattons les criminels qui pillent les ressources. Une mission exigeante qui requiert courage et détermination : 68 campements illégaux ont été récemment détruits.
La protection du Centre Spatial Guyanais, notre rampe vers l’espace. Le dispositif Titan agit comme un bouclier autour de ce centre essentiel à notre souveraineté. Fière d’annoncer qu’un tir y sera effectué fin décembre pour mettre en orbite un nouveau satellite CSO.
Une mission de lutte contre la pêche illégale. Nos militaires interviennent pour préserver nos ressources et notre souveraineté maritimes. La mer est notre bien le plus précieux, ils en sont les gardiens.

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

- [Projet de loi confortant le respect des principes républicains] C’est la loi la plus importante que la République s’apprête à prendre depuis celle de séparation des Eglises et de l’Etat. Elle prévoit de mettre fin au communautarisme dans tous les services publics, y compris délégués : sociétés de transport, piscines, marchés, Pôle emploi, CPAM, etc. Il ne sera plus possible d’y porter des vêtements religieux ni d’y avoir des revendications communautaires. Par ailleurs, des dispositions très fortes sont prises pour connaître les financements étrangers des cultes, pouvoir s’y opposer et fermer des lieux de culte sur des motifs autres que ceux du terrorisme. On pourra aussi interdire d’accès à l’administration des lieux de culte des gens condamnés pour terrorisme ou apologie de celui-ci. Et puis, pour la première fois dans l’histoire de la République, nous allons interdire les subventions qui, souvent par naïveté, étaient accordées à des associations communautaristes. Il y a ceux qui parlent, et ceux qui font. Depuis que je suis ministre de l’Intérieur, nous n’avons jamais autant dissous d’associations islamistes.

- Chaque jour les femmes et les hommes de la direction générale de la sécurité intérieure protègent la République contre ceux qui veulent la détruire. Merci une nouvelle fois pour leur action contre ces activistes violents de l’ultragauche.

- Il y a 2 ans, Strasbourg était frappée en plein cœur par la haine islamiste. Mes pensées vont aux victimes, à leurs familles et à l’ensemble des Alsaciens. Ce jour là encore, nos forces de sécurité et de secours ont répondu présent, avec sang-froid et courage. N’oublions jamais.

- Je me félicite de l'accord trouvé entre le Conseil de l'Union européenne et le Parlement européen sur le retrait des contenus terroristes en ligne. Les grandes plateformes devront renforcer leurs moyens de surveillance et réagir rapidement à tout contenu terroriste signalé.

 

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)

- La crise a revivifié le dialogue social. Dès le début de la crise, les partenaires sociaux ont fait preuve d’esprit de responsabilité. Lors du premier confinement, 9 000 accords de reprise d’activité ont été signés. Aujourd’hui, on compte 6 500 accords sur l’activité partielle de longue durée (APLD) dans les branches et les entreprises. Syndicats et patronat négocient également sur des sujets de plus long terme : ils sont parvenus à un accord sur le télétravail, signé par trois organisations patronales et quatre syndicales. Ils se sont entendus également sur la santé au travail. L’Etat est aussi dans la coconstruction avec eux. Par exemple, avec le dispositif Transitions collectives qui gardera sa pertinence au-delà de la crise actuelle. Certains secteurs, comme la restauration collective, sont frappés par la crise ; d’autres sont en tension comme les métiers du soin, le BTP, le digital. L’Etat va prendre en charge la rémunération et la formation des salariés pour leur permettre de passer d’un secteur à l’autre et d’éviter des périodes de chômage. A hauteur de 100 % pour les entreprises de moins de 300 salariés, de 70 % pour celles dont les effectifs sont compris entre 300 et 1 000 ; et de 40 % au-delà. L’idée est de faire jouer la mobilité professionnelle plutôt que géographique : on ne va pas demander aux salariés de partir à l’autre bout du pays.

- Sur des réformes importantes comme l’assurance-chômage, il est important d’aller au bout de la concertation, mais s’il n’y a pas un accord, l’Etat prendra ses responsabilités

L'Etat continuera de prendre en charge 100% de l'activité partielle pour les secteurs fermés administrativement tant que nécessaire, et jusqu’à fin janvier pour les secteurs protégés. Pour les autres secteurs, le reste à charge restera de 15% jusqu’à fin janvier avant de passer à 40% sous réserve de l'évolution de la situation sanitaire. Je les invite donc à se saisir dès maintenant des outils à leur disposition comme l'activité partielle de longue durée.

- Je me réjouis que les partenaires sociaux aient trouvé un accord sur la santé au travail, sujet essentiel dans la vie des salariés. Après le télétravail, cette nouvelle réussite prouve la vitalité du dialogue social dans la période.

- A partir de janvier 2021, les jours de carence seront supprimés pour les salariés du privé atteints par le covid19.

- L’activité partielle a été mise en place dès le début du premier confinement pour éviter les licenciements et permettre aux entreprises de garder et former leurs salariés. En avril, au plus fort de la crise, l’Etat a ainsi pris en charge les salaires de près de 9 millions de salariés grâce à l’activité partielle. A fin octobre, ils étaient 1,6 million, avec une forte représentation des salariés des commerces, de l’hôtellerie-restauration et de l’événementiel. Pour éviter des fraudes, les services du Ministère du Travail ont effectué plus de 450.000 contrôles depuis mai. La majorité de ces fraudes (environ 13.000) concerne des usurpations d’identité de la part d’escrocs se faisant passer pour une entreprise. Dans la plupart de ces cas, le versement des fonds a été bloqué ou des procédures pour recouvrer les fonds lancées. Il y a également plus de 800 procédures pénales en cours.

- Face à l’ampleur de la demande, les équipes dédiées au contrôle de l’activité partielle ont été renforcées de près de 300 contractuels au cours de l’année 2020.

- Avec les fermetures liées au deuxième confinement, il est normal que nous ayons enregistré plus de demandes d’activité partielle. Au mois de novembre, il y a eu 3 millions de nouvelles demandes préalables avec un pic la semaine du 2 novembre après les annonces du Président du 28 octobre. Toutefois ces demandes ne se concrétiseront pas toutes forcément en indemnisation.

- Toutes les entreprises ont le droit de recourir à l’activité partielle dès lors qu’elles sont contraintes de fermer ou qu’elles connaissent une baisse d’activité du fait de la crise. Cela vaut donc également pour les entreprises de la grande distribution qui ont été impactées par la fermeture de certains rayons. Mais, comme pour toute entreprise, l’Etat n’indemnisera que ce qui est pleinement justifié.

- Le plan 1jeune1solution fonctionne : nous sommes à 420.000 apprentis. Le record de 2019 est battu. Malgré la crise, 2020 sera une année historique pour l'apprentissage.

- En attendant la réouverture des remontées mécaniques, le Gouvernement reste mobilisé pour accompagner les professionnels de la montagne. Les mesures prises pour protéger l’emploi portent leurs fruits : les remontées ont embauché 95% de leurs saisonniers.

 

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)

Le rassemblement national porte toujours les mêmes vieilles lunes. Il reste dans la posture avec soit des propositions qui existent déjà, soit des propositions irréalistes. C'est ça, son beurre électoral.

 

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)

- [Covid19] Pour Noël et les fêtes, le seul bon réflexe, c'est les gestes barrières et la limitation du nombre de personnes.

- [Covid19] Les efforts des Français ont payé, puisque nous avons réduit fortement la dynamique de l’épidémie depuis la fin du mois d’octobre. Mais la stabilisation des contaminations à un niveau préoccupant fait courir le risque d’une reprise si nous ne sommes pas prudents.

- En élargissant et en augmentant la prime d’activité, nous avons soutenu le pouvoir d’achat de plus de 4 millions de travailleurs modestes. Cette décision a ainsi fait baisser le taux de pauvreté en 2019 selon l’INSEE.

- J'ai saisi comme je m'y étais engagé devant les députés le conseil consultatif national d'éthique sur l'allongement du délai d'IVG de 12 à 14 semaines. Son avis favorable enrichira les débats sur un texte parlementaire de loi examiné au Sénat début 2021.

- Depuis 2017, nous avons fait le choix de renforcer les aides versées: aux travailleurs modestes, aux personnes en situation de handicap, aux personnes âgées précaires. C’était un engagement du président de la République.

 

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)

La détresse psychologique des étudiants pendant cette crise est bien réelle. Le travail des services de santé universitaire est indispensable. Pour les soutenir, nous avons décidé de créer 60 nouveaux postes d’assistantes sociales et de doubler les capacités d’accompagnement psychologique dans les services de santé universitaires. Chaque étudiant doit pouvoir être accompagné.

 

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)

Réunion de travail aujourd’hui avec les associations de protection des animaux de compagnie autour du plan France relance qui prévoit 20 millions d’euros pour la lutte contre l’abandon et la protection de ces animaux

 

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)

- Quand la volonté politique est claire, constante, les choses progressent. Nous l'avions promis : la nomination de femmes dans les postes dirigeants des administrations augmente fortement. En 2012, c'était 24 %. En 2019, 37%. Au 1er semestre 2020, 43%.

- 60 % des agents publics se disent protégés par leur hiérarchie face aux atteintes à la laïcité: je veux atteindre les 100 %.

 

Marc Fesneau (ministre chargé des relations avec le Parlement et de la participation citoyenne)

- On ne dira jamais assez le rôle moteur de la France pour répondre aux défis écologiques et climatiques. Verdissement de la PAC, transition écologique et aujourd'hui cet engagement européen. Et aux tenants du "jamais assez", je dis "faites"... et arrêtez de... dire.

- La Convention citoyenne est dans son rôle en proposant. Le gouvernement est dans son rôle en rédigeant un projet de loi mettant en œuvre ses propositions. Le parlement dans le sien en débattant, amendant et votant ce projet de loi. Avec pour exigences le défi climatique et la justice sociale.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- Je me réjouis de l'avis du CCNE [Comité consultatif national d’éthique] qui n'émet aucune objection éthique pour allonger le délai d'accès à l'IVG de 12 à 14 semaines. L'IVG est un droit qu'il faut absolument protéger.

- Les femmes ne représentent que : 25% des chefs d'exploitations agricoles, 17% des salariés du secteur Nous devons lutter contre leur invisibilisation et les inégalités qui en découlent.

- Les jeunes, aujourd’hui, ne supportent plus les inégalités. J’ai grandi dans une cité, et je sais ce que sont les discriminations, les injustices et les inégalités.

- Il faut donner une chance à tous les enfants et lutter contre le déterminisme social.

- [Création d’un index de la diversité] Il s’agirait d’un outil qui puisse servir aux entreprises, pour les aider à sensibiliser leurs équipes et à les former, à mesurer la diversité, et à leur permettre de mieux recruter. (…) Pour lutter contre les discriminations, il faut pouvoir les mesurer.

 

Emmanuelle Wargon (ministre chargée du Logement)

- Les loyers impayés n’ont pas explosé tant dans le parc social que privé, malgré la crise sanitaire, selon notre observatoire. Ils sont relativement stables. Au mois de septembre, 309.000 allocataires étaient en situation d’impayés, selon la Caisse nationale des allocations familiales. Le système de protection à la française joue son rôle d’amortisseur. Le dispositif du chômage partiel, que nous maintiendrons tant que la situation économique l’exigera, est efficace. En revanche, les retards de paiement ont augmenté. Dans le parc social, par exemple, la dette locative est supérieure en octobre de 65 millions par rapport à celle d’octobre 2019. Mais cette hausse ralentit fortement et les retards ne se transforment pas en impayés. Autrement dit, il n’y a pas davantage de locataires qui ont du mal à payer leur loyer, mais ceux qui ont des difficultés mettent plus de temps à le régler. On ne peut pas se réjouir de cette situation car les ménages payent souvent leur loyer en se privant d’autres dépenses, notamment alimentaires. C’est pourquoi le gouvernement va lancer, dès le début de l’année prochaine, un observatoire identique sur la pauvreté.

- Notre objectif est avant tout de permettre aux locataires de payer leur loyer, en maintenant leurs revenus. Si nous mettions en place un crédit d’impôt de 50% pour les propriétaires acceptant de renoncer à un loyer, leur reste à charge serait de 50%. Ce ne serait pas supportable pour les propriétaires aux revenus modestes et intermédiaires, comme les retraités par exemple.

- Je ne suis pas favorable à faire des exceptions sur la trêve hivernale. Les expulsions locatives ne peuvent intervenir entre le 1er novembre et le 31 mars. À partir du moment où on les autoriserait, on supprimerait de facto la trêve. En dehors de cette période, ma politique est de limiter au maximum les expulsions en travaillant en amont. Un rapport parlementaire me sera remis en janvier pour mieux les prévenir. Le cas des squatteurs est différent: il s’agit d’occupants illégaux, sans droits ni titres. Si leur expulsion est justifiée par une décision de justice, elle doit être rapidement exécutée par le préfet. Et dans le cas de domicile squatté, le propriétaire doit récupérer son bien en 72 heures grâce à une procédure administrative accélérée, comme le prévoit désormais la loi.

- Tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut construire des HLM, mais l’enthousiasme est parfois moins fort quand cela concerne sa propre commune. Or, on a besoin de logements sociaux partout et surtout dans les villes aisées, pour mieux les répartir sur l’ensemble du territoire. La loi SRU, qui a 20 ans, a permis de construire 870 000 logements dans les villes concernées qui n’atteignaient pas le quota de 20 ou 25 % de logements sociaux, avec une forte accélération ces dernières années. Je veux éviter que certains maires pensent qu’ils pourront se soustraire aux obligations, en misant sur le fait que la loi prend fin en 2025. 550 communes n’ont respecté ni leur quota de 20 ou 25 %, ni leur obligation triennale de production de HLM pour tendre vers ce seuil. 280 seront sanctionnées, soit plus de 50 %. Lors du précédent bilan triennal, ce taux était de 40 %.

- Il faut que l’on trouve la bonne ligne de crête entre la lutte contre le surendettement des ménages et le soutien au marché immobilier.

- [Marché immobilier] Il est difficile de faire des prédictions en la matière. Les professionnels de l’immobilier peuvent à nouveau effectuer des visites. Mais décembre n’est habituellement pas un mois très actif. On voit que les prix se tassent un peu. Au vu des niveaux atteints ces dernières années dans les grandes villes, ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle. On voit également que les investisseurs institutionnels reviennent sur le marché du logement. J’y suis favorable. Ces acteurs permettent de conforter les promoteurs en contribuant à ce que l’offre sorte de terre. Et ils ont une gestion plus durable dans le temps des copropriétés. Les permis de construire ont chuté ces derniers mois, ce qui est inquiétant pour l’offre de logements et le secteur du bâtiment. J’appelle les maires à reprendre l’instruction de dossiers pour répondre aux besoins de logements des Français.

- [Interdiction du gaz naturel dans la construction neuve] Le gaz émet trois fois plus de gaz à effet de serre que l’électricité. J’ajoute que la construction ne représente que 1% du marché et que l’installation de chaudière au gaz reste possible dans les bâtiments existants. Si elle doit impulser des transformations, cette décision ne peut pas remettre en cause le modèle économique de ces entreprises. Aux Pays-Bas, les mesures sont encore plus drastiques: le gaz est débranché dans certains quartiers. Ce n’est pas du tout notre approche en France.

- [Passoires thermiques interdites à la location] Oui, et je suis favorable à ce que cette mesure prenne effet en 2028, comme le prévoit la proposition de la convention citoyenne. Un logement doit être décent pour être loué. D’ici 2028, les propriétaires ont le temps de rénover leur bien classé F ou G pour qu’il ne soit plus une passoire. Si les travaux n’ont pas été faits, ce pourra être un motif de résiliation du bail par le locataire. À plus court terme, nous proposons d’interdire à la location les pires passoires d’ici 2023 et nous reprenons dans le projet de loi en préparation la proposition de la Convention citoyenne pour le climat d’interdire les hausses de loyers pour les passoires thermiques, et ce rapidement après le vote de la loi. Et pour inciter les Français à faire des rénovations globales, il nous faudra poursuivre et amplifier l’accompagnement des propriétaires modestes.

 

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)

- Nous ne touchons pas à la liberté d'association! Nous mettons dans la loi un contrat d’engagement sur les principes républicains et de laïcité pour conditionner les subventions publiques.

- 200.000 femmes en France vivent dans un mariage forcé. Nous allons renforcer les contrôles. Et nous ne donnerons plus de titres de séjour aux polygames.

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

- [Turquie] Les sanctions sont une étape nécessaire pour que l'Union européenne se montre ferme et crédible. On a rallié un consensus européen.

- [Brexit] Tant qu'il y a un espoir, on continue, c'est notre intérêt d'avoir un bon accord.

Un sommet qui fait avancer l’Europe et sa souveraineté: accord sur le budget et le Plan de relance, sanctions contre la Turquie, ambition rehaussée sur le climat (baisse d’au moins 55% des émissions en 2030).

- [Terrorisme] Une avancée majeure, portée par la France : accord européen trouvé pour le retrait obligatoire des contenus terroristes en ligne dans un délai d’une heure.

- Depuis 70 ans, la Convention européenne des droits de l’homme protège les droits et libertés fondamentales des citoyens européens. Ce sont nos valeurs européennes, souvent menacées, que nous devons continuer à défendre ensemble au quotidien. Avec fierté, sans faiblesse.

 

Sarah El Hairy (secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement)

- Le Service National Universel est, plus que jamais, une des réponses à la reconquête républicaine que nous menons.

- Que jamais 1€ d'argent public ne finance des ennemis de la République : c'est l'objectif du contrat d'engagement républicain pour les associations que nous élaborons. Pour que plus personne ne puisse utiliser le modèle associatif contre nos valeurs.

- Le projet de loi confortant les principes républicains est là pour protéger les Français, pour protéger leur liberté, pour protéger les fondements de notre pacte social. Nous prenons cette lutte à bras-le-corps.

 

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles)

- Un Français sur 10 aurait été victime d’inceste. La prévention et la lutte contre les violences sexuelles subies pendant l’enfance constituent un enjeu de société majeur.

- [Commission indépendante sur l’inceste et toutes les violences sexuelles subies pendant l’enfance] Cette instance inédite en France aura pour ambition de recueillir la parole des victimes, mieux comprendre l’ampleur du phénomène et ses mécanismes, appréhender les conséquences traumatiques Et ainsi impulser un changement de société.

 

► Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Stanislas Guerini (délégué général)

- Quelle démocratie peut accepter que des individus s’organisent, s’entraînent, s’équipent, s’arment pour venir casser voire tuer ? Nous devons prendre des mesures pour faire en sorte que ces personnes, qui ne sont pas des manifestants, ne puissent pas participer.

- [Covid19] Face à la crise, mon message est celui de la responsabilité collective. La situation sanitaire reste fragile. L'arme politique contre ce virus, c'est la constance !

- [Covid19] Le Président de la République a donné des perspectives durables, conditionnées à l’évolution du virus. Aujourd’hui, on sait dire que les objectifs ne sont pas atteints et les décisions sont compréhensibles.

- [Covid19] Nous avons tous une responsabilité collective. Le signal donné par le gouvernement est extrêmement clair, nous n’avons pas gagné la bataille. La solution est entre nos mains!

- [Covid19] Je crois qu'il y a plusieurs ingrédients pour créer de la confiance: la transparence, une stratégie lisible, du dialogue et de la concertation Le vaccin représente une avancée scientifique inouïe, et une véritable chance d’un retour vers une vie normale.

- Le soutien du Président de la République aux forces de l’ordre est absolu. Le Beauvau de la sécurité va dans ce sens et sera l’occasion de mettre à plat tous les sujets.

- La République en Marche a fait de nombreuses propositions pour continuer à mener la bataille contre les discriminations. Je souhaite par exemple que l’on puisse imposer des formations ainsi qu'un Index Égalité professionnelle dans les entreprises.

 

Christophe Castaner (président du groupe à l’Assemblée nationale)

- Mila n'a pas été exclue. Je sais la volonté de Florence Parly de la protéger, et de veiller sur l'institution militaire. Mais il est anormal de devoir être protégée parce qu’on utilise sa liberté d’expression. C’est bien cela qui doit nous indigner.

- Le 11 décembre 2018, un attentat terroriste frappait Strasbourg et un de ses symboles, le marché de Noël. Deux ans plus tard, je pense aux victimes et aux familles. Nous resterons debout, ensemble, unis, pour défendre ce que nous sommes face à la haine islamiste.

- [Covid19] Ne pas nier la réalité du combat contre le virus c'est assumer de déconfiner plus progressivement, plus prudemment encore. Pour protéger les fêtes de famille et Noël, pour que la rentrée ensuite se passe bien, nous devons, tous, continuer à être responsables.

 

Aurore Bergé (présidente déléguée du groupe à l’Assemblée nationale)

- La laïcité n'est pas un glaive. La laïcité ne tue personne. La laïcité est un bouclier. Elle protège la liberté de conscience. Elle n'est pas l'athéisme et protège ceux qui croient. Elle protège contre les fondamentalismes.

- Les droits des femmes méritent mieux que des querelles de clocher ! Grâce à notre mobilisation collective, nous allons faire progresser l'accès des femmes à l'IVG partout sur notre territoire. Et c'est une grande fierté!

- La culture est essentielle à nos vies. Elle doit être partout et pour tous. Et notamment dans les centres éducatifs fermés afin d'en renforcer la mission et favoriser la réinsertion.

- Lutter contre la polygamie, les mariages forcés, le voilement des petites filles ou les certificats de virginité, c'est donc "attaquer les musulmans". En clair, vous confondez musulmans et islamistes. Parce qu'il n'y a que des islamistes qui imposent cela aux filles et aux femmes.

 

● MoDem

[Communiqué]
Le Mouvement Démocrate lance la consultation Tous aux urnes! afin de renforcer la participation électorale.
"L'abstention est un symptôme grave, soit du désintérêt, soit du sentiment d'inutilité du vote, soit de l'indifférence à l'enjeu" comme l'a rappelé François Bayrou lors du Congrès du Mouvement Démocrate du 5 décembre 2020.
C'est la raison pour laquelle le Mouvement Démocrate s'engage contre l'abstention. Inscription sur les listes électorales, procurations, vote à distance, représentativité des candidats, sont autant de sujets sur lesquels les citoyens sont appelés à se prononcer.

 

 Jean-Noël Barrot (secrétaire général)

Je lance avec le MoDem une consultation citoyenne pour identifier les causes de l'abstention et formuler des propositions pour renforcer la participation électorale. (…)la consultation Tous aux urnes! est ouverte à toutes et à tous avec comme objectif d'élaborer des propositions ayant vocation à moderniser les pratiques électorales françaises ; soit en faisant évoluer la loi, soit en expérimentant des bonnes pratiques à l’occasion des élections départementales et régionales 2021.

 

Patrick Mignola (président du groupe à l’Assemblée nationale)

- Le plan d’aide d’urgence à la montagne de 400M€ annoncé par Jean Castex constitue un soutien massif pour la survie de nos territoires. Notre responsabilité collective, c’est de respecter les recommandations pour éviter qu’une 3e vague ne réduise à néant la saison touristique.

- Je remercie Olivia Grégoire de concrétiser le travail sur les délais de paiement inter-entreprises. Dans la période qui vient, réduire ces délais sera très important pour les PME.

 

● UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)

Le rapport du Sénat montre ce que nous pressentions déjà en Mars, M. Salomon, Directeur général de la Santé est le principal responsable si la France était désarmée lors de la première vague épidémique. On comprend mieux les mensonges sur les masques! Pourquoi le Gouvernement le laisse-t-il en place? (…)Soit madame Buzyn savait et elle est aussi responsable que lui. Soit elle ne savait pas, mais elle est aussi responsable car son travail est de savoir quel est le stock des masques

 

Pascal Brindeau (député)

L’Assemblée a adopté la création du parquet européen. A l’UDI nous militons pour qu’il soit compétent en matière de terrorisme et de criminalité organisée. Les frontières nationales arrêtent les policiers et les juges pas les malfras!

 

● Mouvement radical

Nathalie Delattre (sénatrice)

- Nous avons été, pendant des années, dans un déni politique et intellectuel par rapport aux dérives religieuse, sectaire et communautariste. Il était temps que la loi sur les principes républicains arrive.

- [Covid19]  Nous allons avoir des problèmes pour faire adhérer la population à ces confinements. Je pense aux personnes âgées qui sont seules, aux personnes isolées. J’ai peur des conséquences psychologiques à long terme.

- Nous devons être exemplaires sur la transition environnementale. Mais nous ne pouvons pas être les seuls. J’engage tous ceux qui nous donnent des leçons d’aller expliquer cela aux chinois et aux américains.

 

Bertrand Pancher (député)

Il faut abroger cette réforme de l’assurance-chômage qui va renforcer la précarité et la pauvreté et agir pour relancer l'économie et créer des emplois durables.

 

► Autres

● Organisations centristes
♦ Renaissance
(Députés français du groupe centriste Renew Europe au Parlement européen)

 

Nathalie Loiseau

- Le plan de relance est confirmé, l’état de droit est conforté. Dans la crise, l’Europe ne se contente pas de résister : elle protège les intérêts des Européens et défend nos valeurs communes.

- Le poison de la désinformation infecte nos démocraties. Ceux qui l’exposent nous aident et méritent notre soutien.

- Les victimes de l’attentat de Strasbourg restent dans nos pensées. C’est pour elles, pour leurs proches, pour la sécurité des Européens que nous adoptons le retrait des contenus terroristes en ligne en une heure et que nous renforçons la coopération.

- Enfin! Grâce à Renew Europe  un accord est intervenu sur le retrait des contenus terroristes en ligne en Europe.

 

Stéphane Séjourné

Face aux illibéraux, l'Europe a tenu. Les Européens sont les gagnants de cet accord : 1800 milliards pour l'Europe post-Covid, un mécanisme sur l'Etat de droit efficace, des ressources propres. Il y a quelques mois,on nous disait tout cela impossible. Pourtant, nous le ferons!

 

Pascal Canfin

Nous sommes très favorables au travail de l'EMA [Agence européenne des médicaments] afin d'obtenir un accès rapide et étendu au vaccin Covid-19. Pour réussir, la transparence reste la clé afin de garantir la confiance et l'acceptabilité du vaccin dans tous les États membres.

 

Fabienne Keller:

Contre la multiplication des actes terroristes et criminels en Europe, il est essentiel d'adapter le mandat d'Europol pour en faire un acteur encore plus central de la sécurité européenne. Nous voulons qu'Europol renforce davantage la coordination entre les forces de police nationales et s'affirme comme un centre d'analyse et d'innovation. Vers un FBI européen !

 

● Personnalités centristes
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)

- La tragédie de Samuel Paty ne peut pas rester sans conséquences. Pour être forte, la République doit être capable de se réformer, mais elle n'a pas besoin de violence pour s'exprimer

- [Covid19] La responsabilité au moment des fêtes de fin d'année repose sur nous tous. Il faut une rigueur collective. Je pense qu'il faut faire confiance aux Français et être sévère avec ceux qui abusent.

- Je crois qu'en effet, il y a une montée de la violence dans notre société mais, disons-le, dans le monde entier. Il y a aujourd'hui une forme d'extrémisme qui se généralise.

- Chez nous, l'islamisme n'est pas une religion [mais] une dérive politique. Il ne s'agit pas de faire le procès de tout l'islam [mais] de combattre ceux qui détournent la religion pour en faire un outil de guerre.

- Je pense qu'Emmanuel Macron peut sortir de cette crise, il en a l'aptitude. Je crois que la Covid19 sera l'enjeu de la présidentielle 2022. Aujourd'hui, rien n'est gagné, mais vraiment, rien n'est perdu

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.