mardi 7 février 2012

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La liberté et l’égalité respectueuses fondement de la démocratie républicaine du XXI° siècle

La progression et la longévité des régimes démocratiques (ainsi que leur influence sur tous les régimes du monde) ont engendré une autonomisation progressive des individus due à l’approfondissement des comportements démocratiques - liberté (souvent plus sociétale que politique qui peut aboutir à une revendication de toujours plus de droits et, a contrario, à une participation politique et électorale en recul) et surtout égalité - issu de la pratique et du développement des droits individuels (droits de, droits à), c’est-à-dire des droits donnés à chaque personne pour son unique intérêt par un Etat devenu le recours en première et dernière intention de chaque individu pour faire respecter ses droits, pour demander une protection la plus étendue possible, pour se défausser de sa responsabilité, pour demander un bien-être toujours plus grand, pour se garantir de l’intrusion des autres dans sa sphère personnelle - qu’il souhaite étendre de plus en plus – et éviter qu’il soit spolié dans la sphère communautaire (pour que ces autres ne soient pas favorisés par rapport à lui et qu’il obtienne au moins autant que ce que ces autres ont obtenu).
Ici, la demande de liberté devient une demande à être considéré comme unique et la demande d’égalité est, en réalité, une demande d’«égalité prioritaire» (moi d’abord parce que je suis au moins égal aux autres), donc d’une demande réelle d’inégalité, d’être considéré comme privilégié c’est-à-dire une demande à être servi en priorité, à être respecté sans acceptation de réciprocité que celle choisie, une démarche que certains rapprochent de celle d’un consommateur et non d’un citoyen.
Car cette autonomisation grandissante fragilise également l’individu qui a souvent l’impression d’être abandonné et laissé seul pour prendre des décisions existentielles qu’il estime difficiles à endosser.
C’est pourquoi elle induit cette demande de surprotection et de «surégalité» face aux risques en tout genre, à l’insécurité et à la précarité mais sans remettre en cause les aspects qui lui semblent positifs de cette autonomisation, c’est-à-dire ceux qui servent ses intérêts.
Dans le même temps, la nouvelle ère de mondialisation (dont fait partie la globalisation économique) a diffusé partout les valeurs démocratiques (ainsi que les cultures, notamment les cultures démocratiques) renforçant cette autonomisation et les revendications égoïstes et égocentriques des individus (même dans les pays non-démocratiques), justifiées, entre autres, par un détournement du droit à la différence.
Mais cet approfondissement et cette diffusion de la culture démocratique a été partielle parce qu’elle n’a pas pris en compte deux éléments indispensables à l’existence d’une vraie démocratie, le respect de l’autre ainsi que la responsabilité de l’individu (d’où, d’ailleurs, la montée de certaines idéologies extrémistes jouant sur le désarroi de la population devant une société de plus en plus déshumanisée).
Or, sans ces deux éléments précités, la liberté acquise, l’égalité établie et la progression de l’autonomisation ne peuvent aboutir qu’à un individu égoïste, assisté, irresponsable et irrespectueux.
Et cet individu, enfant de la liberté et de l’égalité, devient dès lors une menace pour celles-ci car ses comportements boulimiques de tout vouloir comme un dû sans rien devoir en retour (toute obligation de ce type étant vue comme une contrainte inacceptable) peuvent les engloutir, les détruire et les tuer.
Dès lors, le salut et l’approfondissement de la démocratie passe par cet individu métissé culturellement et mondialisé médiatiquement, respectueux et responsable.
La démocratie républicaine mondiale du XXI° siècle, nouvelle étape des révolutions démocratiques du XVIII° siècle et de la démocratisation des sociétés au XIX° et au XX° siècles, se bâtira sur la liberté et l’égalité respectueuses ou n’existera pas.
Pire, les expériences démocratiques ne pourront pas survivre si les peuples libres ne prennent pas conscience que l’autonomisation individuelle n’est soutenable pour une communauté que si elle s’accompagne de la considération de l’autre, que si la liberté individuelle et l’égalité sont médiatisées par le respect de soi-même et de l’autre.
Sinon, les régimes démocratiques imploseront tôt ou tard.
C’est tout le challenge proposé par le Centrisme du Juste équilibre. C’est tout le défi, énorme, des centristes qui appellent de leurs vœux cette démocratie républicaine mondiale…

Aucun commentaire: