mardi 30 mars 2021

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. La participation démocratique, c’est d’abord un devoir

A l’inverse des régimes autoritaires et totalitaires, la démocratie demande une participation active des citoyens – on ne parle évidemment pas de l’embrigadement forcé qui fut un des marqueurs du fascisme, du nazisme et du communisme.

Cela fait partie de la vertu civique propre à ce système politique.

Ainsi, il ne suffit pas de voter et de respecter la loi – ce qui est déjà de la participation – encore faut-il être au service de la liberté, de l’égalité et de la fraternité pour pouvoir en profiter de leurs bienfaits sur la durée.

Même si des penseurs comme Jean-Jacques Rousseau avaient déjà indiqué cette nécessité d’une implication des citoyens dans la démocratie et que d’autres, à l’instar d’Alexis de Tocqueville, ont observé que plus les citoyens s’impliquent, meilleure est la vitalité d’une démocratie, c’est la pratique et le fonctionnement concret sur le long terme du régime démocratique qui amènent à faire le constat que sans soutien actif, ce dernier ne peut s’enraciner profondément dans les mœurs et reste à la merci de ses ennemis tant intérieurs qu’extérieurs mais aussi d’une destruction venue de ceux-là même qui en profitent, tout simplement par leur méconnaissance de la difficulté de la mise en œuvre du processus démocratique, leur sous-estimation de sa fragilité, issus en grande partie de leur manque d’implication, conséquence de leur absence effective d’une réelle responsabilité dans sa protection quotidienne.

Dès lors, cette participation à l’inverse de ce que prétendent beaucoup, n’est pas un droit, c’est un devoir ou, si elle est un droit, elle est d’abord un devoir.

Et cela change tout quant au principe même de cette notion et de sa mise en œuvre.

Je ne participe pas à la démocratie si je veux mais parce que je dois le faire.

La démocratie est en effet, un régime qui demande la participation du citoyen pour exister et perdurer.

Pourquoi?

Parce qu’elle impose l’adhésion manifeste de celui-ci à son fonctionnement tant dans la décision politique (que ce soit par les élections avec une obligation de vote ou par des mécanismes de démocratie directe bien identifiés), dans l’investissement par des actes (comme un service quel que soit son nom, civique ou citoyen, par exemple) que dans le contrôle des institutions.

Participer à la démocratie n’est pas optionnel, c’est faire sa part de son devoir de citoyen afin de bénéficier de tous ses avantages mais également d’être coresponsable de sa préservation et de sa bonne organisation ainsi que des décisions prises par les représentants que l’on a élus.

En outre, la démocratie est une démarche fragile, un pari sur l’humain.

Les valeurs, principes et règles démocratiques exigent des capacités et des aptitudes particulières qui doivent être apprises.

Car si l’on n’a pas besoin d’apprendre à être esclave, on l’a d’être un humain libre, de le devenir et de le rester.

Parce qu’utiliser sa liberté nécessite de savoir ce qu’elle est et comment la pratiquer.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la démocratie ne peut vivre qu’avec un puissant et efficace système de formation et d’information de l’individu afin de lui transmettre les connaissances et lui enseigner comment se mouvoir dans le monde.

S’il faut reconnaître que celui-ci a donné des résultats positifs au cours des deux cents dernières années, cela n’a pas suffi à transmettre le savoir et l’agir démocratique à tous mais, également, à impliquer suffisamment le citoyen dans le fonctionnement de la démocratie.

Un des manquements principaux a été de ne pas rendre obligatoire la participation mais de laisser chacun décider s’il voulait ou non participer à la vie publique, par exemple en se présentant à une élection ou en militant dans des associations.

Ceci au nom de la liberté individuelle sans se rendre compte que la liberté, si elle est constitutive de chacun de nous, n’est pas instinctive dans sa pratique sociale où s’impose une procédure particulière avec des règles dont la principale est qu’elle est bornée par le respect de la liberté de l’autre mais aussi des comportements et des usages spécifiques afin de la rendre effective pour tous, d’une part, et qu’elle ne devienne pas de la licence pure et simple, d’autre part.

Or la participation en démocratie ne doit pas être, ne peut pas être optionnelle mais revêt un caractère obligatoire tout simplement parce que ce sont les citoyens qui sont garants de son existence et non une force extérieure comme dans un régime totalitaire qui exige l’obéissance.

Ce sont bien des citoyens majeurs dont la démocratie a besoin.

Le problème est que cette participation du citoyen nécessite, comme on l’a vu plus haut, qu’il soit formé et informé correctement pour faire des choix éclairés, c’est-à-dire qui sont, à la fois, les meilleurs pour lui-même ainsi que pour la communauté.

Or ce n’est pas le cas, actuellement, pour une partie de la population alors même que le système démocratique moderne existe depuis près de 250 ans.

Comment faire dès lors pour parvenir à cette participation qui est la seule qui pérennisera la démocratie républicaine sur le long terme?

Si cela ne pose guère de problème pour ce service civique que chaque citoyen doit accomplir tout au long de sa vie (que ce soit par périodes ou quotidiennement), en revanche, afin de permettre une vraie participation aux décisions politiques et donc une vraie responsabilité dans les choix de la communauté, la question est posée.

Une période transitoire semble nécessaire où un cadre de protection de la démocratie doit être imposé à tous et, dans le même temps, de mettre en place des procédures associant la population dans l’information citoyenne ainsi que dans la décision effective quand cela est possible, par exemple, au niveau local et intermédiaire sans que cela ne remette en cause les piliers sur lesquels est assise l’édifice démocratique.

Mais ce sont bien les générations à venir qui doivent être formées et informées pour que se réalise enfin pleinement l’idéal démocratique et que la notion de participation prenne toute son ampleur et se déploie le plus possible.

Cette participation n’est pas antinomique, ni même opposée au système représentatif qui est la meilleure façon d’avoir, en les élisant, des personnes qui décident de s’investir à plein temps dans la chose publique pour gouverner une communauté, ce qui est d’abord un simple constat utilitariste.

Bien au contraire, elle est la deuxième jambe de la démocratie libérale, tout aussi importante, ce qui n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui dans aucune des démocraties de la planète même si, ici ou là, des expériences sont tentées ou des bouts de participation existent sans qu’il y ait en place un système organisé et cohérent.

Plus grave, aucun système global, construit et efficace, encadrant la citoyenneté tout au long de l’existence des individus n’existe dans aucun pays du monde alors qu’il aurait été possible d’en élaborer un sur la durée.

Ici ou là, il existe bien des apprentissages, de l’information diffusée, des possibilités de s’investir ou des procédures de contrôle mais rien de coordonner comme l’on avait considéré que l’investissement du citoyen dans la démocratie revêtait pas une grande importance alors même qu’elle est fondamentale.

En outre, il faut bien comprendre que la participation n’a pas de couleur partisane mais est essentielle, même impérieuse, si l’on veut encore parler de démocratie dans les décennies et les siècles à venir.

Enfin, pour ceux qui pensent que la démocratie ne peut obliger les citoyens à agir pour sa protection, ils partagent cette stupide croyance que la liberté n’engendre aucune responsabilité.

Or, c’est tout le contraire, être libre, c’est être responsable donc de participer au régime qui permet cette liberté.

Comme je l’ai souvent dit, avec d’autres, la liberté a un prix et celui-ci comprend d’en être le défenseur, pas seulement l’usager, le consommateur.

Sans oublier que la démocratie ce n’est pas la liberté de la majorité qui pourrait ainsi l’annihiler si elle le désirait mais bien la préservation de la liberté de la minorité même si celle-ci se réduisait à une seule personne.

Et même si aucun citoyen ne voulait cette liberté, aucune décision de la supprimer ne serait légitime pour les générations à venir.

Dès lors, la participation obligatoire n’est pas liberticide, au contraire, c’est elle qui empêche qu’une communauté ne puisse être à la merci de ceux qui veulent la confisquer rien que pour eux.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.