dimanche 7 juillet 2019

Propos centristes. France – Lutte contre la violence faite aux femmes; loi anti-gaspillage, tournant écologique; élections municipales; PMA…

Voici une sélection, ce 7 juillet 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Monica, Pascale, Taïna, Séverine, Nadine, Guo, Michèle, Béatrice, Isabelle, Patricia, Gulçin, Sylvie, Céline, Caroline, Maureen, Josette, Gaëlle, Ginette, Nelly, Nicole, Hilal, Julie, Georgette, Dolorès, Babeth, Fabienne, Caroline, Stéphanie, Chantal, Céline, Dalida, Nathalie, Sandra, Marie-Alice, Chloé, Yaroslava, Sandra, Martine, Martine, Laura, Pierrette, Moumna, Marilyne, Gwenaëlle, Mambu, Nathalie, Mariette, Priscilla, Maïté, Audrey, Mayie, Michèle, Chantal, Coralie, Leïla, Isabelle, Mesdames, la République n’a pas su vous protéger. Vos prénoms nous sont familiers, vous êtes nos amies, nos mères, nos sœurs, nos filles. La violence qui vous a coûté la vie nous écœure, nous révolte. La République française se doit de protéger toutes celles dont la vie est aujourd’hui en danger. La Secrétaire d’État Marlène Schiappa annoncera de nouvelles mesures demain. Des solutions existent déjà, il faut les faire connaître, et les utiliser au moindre doute. Si vous êtes victime de violence, si vous savez que l’une de vos proches est victime de violence, ne fermez pas les yeux, élevez la voix.
- Lutte contre le changement climatique, réforme du système commercial international : les enjeux du G20 d'Osaka étaient importants et nous avons pu avancer ensemble. Lors du prochain grand rendez-vous international, le G7 que nous allons accueillir à Biarritz, nous avons l’ambition d’aller encore plus loin.
- Je respecte chacune et chacun, la liberté d'opinion et la liberté syndicale, mais à la fin des fins, on ne peut pas prendre nos enfants et leur famille en otage.

● Gouvernement
Brune Poirson (secrétaire d'Etat à la Transition écologique)
- [Projet de loi anti-gaspillage] Cette loi marquera un vrai tournant écologique.
- Notre rapport à nos déchets en dit beaucoup sur nous et sur notre civilisation. Il est temps de passer d'une société du tout-jetable à une société économe de ses ressources et respectueuse de l'environnement. Il faut réduire la consommation, supprimer les emballages inutiles, encourager le réemploi et le recyclage. C'est ce qu'on appelle l'économie circulaire: aujourd'hui, on produit, on utilise, on jette. L'économie circulaire, c'est tout l'inverse: on conçoit mieux les produits, on les utilise, on les répare, on les réemploie, on les recycle. C'est une réponse au débat stérile entre croissance et décroissance.
- [L'économie circulaire] c'est l'alliance de l'économie, de la solidarité et de l'environnement. L'économie circulaire, ce sont 300 000 emplois de plus, sur les territoires, non-délocalisables, et la garantie d'une plus grande indépendance en réduisant nos importations de matières premières.
- Je suis face à des lobbies puissants… S'attaquer aux déchets, c'est un vrai combat. Ce monde-là est l'un des secteurs les plus opaques en France, qui a l'habitude de fonctionner dans son coin. La dernière grande loi sur le sujet a près de 30 ans!
- Je ne comprends pas ce que veut dire «écologie punitive». Ce qui nous punira vraiment, c'est de ne rien faire, de laisser le monde se dérégler sous nos yeux. Il faut réguler le capitalisme, changer les équilibres. Certains secteurs peuvent chercher à ralentir, mais faire la transition écologique, c'est aller vers un monde qui a enfin du sens. Beaucoup d'entreprises et de citoyens font déjà et sont prêts à faire plus!
- Des pans entiers de notre économie ne prennent pas en charge le traitement de leurs déchets, qui est donc supporté par les collectivités, donc par les impôts locaux : les articles de bricolage, de jardinage, de sport, les jouets, les mégots… Ça va changer. Demain, comme cela existe déjà sur les emballages, le mobilier ou les produits électroménagers, les entreprises devront s'organiser entre elles pour créer un éco-organisme qui gérera financièrement leurs déchets et les incitera à mieux concevoir leurs produits. En France, on produit l'équivalent de 5 tonnes de déchets par an et par personne. C'est beaucoup trop, et ça finit par se déverser dans des décharges sauvages.
- Nous nous laissons la possibilité de mettre en place le principe du pollueur-payeur sur les matériaux de construction afin de financer la reprise gratuite des déchets dans les déchetteries s'ils ont été correctement triés auparavant. Nous voulons offrir aux artisans des solutions pour se débarrasser de leurs déchets.
- Pour lutter contre les décharges sauvages, nous renforcerons le pouvoir des maires et nous autoriserons la vidéosurveillance. Et il y aura des sanctions pour ceux qui seront pris.
- Nous avons déclaré la guerre à la pollution plastique. Dès maintenant, nous prenons des mesures concrètes, comme l'interdiction de nombreux plastiques à usage unique, la lutte contre le sur-emballage ou l'incitation à incorporer davantage de plastique recyclé. En 2018, notre production de plastique recyclé a bondi de 12%. Je connais peu de secteurs industriels aussi dynamiques et créateurs d'emplois. Notre objectif sera 2025 ; nous le porterons d'ailleurs également au niveau européen.
- Aujourd'hui, les fabricants, qu'ils fassent des efforts ou pas pour respecter l'environnement, paient la même éco-contribution sur leurs produits. Ce n'est pas logique. Avec le bonus-malus, on permettra aux produits vertueux de bénéficier d'un bonus pour en réduire le prix. Avoir des revenus modestes ne doit pas vous condamner à acheter des produits polluants! Nous allons aussi imposer un étiquetage clair : je crois aux vertus de la transparence et du name and shame pour faire évoluer les comportements. Quant au bonus-malus, il pourra varier jusqu'à 20% selon les produits.
- Il faut arrêter de produire pour détruire. En France, on détruit cinq fois plus de produits neufs invendus qu'on n'en donne! Dans un premier temps, les entreprises pourront en faire don à des associations. Mais à terme, nous souhaitons lutter contre la surproduction, que les entreprises gèrent mieux leurs stocks.
- Dès 2020, les pailles, les gobelets en plastique, les couverts, les assiettes, les touillettes à café seront proscrits.
- Les citoyens sont prêts à changer de modèle, ils nous l'ont dit durant le grand débat, pourvu qu'on leur en donne les moyens.

Marlène Schiappa (Secrétaire d'Etat à l’Egalité femmes-hommes & à la Lutte contre les discriminations)
- Je salue chaleureusement la manifestation contre les féminicides Les conjoints violents gâchent la vie de femmes & d’enfants depuis trop longtemps ! Je partage la colère des victimes & des familles, leur redis mon soutien dans ce combat et la détermination du gouvernement.
- Nous organisons le Grenelle des violences conjugales à Matignon introduit par Edouard Philippe avec ministres et parties prenantes pour avancer ensemble contre les féminicides plus une journée de mobilisation nationale le 3/9/19 en écho au 3919 [numéro d’urgence pour les femmes victimes de violences conjugales].

● LaREM
Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- La loi contre la cyberhaine portée par Laetitia Avia est une fierté pour les députés LaREM. N’acceptons pas sur internet ce qui nous choque dans la rue.
- Sur la PMA, nous voulons garantir un débat serein à l’Assemblée Nationale. J’ai proposé une commission spéciale pour que toutes les formations politiques puissent travailler ensemble en responsabilité.
- La rétention de notes et de copies du Bac est un acte incivique. Il y a d’autres moyens de contester le projet du gouvernement que de prendre en otage les lycéens. La porte de Jean-Michel Blanquer est toujours ouverte.
- 74 femmes sont mortes cette année d’un féminicide. Il faut mettre fin à cette loi du silence insupportable. Les députés LaREM sont mobilisés pour le Grenelle des violences conjugales: la loi Schiappa doit s’appliquer.

● MoDem
François Bayrou (président)
- Sur la PMA, les élus MoDem obéiront à leur conscience personnelle. (…) J'avoue que je n'arrive pas à comprendre le débat sur ce sujet. Est-ce que ça a fait s'écrouler la Belgique ou l'Espagne?
- La candidate à la Commission européenne est une femme formidable, qui a élevée ses enfants tout en assumant des mandats sur la famille et l'armée dans différents gouvernements allemands.
- La question de l'accord avec le Mercosur est que les règles doivent être respectées par chacun des membres de l'accord. Il doit y avoir une double ratification par le Parlement européen et les parlements nationaux. Il y a des raisons d'être vigilant.
- Sur les municipales, le MoDem a une différence d'appréciation : cette élection ne doit pas être totalement politisée. Les élections municipales doivent rester locales et faire émerger des projets locaux.
- Je n'ai pas de problème avec notre partenariat avec la République en marche, nous avons la même vision de la politique en France.
- À Bordeaux, la majorité a dit se reconnaître dans l'équipe en place sous l'autorité d'Alain Juppé. Avancer avec l'aide d'un accord serait plus profitable pour tout le monde.
- Transformer les municipales en référendum pour ou contre le Président de la République, c'est un risque que je n'ai pas envie de courir.
- Bloquer les notes est le contraire de la fonction de l'enseignant. Cela est inacceptable, aucune analyse ne ressort des revendications.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire