dimanche 1 mars 2020

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Seule la démocratie est «naturelle»

Pour beaucoup, la démocratie c’est le règne du peuple et de sa majorité, le premier étant détenteur de sa légitimité, la seconde étant détentrice du pouvoir.
Une grossière erreur (volontaire?) qui a permis à tous les ennemis de la démocratie de l’instrumentaliser afin de prendre le pouvoir grâce à une majorité dans les urnes puis de supprimer cette même démocratie au motif que les électeurs auraient voté dans ce sens.

En réalité, la démocratie est le règne de la liberté et de l’égalité des chances, le tout dans le respect de chacun.

Et cela change tout.

Foin de «peuple» et de «majorité» pour la justifier.

Car, si elle ne dépend, ni du peuple, ni de la majorité pour exister et fonctionner, la démocratie est alors le régime «naturel» qui ne peut être supprimé car ce «naturel» est sa reconnaissance indépassable en dehors même de tout élément extérieur à l’individu.

Pas naturel au sens qu’il existe dans la nature mais parce qu’il est celui où l’individu est le mieux à même de se réaliser et de vivre sa vie, ce qui permet à la communauté d’être la plus équilibrée possible.

Ce «naturel» s’exprime, dans le cadre de la société par cette notion fondamentale issue des Lumières, les «droits de l’humain» (que certains, dans une démarche aussi vieillotte que misogyne continuent à appeler «droits de l’homme…).

Ces droits sont attachés à l’humain indépendamment de son appartenance à la société et sont donc «naturels» en ce qu’ils préexistent à cette appartenance et ne peuvent donc pas être supprimés par ladite société, même par une décision «démocratique» à la majorité, plus, même par un vote unanime car elle ne dépend pas du bon vouloir d’une communauté, fut-elle unanimement d’accord pour se passer de ces droits mais bien de ce qui constitue l’individu lui-même et, à ce titre, ne peut lui être retirer ou dont on peut le priver parce que ce serait le nier dans son individualité.

Si l’on utilise le terme de «droits» pour qualifier les attributs spécifiques qui s’attachent à l’humain pour mieux les considérer comme irréfragables, inattaquables et incontestables, qu’il n’est pas possible et permis de supprimer, c’est afin de les protéger et de garantir l’essence même de ce qu’il est qui est, bien entendu, au-delà même d’une simple notion juridique.

Ceci a une conséquence primordiale.

Ainsi, quel que soit le résultat d’une élection, celle-ci ne peut jamais aboutir à la suppression du droit de vote et de la liberté d’expression de même qu’aux droits fondamentaux de l’humain (que l’on appelle communément «droits de l’homme»).

Droits de l’humain qui sont la bête noire de tous les adversaires de la démocratie qui ne manquent jamais de les attaquer au motif fallacieux qu’ils seraient soi-disant des dangers pour la cohésion de la communauté (alors que ce sont leur dévoiement qui en sont la cause).

Toute société qui déciderait ces suppressions serait donc illégitime et l’individu serait en droit de se révolter et de lui résister.

D’où d’ailleurs l’existence de nombreux régimes illégitimes sur la planète.

Cela signifie également que quelle que soit la faction qui l’a emporté, elle doit garantir les libertés de la minorité et revenir devant les électeurs aux dates prévues par les textes dont la constitution.

Aucune majorité n’est donc légitime à supprimer la démocratie mais aucune minorité, non plus, n’est légitime à bloquer le fonctionnement de la démocratie.

Car c’est bien la majorité qui gouverne et aucune minorité ne peut lui dénier ce pouvoir issu des urnes si il est exercé conformément aux règles démocratiques générales (qui sont souvent contenues dans des constitutions ou des lois dites fondamentales mais qui peuvent être également implicites dans celles-ci).

Ces règles sont celles que j’ai explicité plus haut, c'est-à-dire toutes celles qui garantissent l’existence d’une démocratie et qui en font le régime «naturel».

Cela signifie que tous ceux qui ne respectent pas ces règles se mettent «hors la loi», non pas parce qu’ils transgressent des normes mais parce qu’ils dénient à chacun ses droits et ses libertés, c'est-à-dire la Loi avec un grand L du respect de la dignité humaine.

Nous ne sommes pas dans une sorte de débat idéologique mais dans le très concret de ce qu’est la démocratie et qui la rend «naturelle»: la possibilité de chacun de vivre son projet de vie dans le cadre de lois qui lui garantissent ses droits et ses libertés.

Les adversaires de la démocratie prétendent qu’ils ont le droit de la détruire, notamment s’ils sont majoritaires parce que la démocratie n’est qu’un régime politique comme un autre, donc qu’il n’a aucune légitimité supérieure.

Voilà bien une prétention qui est aussi surréaliste que d’affirmer avoir le droit de tuer parce que la vie et la mort sont deux états de l’individu sur Terre et que la vie ne saurait avoir une légitimité supérieure…

Comme la vie de chaque individu que la société se doit de protéger, elle se doit de respecter et protéger sa dignité et son individualité.

C’est en cela que la démocratie est un régime «naturel» et c’est en cela que la société doit empêcher que l’on confisque à tout individu sa dignité et son individualité comme interdire qu’on lui confisque sa vie.

Parce que le tenant de régimes autoritaires ou totalitaires estime que son droit et sa liberté lui permet de supprimer ceux de l’autre, donc il s’estime plus important que cet autre, plus égal que tous les autres.

On comprend bien l’inanité d’un tel raisonnement qui ne s’appuie sur aucune légitimité autre que la capacité à être plus fort et plus violent, donc à imposer une volonté à un autre qui n’est pas la sienne.

Dès lors, ce n’est qu’en respectant chacun dans ses droits et ses libertés que l’on respecte son individualité, donc sa nature profonde.

C’est en cela que la démocratie est le régime «naturel».

Cela ne signifie malheureusement pas qu’elle est indestructible.

Non, elle est aussi fragile que la nature, aussi à la merci de sa destruction par certains.

Comme la nature, elle doit donc être protégée des actions humaines qui peuvent l’anéantir.

Il ne faut donc pas faire une interprétation erronée de ce que j’entends par «naturel» en ce qui concerne la démocratie.

Il ne s’agit pas de justifier la démocratie par la nature humaine ou par les comportements humains en prétendant que ce régime serait le plus adaptée à celle-ci et à ceux-là.

Parce qu’alors, comme Hobbes ou Platon, on pourrait trouver toutes les objections à la démocratie démontrant que les humains ne sont pas faits pour la liberté dans la responsabilité et avancer de multiples raisons fort convaincantes parfois.

Non, le côté naturel de la démocratie n’est pas dans ce qu’il est au plus près de ce qu’est l’humain avec toutes ses qualités mais aussi ses défauts, ses capacités et ses manquements.

D’autant qu’il est évident que si l’on établissait un régime en rapport aux comportements humains sans médiation d’une autorité de «régulation», il y a fort à parier que nous ne serions pas dans en démocratie…

Sans oublier que, sans être défendue, la démocratie ne peut survivre.

Le «naturel» vient de ce qu’elle est le seul système capable d’offrir à tous un cadre qui leur permettent le meilleur vivre ensemble dans la liberté de chacun, c'est-à-dire dans la possibilité de chacun d’être au mieux ce qu’il est et ce qu’il veut être.

D’autres systèmes permettent à certains de se réaliser pleinement, voire, peut-être à la communauté de bénéficier d’avantages de meilleure qualité que ne peut offrir la démocratie.

Mais aucun d’entre eux n’est en capacité d’offrir à tous, sur un pied d’égalité, la possibilité de construire et mener son projet du mieux possible.

Ici, je suis bien conscient de l’objection principale qui va être faite à cette thèse: la réalité actuelle de la vie dans les pays démocratiques ne démontre pas de manière indiscutable qu’elle permet réellement d’offrir cette capacité.

Oui, c’est vrai mais c’est aussi vrai que ces pays ne sont pas des modèles de démocratie, c'est-à-dire qu’ils sont des démocraties inachevées ou des pays où le processus démocratique n’a pas encore fini de structurer correctement la société.

Cette réalité n’empêche pas que, dans l’absolu, la démocratie avec ses règles, ses valeurs et ses principes, soit le meilleur système possible et le seul qui puisse revendiquer le qualificatif de «naturel» en regard de ce qu’il est le seul à pouvoir offrir à tous ceux qui vivent sous son régime d’être en possibilité d’utiliser au mieux pour ses intérêts et ceux de la communauté, son individualité.

A contrario, on voit bien que les régimes autoritaires et totalitaires n’ont rien d’humaniste en ce qu’ils créent des coercitions empêchant l’individu de pouvoir se réaliser en toute liberté et en toute responsabilité.

Dès lors, il est également possible de qualifier par ce biais, la démocratie de naturelle tout simplement parce qu’aucun régime qui lui est opposé ne peut avoir cette qualité, pire, est à l’opposé de pouvoir y prétendre.

Par quelque bout qu’on prenne cette problématique, on abouti toujours à ce que la démocratie est bien «naturelle» mais qu’elle est aussi le seul régime politique naturel.

Ce rappel n’est pas inutile en ce début de troisième millénaire où la démocratie est attaquée de toutes parts avec la montée du populisme et de l’autoritarisme mâtinés de nationalisme qui revendiquent être les seuls à même d’incarner le peuple et la nation.

Car, même si cette imposture était vraie, elle ne changerait rien en ce que la démocratie est le seul système de gouvernement légitime dans le monde, hier, aujourd’hui et demain, parce qu’il est le seul qui garantisse à chaque individu d’être ce qu’il est dans le respect de l’autre, de ce qu’il est et de son existence.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire