mardi 14 septembre 2010

Une semaine en Centrisme – Rassemblement du Centre: le bal des hypocrites


Exister médiatiquement et se donner une espace politique pour le faire, tel est la recherche constante de nombreux hommes et femmes politiques qui se croient investi d’un destin national. C’est vrai partout dans le monde, c’est vrai en France. Et quel est, aujourd’hui, dans notre pays, un espace que l’on peut tenter de s’approprier? Le Centre.Ce Centre désuni et morcelé, ouvert à toutes les OPA faute de pouvoir se réunir.

Les deux dernières tentatives en date viennent de Jean-Louis Borloo et Dominique de Villepin, tous deux membres de l’UMP, qui n’en sont pas à leurs premières déclarations en la matière. Faut-il rappeler que monsieur Borloo a quitté l’espace centriste pour rejoindre sans remord aucun la Droite et que son Parti radical est aujourd’hui largement métissé avec des gens de droite (beaucoup) et des gens du centre (quelques uns) mais surtout avec des idées politiques assez indéfinissables. Faut-il rappeler que monsieur de Villepin se targue d’être un gaulliste chiraquien ce qui, rouvrons nos livres d’Histoire, n’a que peu à voir avec les idées centristes même si le Général de Gaulle fut un temps, au sortir de la Première guerre mondiale, un démocrate-chrétien. Car, à ce compte-là, Jacques Chirac fut un jour de gauche et François Mitterrand de droite (même si certains prétendent qu’il l’est toujours demeuré, même au Parti socialiste…).

Ce qui est le plus amusant dans les professions de foi centristes de messieurs Borloo et Villepin, c’est que celle du premier a pour but avoué de réunir les centristes pour supporter Nicolas Sarkozy et que celle du second a pour objectif de réunir les centristes pour abattre le même Nicolas Sarkozy. Le premier se verrait bien à Matignon comme Premier ministre de celui-ci alors que le deuxième, viré de Matignon par le même, se verrait bien à l’Elysée pour lui piquer son boulot!

Attendons encore un peu et nous verrons peut-être Bernard Tapie tenter lui aussi de récupérer l’espace centriste au nom des Radicaux de gauche comme l’a suggéré le président de ce parti dernièrement, Jean-Michel Baylet. Ici, les choses se compliqueraient quelque peu pour notre compréhension politique puisque monsieur Tapie serait en même temps un ami et un adversaire de Nicolas Sarkozy. Mais il est vrai que les contorsions politiques de l’ex-président de l’Olympique de Marseille ressemblent le plus souvent aux dribbles déroutants d’une des anciennes gloires du club, l’Anglais Chris Waddle…

Attendons encore un peu plus, et nous verrons les prétendants socialistes à la présidentielle tenter de donner, comme le fit Ségolène Royal, le baiser de la mort à quelques centristes en déshérence et en attente de postes avec plus de chances, cette fois-ci, pour ces derniers, d’accéder avec la Gauche au pouvoir.

Dans ce remue-ménage au centre, il se pourrait bien que les seuls que l’on n’entende point soient les centristes! A moins, qu’enfin, conscients de se faire une nouvelle fois faire des enfants dans le dos, ils se réunissent pour réclamer la paternité du Centre, d’un Centre fort, indépendant et décomplexé. Et, une fois unis, ils pourraient accueillir tous ceux qui, sincèrement, se sont (re)découvert récemment des affinités avec le Centrisme afin que ces derniers les aident à gagner les prochaines élections mais certainement pas pour qu’ils deviennent leurs hérauts.

Au vu du nombre des convertis au Centrisme, nous ne sommes pas loin d’une majorité écrasante pour les prochaines élections, voire même d’un unanimisme centriste de la classe politique! Heureusement que l’espoir est aussi une qualité en politique!

Alexandre Vatimbella

Directeur du CREC

Jean-Louis Pommery

Directeur des études du CREC

Aucun commentaire: