dimanche 31 mars 2019

Européennes 2019. Liste Renaissance: L’Europe «heureuse» qui «attend une renaissance» au centre de son premier meeting

Affiche de campagne de la liste Renaissance
La liste centriste Renaissance conduite par LREM avec à sa tête l’ancienne ministre des Affaires européennes du gouvernement d’Edouard Philippe, Nathalie Loiseau, tenait son premier meeting de campagne à Paris, ce 30 mars.
Nombre des trente premiers candidats de la liste et des personnalités de la majorité présidentielle sont montés à la tribune pour exposer leur Europe et leur engagement européen ainsi que les mesures qu’ils comptent prendre s’ils sont élus au Parlement européen le 26 mai prochain.
Comme prévu, c’est un soutien inconditionnel à l’idée européenne et à la construction d’une Union européenne renforcée qui ont été à l’honneur des divers intervenants mais aussi la crainte de la montée des populismes ainsi que la nécessité de réformer une UE souvent loin des préoccupations de ses citoyens.

Petit florilège des interventions:

- Nathalie Loiseau (LREM, tête de la liste Renaissance): Cette équipe, cette liste, est comme vous. C’est une équipe de rassemblement. Nous venons de plusieurs familles politiques, nous venons de toutes les régions de France et même d’Italie ou de Grèce et nous avons choisi de nous rassembler.
[Il faut], une Europe respectée qui soit aussi respectable.
[Il faut une Europe qui] accueille les réfugiés comme nous l’avons toujours fait et mieux que nous le faisons aujourd’hui.
[L’Europe est] née de nos lumières mais aussi de nos ténèbres. De notre passion pour la liberté et du souvenir horrifié de la barbarie.
Trop souvent, trop longtemps, parfois encore maintenant, de vieux partis fatigués ont construit leurs listes aux européennes à coup de recasages et de replâtrages. Pas nous. Le recyclage, c’est bon pour la planète, pas pour la politique!
Ce que veulent les populistes, c’est se protéger de l’Europe. Ce que nous voulons, c’est que l’Europe nous protège.
C’est en bâtissant avec tous les Européens, ensemble, un nouveau partenariat avec l’Afrique que l’on cessera de condamner la jeunesse africaine la plus courageuse à risquer sa vie et sa dignité pour se chercher un avenir.
L’Europe a connu des crises, elle attend une renaissance. Nous la voulons à la hauteur de nos envies, à la hauteur de nos défis, et nous voulons une Europe à hauteur d’homme. N’attendez pas une meilleure Europe, changez-la!
- Fabienne Keller (candidate juppéiste): N’ayons pas l’Europe honteuse; ayons l’Europe heureuse!
- Olivia Grégoire (députée LREM): Merci à vous tous d’être ici pour participer à la renaissance de notre Europe. Pour une Europe qui protège, qui unit et qui libère.
-  Stephane Bijoux (candidat société civile La renaissance européenne que nous proposons dit clairement que la transition écologique est une priorité, ici et partout.
- Marie-Pierre Verdenne (candidate société civile: Mes amis, nous avons le devoir de recréer le dialogue entre les citoyens et l’Europe.
- Carole Gandon (LREM): Cet idéal européen que la Bretagne m’a donné est le sens de ma vie. (...) Nous ne pouvons accepter de voir notre destin dicté par des Etats-continents qui ne partagent pas nos valeurs.
- Marlène Schiappa (LREM, secrétaire d’Etat): Renaissance porte un rassemblement de tous les territoires de France, de toutes les sensibilités de forces du progrès.
- Catherine Chabaud (candidate société civile): Ces dernières années mon sentiment européen s’est renforcé dans la tempête: pourquoi l’Europe qui est un si joli projet est-elle attaquée de toutes parts? Je crois à la nécessité de la Renaissance européenne!
- Stanislas Guerini (LREM, délégué général) :La Renaissance de l’Europe commence. Ensemble, nous construirons une Europe à la pointe de la transition écologique, une Europe qui protège, une Europe proche des citoyens.
- Jérémy Decerle (candidat société civile): Je veux une Politique agricole commune qui accompagne de manière plus franche et plus pragmatique la transformation agricole qui est devant nous.
- Pascal Canfin (candidat écologiste): La première urgence, c'est la lutte contre le dérèglement climatique. Parce que c'est la condition de notre capacité à vivre en paix au XXI° siècle. Alors l'Europe doit en faire une priorité! C'est notre priorité!
- Jacqueline Gourault (MoDem, ministre): Espoir et volontarisme. Nous avons réussi un premier pari: rassembler la grande famille pro-européenne, celle qui ne se satisfait pas du statut quo mais souhaite que l’Europe soit à la hauteur de sa promesse.
- Maud Petit (MoDem, députée): Plus que jamais, mobilisons-nous pour une Europe qui nous ressemble et nous rassemble.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire