samedi 11 juillet 2020

Présidentielle USA 2020. Propos centristes. – Le plan économique de Biden; le scandale du pardon de Trump à Roger Stone; la crise épidémique de la covid19; justice pour les noirs; la déclaration de revenus de Trump; Obamacare attaquée; l’inquiétante montée de la pauvreté…


Voici une sélection, ce 11 juillet 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis dans le cadre des élections présidentielles du 3 novembre prochain.

● Parti démocrate
Joe Biden (candidat du parti démocrate à la présidentielle, ancien vice-président)
- Michael Cohen, Michael Flynn, Rick Gates, Paul Manafort, George Papadopoulos, Roger Stone, Donald Trump s'est entouré de gens qui bafouent nos lois... Nous ne devrions pas être surpris qu’il pense être au-dessus de la loi. Nous méritons mieux en tant que pays.
- Détermination. Résilience. Endurance. La force de se relever, peu importe le nombre de fois où vous avez été mis à terre. Le respect pour le travail acharné, et pour ceux qui le font. Ce sont les valeurs que j'ai apprises en grandissant à Scranton — et ce sont les valeurs que j’emmènerai avec moi dans le Bureau ovale.
- A travers chaque épreuve et tribulation, nous avons toujours émergé plus fort... et nous reviendrons.
- Profitons de cette occasion pour faire des investissements audacieux dans l’industrie et l’innovation américaines afin que l’avenir se fasse en Amérique… et dans toute l'Amérique.
- Voici ma promesse: Si j'ai l'honneur d'être élu président, je m'occuperai de votre famille comme de la mienne.
- Les Américains méritent de savoir ce que Donald Trump cache dans ses déclarations de revenus.
- Nous ne pouvons pas simplement reconstruire à la manière dont les choses étaient avant ces crises... nous devons reconstruire en mieux.
- C'est le moment d'imaginer et de construire une nouvelle économie américaine, une où tout le monde obtient un juste retour pour son travail et une chance égale d'aller de l'avant.
- Je ne crois pas une seconde que la vitalité de l'industrie américaine appartient au passé. L'industrie américaine était l'Arsenal de la Démocratie pendant la Seconde Guerre mondiale et doit maintenant faire partie du moteur de la prospérité américaine.
- Nous ne pouvons pas nous concentrer uniquement sur les emplois d'aujourd'hui, nous devons aussi nous concentrer sur les emplois et les industries de demain. Je vais faire un investissement historique de 300 milliards de dollars dans la recherche et le développement qui stimulera l'innovation et aidera à créer 3 millions d'emplois à travers le pays.
- Les travailleurs américains peuvent concurrencer n'importe qui, mais ils ont besoin d'un gouvernement qui se bat pour eux. Je vais revitaliser l'industrie américaine... surtout les petites entreprises et ceux qui appartiennent à des femmes et à des gens de couleur et s'assurer que l'avenir est fait ici en Amérique.
- Lorsque nous dépensons de l'argent des contribuables, nous devrions l'utiliser pour acheter des produits américains et soutenir les emplois américains. Mais sous Trump, le taux de délocalisation d'emplois par les sous-traitants fédéraux a plus que doublé. C'est inacceptable. Je vais investir 400 milliards de dollars dans des produits fabriqués aux États-Unis et garder les emplois ici chez nous.
- Nous sommes au milieu d'une crise économique. Mais ce n'est pas assez de simplement de revenir à la normale. Nous devons reconstruire mieux. Nous devons revitaliser l'industrie américaine et nous assurer que l'avenir se fera en Amérique par toute l'Amérique.
- L’augmentation des tests n’est pas la raison de l’augmentation des cas de coronavirus. L'échec du leadership de Donald Trump l'est.
- Je félicite le groupe d'étude pour son expertise et  son aide à la mise en place d'une plate-forme audacieuse et transformatrice pour notre parti et pour notre pays. Et je suis profondément reconnaissant à Bernie Sanders de travailler avec nous pour unir notre parti et apporter un changement réel et durable pour les générations à venir.

Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)
- Le fait est que le président a échoué de toutes les façons. Aujourd'hui, son déni des faits menace la sécurité des enfants et des familles dans tout le pays alors qu'il tente de rouvrir rapidement nos écoles.
- Les Américains dans tout le pays élèvent la voix pour exiger la fin des brutalités policières. Un changement urgent est nécessaire et la Loi de justice dans la police adoptée par la Chambre des représentants met à portée de main les progrès nécessaires pour sauver des vies. Il est temps que le Sénat républicain agisse.
- Aujourd’hui, la Cour suprême, dont deux des personnes nommées par le Président, a affirmé que le Président Trump n’était pas au-dessus de la loi, a reconnu l’autorité constitutionnelle du Congrès pour exercer un contrôle pour le peuple et a soutenu la séparation des pouvoirs qui est le génie de notre Constitution.
- Une lecture attentive des décisions de la Cour suprême relatives aux finances du Président n'est pas une bonne nouvelle pour le Président Trump. La Cour a réaffirmé que le Congrès avait le pouvoir d’exercer un contrôle au nom de la population, puisqu’elle demandait au Congrès des informations complémentaires.
- Le retrait officiel des États-Unis de l'Organisation Mondiale de la Santé par le Président est un acte de véritable absurdité en tant que l’OMS coordonne la lutte mondiale contre le COVID19. Avec des millions de vies en danger, le Président paralyse les efforts internationaux pour vaincre le virus.
- La décision de la Cour suprême de permettre à l’administration Trump de s’attaquer à la santé, à la sécurité financière et à l’indépendance des femmes est une interprétation erronée de la loi sur les soins abordables [Obamacare].

Barack Obama (ancien président des Etats-Unis)
- Il est clair que nos communautés réclament le changement, et ce à quoi ce changement doit être nous appartient. C’est pourquoi il est important d’examiner attentivement toutes les perspectives et propositions, même celles avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord. C’est ainsi que nous trouverons des solutions qui dureront.
- Depuis trop longtemps, le charcutage électoral [gerrymandering] a contribué au blocage des progrès et a déformé notre gouvernement représentatif. La redistribution commence l’année prochaine. Faisons tou ce que nous pouvons pour protéger et restaurer notre démocratie.

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)
- L'exacerbation par l'administration de la crise du COVID19 a mis les familles dans une situation terrible à l'horizon de l’automne. Il existe des solutions qui peuvent aider, si les décideurs les écoutent.
- En ce qui concerne les impôts de Trump, le procureur [de New York] a gagné mais le Congrès a perdu (pour l'instant), ce qui n'a aucun sens. Le Congrès a demandé des renseignements sur le blanchiment d'argent et le financement illicite et l'influence de pays étrangers ennemis. En tant que sénateur, j'ai vu le danger de laisser des points aveugles à la surveillance du Congrès dans ces domaines.
- Les soins de santé sont un droit, pas un privilège.

Pete Buttigieg (maire de South Bend, Indiana)
- En novembre, nous serons le jury.
- Notre pays sera plus compétitif et plus prospère sur le plan économique lorsque nous investirons dans les fondations. Aucun pays ne peut s'en sortir avec le désinvestissement dans l'éducation, les infrastructures et la recherche comme nous le faisons depuis très longtemps.
- Lors de la table ronde d'aujourd'hui avec les gens du New Hampshire, nous avons parlé du travail d'investissement dans notre avenir manufacturier et de la façon dont le plan d'investissement dans les "emplois nouveaux" de Joe Biden permettra de rebâtir une économie meilleure.
- Joe Biden a un plan d'investissement dans les produits, les travailleurs et l'innovation américains qui permettra de reconstruire notre économie mieux qu'avant.
- N'oublions pas que nous sommes ici, en partie, parce que le président a été pris en flagrant délit d'envoi d'argent à une actrice de cinéma porno. Rien dans la décision de la Cour suprême d'aujourd'hui n’est bien pour Donald Trump.
- Lorsque la liberté de religion est invoquée comme excuse pour la discrimination, la liberté et la religion sont diminuées.

Cory Booker (sénateur du New Jersey)
- Roger Stone est un criminel qui a protégé Trump et qui a vu sa peine commuer à cause de cela. C'est un autre exemple de la corruption et de l'abus de pouvoir flagrants qui envahissent cette administration. Il ne devrait pas y avoir une justice à deux vitesses aux États-Unis, nous pouvons et nous devons faire mieux.
- Nous ne devons pas laisser un mouvement de cette ampleur perdre de son élan. Alors que la couverture médiatique s'éloigne de notre combat pour mettre fin au racisme systémique, les vies noires comptent encore et un réel changement est encore nécessaire. Nous pouvons commencer par adopter la Loi sur la justice dans la police.
- Les soignants ont toujours été essentiels à notre économie et à nos communautés, mais leur travail a été trop longtemps sous-évalué. Nous avons besoin d'un président qui se lèvera pour eux et c'est exactement ce que Joe Biden va le faire.

Julian Castro (ex-maire de San Diego & ex-ministre d’Obama)
- Roger Stone n’est pas seulement un "allié de Trump", c’est un complice criminel d’un gouvernement étranger qui falsifie nos élections. Il a protégé les secrets de Trump en échange d'une grâce. C'est de l'obstruction à la justice.
- L'ampleur des expulsions et de la crise des sans-abri à l'horizon est sans précédent et exige une action immédiate.

Amy Klobuchar (sénatrice du Minnesota)
- C'est l'un des exemples les plus nauséabonds de favoritisme politique corrompu que les États-Unis aient jamais connu. La commutation de la peine de Roger Stone par Trump est une trahison impardonnable de son mandat.
- Il n'y a pas de limites. Ce président fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire fi de la loi. La seule façon d'y mettre un terme est de voter en novembre. Trump commue la peine de Roger Stone, un inconditionnel. Il devait se rendre en prison le 14 juillet pour avoir menti au Congrès
- Souvenez-vous des paroles prononcées par le président lors de la convention républicaine de 2016 : "Moi seul je peux réparer ça." À ce jour, les États-Unis ont atteint le record de 60 000 cas de Covid19 par jour.
- Des dizaines de millions d'Américains sont au chômage. C’est dévastateur. Ils ont désespérément besoin de secours pour surmonter cette crise. Ils ne peuvent plus attendre plus longtemps. C’est pour ça que je me bats chaque jour.

Kamala Harris (sénatrice de Californie)
- Trump commue la peine de prison de Roger Stone tandis que les officiers qui ont tué Breonna Taylor sont toujours libres. Cette justice à deux vitesses doit cesser.
- Une majorité de nos enseignants paient déjà pour les fournitures scolaires avec leur propre argent. Est-ce qu'ils vont aussi devoir payer de leur poche le PPE et d'autres produits de première nécessité pour se maintenir en sécurité, ainsi que leurs étudiants?
- Les gens souffrent. Les petites entreprises ont fermé pour de bon. Les factures des gens s’accumulent et ils n’ont pas de travail pour les payer. Les parents jonglent en enseignant à leurs enfants et en gardant de la nourriture sur la table. Nous pouvons aider. Adoptons notre projet de loi sur les petites entreprises et appliquons des paiements récurrents.
- Donald Trump aime utiliser le terme de "commandant en chef", mais il ne commande rien du tout à part son propre égo.

● Autres
Michael Bloomberg (ancien maire de New York)
- Le charbon ne peut pas faire partie de notre avenir si nous voulons reconstruire notre économie et vaincre le changement climatique.
- La décision de Trump d'ordonner aux étudiants étrangers de quitter les États-Unis n'est pas seulement cruelle, elle est absurde. Les meilleurs esprits du monde veulent étudier aux États-Unis. Pourquoi détournerions-nous le talent même qui nous aide à rester en avance dans une économie mondiale compétitive ?


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.