mercredi 3 décembre 2008

Actualités – France

Hervé Morin n’a pas encore décidé si le Nouveau Centre présentera des listes aux élections européennes


Pour Hervé Morin, il était important, à sept mois des européennes, de refroidir les ardeurs électorales du Nouveau Centre (NC). Devant le millier de participants au conseil national qui s'est réuni samedi à Issy-les-Moulineaux, le président du NC a expliqué pourquoi il serait sage d'attendre «le début de l'année prochaine» pour décider de présenter, ou non, des listes autonomes aux échéances de juin 2009. «À chacun de mes déplacements dans nos fédérations, j'entends bien votre désir d'aller au combat électoral. Je sais que les parlementaires veulent y aller», a-t-il reconnu, en assurant : «À un moment ou à un autre, nous devrons en effet porter notre ambition électorale, parce qu'un parti politique n'existe qu'à condition d'aller directement à la rencontre des électeurs et des urnes.» Quel sera le bon moment ? C'est toute la question. Le ministre de la Défense a proclamé à la tribune que «l'engagement européen fait partie du code génétique des centristes», mais, hors micro, il a prévenu qu'il ne serait pas «celui qui ruinera un effort de reconstruction du centre-droit». En jeu : les «9 000 adhérents du Nouveau Centre, ses 50 fédérations en état de marche, ses 23 députés». Sans oublier «ses onze sénateurs qui seront rejoints par la quasi-totalité des ex-UDF dès que Michel Mercier sera entré au gouvernement». Mercier, trésorier du MoDem, préside le groupe Union centriste-UDF au Sénat. Sa personnalité consensuelle a évité la rupture entre pro-Bayrou et centristes ralliés à Nicolas Sarkozy, mais elle empêche aussi la constitution d'un groupe de sénateurs estampillés Nouveau Centre.

Aucun commentaire: