dimanche 26 novembre 2017

Actualités du Centre. Wauquiez insulte à nouveau les centristes

Laurent Wauquiez
Jacques Barrot doit se retourner dans sa tombe mais il doit aussi méditer sa petite trahison envers les centristes.
Lorsqu’il a donné «sa» circonscription à Laurent Wauquiez sur un plateau et non à un vrai centriste (sans doute un donnant-donnant qui lui a permis d’être nommé ministre à la place), les serments centristes de ce dernier étaient déjà peu crédibles.
C’est dire si les affirmations des centristes qui ont fat croire qu’ils tombaient des nues lorsqu’ils ont vu les trahisons du personnage sont peu crédibles.
D’autant que cela ne les a pas empêchés de s’allier avec lui lors des dernières régionales, en 2015, alors que sa proximité avec l’extrême-droite était déjà évidente et que son discours dérivait plus que dangereusement vers une radicalité qui n’a rien d’humaniste.
Cependant, le bonhomme n’avait eu qu’à juré ses grands dieux qu’il était un modéré pour que Jean-Christophe Lagarde et François Bayrou acceptent de le soutenir…
Mais le voilà qui ne prend même plus de gant pour insulter les centristes.
Ainsi, le sans doute futur président de LR s’est répandu en insultes sur les membres de son parti qui ont décidé de créer une nouvelle formation, Agir, et surtout sur ceux qui ont décidé de rejoindre aujourd’hui, La république en marche (Thierry Solère, Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu).
Selon lui, ils ne sont qu’«un ramassis d’opportunistes» qui ont rejoint «le marigot central, le petit marais autour d'Emmanuel Macron».
Le «marais» était l’insulte des adversaires du Centre pendant la Révolution française (les centristes, c’est-à-dire ceux qui militaient généralement pour une monarchie constitutionnelle appelaient leur positionnement, la «plaine»).
Quant à l’expression «ramassis d’opportunistes», elle fait plus référence aux discours fascistes ou staliniens qu’à ceux d’un débat démocratique.
La répétition des termes au cours de son interview sur Europe 1 montre bien qu’il ne s’agissait pas d’un «dérapage» politique mais bien d’une volonté d’insulter, un discours en direction de la droite radicale et de l’extrême-droite.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire