mardi 3 février 2015

Une Semaine en Centrisme. La législative du Doubs nouveau révélateur de l’axe central

On a souvent parlé ici de l’axe central, allant des sociaux-libéraux du PS aux libéraux réformistes de l’UMP en passant par les libéraux-sociaux des partis centristes (UDI et Mouvement démocrate), c’est-à-dire d’Alain Juppé à Manuel Valls en passant par Jean-Christophe Lagarde et François Bayrou pour parler de ses «têtes d’affiche».
Cet axe n’est pour l’instant qu’une convergence de vues et de partage d’analyses sur la situation politique, économique, sociale et sociétale, procédant, plus profondément, d’un attachement aux principes et aux valeurs de la démocratie républicaine mais aussi à ceux et à celles d’une société de la liberté, de la responsabilité et de la solidarité, ainsi que dans la volonté de s’inscrire dans le phénomène de la mondialisation tout en voulant la rendre plus humaniste.
On ne sait pas encore quand ou même si il se concrétisera en une alliance en bonne et due forme qui pourrait se sceller à l’occasion de l’élection présidentielle de 2017, voire, plutôt, des législatives qui suivront si le vainqueur de la première nommée décide de construire une nouvelle majorité présidentielle que celles que l’on a connues jusqu’à présent depuis le début de la V° République.
En tout cas, quel que soit le scénario, il devra recevoir l’évidente onction du suffrage universel pour être légitime aux yeux des Français.
Les protagonistes, tout en reconnaissant qu’ils ont nombre d’affinités et qu’ils sont d’accord sur beaucoup de mesures à prendre pour moderniser et redynamiser le pays face aux défis du XXI° siècle, refusent pour la plupart d’envisager ce regroupement qui serait le fait majeur de la politique française depuis celui du Gaullisme en 1958, pensée centrale jusqu’en 1981et qui continua à être une force majeure au moins jusqu’à la création de l’UMP en 2002.
Cependant, tout indique dans les faits que cet axe central est bien une réalité qui se dessine au fur et à mesure des événements, petits ou grands.
Ainsi, il est sûr que la législative partielle dont le premier tour vient de se tenir dans la 4° circonscription Doubs n’est pas un scrutin crucial pour la république.
Néanmoins, la nouvelle première place du Front national et l’élimination du candidat de l’UMP pour le second tour qui opposera l’extrême-droite à un socialiste a relancé le débat sur le front républicain pour faire barrage aux extrêmes.
Et entre ceux qui, à droite et au centre sont pour et ceux qui sont contre ce regroupement circonstanciel des partis républicains face aux partis extrémistes, on retrouve la frontière entre ceux qui font partie de cet axe central informel et ceux qui sont à sa droite.
Evidemment les centristes ont immédiatement annoncé par la voie de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, qu’ils feraient barrage à la candidate du Front national.
Du côté de l’UMP, un clivage est tout de suite apparu entre partisans du front républicain et ses adversaires.
Dans le premier camp on retrouve sans surprise Alain Juppé, Dominique Busseraud, Jean-Pierre Raffarin, Nathalie Koscuisko-Morizet, par exemple.
Dans le deuxième, et toujours sans surprise, on retrouve Thierry Mariani, Laurent Wauquiez, Henri Guaino, François Fillon et Nicolas Sarkozy, entre autres.
D’un côté les libéraux réformistes de l’UMP, de l’autre les tenants d’une droite dure et radicale.
D’un côté ceux qui souhaitent une véritable alliance avec le Centre et plus éventuellement et ceux qui estiment que l’UMP doit aller chercher ses voix du côté du Front national.
Il serait erroné de ne voir ici que des agitations électoralistes.
C’est bien à des différences politiques parfois profondes que l’on a affaire.
Dès lors, ce sont bien la composition des partis actuels tant à droite qu’à gauche ainsi que les alliances qui ne paraissent plus en phase avec la réalité du pays.
Ainsi, il serait certainement plus clair pour les électeurs si à côté d’une gauche et d’une droite assumées (et de leurs avatars dangereux des extrêmes), on trouvait un axe central qui refuse l’étatisme, le repli identitaire ainsi que le refus de l’ouverture au monde tout en proposant un ambitieux projet humaniste au pays.
Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire