dimanche 13 mars 2016

Actualités du Centre. Le Mouvement démocrate n’a plus aucun député

François Bayrou & Jean Lassalle
La démission du député des Pyrénées-Atlantiques, Jean Lassalle du Mouvement démocrate est un coup dur pour François Bayrou.
Au-delà de la perte d’un ami de longue date et d’un élu de son département, il voit partir un de ses vice-présidents et, surtout, le seul réel député de son parti.
Désormais, le Mouvement démocrate ne compte plus aucun représentant à l’Assemblée nationale.
On ne compte pas ici Thierry Robert, député de la Réunion.
Elu en tant que MoDem en 2012, ce dernier a rejoint aussitôt le groupe des Radicaux de gauche à l’Assemblée nationale et fondé un parti «La politique autrement».
Et même s’il était la tête de liste du Mouvement démocrate aux régionales de 2015 à la Réunion, ses liens avec le parti centriste sont très lâches.
Alors que François Bayrou demeure dans le peloton de tête dans les baromètres des personnalités politiques et qu’il obtient autour de 10% des intentions de vote pour la présidentielle de 2017, sa gestion des élus, que ce soit à l’UDF puis au Mouvement démocrate, a rencontré d’énormes problèmes.
Ainsi, quand il prend la tête de l’UDF en 1998, le parti compte 114 députés et, quand il le saborde, en 2007, il n’en compte plus que 3 (dont lui-même) qui deviennent membres du Mouvement démocrate.
En 2012, seuls deux députés se feront élire avec l’étiquette MoDem (Bayrou étant battu), le premier quittant dès son élection (Thierry Robert) et le deuxième et plus emblématique (Jean Lassalle) maintenant.
En outre, le nombre d’élus qui ont quitté François Bayrou au fil du temps est très important.
Sans remonter jusqu’à l’UDF, à la tête du Mouvement démocrate, il a vu partir nombre de proches qui ont jeté l’éponge (Jean-Christophe Lagarde, Jean Arthuis, Jean-Luc Bennahmias, Corinne Lepage, etc.) ou de personnalités qui l’avaient rejoint pour une élection, pour des promesses de postes ou pour partager une aventure commune qui s’est toujours fracassée sur son incapacité à partager le pouvoir, comme Jean-François Kahn, Christian Blanc ou Jean-Marie Cavada.
Quant à Jean Lassalle, il quitte le Mouvement démocrate sur nombre de désaccords avec François Bayrou, certains issus directement de son éviction en tant que tête de liste de son département aux dernières régionales, décision d’Alain Juppé qu’aujourd’hui Bayrou soutient, ceci expliquant grandement cela.
Mais Lassalle veut aussi se présenter à l’élection présidentielle en candidat indépendant, avec une posture gaullienne et aucune troupe.
Une situation qui en rappelle étrangement une autre.


Aucun commentaire: