mercredi 14 juin 2017

Actualités du Centre. Bayrou affirme travailler «en équipe et en confiance» avec Macron et Philippe


Emmanuel Macron & François Bayrou
Alors qu’il se trouve fragilisé au sein de la majorité présidentielle suite à son comportement emporté face à plusieurs affaires politico-médiatico-judiciaires, François Bayrou, dans une interview au Monde a tenté d’accréditer la thèse selon laquelle tout se passait bien entre lui, Emmanuel Macron et le premier ministre Edouard Philippe avec lequel il s’est d’ailleurs affiché à la sortie du Conseil des ministres de ce jour.
Ainsi, à la question de savoir si les deux hommes à la tête de l’Etat lui avaient fait part «de leur désapprobation», il a répondu, «nullement» car  «ce n’est pas le style de nos rapports», ajoutant que «nous sommes des responsables politiques confirmés, travaillant en équipe et en confiance» et «c’est cela qui est précieux».
Quant aux rapports entre La République en marche et le MoDem, il les qualifie de «complémentaires»:
«En Marche ! est un mouvement neuf, en éclosion. Le MoDem est un courant politique qui a une longue histoire et un corpus de valeurs très clairement identifié, une habitude de vie et d’engagement en commun. C’est un grand courant de la vie politique nationale qui connaît une magnifique résurgence. Les deux mouvements sont donc profondément complémentaires, et nous ne serons pas trop de deux pour affronter les défis qui viennent.»
De même, face aux critiques sur ses propos peu en ligne avec la discipline gouvernementale, il affirme que le MoDem n’est pas «extérieur à la majorité» mais «au cœur de la majorité, et même au centre de cette majorité».
D’autant qu’il se dit persuadé qu’«on est écouté quand on est en phase, et quand on est créatif et entraînant. Or il se trouve que je me sens en totale confiance avec le président de la République. Je dois même vous avouer que cela ne m’est jamais arrivé de toute ma vie politique. La capacité qui a été la sienne, en quelques heures, d’incarner la fonction et de faire comprendre aux Français la conception qu’il en avait, de leur donner ainsi de la fierté, est une des raisons essentielles du succès des législatives».
Pour autant, concernant sa liberté de parole, il indique: «je n’ai pas l’intention de me mettre un bâillon, ni de devenir d’un coup inodore, incolore et sans saveur. Quand j’ai quelque chose à dire à quelqu’un, surtout en privé, je le dis. Je suis ministre de la justice, et pour moi la justice n’est pas seulement une institution elle est aussi une valeur».

Aucun commentaire: