mardi 24 février 2009

Actualités – Israël

Après un premier refus, Tzipi Livni accepte une nouvelle négociation avec Benjamin Netanyahu


La ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a annoncé qu'elle avait accepté de tenir de nouveaux pourparlers sur un éventuel gouvernement de coalition avec Benjamin Netanyahu, chef du Likoud, mais que des "divergences importantes" persistaient. C’est un revirement puisqu’après un premier rendez-vous, la leader centriste avait indiqué qu’elle ne ferait pas partie de la coalition mise sur pied part le chef du Likoud. Livni a indiqué que Netanyahu avait réclamé une nouvelle séance de discussions et qu'elle ne voyait "aucune raison" de s'y refuser. Il existe des "différences substantielles", a-t-elle ajouté, mais "il est important de voir s'il y a une voie commune".

Les entretiens qu'ont eus les deux rivaux dimanche étaient les premiers depuis les législatives du 10 février, qui n'ont pas produit de résultat décisif. Désigné par le président israélien Shimon Peres pour former un gouvernement, Netanyahu a promis de multiplier les efforts pour convaincre Tzipi Livni, ministre des Affaires étrangères sortante, de participer à une coalition. Le dirigeant du Likoud a estimé que l'association de son parti et des centristes de Kadima emmenés par Livni dans un gouvernement d'union était "le défi du moment et le souhait du peuple israélien". Quelques heures avant de s'entretenir avec sa rivale, Netanyahu avait jugé possible d'"atteindre l'unité, par le dialogue (...) c'est ce que nous allons faire aujourd'hui, en commençant par Kadima et demain avec les travaillistes". Netanyahu cherche à convaincre Livni de le rejoindre pour ne pas être prisonnier d'une ligne trop dure face aux probables pressions américaines pour relancer les négociations de paix avec les Palestiniens. De son côté, Tzipi Livni a estimé qu'un accord avec la droite était susceptible de "trahir la confiance de nos électeurs" et a assuré qu'elle n'intégrerait pas un gouvernement qui ne partage pas sa vision politique.

Aucun commentaire: