dimanche 16 septembre 2018

Actualités du Centre. Etats-Unis: le centriste Bloomberg possible candidat à la présidentielle de 2020

Michael Bloomberg
Depuis 2008, Michael Bloomberg, milliardaire et ancien maire de New York durant trois mandats, annonce qu’il pourrait se présenter à l’élection présidentielle.
Si, en 2008 et 2012, il s’est abstenu pour ne pas gêner les élections de Barack Obama et si en 2016 il a décidé de soutenir in fine Hillary Clinton face à Donald Trump, il pourrait se lancer en 2018 selon le quotidien britannique The Times qui cite une source affirmant qu’il allait se présenter afin de dégager Trump de la Maison blanche.
Car Bloomberg et Trump c’est une vieille histoire de haine réciproque.
Si le premier nommé ne peut supporter le comportement grossier et béotien du second, ce dernier ne supporte pas la richesse beaucoup plus importante que la sienne (et ne venant pas d’un héritage paternel) de son concitoyen newyorkais.
Lors de la campagne de 2016, Michael Bloomberg n’avait pas eu de mots assez durs contre Donald Trump dont il affirmait qu’il était un populiste dangereux et incompétent, qui, en retour, l’avait copieusement insulté.
Le positionnement politique de Bloomberg est résolument au centre de l’échiquier politique avec des idées très libérales en matière sociétale et plutôt conservatrices en matière économique et financière.
Durant sa carrière politique, il a toujours été à l’intersection entre les républicains et les démocrates, ayant commencé son parcours en tant que démocrate puis républicain avant de s’enregistrer en tant qu’«independent» centriste.
Résolument contre les armes à feu, il a financé les campagnes de plusieurs candidats au Congrès qui étaient pour des mesures très restrictives en matière de port d’arme.
Il a fait de même pour des candidats pro-choix en matière d’avortement.
S’il se présente en 2020, il compte, selon certaines sources, le faire en tant que démocrate.
Il est difficile de savoir s’il aura des chances dans un univers politique aussi polarisé alors que son positionnement est proche de celui d’Hillary Clinton.
De même, en 2020, l’ancien maire de New York aura 78 ans, ce qui pourrait être un handicap, malgré tout.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire