vendredi 1 février 2019

Actualités du Centre. La critique de Macron ou comment pour l’UDI tenter d’avoir plus de 3% aux élections européennes

Jean-Christophe Lagarde
Dans son «tour de France», Jean-Christophe Lagarde a deux ennemis, Emmanuel Macron et Laurent Wauquiez.
Systématiquement, il critique, voire insulte parfois, les deux hommes, dans une stratégie aussi grossière que bancale.
Il s’agit de tenter de fédérer tous les anti-Macron de droite autour de sa liste pour les élections du Parlement européen en mai prochain (en appelant à lui tous ceux qui «n'ont pas envie d’être manipulés par le calcul politique de M. Macron») tout en diabolisant Wauquiez qui serait, à la fois, un adversaire de l’Union européenne et un compagnon de route à peine caché de la famille Le Pen afin de rameuter tous les sympathisants de la droite modérée mais aussi tous les gaullistes…
Tous les sondages donnant jusqu’à présent 3% d’intentions de vote en faveur de la liste UDI que Lagarde conduit lui-même, le pari est loin, très loin d’être gagné.
Bien entendu, le chef de l’Etat est la cible privilégiée du président de la formation centriste, il faut bien sacrifier démagogiquement à l’air du temps.
Quelques exemples au détour de cette France que monsieur Lagarde visite:
A Nîmes, Macron aurait «été élu dans des circonstances particulières» et «sans doute ne connaît-il pas bien les Français» et «Il a fait preuve à plusieurs reprises de mépris et de manque d'empathie»; à Cannes, il passe à la vitesse supérieur puisque Macron est traité de provocateur «qui ne connait pas les Français»; à Vézelay, il s’inquiète de ce que le Grand débat national «ne tourne au spectacle macronien»; à Vendôme et ailleurs Macron est accusé d’«adhérer» à une «Europe des banquiers et des marchés» étant ainsi le complice de «la dérive ultra-libérale de l’Union européenne»; à Rennes, interviewé par un site d’extrême-droite il en remet une couche: «l’Europe a dérivé dans un système ultra libéral que défend M. .Macron»; toujours dans la capitale bretonne, il veut même que Macron «arrête de nier, voire de conchier les corps intermédiaires» (le Larousse informant ceux qui ne connaitrait pas le terme qu’il signifie «souiller avec des excréments, salir»).
Et même quand il est d’accord avec Macron, il met en garde, encore à Rennes dans un autre média: «le problème chez lui ce ne sont pas les discours, ce sont souvent les actes» alors même que le reproche majeur fait au Président de la république est d’avoir fait trop de réformes…
D’ailleurs, monsieur Lagarde s’était plaint à plusieurs reprises que le travail des députés était trop chargé, qu’ils n’avaient pas le temps de remplir correctement leur tâche de législateur tout en allant auprès de leurs constituants…
On pourrait continuer sans fin tout en rappelant comme nous l’avons déjà fait que le président de l’UDI s’en prend à un centriste et un européen convaincu ce qu’il prétend être lui-même!
Rappelons que fin juin 2018, il déclarait même sur Franceinfo  qu'«il y a 60% de choses» qui lui «conviennent» dans la politique du gouvernement.
Mais, sans doute, la cohérence de ce positionnement échappe à tous ceux qui ne sont pas obnubilés par l’encéphalogramme plat et les courbes sondagières bien basse de la formation qu’il dirige.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire