samedi 12 août 2017

Une Semaine en Centrisme. Les 45% des Américains qui se disent «independents», sont-ils centristes?

Selon un sondage de l’institut Gallup, 45% des Américains se disent «independents» tandis que 28% se disent démocrates et 25% républicains.
S’agit-il de dire que 45% des sondés se réclament du Centre alors que 28% seraient de gauche et 25% de droite?
C’est en tout cas ce que croient les initiateurs du Centrist project dont le but est de présenter partout des candidats «independents» pour casser l’emprise des deux grands partis sur la vie politique des Etats-Unis.
Néanmoins, ce résultat est nettement moins tranché que ce qu’ils affirment.
D’abord sur la qualification d’«independent».
Celle-ci qualifie ceux qui ne se reconnaissent dans aucun des partis dominants, le Parti républicain et le Parti démocrate qui rythment la vie politique américaine depuis les années 1850 (auparavant il s’agissait du Parti whig face aux démocrates).
Pour autant, d’une part, les «independents» peuvent être plus à gauche que les démocrates et plus à droite que les républicains.
Il ne s’agit nullement d’une catégorie homogène de modérés, même s’il y en a beaucoup dans cette catégorie, mais avant tout d’une dénomination de ceux qui ne veulent pas être associés aux républicains et aux démocrates pour des raisons diverses et variées.
D’autre part, il y a, chez ceux qui se disent démocrates (surtout) ou républicains (un peu), des réels centristes puisque, rappelons-le, les deux grands partis couvrent chacun tout le spectre d’un des deux côtés de l’échiquier politique allant des extrêmes aux modérés.
Il y a donc beaucoup d’électeurs centristes au Parti démocrate (plutôt de centre-gauche) et au Parti républicain (plutôt de centre-droit).
Ainsi, il convient de ne pas oublier que les deux derniers présidents démocrates, Bill Clinton et Barack Obama, étaient de vrais centristes, tout comme l’était la dernière candidate du Parti démocrate, Hillary Clinton.
D’ailleurs, actuellement, le Parti démocrate demeure une formation de centre-gauche avec un courant social-démocrate minoritaire alors que le Parti républicain est devenu un parti de droite radicale n’ayant plus en son sein qu’une poignée de personnalités de centre-droit.
Le problème avec toutes les initiatives «centristes» comme le Centrist project, c’est qu’elles renvoient les démocrates et les républicains dos à dos alors même que les premiers sont beaucoup plus proches du Centre que les seconds.
Dès lors, leurs initiatives penchent le plus souvent à droite et non plus au centre de l’échiquier politique.
Quant à savoir si les Américains sont prêts à se passer des deux grands partis, la réponse n’est pas aussi simple qu’un autre pourcentage révélé par le sondage Gallup le laisserait croire où 57% d’entre eux affirment qu’il faut une alternative à ceux-ci au pouvoir.
Car, aujourd’hui, seuls deux sénateurs se revendiquent «independents», dont le socialiste Bernie Sanders et aucun représentant.
Même si ce constat doit être tempéré par le fait que les candidatures «independents» sont nettement plus rares lors d’un scrutin et ont souvent plus de mal à avoir une exposition médiatique suffisante, les électeurs ont plus tendance à voter pour les candidats des deux grands partis et donc à leur faire confiance au moment du vote et à avoir une bonne opinion d’eux.
Ainsi, il y a une grande différence entre les candidats démocrates et républicains qui, au niveau local de leurs circonscriptions, sont généralement appréciés de leurs électeurs – ce qui permet à une large majorité d’entre eux d’être facilement réélus – et la défiance exprimée au niveau national pour les deux formations qu’ils représentent…
Reste que des organisations comme le Centrist project ont raison de pointer du doigt la paralysie actuelle du système où les deux partis se neutralisent au lieu de trouver des consensus pour gouverner ce qui était jusqu’à la fin du XX° siècle une pratique courante aux Etats-Unis.

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire