mardi 3 avril 2018

Actualités du Centre. Grève SNCF: pour Lagarde (UDI), le but de la CGT est de «mettre fin au mandat de Macron»

Jean-Christophe Lagarde
Lors d’un entretien sur la chaine LCP, Jean-Christophe Lagarde a estimé que la grève à la SNCF était «la plus politique que l’on est rencontré depuis des années».
Le président de l’UDI a ajouté que cette grève n’était pas «justifiée» d’autant que rien ne change pour les cheminots d’aujourd’hui et que les syndicats, en particulier la CGT et son secrétaire général d’extrême-gauche, Philippe Martinez, mentent en affirmant que l’on va privatiser la société ou qu’il y a une attaque contre le service public.
Selon le leader centriste, «la volonté de la grève dure, notamment de la CGT» n’a rien à voir avec la SNCF mais concerne plutôt l’état du syndicat et de ses prochaines batailles internes, dont l’élection du secrétaire général lors de son prochain congrès.
Mais il a aussi accusé la CGT de profiter de sa position à la SNCF pour faire de cette grève «une opposition globale à la politique de réforme du gouvernement alors même que cette politique a été décidée pat les Français il y a moins d’un an».
Car, pour le président de l’UDI, le but des syndicats dont la CGT est de «mettre fin au mandat d’Emmanuel Macron» et de rêver «d’une nouvelle grève générale comme en 1968».
Il a rappelé, en outre, que quand avait été décidé d’ouvrir les lignes de chemin de fer à la concurrence dans l’Union européenne, sous François Hollande, mesure à laquelle il était opposé, la CGT n’avait pas appelé à la grève.
A propos de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde a concédé qu’une des erreurs de la formation centriste avait été de ne pas avoir eu de candidat à l’élection présidentielle de 2017 mais, selon lui «c’est la division à l’intérieur de l’UDI qui n’a pas permis à l’époque d’avoir un candidat».
D’ailleurs, pour Lagarde la plupart des erreurs passées de son parti venaient des divisions et il s’est à nouveau félicité que celui-ci soit désormais «unifié».
Concernant LR, il a rappelé que «nous n’avons plus d’alliance avec Les républicains» et il a accusé Laurent Wauquiez de «copier le Front national», sans évidemment parler de l’élection de Jean-Pierre Door dans le Loiret, ami politique du président de LR et soutenu par l’UDI…
Il a estimé que LR devrait s’allier à terme avec le FN et que les membres gaullistes et libéraux du parti de la Droite s’en iront comme certains l’ont déjà fait, répétant que l’UDI voulait bien les accueillir puisqu’elle est devenue depuis son dernier congrès de mars, une formation du centre et de la droite de progrès.
Pour ce qui est de la réforme constitutionnelle, il a expliqué qu’«un député et un sénateur par département ce serait une bonne règle, cela conduit à une réduction d'à-peu-près 25% du nombre de parlementaires. Cela nous amène autour de 420-430 députés».
Concernant la dose de proportionnelle aux élections législatives, il a menacé «si on n'est pas à 20% minimum ce n'est pas une proportionnelle, ce n'est pas la peine de faire semblant et en tout cas nous n'y souscrirons pas...».


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire