vendredi 18 septembre 2020

Vues du Centre. A quoi sert l’UDI?

Par Jean-François Borrou

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes.

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI
La récente université d’été de l’UDI a révélé une formation qui invente sans cesse de nouveaux slogans dans une navigation à vue qui ressemble plus à une lutte pour la survie qu’à une démarche conquérante et une volonté farouche d’exister alors même que sa survie est en jeu.

Parce que le fond du problème est bien de savoir à quoi sert l’UDI.

Au-delà d’être un cartel électoral où quelques centristes et droitistes trouvent une structure et une étiquette pour aller au combat, elle ne peut revendiquer aujourd’hui qu’une chose, être une force d’appoint qui tente de se vendre au plus offrant, en l’occurrence LR qui a plus besoin d’elle que LaREM.

Ceci se manifeste même dans le positionnement revendiqué du parti, cette «opposition constructive» qui permet des zigzags constants et une danse du ventre où l’on tente de séduire ce que l’on peut avec de maigres résultats.

Et les propos et déclarations fracassantes qui se succèdent de son président, Jean-Christophe Lagarde, reflètent cette constante oscillation où l’on sent, avant tout, l’envie de faire le buzz face à des médias qui l’ignore superbement (et même anormalement) et face une Droite qui sait qu’il doit la ménager pour avoir des élus et à ses alter-égos du Centre qui semblent avoir fait une croix sur sa volonté de les rejoindre (d’où la stratégie de débauchage de LaREM hier et du MoDem de ses élus) pour ne pas perdre l’étiquette «centre-droit» même si, désormais mais pour combien de temps, le terme «droit» prédomine su celui de «centre».

Car, après la Berezina de la présidentielle (pas de candidat et un soutien total à Fillon) et des législatives plus que décevantes, Lagarde et ses amis avaient tenté de se rapprocher la majorité centriste tout en critiquant la droitisation radicale de LR, stratégie qui n’a rien donné et qui fait que l’UDI a retourné sa veste et affirme désormais que LR est à nouveau fréquentable ce qui n’est plus le cas de LaREM…

Dès lors, quand les sénateurs UDI ont récemment affirmé qu’ils «sont des piliers de la majorité sénatoriale» (de droite) cela ne surprend personne même s’il faut évidemment y voir une déclaration avant tout politicienne puisque des élections sénatoriales auront lieu dans quelques jours et que les sortants de la formation de centre droit ne peut espérer avoir des élus qu’avec le concours de LR.

De même, quand un des plus virulents adversaires du Président de la République et du Gouvernement à l’Assemblée, le député UDI Pascal Brindeau rappelle quelques jours avant les universités d’été de son parti se «situe clairement dans l’opposition», cela ne surprend non plus personne.

Et de poursuivre:

«Le projet d’Emmanuel Macron est-il le nôtre? Sa conception de l’exercice du pouvoir hyper concentralisé avec peu d’équilibre avec les collectivités locales est-il le nôtre? Sa décentralisation est-elle celle que nous voulons? La réponse, c’est non!»

Mais cela ne fait guère avancer les choses même si, dernièrement, la formation créée par Jean-Louis Borloo – qui avait une tout autre ambition pour elle s’est attachée à publier plusieurs documents alors même que son corpus idéologique était bien maigre et qu’elle a trouvé deux angles d’attaque pour exister, l’opposition frontale à Emmanuel Macron et à Marine Le Pen, démontrant ainsi qu’elle se rapproche de plus en plus de LR pour en devenir un simple appendice comme c’est déjà le cas du groupuscule Les centristes dirigé par Hervé Morin, l’ennemi mortel de Lagarde!

N’oublions pas le nouveau slogan puisqu’il en faut toujours un, c’est celui de «la république fédérée», c'est-à-dire d’une volonté d’apparaitre comme les héritiers des Girondins révolutionnaires et d’être les chantres de la décentralisation où, tout à coup, le local serait le remède à tout et n’importe quoi face à un Etat cannibale.

Faut-il en conclure que l’UDI est au bord de la disparition?

Sans doute pas d’autant qu’elle a montré une certaine capacité à contredire les nombreux faire-parts annonçant sa mort et son enterrement.

En revanche, il n’y a pas, non plus, de signe d’une quelconque dynamique qui la ferait sortir d’un anonymat politique où elle s’enfonce inexorablement.

D’où: à quoi sert-elle?...

 

Jean-François Borrou

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.