mardi 6 septembre 2011

L'Humeur du Centriste. Bayrou ne doit pas oublier que Villepin n’est qu’au centre de lui-même!


Le site du Point nous informe qu’un rapprochement serait en cours entre François Bayrou, en quête d’alliances politiques, et Dominique de Villepin, en quête d’existence politique tout court.
On se rappelle que les deux hommes ont fait récemment assaut d’amabilités entre eux. Et les récentes déclarations de l’ancien premier ministre de Jacques Chirac dans Libération – sur lesquelles s’appuie le Point pour démontrer que le rapprochement supposé avance – ne font qu’accréditer qu’ils sont bien à l’aube de s’entendre.
Voilà pourtant un duo improbable qui aura sans doute du mal à convaincre qu’il parle au nom du Centre, voire d’une «majorité centrale», nouveau concept de François Bayrou pour rassembler autour de sa candidature à l’Elysée.
Surtout, l’alliance avec Dominique de Villepin n’apporterait pas grand-chose au leader du Mouvement démocrate.
Bien sûr, cela lui permettrait de dire qu’il n’est pas seul. Bien sûr, cela permettrait de prétendre que des gaullistes (si tant est que Villepin en soit un!) le soutiennent plutôt que Nicolas Sarkozy.
Cependant, au moment où François Bayrou a entamé un recentrage après être allé voir du côté de la gauche et des écologistes, ce rapprochement serait certainement ressenti très négativement par les centristes, militants et électeurs, qui se rappelleront que Dominique de Villepin est, depuis toujours, un farouche adversaire du Centre, qu’il ne nourrit aucune sympathie pour le Centrisme et encore moins pour les centristes.
De même, cela recentrerait, d’un coup, Jean-Louis Borloo qui pourrait bien plus aisément se présenter comme un homme du centre, ce que lui dénie farouchement François Bayrou. Mais ce dernier serait alors beaucoup moins crédible pour en convaincre l’opinion en apparaissant aux côtés de Villepin...
Dans ce deal qui sent la manœuvre politicienne, il n’y a que Dominique de Villepin qui n’a rien à perdre, vu que son crédit politique est aujourd’hui proche de zéro et que pas un banquier, même adepte des hedge funds les plus risqués, ne lui prêterait un euro de crédibilité…
Et François Bayrou devrait se rappeler que le seul centre que connaisse Villepin, c’est son auto-centrage autour de lui-même.

Le centriste

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire