mardi 11 mai 2010

L'Editorial d'Alexandre Vatimbella - La centriste attitude


Un centriste est quelqu’un qui est du Centre et adhère au Centrisme et à ses valeurs. Fermer le ban. Ou, pas tout à fait. En effet, le centriste doit également posséder la «centriste attitude». L’essence de celle-ci est fondamentalement la liberté. Un centriste est une personne libre. Et ce n’est pas rien. Ni dans la façon dont cela construit sa vision du monde, ni dans celle qui forge sa manière de faire de la politique.

Là où, souvent, certains ne voient qu’opportunisme ou manque de profondeur politique (qui sont l’apanage des faux centristes), il y a cette volonté farouche de demeurer libre. D’où une conséquence majeure. Les centristes ne sont quasiment jamais solubles dans un seul parti centralisé et monolithique, comme l’a prouvé l’UDF qui ne fut forte et conquérante que quand elle était multiple et ouverte.

Bien sûr, on pourrait dire la même chose des gens de Gauche et de Droite. Mais pas à la même échelle et pas de la même façon. Si à gauche et à droite des chapelles idéologiques s’affrontent, parfois durement, au centre on trouve des hommes libres partageant la même vision politique et les mêmes valeurs mais jaloux de leur indépendance et de leur différences.

Attention, bien sûr, de ne pas trop idéaliser ce tableau. Les combats de chefs aux fortes ambitions personnelles (lesquelles n’ont rien de négatif si elles sont porteuses d’un vrai message politique) aboutissent, malheureusement, à des divisions stupides et négatives comme c’est le cas à périodes répétées et accouchent d’un Centre morcelé. Incapables de s’entendre, ses composantes deviennent alors des supplétifs de la Droite et de la Gauche.

La III° République nous a bien montré la futilité politique des divisions du Centre et les ambitions personnelles qu’elles recelaient. Mais nous retrouvons aussi ce tableau aujourd’hui où les centristes sont éclatés dans diverses formations plus proches les unes des autres qu’elles ne le sont de la Droite et de la Gauche avec lesquelles, pourtant, elles recherchent des alliances avant même de se retrouver ensemble...

Du coup, les centristes oublient les autres qualités de la «centriste attitude», le consensus et la responsabilité. Car la liberté n’est rien en politique si elle n’est pas associée à la responsabilité et que cette liberté et cette responsabilité ne soient pas les bases communes d’un consensus. De la même façon que liberté et égalité sont indissociables dans la recherche de la fraternité. Le tout dans une autre qualité centriste, le pragmatisme.

Faire de la politique, c’est vouloir faire triompher ses idées et ses valeurs. Tous les centristes devraient se le rappeler au moment où ils tentent de refonder un Centre dynamique qui doit, de nouveau, peser sur les choix politiques importants qui sont devant nous, Français, Européens et Humanité, en mettant en place une société libre, respectueuse, solidaire, tolérante, avec une économie sociale de marché fondée sur les valeurs du libéralisme social. Et avec la «centriste attitude», ce sera sans doute beaucoup plus facile…

Aucun commentaire: