lundi 27 février 2017

Présidentielle 2017. Pourquoi Bayrou a choisi de soutenir Macron

François Bayrou et Emmanuel Macron
Les opposants à Emmanuel Macron et à François Bayrou ainsi que les médias de droite et de gauche, s’étonnent, voire se gaussent, de l’alliance entre les deux hommes, rappelant les mots très durs du président du MoDem à l’encontre du leader d’En marche!.
Et c’est vrai que pendant de longs mois, François Bayrou n’a pas été tendre envers Emmanuel Macron, allant jusqu’à parler de lui comme le candidat de la finance, une des pires insultes qu’il peut proférer tant il est dans un rejet de l’argent presque pathologique.
Mais deux raisons expliquent ce que certains appellent un revirement même s’il faut rappeler qu’après les attaques dures, Bayrou avait mis de plus en plus d’eau dans son vin les trois derniers moins.
Ce comportement de plus en plus accommodant venait de ce que le président du Mouvement démocrate ne pouvait plus feindre d’ignorer la réalité.
Non seulement Emmanuel Macron était très proche de lui politiquement parlant mais il séduisait un nombre particulièrement important de sympathisants de son parti (c’est-à-dire de sa personne).
Il devenait ainsi de plus en plus compliqué, voire de plus en plus périlleux et imprudent pour lui, de le considérer comme un repoussoir, à la fois, aux yeux des observateurs qui n’y voyaient qu’une vulgaire stratégie politique et aux yeux des électeurs centristes qui commençaient à n’y voir qu’une manifestation de  son ambition personnelle ou, plus embêtant, de son égo face à un homme beaucoup plus jeune qui s’installait sur son territoire.
Néanmoins, la raison principale de son soutien à Emmanuel Macron est d’un autre ordre, celui de la morale, d’une autre dimension, celle de la responsabilité.
On peut ne pas être d’accord avec la vision politique de François Bayrou – ou ne pas comprendre ce qu’est d’être centriste – mais on ne peut lui enlever les fondamentaux de celles-ci qu’il défend depuis des années.
Selon lui – et beaucoup de centristes – la situation est grave pour la France et pour la démocratie républicaine.
L’élection de Donald Trump aux conséquences peut-être effroyables, la montée en puissance de l’autocrate Vladimir Poutine avec ses continuelles attaques contre l’Occident et la liberté, la force de plus en plus grande des mouvements populistes et démagogiques dans une Union européenne au bord de la rupture et qui doit gérer le brexit ainsi que la menace toujours aussi prégnante du Front national en France, sur fond d’affaiblissement du lien social et de la montée d’une autonomisation irresponsable des individus, tout cela nécessitait qu’il prenne ses responsabilités et qu’il appelle à refuser l’élection d’une candidate d’extrême-droite, de candidats de la gauche radicale ainsi que du candidat LR, au programme thatchérien et fortement soupçonné de détournements de fonds publics.
Et le seul qu’il pouvait soutenir pour faire barrage à cet aréopage inquiétant est Emmanuel Macron.
Alors, il sera facile de trouver des différences entre Bayrou et Macron, d’ailleurs ceux-ci ne les ont pas niées et, même, les revendiquent.
Il sera de bon ton aux adversaires des deux hommes de sortir et ressortir sans fin des déclarations hostiles et ambigües qu’ils ont faites l’un sur l’autre.
Sans oublier celles qu’ils feront sans doute sur leurs divergences plus ou moins profondes dans certains domaines.
Mais l’essentiel pour François Bayrou, c’est d’empêcher une grave crise en France et en Europe en s’alliant avec un candidat centro-compatible et dont le projet et le programme sont basés sur un juste équilibre indispensable pour réconcilier les Français entre eux et la France avec elle-même.


Alexandre Vatimbella


A lire aussi:


1 commentaire:

Centriloque a dit…

Entièrement d'accord avec votre analyse. J'ajouterai que tous les scénarios envisagés par Bayrou se sont cassés la figure: Bayrou avait parié sur un duel Juppé-Sarkory au second tour de la primaire de la droite et sur un essoufflement rapide de la campagne de Macron. Or, la victoire triomphale de Fillon à la primaire et la popularité croissante de Macron ont réduit à la portion congrue l'espace politique disponible pour Bayrou. Et les affaires Fillon n'y ont rien changé: même si Fillon s'est affaissé dans les sondages, le noyau dur de son électorat lui reste fidèle et ne veut ni de Bayrou ni de Macron. Le ralliement de Bayrou à Macron était donc un choix résigné mais lucide et nécessaire pour éviter une dispersion des voix qui pénaliserait les candidats progressistes et favoriserait l'extrême droite.