mercredi 22 février 2017

Présidentielle 2017. Bayrou renonce à se présenter et propose une alliance à Macron

François Bayrou & Emmanuel Macron
Parlant de la «gravité de la situation» qui n’a jamais été aussi grande «depuis 50 ans», François Bayrou, lors d’une conférence de presse, a affirmé que le «peuple était en danger» et qu’aucun des candidats déclarés n’était réellement adoubé par les Français.
Disant avoir reçu de très nombreux témoignages pour qu’il se présente, le président du MoDem a déclaré qu’il mesurait néanmoins sa responsabilité et que devant les périls, il ne voulait pas disperser les voix des démocrates.
C’est pourquoi il proposait une alliance à Emmanuel Macron – qu’il a qualifié de «brillant» – et, donc, de ne pas se présenter à l’élection présidentielle.
Cependant, pour finaliser cette alliance, il veut des «nouvelles pratiques» mais aussi que le programme de Macron contienne une «loi de moralité publique» et qu’elle permette d’éviter que les «grands intérêts privés» ne prennent le pays en otage.
Il a également indiqué qu’il souhaitait que le travail soit mieux rémunéré et qu’il y ait une loi électorale basée sur une dose de proportionnelle.
Il, a ajouté qu’il avait rencontré Emmanuel Macron la semaine dernière et qu’il allait le rencontrer dans les heures à venir, précisant que le Centre ne se fondait évidemment pas dans En marche! mais souhaitait une alliance avec ce mouvement.
Et il a conclu son intervention en disant que «l’heure est venue pour que les intérêts personnels et partisans soient dépassés».
Dans un sondage Elabe pour BFMTV publiés juste avant son annonce, François Bayrou n’est pas vraiment perçu par les Français comme un possible président de la république.
S’il est considéré majoritairement comme honnête (55%) et sympathique (54%), les Français ne sont que 32% à penser qu’il a les qualités nécessaires pour être président, 28% à estimer qu’il est capable de rassembler les Français.
Et pour ces deux dernières qualités, Emmanuel Macron est nettement devant lui puisqu’il recueille respectivement 42% et 45%d’opinions favorables (mieux que François Fillon et Marine Le Pen, par ailleurs).
A noter que si les sympathisants du MoDem sont majoritaires à lui trouver l’ensemble des qualités proposées par le sondage (qui sont, avec celles précités, le dynamisme, la réelle volonté de changer les choses, la compréhension de gens comme eux) et qu’il n’est pas du tout inquiétant, en revanche, ce n’est pas le cas des sympathisants de l’UDI qui ne lui donne la majorité d’opinions favorables uniquement pour son honnêteté et son côté sympathique mais qui ne sont que 29% à penser qu’il a les qualités pour être président de la république, 32% qu’il est capable de rassembler les Français et 14% qu’il veut vraiment changer les choses.
(Sondage Elabe réalisé les 21 et 22 février 2017 par internet auprès d’un échantillon de 977 personnes âgées de plus de 18 ans et représentatives de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)

Alexandre Vatimbella


A lire aussi:


Aucun commentaire: