vendredi 22 septembre 2017

Actualités du Centre. Rencontre de leaders centristes en marge de l’assemblée générale de l’ONU

Emmanuel Macron & Michael Bloomberg
A l’initiative du milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg, plusieurs leaders centristes se sont rencontrés lors du premier forum mondial des affaires qu’il organisait en marge de l’assemblée générale des Nations Unies.
Ainsi, l’ancien président des Etats-Unis, Bill Clinton, le président français Emmanuel Macron, le premier ministre canadien Justin Trudeau et Michael Bloomberg ont expliqué l’importance d’un développement équilibré, du multilatéralisme, du nécessaire dialogue entre le monde des affaires et celui de la politique, de la lutte contre changement climatique mais aussi de l’indispensable consensus dans une démocratie et, comme l’a dit Bill Clinton, de refuser une sorte de «tribalisme séparatiste» pour résoudre les problèmes, de ce «nous contre eux».
Ils ont également loué, à l’instar de Justin Trudeau, les bienfaits du commerce mondial mais aussi du développement pour tous.
Emmanuel Macron a estimé que «Nous sommes dans un moment très particulier. Nous devons relever nombre de défis au niveau mondial: le changement climatique, l’immigration, le terrorisme».
Sans oublier «les inégalités et les déséquilibres principaux de l’organisation actuelle de la mondialisation».
Et, selon lui «Pour y faire face nous avons besoin du multilatéralisme».
Il a déclaré que la tâche n’était pas seulement celle des gouvernements «qui ne sont plus capables de soutenir seuls l’effort à faire» pour lutter contre les dysfonctionnements mais qu’il fallait la mobilisation de tous.
Il faut se demander, a-t-il expliqué, «comment nous devons nous mettre d’accord pour sauver nos biens communs parce que le modèle existant n’est plus soutenable avec les mêmes règles.»
La solution qu’il préconise pour la France et l’Europe est un plan «pro-croissance mais aussi de transformation».
Il a ainsi affirmé que son gouvernement veut «faire des réformes pour complètement changer le marché du travail, pour changer la situation dans lequel il se trouve en ayant plus de flexisécurité pour créer plus d’emplois mais aussi pour être mieux adapté aux cycles du nouvel environnement économique notamment en investissant plus dans l’éducation, la formation et l’intelligence artificielle parce que c’est une des principales batailles de ce nouveau monde».
De même, il veut être leader dans la lutte contre le changement climatique qu’il a qualifiée de «bonne pour mon peuple, bonne pour les affaires bonne pour l’innovation».


Aucun commentaire: