mercredi 3 septembre 2008

Actualités du Centre. Etats-Unis Présidentielles 2008 – Convention du Parti républicain John McCain voulait un colistier plus centriste que Sarah Palin réputée très conservatrice

--> La convention républicaine réunie à St Paul (Minnesota, nord) se trouvait toujours dans l'œil du cyclone mardi alors que s'accumulent des révélations embarrassantes sur Sarah Palin, la colistière du candidat à la Maison Blanche John McCain. La première journée de la convention n'a pas ressemblé à ce que souhaitaient les républicains. La fête a été gâchée par le passage de l'ouragan Gustav et surtout par la divulgation de plusieurs nouvelles, aux conséquences électorales potentiellement dévastatrices, sur la gouverneure de l'Alaska. En choisissant comme colistier une femme de 44 ans, gouverneure depuis seulement deux ans et auparavant maire d'une petite ville de 9.000 habitants, John McCain a fait incontestablement preuve d'audace. Mais certains républicains commencent à se demander s'il n'a pas été un peu téméraire. Sarah Palin a reconnu lundi que sa fille mineure, âgée de 17 ans, et célibataire était enceinte. Si chacun, y compris dans le camp démocrate, estime qu'il s'agit d'une affaire privée, des questions ont surgi pour savoir si M. McCain avait connaissance de cette grossesse avant de choisir Mme Palin. Le porte-parole du sénateur de l'Arizona, Tucker Bounds a assuré que M. McCain savait et qu'il a estimé que cela "ne disqualifiait pas" Mme Palin pour figurer sur le "ticket". La campagne McCain n'a cependant pas précisé exactement quand, comment et qui avait informé le sénateur de l'Arizona.
Ce n'est pas la seule histoire à faire surface. La campagne McCain elle-même a indiqué que le mari de Mme Palin, Todd, avait été arrêté il y a une vingtaine d'années pour conduite en état d'ivresse. Plusieurs médias ont rapporté que Mme Palin a été membre du parti indépendantiste de l'Alaska, un parti réclamant la sécession d'un Etat des Etats-Unis, pendant au moins deux ans au début des années 1990. Cette année encore, Mme Palin a salué, dans un message vidéo, les délégués de ce parti indépendantiste à l'occasion de leur congrès. Une douzaine de responsables républicains, dont des avocats sont partis lundi pour l'Alaska afin de passer au crible la biographie et le passé de Mme Palin. La gouverneure est par ailleurs sous le coup d'une enquête parlementaire de son Etat sur un supposé délit d'influence. Elle est soupçonnée d'avoir licencié abusivement un responsable de la police locale car, selon l'accusation, ce responsable aurait refusé de licencier un agent de police qui se trouvait être l'ex-beau frère de Sarah Palin. Ce dernier était engagé dans un divorce houleux avec la soeur de la gouverneure. Mme Palin affirme qu'elle n'a pas agi illégalement et a annoncé lundi qu'elle avait embauché un avocat pour la représenter dans cette affaire. Toutes ces affaires ne font pas le bonheur du parti républicain alors qu'il ne restait mardi que 64 jours avant l'élection présidentielle du 4 novembre. Un sondage publié mardi par USA Today donne une avance de sept points (50% contre 43%) au candidat démocrate Barack Obama. Le New York Times a publié mardi le témoignage d'un responsable républicain, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, qui contredit la position officielle des conseillers de M. McCain qui affirment que Sarah Palin a fait l'objet d'un examen approfondi avant d'être choisie comme candidate à la vice-présidence. "Tout s'est fait de façon précipitée à la fin parce que John n'a pas obtenu ce qu'il voulait. Il voulait Joe (Lieberman) ou (Tom) Ridge", affirme ce responsable. Tous deux sont favorables au droit à l'avortement. Or, la droite religieuse qui soutient du bout des lèvres M. McCain, avait averti qu'elle ne tolérerait pas que le sénateur de l'Arizona choisisse une personne favorable au droit à l'avortement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire