vendredi 21 janvier 2011

Une semaine en Centrisme. La difficulté du positionnement du Mouvement démocrate


Petit rappel historique. La création du Mouvement démocrate en 2007 en remplacement de l’UDF (et à la «mise en sommeil» de celle-ci) répondait à la volonté de François Bayrou de construire un parti autour de son ambition élyséenne.
Cette création était fondée sur l’analyse que, d’une part, la seule élection qui compte en France est l’élection présidentielle et que, d’autre part, la seule façon pour lui et son parti de parvenir au pouvoir était de la gagner pour ensuite créer une dynamique qui leur permettrait de gagner les législatives ou, tout au moins, de former une coalition gouvernementale viable en recomposant le paysage politique en agrégeant des modérés de droite et de gauche autour d’un noyau issu du MoDem.
Elle était ensuite portée par un pari, la déliquescence du Parti socialiste, battu encore une fois à l’élection présidentielle, tiraillé par les luttes intestines entre une aile social-démocrate et une aile gauchiste. L’implosion rapide du PS devait permettre à François Bayrou de se présenter en recours d’une social-démocratie rénovée et d’en prendre la tête tout en marginalisant les gauchistes.
Ce scénario a semblé avoir une certaine crédibilité après la présidentielle qui avaient permis à François Bayrou d’obtenir un score élevé (18,7%) et d’arriver en troisième position grâce, sans doute, à la polarisation suscitée par la candidature de Nicolas Sarkozy, à la faiblesse de Ségolène Royal et à un buzz médiatique voulu par les journalistes.
Quid aujourd’hui de cette stratégie ainsi que du positionnement du Mouvement démocrate alors que se profile la présidentielle de 2012 et que le paysage politique et médiatique n’est plus exactement le même? François Bayrou-  tous ses anciens alliés et amis politiques qui ont travaillé avec lui disent la même chose - est un homme de centre-droit et même de droite sur de nombreux points. C’est aussi un homme qui n’a pas varié depuis la fin des années 1990. Il demeure profondément pénétré, de son destin présidentiel, voire obsédé par celui-ci, depuis que François Mitterrand lui a glissé à l’oreille qu’il le verrait bien au poste suprême (comme il l’a fait pour des dizaines d’autres personnes). Et son modèle politique est ce même François Mitterrand, dont le parcours fut celui d’un homme de droite élu comme président de gauche!
Rappelons que ce dernier avait réussi une OPA sur un Parti socialiste en 1971, lors de sa création au congrès d’Epinay, parti qu’il a ensuite rebâti sur les ruines de la SFIO pour en faire une machine à gagner les élections.
Le Mouvement démocrate, on l’a vu, procède de la même démarche intellectuelle. François Bayrou estimait que le Parti socialiste, miné par les dissensions internes et l’archaïsme, allait en 2007, comme la SFIO en son temps, s’effondrer, et qu’il pourrait alors en être le sauveur pour reconstruire sur les ruines du PS un parti de centre-gauche. D’où l’appellation «démocrate» pour établir un lien avec le Parti démocrate américain situé comme l’on sait sur au centre-gauche de l’échiquier politique aux Etats-Unis.
Rappelons encore, qu’à cette époque, c’est-à-dire pendant et après les élections présidentielles, François Bayrou disait à qui voulait l’entendre qu’il n’était pas centriste et qu’il ne s’était jamais considéré comme un centriste, que «le mot centriste n’a jamais fait partie de mon vocabulaire». Il ajoutait, devant des militants de son parti, qu’il avait consulté de nombreux dictionnaires pour trouver un synonyme au mot Centre, sans résultat probant. Car il lui fallait, comme pour François Mitterrand, renier son passé d’homme de centre-droit, ayant fait allégeance à Jacques Chirac et Edouard Balladur, entre autres, afin d’être reconnu par la gauche comme un allié crédible, un compagnon de route et même plus comme une composante essentielle de la refondation du Parti socialiste après la déconfiture de Ségolène Royal.
Cette phase a échoué. Non seulement le Parti socialiste n’a pas éclaté (à part le départ anecdotique de Mélenchon…) mais il s’est renforcé et, de l’autre côté, le Mouvement démocrate n’a connu que des déboires électoraux, voire des débandades. Du coup, une OPA sur les socialistes n’est plus à l’ordre du jour.
François Bayrou, ébranlé et même au fond du trou électoralement parlant, estime encore plus désormais que seul son destin présidentiel compte. Comme le positionnement au marge de la gauche n’est plus porteur, il lui faut se «recentrer». D’où le rapprochement avec le Centre et une moindre agressivité envers Nicolas Sarkozy contre lequel il s’était autoproclamé, après 2007, «premier opposant», devenant aux yeux de l’opinion publique l’homme du toujours non, une sorte de monsieur Non-Non!
Dès lors, François Bayrou tente de réapparaître comme le seul leader légitime du Centre en essayant de marginaliser tous les autres figures centristes comme Hervé Morin et Jean-Louis Borloo en les accusant de rouler uniquement pour la Droite ce qui, par ailleurs, n’est peut-être pas totalement faux.
Néanmoins, cette nouvelle démarche de la réalisation d’un destin national à tout prix, va à contre-sens d’une partie du positionnement des militants de son mouvement. Pas de ceux qui viennent de l’UDF et qui ont suivi leur chef quel que soit son positionnement politique (les autres ont quitté le navire après la présidentielle ou quelques temps plus tard) mais les nouveaux, ceux qui ont vu dans le Mouvement démocrate, lors de leur adhésion en 2007 et depuis, un mouvement de gauche.
Ainsi, dire où se situe politiquement le Mouvement démocrate est une entreprise assez ardue. Ses militants forment un patchwork idéologique où il est difficile de discerner un positionnement politique unique et cohérent. Il n’est pas à gauche, il n’est à droite, il n’est pas au centre, il est, en quelque sorte ailleurs, ce qui veut souvent dire nulle part!
Cette situation politique indéfinie peut être un avantage pour le Mouvement démocrate. Il pourrait se poser en parti attrape-tout, image connue de la science politique, et qui est fort utile pour ratisser large et gagner une élection. Cependant, son incapacité à être une alternative crédible ne lui a pas permis jusqu’à présent d’acquérir ce statut. Au contraire, il est plutôt apparu comme un opposant systématique à Nicolas Sarkozy et à l’UMP sans rien de proposer de concret pour les remplacer.
Les mauvaises langues diront que cela leur fait penser à un autre Mouvement (des) démocrate(s), fondé dans les années 1970 par Michel Jobert, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Georges Pompidou, dont la revendication était d’être «ailleurs» et qui, de fait, fut toujours nulle part. Son parti demeura un groupuscule sans avenir et Michel Jobert, par haine viscérale envers Valéry Giscard d’Estaing, se rallia à Mitterrand en 1981, après n’avoir pu se présenter lui-même à la présidentielle faute des 500 signatures. Il obtint, en récompense, un poste de ministre d’Etat, ministre du Commerce extérieur dans le gouvernement de Pierre Mauroy.
De là à dire, en forçant beaucoup le trait, que François Bayrou est plutôt une sorte de frère jumeau de Michel Jobert qu’un clone de François Mitterrand, il n’y a qu’un pas que franchiront ces mauvaises langues. Reste à François Bayrou de leur donner tort…

Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC

Aucun commentaire: