jeudi 21 août 2014

L’Humeur du Centriste. Fromantin trop indépendant pour l’UDI?

S’il est une qualité particulièrement précieuse en politique, c’est l’indépendance.
Peu d’hommes et de femmes politiques peuvent s’en prévaloir et quelques grandes figures comme Charles de Gaulle ou Winston Churchill ont su la garder jusqu’au bout de leur parcours public.
Car ce n’est pas rien d’être indépendant vis-à-vis des puissances financières, des cartels politiciens, d’une idéologie étroite et bornée, du clientélisme ainsi que des pressions populistes et démagogiques.
Jean-Christophe Fromantin affirme qu’il est indépendant de tout cela et de bien d’autres choses.
Et il faut lui donner crédit pour cette revendication, ses prises de position l’attestant.
Mais c’est justement certaines de ces «autres choses» qui pourraient bien lui poser un problème alors qu’il est membre d’une confédération, l’UDI, et qu’il veut en devenir le président.
D’abord, on peut se montrer dubitatif lorsqu’il affirme qu’il ne cherche pas un poste de ministrable à l’opposé de ses concurrents pour le poste de président de l’UDI et que c’est une de ses qualités.
Là, on ne comprend pas très bien où il veut en venir.
Quand on s’engage en politique, c’est pour faire triompher ses idées et ses convictions.
Et cela passe par des postes à responsabilité qui permettent de le faire comme, par exemple, celui de ministre.
A moins, évidemment, que Jean-Christophe Fromantin ne vise directement que le poste de président de la république…
De même, affirmer que c’est parce que l’on est indépendant, à l’inverse de ses concurrents, que l’on doit être élu à la tête d’un parti politique où évidemment la discipline politique doit primer sur l’indépendance, semble quelque peu paradoxal.
La question qui se pose est alors de savoir ce que ferait Jean-Christophe Fromantin de l’UDI s’il était élu à sa tête.
Il estime qu’il faudra un parti beaucoup plus centralisé où ses composantes devront… se discipliner.
En effet, lui, l’indépendant doit limiter celle-ci à l’UDI s’il en prend la tête et s’il ne veut pas être à la merci de diktats et d’obstructions systématiques de la part des composantes de la confédération, que ce soit le Parti radical, le Nouveau centre ou Force européenne démocrate.
En tant qu’indépendant, la meilleure solution pour ses idées et son indépendance serait plutôt de faire fructifier et grandir le petit parti dont il est d’ores et déjà le président, Territoires en mouvement, et qui lui est totalement dédié.
Et ce dans l’indépendance donc en dehors de l’UDI.
Car Jean-Christophe Fromantin a certainement un avenir politique (s’il le souhaite) mais peut-être pas à l’UDI ou dans toute autre structure dont il ne serait pas le chef mais surtout l’inspirateur.

Centristement votre.

Le Centriste


Aucun commentaire: