vendredi 28 novembre 2014

Une Semaine en Centrisme. UDI: Que veut Hervé Morin et que peut-il faire?

C’était prévisible, le battu aux élections de la présidence de l’UDI ne digère pas sa défaite qu’il affirme être une «victoire morale».
Deux semaines après les résultats, le député de l’Eure et président du Nouveau centre continue à douter de la sincérité du scrutin affirmant même, sans en donner les preuves, qu’il est arrivé en tête dans tous les départements sauf en Seine-Saint-Denis qui est celui de Jean-Christophe Lagarde, le vainqueur et désormais président de l’UDI où il estime que des pratiques douteuses se sont déroulées avant et pendant des élections menées par son concurrent.
Et d’appuyer ses dires en citant les enquêtes de la presse sur les comportements suspects de Lagarde, en oubliant de préciser que certaines ont pu avoir lieu grâce aux confidences de ses amis aux journalistes.
Le portrait que consacre le quotidien Libération au nouveau président de l’UDI en est une preuve parmi d’autres.
Toujours est-il qu’Hervé Morin déclare dans tous les médias qu’il est toujours dans l’UDI et qu’il a tourné la page.
En revanche, quelle va être sa stratégie et son positionnement à l’intérieur de la confédération centriste et pour quel but?
La première indication est qu’il sera un opposant déterminé à Jean-Christophe Lagarde – ce qui était hautement prévisible – en se parant d’une moralité politique que son adversaire ne possèderait pas et dont il a fait son porte-étendard avant même les résultats du second tour.
La deuxième est venue de ses déclarations à Sud radio sur sa volonté de créer une «majorité d’idées larges» avec François Bayrou et Alain Juppé pour contrer Nicolas Sarkozy en 2017 mais aussi pour marginaliser Jean-Christophe Lagarde qui milite depuis longtemps pour une candidature indépendante de l’UDI au premier tour de la présidentielle.
Quel est donc son but?
Il est sans doute trop tôt, même pour Hervé Morin, pour savoir où le mènera exactement cette stratégie et ce positionnement mais ce qui est sûr c’est qu’il en va de sa survie politique.
Dénier ainsi à Jean-Christophe Lagarde la légitimité au moins morale d’être le président incontesté de l’UDI est une manière de le fragiliser en instillant un doute afin de miner son assise et de l’empêcher de prendre une dimension politique nationale à son détriment.
C’est, bien sûr, en conséquence, parier sur l’échec de la présidence Lagarde et de se mettre en réserve du parti, prêt à être le recours au cas où.
En ayant obtenu près de 47% des suffrages, Hervé Morin n’a pas été écrasé, loin de là, et peut s’appuyer sur ce résultat pour être l’opposant légitime numéro un de l’intérieur à Jean-Christophe Lagarde.
Pour autant, il prend un risque pour lui et, surtout, pour l’UDI.
Le risque pour lui est d’apparaître comme le mauvais perdant qui ne conteste que la place prise par son adversaire sans donner un contenu politique suffisant à cette opposition.
Ainsi, s’il continue ses accusations sur des actes douteux de Lagarde, il faudra bien qu’il apporte à un moment ou à un autre les preuves à ses dires afin de ne pas se décrédibiliser.
Néanmoins, ses déclarations sur une alliance avec Bayrou et Juppé mais aussi ses propos durant la campagne pour la présidence du parti sur sa vision d’un libéralisme totalement assumé sont là pour donner du fond à son opposition.
Le risque qu’il fait courir à l’UDI est, bien entendu, de fragiliser cette confédération en l’empêchant de devenir une force politique majeure.
Si cela se produisait, Hervé Morin pourrait évidemment en pâtir par effet boomerang.
Mais il faut se rappeler qu’il n’a pas intégré l’UDI de gaieté de cœur et qu’il lui reste la présidence du Nouveau centre pour peser et exister politiquement.
Et il pourrait se servir de ce dernier pour se rapprocher de Bayrou et Juppé si l’occasion se présente.
Sans aller jusque là, au moins pour l’instant, il lui faut apparaître unitaire – ne pas remettre en cause l’existence de l’UDI – et un homme libre – ne pas disparaître des écrans radars médiatiques – pour avoir un avenir politique à court terme.
Le clash entre les deux personnalités pourraient avoir lieu en 2016 ou même plus tôt sur une candidature UDI à la présidentielle qu’Hervé Morin pourrait dénoncer comme de l’aventurisme irresponsable de la part de Jean-Christophe Lagarde si celui-ci se présentait comme il en a envie.
Ironie de l’histoire, c’est justement en reprochant cet aventurisme irresponsable de Morin en 2012 lors de sa candidature à la présidentielle que Lagarde avait provoqué un clash et était parti créer sa Force européenne démocrate qui est ensuite devenue une des composantes fondatrices de l’UDI…
Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC


Aucun commentaire: