lundi 6 juillet 2015

Actualités du Centre. Crise grecque – les partis centristes français divisés

Alors que Jean-Christophe Lagarde a publié un communiqué dans lequel il souhaite que la Grèce quitte la zone euro, tout comme d’ailleurs l’ancien président de la république, Valéry Giscard d’Estaing, François Bayrou, quant à lui, espère qu’une solution sera trouvée pour permettre aux Grecs de garder la monnaie unique.
Dans son communiqué, Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI adopte une position dure.
Il estime qu’après le référendum de dimanche, «la présence de la Grèce dans la zone euro n’est, à terme, plus praticable. Comme je l’ai suggéré il y a déjà plusieurs mois, il faut procéder à une sortie organisée de la Grèce de la zone euro. Ce vote grec engage les grecs et leur gouvernement, il ne saurait engager les Français ni leur gouvernement, pas plus que les 18 pays membres de la zone euro. Ce référendum ne peut pas valoir injonction pour les peuples européens de continuer à payer pour l’Etat grec qui se refuse obstinément à procéder aux reformes qui seules peuvent assurer sa stabilité».
De son côté, François Bayrou explique que «par ce ‘non’, nous sommes entrés dans la zone des tempêtes».
Il rappelle, par ailleurs que la Grèce dépend «pour sa vie de tous les jours, de ceux auprès de qui elle emprunte pour payer les salaires ou les retraites».
«La question majeure pour l’économie d’un pays, poursuit-il, c’est de savoir si la confiance règne. Or la Grèce a fait un pas de plus vers une période de grave et durable incertitude. Une telle déstabilisation ne présage rien de bon et débouche, contrairement aux promesses, sur une sortie plus ou moins brutale de ce pays de la zone euro».
Contrairement à Jean-Christophe Lagarde, il souhaite que «de nouvelles négociations permettent des accords plus ou moins solides», même s’il ajoute «on peut l’espérer, hélas!, sans trop croire qu’on puisse encore trouver, après tant de gâchis, une issue constructive».



Aucun commentaire: