samedi 27 janvier 2018

Actualités du Centre. Le Mouvement radical veut proposer «un projet de société» avec «des libertés nouvelles»

A l’issue de son premier Comité national le 24 janvier, le Mouvement radical social-libéral – créé le 9 décembre dernier par la réunification du Parti radical et du Parti radical de gauche – a tenu un point d’information avec ses deux coprésidents, Sylvia Pinel et Laurent Hénart.
Prenant la parole en premier, Sylvia Pinel a rappelé que les radicaux s’étaient «réunifiés sous un socle idéologique, un socle cohérent de valeurs radicales qui incarnent la philosophie radicale, qui doivent nous guider pour nos projets futurs.»
Elle a ajouté que cette «réunification n’est pas la nostalgie des temps passés mais c’est bien pour préparer l’avenir que nous avons voulu nous rassembler».
Et de préciser: «Nous voulons parler aux Français en étant unis, ouverts et indépendants, en leur proposant ce qui est l’ADN des radicaux, un projet de société autour des valeurs de la république, bien sûr la liberté, bien sûr la laïcité et autour de ces libertés qui ont été des marqueurs du combat des radicaux, comme par exemple pour l’école.»
Laurent Hénart, lui, a estimé que ce début de XXI° siècle, où se produit «une mutation comme on en connait qu’une fois par siècle» avec «la transition écologique, la révolution digitale et la mondialisation» est un «temps pour les radicaux».
Selon lui, «s’il y a une idée forte pour la réunification des radicaux, c’est d’être la force politique qui va proposer aux Français en 2018 de construire des libertés nouvelles».
Sans oublier l’«indépendance» des radicaux dans ce nouveau paysage politique en fustigeant l’ancien: «Nous avons été écrasés dans ce clivage gauche-droite, enfermés dans les alliances où les choix dominants pouvaient heurter certaines de nos valeurs».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire