mercredi 6 novembre 2019

Propos centristes. France – Egalités hommes-femmes; violences conjugales; harcèlement scolaire; réforme des APL; plan pauvreté; droit à l’information des enfants; Chine…

Voici une sélection, ce 6 novembre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Nous devons poursuivre le travail partagé de réformes de l’organisation mondiale du commerce, pour répondre aux questions de transparence, de surcapacité, de subventions d’États. Il existe des solutions multilatérales.
- Nous devons démontrer ensemble que l’esprit de coopération permet des résultats, plus que l’esprit de confrontation.
- L’Europe et la Chine sont des partenaires de premier plan sur les échanges internationaux et - en même temps - des concurrents. Il nous faut créer des nouveaux liens d’équilibres pour un ordre commercial plus ouvert et plus équitable. Créer des équilibres nouveaux suppose que les procédures d'entrée sur le marché chinois soient accélérées et plus transparentes pour que nos entreprises s'installent en Chine avec confiance.
- Aujourd’hui comme hier, la Chine a besoin de son ouverture au monde, comme le monde a besoin de son ouverture.
- Une conviction: plus on joue en franco-allemand, en européen, plus on a de la crédibilité et des résultats. Notre capacité à travailler ensemble est décisive.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
- L'objectif est de construire un système de retraite solide, clair, universel et juste. C'est l'engagement du Président et la mission du Gouvernement. Nous allons la mettre en œuvre.
- Ce que nous avons voulu faire avec la réforme de l’assurance-chômage, c’est revenir à quelque chose qui est dans la norme européenne — qui est même beaucoup plus favorable que la norme européenne — pour favoriser le retour vers l’emploi.
- Ce n’est pas le Gouvernement qui fabrique des pauvres, c'est le chômage. Favoriser le retour à l’emploi par la formation, par des opportunités professionnelles, par la croissance : c’est ça le vrai combat que nous sommes en train de mener!
- [Chanteloup-les-Vignes] Sur certains bancs de l’Assemblée nationale, il y a quelques années, on aurait parlé plutôt de «racailles»; sur certains autres bancs, de «sauvageons». L’important, ça n’est pas le terme, ce sont les actes.
- [ChanteloupLesVignes] J’adresse un message de fermeté à l’égard de la petite bande d'imbéciles et d’irresponsables qui pensent que tout casser est une façon de faire avancer les choses.
- Lorsque nous luttons contre les trafics, nous dérangeons des bandes, nous dérangeons des quartiers, et ça se voit.

Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
- Ce qui s'est passé à Chanteloup-les-Vignes est odieux et insupportable. Avec Nicole Belloubet et Julien Denormandie, notre détermination est totale : fermeté absolue contre les auteurs des violences et soutien indéfectible aux policiers et pompiers qui incarnent la reconquête républicaine.
- À Chanteloup-les-Vignes, nos forces de l'ordre et nos sapeurs-pompiers ont été victimes d'un véritable guet-apens, et d'actes de violence sciemment organisés. Leurs auteurs ne peuvent rester impunis : deux suspects ont déjà été interpellés et présentés à la Justice.
-  [Chanteloup-les-Vignes] Cette fermeté, nous la devons à nos forces de sécurité et secours, bien entendu, mais aussi aux habitants de ces quartiers où la reconquête républicaine que nous avons engagée se poursuivra avec la même détermination et la même énergie. Je leur ai dit ce matin, sur le terrain.
- Refonder les règles européennes de l’asile et de Schengen est capital pour faire face aux défis futurs : ce sera une priorité pour la nouvelle Commission.
- Le renforcement du mécanisme européen de protection civile et la création d’une capacité européenne de sécurité civile, priorités d’Emmanuel Macron et symboles d’une Europe qui protège, sont adoptés.

Nicole Belloubet (ministre de la justice)
A ChanteloupLesVignes , avec les forces de sécurité et de secours. Ils sont les remparts de la République. La justice a un rôle capital ici.

Florence Parly (ministre des Armées)
- Le 9 octobre, la France a éliminé le numéro deux du groupe RVIM au Sahel, rattaché à Al-Qaïda. Ali Maychou, leader religieux, recruteur et cerveau de plusieurs attentats d'ampleur était un artisan de la haine.
- Échanges constructifs avec le commandant de la force conjointe G5 Sahel, qui réunit des unités mauritanienne, malienne, burkinabè, nigérienne et tchadienne. Sa montée en puissance vient de se traduire avec l'opération «Amane 2»: une prise inédite d'armes à un groupe terroriste.
- À Ouagadougou, rencontre avec le président de la République Roch Marc Christian Kaboré. Le Burkina Faso est un pays qui fait figure de verrou dans la lutte contre l’expansion du terrorisme en Afrique de l’Ouest. La France est pleinement engagée aux côtés du Burkina Faso.
- Entretien avec Idriss Déby, président de la République du Tchad. Une rencontre pour faire le point sur la situation au Sahel et sur nos efforts conjoints pour la montée en puissance des forces armées locales. Le Tchad est pleinement engagé dans la lutte contre le terrorisme.

Elisabeth Borne (ministre de la Transition écologique et solidaire)
- Même si elle était attendue, l’officialisation par les Etats-Unis de la sortie de l’Accord de Paris va à rebours de l’Histoire. La communauté internationale reste plus que jamais mobilisée pour mettre en œuvre cet Accord, et la France agira sans relâche pour le faire vivre.

Jean-Michel Blanquer (ministre de l’Education)
- Lutter contre le harcèlement scolaire chaque jour dans chaque école et chaque établissement de France.

Agnès Buzyn (ministre de la Solidarité et de la Santé)
- Le Plan national «maladies rares» [doit] améliorer la connaissance, la prise en charge et la qualité de vie des 3 millions de personnes atteintes de maladies rares. Avec ce plan, nous permettons aux soignants et associations de se regrouper en filières, afin de renforcer leur expertise sur des pathologies spécifiques, améliorer le diagnostic, promouvoir la recherche et mieux accueillir les patients.

Didier Guillaume (ministre de l’Agriculture)
- [Shangaï] Réunion avec Ni Yuefeng, Ministre des Douanes : réouverture du marché chinois aux volailles, signature d’un protocole sur la génétique porcine, nombreux agréments obtenus pour nos entreprises à l’export et une coopération qui va se poursuivre sur la génétique aviaire.

Franck Riester (ministre de Culture)
- Les accords signés entre la France et la Chine vont donner vie à d’intenses échanges culturels et artistiques. Avec nos amis chinois, nous sommes réunis par la conviction que l’art et la culture peuvent ouvrir un espace de dialogue, d’écoute et de partage.
- Des millions de visiteurs vont découvrir l’architecture exceptionnelle et les collections du Centre Pompidou West Bund Museum à Shanghaï. L’aboutissement de ce projet est le fruit d’une volonté commune de la Chine et de la France de promouvoir la création contemporaine.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
Le civisme fiscal est de plus en plus souvent un enjeu de réputation pour les entreprises.

Muriel Pénicaud (ministre du Travail)
- Grâce à l’Index Égalité Pro de la loi Avenir pro, déjà en œuvre dans 7000 entreprises & dans 40 000 le 1er mars 2020, nous ferons reculer tous et toutes ensemble les inégalités de salaire et carrière pour 4,5 millions de salariées. Jusqu’à l’égalité 100%!
L'égalité professionnelle, c'est plus de justice sociale, mais aussi plus de performance des PME. Au 1er mars 2020, les entreprises de 50 à 250 salariés devront elles aussi publier leur index.
- Aider les PME à grandir. Ordonnances Travail, apprentissage, formation, égalité professionnelle : les premiers résultats sont là, continuons à les amplifier. La raison d'être, c'est aussi d'être une entreprise inclusive engagée dans son territoire.
- Selon un sondage du Medef: pour 7 entreprises sur 10, la loi Avenir pro sur la formation professionnelle et l’apprentissage est positive pour elles et leurs salariés. Ensemble, gagnons la bataille de l’apprentissage et des compétences!

Julien Denormandie (ministre de la Ville et du Logement)
- On lance la réforme des «APL en temps réel». On va enfin calculer le montant des APL en fonction de votre situation et de vos revenus d’aujourd’hui. Cette réforme va permettre à chacun d’avoir ce dont il a besoin, et surtout de l’avoir au bon moment et non pas deux ans après, comme c’est le cas aujourd’hui.
- Avant la réforme, il y avait déjà, chaque année, 1 à 2 millions de personnes dont le montant des APL variait à la hausse ou à la baisse. C’est pour cela que je me refuse à employer les termes de gagnants ou de perdants. Personne ne peut comprendre qu’on ne calcule pas le montant de votre APL en fonction de votre situation actuelle. C’est une réforme de justice : à vouloir protéger un ancien système, on en vient à ne pas donner la protection nécessaire à ceux qui en ont besoin aujourd’hui. C’est totalement aberrant.
- Le versement des APL ne va pas s’arrêter du jour au lendemain pour les jeunes actifs. Par exemple, les trois premiers mois, le niveau d’APL ne changera pas [pour un jeune salarié dont le premier emploi démarrerait en janvier 2020]. Puis le trimestre suivant, vos premiers mois en tant que salarié seront pris en compte et les APL baisseront progressivement. Aujourd’hui, personne ne peut comprendre qu’un jeune actif, sortant d’école et travaillant dans une banque, dispose du même montant d’APL qu’un étudiant qui ne trouve pas de travail.
- Pourquoi y a-t-il une économie ? Parce que depuis deux ans, il y a eu 500.000 créations d’emplois et 300.000 chômeurs de moins. Ce n’est pas une économie honteuse, c’est lié au fait que nous avons moins de chômage, et donc plus de personnes disposant d’un salaire. Par ailleurs, cette économie permet d’investir ailleurs, dans les écoles ou d’autres chantiers sociaux.Si demain, ce que je ne souhaite pas, il y a un retournement économique avec un chômage qui augmente, cette réforme engendrera des dépenses supplémentaires. Ce sera bien normal parce que cela voudra dire qu’il faudra avoir un filet de sécurité plus important. C’est la preuve que c’est une réforme de fond, de structure, et pas du tout une réforme budgétaire. Je suis extrêmement attaché aux APL qui permettent à un grand nombre de Français de payer leurs loyers. En aucun cas nous ne les remettrons en cause.
- Après le prélèvement à la source, on crée aujourd’hui les APL en temps réel. Je pense que le sens de l’histoire, c’est que ces aides soient octroyées en fonction des besoins du moment. Cela montre que l’État est capable de s’adapter rapidement aux changements de situation des Français, alors qu’auparavant, il était moins réactif.
- Il ne faut jamais analyser un budget en prenant telle ou telle mesure séparément. Si les APL augmentent de 0,3 % et non pas au niveau de l’inflation, c’est parce que dans le cadre du budget nous avons fait d’autres choix. Nous avons choisi de supprimer totalement la taxe d’habitation, de réduire l’impôt sur le revenu. C’est une baisse de fiscalité très importante, de plusieurs milliards d’euros. [Ceux qui ne payaient pas d’impôts] vont bénéficier de la prime d’activité, qu’on a profondément revalorisée, ou encore du minimum vieillesse, revalorisé lui aussi. Elles pourront également bénéficier de la défiscalisation des heures supplémentaires. C’est l’ensemble qu’il faut voir. Le pouvoir d’achat est essentiel pour les Français et cela nécessite deux choses : diminuer la pression fiscale et faire en sorte que les minimas sociaux soient donnés au bon moment. C’est ce que nous faisons.
- La pauvreté est un enjeu majeur dans notre pays. L’accompagnement des personnes en situation de pauvreté est un immense défi. C’est tout le sens du plan pauvreté que nous avons lancé il y a maintenant un an avec des actions inédites, que ce soit sur certains minimas sociaux ou dans l’accompagnement des jeunes, pour leur permettre de sortir de la pauvreté.
- Je ne peux pas laisser dire ou laisser entendre que notre politique ne serait tournée que vers les classes modestes. Nous soutenons les classes moyennes fortement sans oublier les Français les plus pauvres. Pour ces derniers, nous avons cette politique du plan pauvreté. Vous sortez les personnes de la pauvreté en leur redonnant la possibilité d’être maître de leur destin. La première des protections, c’est la formation et l’emploi. C’est ça le sens du projet politique qui est le nôtre. Est-ce que cela va assez vite ? Probablement non. Toute notre énergie doit être mise en œuvre pour aller encore plus vite.
- Le niveau de pauvreté de notre pays est encore beaucoup trop haut. Je crois beaucoup aux politiques d’équité. Mais tout ne se fait pas du jour au lendemain.
- [Sans-abris] Ce soir, c'est l'équivalent de la ville du Mans que constitue notre dispositif d'aide aux personnes sans domicile fixe.
- [Seine-Saint-Denis ] C'est un territoire hors normes. Hors normes aussi par rapport au potentiel de ce territoire, que ce soit sa jeunesse, les potentiels économiques. Face à cela, il faut un Etat fort.
- Les violences à Chanteloup-les-Vignes sont inacceptables. La République doit être ferme pour garantir la sécurité. J'adresse un message de soutien aux habitants car ils sont les 1ers à subir les violences et je remercie la maire Catherine Arenou pour son action au quotidien. L'Etat participera à la reconstruction de l'arche, lieu symbolique de la ville. La République sera aux côtés de la Maire et des habitants pour que ce beau lieu de culture rouvre le plus vite possible.

Frédérique Vidal (ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation)
- L’exercice de la médecine se transforme. Nous devons avoir une véritable diversité de façons de penser et de connaissances. La médecine ne se réduit pas à la technique et à la technologie. Les qualités humaines sont primordiales.
- Notre objectif : faire en sorte de ne plus avoir de jeunes bacheliers qui après 2 échecs en médecine reprennent leurs études à zéro. C’est un énorme gâchis! On aura la possibilité de rentrer dans une licence classique à laquelle viendront se rajouter des modules santé.
- Le numerus clausus n’a pas fonctionné et a eu des effets pervers : l’idée désormais est de laisser aux agences régionales de santé et aux universités le soin de regarder combien de professionnels doivent être formés.
- Je vais me rendre en Antarctique sur la base de recherche Concordia. Ce lieu est capital pour élucider un certain nombre de questions sur le climat. Il faut aller partout où la France rayonne scientifiquement.

Adrien Taquet (secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance)
- Le droit à l'information est un droit fondamental car il est la condition essentielle de l'effectivité et l'exercice d'un grand nombre de droits
- L'éducation aux médias est le meilleur moyen de donner aux enfant le pouvoir de s'en protéger.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
- Les trente ans de la chute du Mur de Berlin doivent nous rappeler notre mission d’unir les Européens contre ceux qui veulent opposer une Europe à une autre. Les alliances de notre Europe sont fondées sur des projets communs, pas sur des divisions géographiques du passé.
- Le Parquet européen est désormais une réalité : plein soutien à Laura Kovesi, qui mènera la lutte contre la corruption et la fraude financière dans l’utilisation des fonds européens. C’est essentiel pour que les citoyens aient confiance en l’Europe.
- Pour toutes les entreprises françaises, en particulier normandes, le Brexit reste une incertitude comme d’autres qui peuvent toucher leur activité. La clé, anticiper!

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé du numérique)
Réunion de travail avec mon homologue Park Youngsun, pour intensifier les échanges technologiques entre nos deux pays. La France et la Corée du Sud ont des forces complémentaires. Renforcer notre coopération est une grande opportunité pour le développement de la French tech.

Gabriel Attal (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education)
- Nous avons besoin des enfants, de leur énergie, créativité, de leur désir de participer. En retour, ils ont besoin de nous. Et la 1ère chose que nous leur devons, c’est le respect de leurs droits.
- Comment imaginer une éducation émancipatrice des enfants sans un droit à l'information et à une information véritable et transparente?
- Les jeunes sont le futur, mais ils sont surtout et avant tout le présent.

Agnès Pannier-Runacher (secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances)
- [Privatisation de la Française des jeux] Nous choisissons de privatiser FDJ pour financer l'innovation de rupture et cela va permettre de créer la croissance de demain.
- Il faut sortir du malentendu sur le concept de «champion européen». Ce que nous proposons, c'est laisser le marché faire émerger des entreprises fortes en Europe. C’est une nécessité économique face aux mastodontes chinois et américains.
- Mon message aux PME: vous êtes au cœur de notre politique économique. Nous avons besoin vous pour avoir, ensemble, une économie plus forte !

Brune Poirson (secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire)
- Si on ne respecte pas l'accord de Paris, l'économie sera heurtée de plein fouet.
- La décision des Etats-Unis de quitter l'Accord de Paris est déplorable mais ce n'est pas une surprise. Depuis 2 ans nous travaillons avec le reste du monde pour en maintenir l'esprit et la dynamique qui sont aujourd'hui plus que jamais d'actualité.
- L’Accord de Paris est bien vivant. Oui l’administration américaine a décidé de s’en retirer mais ce n’est pas l’ensemble des Etats-Unis. Il existe des millions d’Américains qui ne croient pas en les vertus du «charbon propre» et qui veulent lutter contre. Continuons à travailler ensemble!
- La question du genre est transversale et centrale dans toutes nos politiques publiques.

Marlène Schiappa (secrétaire d’Etat à l’Egalité hommes-femmes et à la Lutte contre les discriminations)
-  [Enquête sur les discriminations touchant les citoyens musulmans] Elle montre que la discrimination touche des citoyens français, dont les familles sont en France depuis plusieurs générations. Le niveau de discrimination dans l'accès au logement est extrêmement élevé, quelle que soit la situation des personnes. Et paradoxalement, plus vous êtes diplômé, plus vous êtes discriminé. C'est un constat d'échec de notre modèle d'intégration, c'est aussi ce qui nourrit le communautarisme. Quand des personnes se sentent exclues de la République, elles sont attirées par ceux qui s'organisent en marge de la République.
- Nous avons lancé avec Julien Denormandie une BADI, brigade antidiscrimination, qui permet aux personnes de signaler des faits, afin que les pouvoirs publics puissent faire des contrôles dans les lieux et les entreprises où des problèmes sont identifiés. Sur le terrain, le gouvernement soutient chaque année plus de 850 initiatives pour faire reculer la haine. 1,8 million d'euros y sont consacrés en 2020 pour des projets luttant contre le racisme et l'antisémitisme.

Laurent Nunez (secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’intérieur)

Sibeth Ndiaye (porte-parole)
Il est 16h47 [le 5 novembre]: en France, les femmes travaillent désormais gratuitement jusqu’à la fin de l’année. C’est ça la réalité des inégalités salariales. Continuons de lutter pour l'égalité salariale femme-homme.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Stanislas Guerini (délégué général)
Ce qui fait la grandeur de nos médecins, c'est qu'ils n'hésiteront jamais à soigner les idiot(e)s qui se cachent derrière ce hashtag abject #BalanceTonMedecin. Total soutien à ces professionnels qui, chaque jour, font l'honneur de notre système de santé.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Compte tenu de l'écart salarial femmes-hommes, à partir de 16 h 47 aujourd'hui, les femmes seraient fondées à cesser de travailler. Depuis 2018, notre majorité LaRem œuvre sans relâche pour mettre fin à cette injustice inacceptable.

Aurore Bergé (porte-parole)
La France ne laisse personne crever sur son sol. Ni aujourd'hui, ni demain. Elle ne demande à personne ni sa carte bleue ni sa carte d'identité quand il faut secourir.

Bérangère Couillard (députée)
Plus de 100 propositions construites autour du parcours des victimes de violences conjugales remises ce jour à Marlène Schiappa. Meilleure prise en charge juridique des victimes. Meilleur accompagnement des victimes.Prise en charge des auteurs

Barbara Pompili (députée)
Réunion sur un sujet crucial, la nouvelle Politique Agricole Commune qui entrera en vigueur en 2021. L’occasion de relever le défi de l’agriculture et de l’alimentation en phase avec les enjeux de céveloppement durable, biodiversité, climat et améliorer la vie des agriculteurs.

Laurent SaintMartin (député)
- [Budget 2020] Nous venons de voter l’augmentation des moyens de la Police nationale (+1400 ETP) et de la Gendarmerie (+490 ETP) pour l’année 2020. Au total, 13,8Md€ (+525M€) votés pour la mission Sécurité. Nous continuons d’investir dans la protection des Français !

Guillaume Chiche (député)
Mesdames, victimes d'une société patriarcale où vous gagnez 9% à 27% de moins qu'un homme, vous travaillez désormais gratuitement jusqu'à la fin de l'année. Nous devons mettre tout en place pour permettre l’égalité salariale.

Martine Wonner (députée)
Nous avons enclenché une réforme inédite de la psychiatrie avec le vote du budget de la sécurité sociale. Vous avez annoncé 100 millions d’euros supplémentaires pour la psychiatrie en 2020. Nous avions 50 ans de retard à rattraper.

Zivka Park (députée)
Un enfant sur 10 est victime de harcèlement scolaire. Nous savons prendre en charge les victimes, nous savons sensibiliser mais nous ne savons pas suffisamment prévenir comme le fait la Suède à travers des programmes de prévention tout au long de la scolarité.

Thomas Mesnier (député)
Stupéfait devant ce #BalanceTonMedecin. Soutien aux médecins, à tous les soignants, qui chaque jour passent leur vie à prendre soin de celle des autres. De tous les autres, même ceux qui auront utilisé ce hashtag ignoble.

Benjamin Griveaux (député)
Je souhaite la création d’une véritable police municipale à Paris : une police de quartier, en hyper-proximité formée, équipée de caméras piétons, armée, qui rend des comptes aux Parisiens.

●MoDem
Bruno Millienne (député)
- [Accord de Paris] Le retrait des États-Unis de cet accord est à la fois inquiétant et regrettable. A l’heure de l’urgence climatique, nous ne pouvons accepter les reculades, les pas en arrière. Les citoyens attendent que les engagements pris engagent !
- [Chanteloup-les-Vignes] Ces actes sont le symbole d’un refus du vivre-ensemble. Nous devons les sanctionner, très sévèrement, et les analyser pour faire ce qu’il doit être fait pour les prévenir.

Nathalie AvyElimas (députée)
-Les femmes travaillent gratuitement. 5 novembre 16h47. Comme rapporteure de la loi Avenir pro, j’ai porté des mesures pour l’égalité salariale. Les progrès sont visibles mais insuffisants ! Face à une telle injustice, la mobilisation doit être totale. Je poursuivrai ce combat.
- En réunion du groupe MoDem, nous avons le plaisir de recevoir Jean-Paul Delevoye, pour un échange riche et essentiel au sujet des retraites. Volonté partagée de : créer un système universel ; mettre en place une réforme juste et lisible ; prendre en compte les parcours de vie.

Michèle de Vaucouleurs (députée)
Les graves incidents à Chanteloup appellent de notre part une réaction à la hauteur. Brûler un lieu d'apprentissage n'est pas anodin, il marque un refus du vivre-ensemble.

Erwan Balanant (député)
[Tribune: Mobilisons-nous contre le harcèlement scolaire]  Ce jeudi 7 novembre, nous célébrerons la journée nationale de lutte contre le harcèlement à l’école. Cette journée est l’occasion de rappeler combien la prévention et la lutte contre le harcèlement sont fondamentales pour permettre à chaque élève de vivre sa scolarité de manière sereine. La prégnance du harcèlement au sein de notre société est inquiétante. Harcèlement sexuel, moral, scolaire, de rue, ce phénomène est omniprésent et constitue un véritable fléau En France, environ un élève sur dix subit ces violences au quotidien. Les séquelles de ces stigmatisations sont diverses et nombreuses : lésions, marques corporelles issues de bagarres ou de jeux dangereux, difficultés de concentration, problèmes de sommeil, estime de soi qui s’affaiblit. Le phénomène est difficile à diagnostiquer, car l’enfant harcelé va s’isoler lentement et se taire. La culpabilité, la honte peuvent mener à un comportement social violent ou un décrochage scolaire. Avec l’utilisation permanente des nouvelles technologies de communication (téléphones, réseaux sociaux numériques), le harcèlement entre élèves se poursuit en dehors de l’enceinte des établissements scolaires : cette nouvelle tendance démultiplie dangereusement les possibilités de harcèlement, mais également l’impact dévastateur sur la victime pouvant la conduire jusqu’au suicide. Les exemples alarmants ne cessent, hélas, de se multiplier. En juin 2019, à Herblay, la fin de l’année scolaire a été marquée par le suicide d’Evaëlle, une enfant de 11 ans qui subissaient de graves violences de camarades de classe. En septembre 2019, dès les premières semaines de classe, c’est Arthur, dans la Loire, qui aurait été passé à tabac et violé dans les toilettes de son établissement.  Nous ne pouvons continuer à tolérer ces sévices qui portent atteinte à toutes les valeurs de l’École de la République et il nous faut combattre inlassablement ce phénomène. Cette année, nous avons mis en place plusieurs dispositifs visant à endiguer ces violences.  Tout d’abord, j’ai présenté un amendement qui a permis d’introduire un droit à une scolarité sans violence à l’article 5 de la loi pour une école de la confiance ( et d’inscrire ce droit à l’article L.511-3-1 du code de l’éducation). Dans le même sens, le Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse a dévoilé un vaste plan d’actions, articulé autour de 10 mesures phares. En particulier, le programme “clé en main” dans des établissements tests de 5 académies différentes. Ces établissements comptent ainsi sur l’appui d’équipes dédiées au sujet des violences à l’école, dispositif à titre expérimental. Ces efforts doivent être intensifiés et nous devons continuer à développer de nouveaux outils pour protéger nos enfants. La journée du 7 novembre nous permet ainsi de sensibiliser les enfants et les adultes contre les violences à l’école. La mobilisation des acteurs de la société civile en ce sens nous donne l’occasion de réfléchir ensemble aux dispositifs qui permettront de rétablir l’harmonie dans l’école de demain.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- Supprimer l'AME n'aurait aucun sens. Ne pas soigner quelqu'un qui est malade sur notre territoire revient à propager une maladie qui ne va pas regarder votre Carte Nationale d'Identité pour savoir si elle va vous contaminer ou pas !
- Tous les Français devraient écouter l’interview de Michel Platini. Son histoire montre une fois de plus qu’il faut se défier des «affaires» martelées par les médias en refusant de porter un jugement avant la justice! Il était innocent mais a été shooté de la FIFA...
- Il faut que les gens qui viennent en France pour Travailler aient en face d'eux un travail. C'est pour cela que depuis quinze ans, nous proposons de nous inspirer du modèle canadien pour voter chaque année au Parlement des quotas sur les métiers en tension.
- Le Rassemblement national qui refuse toute forme de migration économique est totalement démagogique. La réalité du pays, c'est celle de ces dizaines de chefs d'entreprises que je connais qui proposent des emplois sans pré-requis de formation mais qui ne trouvent aucun candidat !
- Je l'ai vécu comme Maire en Seine-Saint-Denis: le regroupement familial est dévoyé. Il n'est pas dévoyé par les gens mais par nos règles françaises qui permettent à des travailleurs de faire venir leur famille même quand ils ne peuvent pas l'assumer financièrement !
- Les sondages sur les présidentielles sont parfaitement bidons. On a déjà zappé beaucoup trop de débats d'idées qui auraient été utiles pendant les élections européennes à cause de l'obsession des sondages !
- Quand on parle d'écologie, les médias ne donnent la parole qu'aux Verts. Quand on parle d'immigration, ils ne donnent la parole qu'au RN. Quand on parle de social, ils ne donnent la parole qu'aux socialistes. C'est un vice du débat médiatique qui l'appauvrit.

Sophie Auconie (députée)
La conservation des sols est une pratique phare de l’agriculture de conservation : elle maintient une couverture végétale permanente, limite le travail du sol et renforce son activité biologique.

●Mouvement radical
Laurent Hénart (président)
[Communiqué: Accord de Paris : nous ne laisserons pas les États-Unis sacrifier notre jeunesse] La sortie des Etats-Unis de l’accord de Paris est un mauvais coup donné à la jeunesse, qui ne veut plus que quelques-uns, dont le plus puissant pays du monde, sacrifient son avenir à un sinistre présent tout carbone », déplore Laurent Hénart, président du Mouvement Radical / Social-Libéral. « Qui peut encore croire que la planète n’est pas en danger alors que chaque jour apporte son lot de catastrophes climatiques? Alors qu’à Paris le 12 décembre 2015 avait soufflé un vent d’espoir quand, dans le cadre de la COP 21, 197 pays avaient pris l’engagement de lutter contre le changement climatique et d’accélérer et d’intensifier les actions et investissements nécessaire à un avenir durable à faible intensité de carbone, la décision de Donald Trump est une nouvelle démonstration de l’extrême égoïsme dont fait preuve la première puissance économique mondiale et son président. Alors que beaucoup de pays, dont la France, ont décidé d’investir massivement dans les énergies renouvelables et ainsi offrir un avenir à la planète Terre, Donald Trump entre en campagne électorale de la plus mauvaise manière possible en courant après les faveurs de l’industrie des énergies fossiles. Il ne faut pas relâcher nos efforts et les discussions qui sont conduites actuellement par le président Macron avec son homologue chinois vont dans le bon sens », conclut Laurent Hénart, qui en appelle à la mobilisation de tous contre la décision scandaleuse et inique des États-Unis.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire