dimanche 15 mars 2020

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Le fiasco des municipales

En cette soirée d’élections municipales, la principale préoccupation et la discussion de tous, sur les plateaux de télévision ou chez soi, ne porte pas sur les résultats mais sur le coronavirus ainsi que sur l’inconséquence d’avoir organisé un scrutin qui n’avait plus aucun sens alors que l’épidémie de covid19 connaissait une accélération dont les chiffres qui ont été publiés aujourd’hui en sont la triste preuve.
La tenue de ces élections est un fiasco total parce qu’en plus, nous nous trouvons devant une abstention record avec plus de 56% des Français qui ne se sont pas rendu aux urnes.
Ce qui est un déni total de démocratie car les abstentionnistes sont surtout des gens qui ont eu peur d’attraper le virus, d’être malades ou de contaminer leurs proches et qui n’étaient absolument pas mus par un incivisme ou une volonté de ne pas exprimer leur choix.
Tous les résultats de ce soir ne veulent donc rien dire et s’ils sont validés, on peut dire qu’ils n’auront pas une réelle légitimité démocratique.
Le gouvernement et tous ceux qui ont pressé, voire obligé, Emmanuel Macron à maintenir ce vote portent la responsabilité de cet échec de la démocratie alors même que leur discours pour justifier ce maintien, prétendait la soutenir.
L’annulation ou le report du second tour qui a une très forte probabilité de survenir, ne sera pas la réparation de ce fiasco mais bien sa continuation.
Parce que tous ceux qui sont allés voter en prenant des risques pour leur santé, l’auront fait pour rien, leur voix comptant pour du beurre, ce qui n’est pas acceptable démocratiquement parlant.
Mais si ce n’était pas le cas, au vu de la progression foudroyante de l’épidémie, le maintien du second tour serait une décision totalement irresponsable qui pèserait sur ceux qui la prendraient.
Le pouvoir politique s’est donc mis dans une situation inextricable où, quelle que soit sa décision, elle sera mauvaise politiquement parlant.
Reste que le plus important est d’éviter, sinon la pantalonnade, au moins que des personnes ne meurent pour un vote qui n’a plus aucune légitimité démocratique et qui peut se tenir dans quelques mois sans dommage pour la vie démocratique.
En l’espèce, il faut espérer que le président et le gouvernement ainsi que tous les (ir)responsables politiques qui ont fait une pression indécente pour leur petite cuisine politicienne et qui devraient faire profil bas, ont appris quelque chose de positif de leur erreur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire