mardi 15 septembre 2020

Propos centristes. France – France relance; numérique; 5G; majorité présidentielle; plan vélo; relocalisation industrielle; sécurité; séparatisme…

Voici une sélection, ce 15 septembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.


Emmanuel Macron (Président de la République)

- On ne le dit pas assez: les entreprises du numérique créent des emplois. Et dans tous les territoires! Je l’ai dit aux acteurs du numérique et je veux le dire à tous: tenez bon, ne vous laissez jamais décourager.

- Les entreprises du numérique ont eu un rôle déterminant pendant la crise du Covid-19 ! C’est parce que nous comptons sur elles dans cette phase de relance que 7 milliards d’euros seront investis dans la tech.

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

- Le renforcement de notre industrie est au cœur de la stratégie de France relance.

- J’invite les entreprises à conclure massivement, d’ici au 1er novembre, des accords d’activité partielle longue durée. Fruit du dialogue social, ils protègent l’emploi, donnent de la visibilité aux salariés, préservent le savoir-faire et les compétences.

 

Barbara Pompili (ministre de la Transition écologique)

- Fédération ou «maison commune», En Commun a toute sa place pour exprimer sa sensibilité sociale et écologique aux côtés des autres acteurs de la majorité présidentielle.

- Deux ans après le lancement du plan vélo, la petite reine connait un engouement sans précédent. Nous présentons aujourd'hui de nouvelles mesures pour pérenniser cet élan, notamment avec France relance, qui consacre 200 millions d'euros en soutien au vélo.

- Sécurisation des pistes, lutte contre le vol, soutien à la réparation et à l’acquisition de vélo : nous activons tous les leviers pour installer durablement une culture vélo en France.

- La culture vélo, c'est aussi celle de la réparation. Depuis la fin du confinement, le Coup de pouce Vélo a déjà permis de réparer 620 000 vélos. Pour continuer sur cette lancée, nous annonçons 20 millions d’€ supplémentaires pour réparer un million de vélos d'ici la fin de l’année.

 

Jean-Michel Blanquer (ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports)

Vive le vélo! Et vive l’école! Pour la première fois le Tour de France est en période scolaire. L’occasion de sensibiliser les élèves aux bienfaits du vélo! Et d’illustrer la géographie de la France. C’est la Semaine du vélo à l’école du 14 au 20 septembre.

 

Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance)

- Nous allons nous relever, ensemble, de cette épreuve. Ce sera difficile, je sais. Mais nous allons y arriver parce que la France a toujours su se relever. Et elle le fera une fois de plus.

- Le fonds de solidarité vient de dépasser la barre symbolique des 6 Mds € versés. Une preuve que les TPE, artisans, commerçants... se sont saisis des mesures d'urgence mises en place par le gouvernement.

- Pour relocaliser il faut aussi pouvoir proposer le meilleur environnement technologique. Le déploiement de la 5G sans retard est donc indispensable. La France doit être conquérante pas un pays fossilisé qui ne bouge pas!

- Grâce aux premières mesures fiscales prises au début du quinquennat, les entreprises ont recréé des emplois industriels, une première en 10 ans ! Nous poursuivons cette politique de relocalisation avec la baisse indispensable des impôts de production prévue dans France relance.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

- L’insécurité ne concerne pas que les grandes villes. Mobilisation totale du gouvernement pour protéger nos concitoyens partout en France.

- Je salue l’action des maires et des gendarmes, qui dans les territoires ruraux, font un travail très important pour assurer la sécurité des Français.  Pour lutter contre les violences, les trafics et les agressions dans nos campagnes nous allons renforcer les moyens.

- Quand il s’agit de la sécurité des Français, madame Le Pen brille par son absence. Lutte contre le terrorisme, augmentation des effectifs de la police et de la gendarmerie, depuis 3 ans elle n’a jamais voté les lois du gouvernement qui allaient dans le bon sens.

 

Elisabeth Borne (ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion)

- Aux côtés de Jean Castex au Conseil national de l'industrie qui a rappelé l'importance des accords d'activité partielle de longue durée (APLD) pour  nourrir le dialogue social, protéger l'emploi, préserver les compétences, réparer la reprise de l'activité.

- La confiance est importante en économie. La mission du gouvernement est de déployer une politique qui crée de la confiance à tous les niveaux : sur les carnets de commandes des entreprises, sur le devenir des enfants.

 

Frédérique Vidal (ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation)

- La Loi Recherche c'est une visibilité à long terme car la recherche a besoin de temps long pour atteindre l'objectif de 3% du PIB.

- Je suis extrêmement fière que ce gouvernement soit le premier à traduire dans une loi de programmation budgétaire la volonté d'investir massivement dans la recherche.

- [Covid19] Je sais à quel point le contexte actuel est difficile pour chacun d’entre nous, et tout particulièrement pour les étudiants et les plus jeunes. Je tiens à saluer votre mobilisation, vos efforts, vos renoncements, ces derniers mois afin de maitriser la circulation du virus. Mais nous devons rester extrêmement vigilants, et poursuivre notre mobilisation. Ensemble nous y parviendrons, j’en suis convaincue !

 

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)

- Pas de plan France relance sans plan de simplification. Une étape importante ce soir avec le vote en commission du projet de loi ASAP qui supprime 1/4 des commissions administratives et renforce l’État dans les territoires pour des décisions et des procédures plus rapides.

- [5G] Nier en bloc une technologie parce qu'elle suscite des débats, ce n'est pas notre façon de concevoir la technologie et le progrès.

- [Moratoire sur la 5G] On a fait une idéologie autour de la technologie 5G alors que ce que nous voulons, c'est résoudre des problèmes concrets.

- [Télétravail des fonctionnaires] Mon combat est que nous augmentions la proportion d'agents publics qui puissent travailler de chez eux, mais il y a encore beaucoup de progrès à faire.

- [Réforme de l'ENA] Pour moi il est essentiel que ceux qui nous administrent nous ressemblent.

 

Marc Fesneau (ministre chargé des relations avec le Parlement et de la participation citoyenne)

- Un certain nombre de gens, sans avoir de difficulté particulière avec LaREM, avaient envie d'aller dans un autre groupe, cela doit se limiter, je serai vigilant. (…) Il faut éviter ce genre de mouvements là.

- [Délai trop court pour l'examen du budget 2021] On va regarder pour faire en sorte qu'il y ait plus de délai. J'entends ce que disent les parlementaires.

- [Déploiement de la 5G et zones blanches] Des engagements doivent être tenus par les opérateurs.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- Le numérique doit refléter notre société dans sa diversité pour bâtir un monde plus inclusif!

- Emmanuel Macron l'a affirmé ce soir aux entreprises du numérique: elles ont un rôle déterminant à jouer durant la crise sanitaire du Covid-19. Elles doivent participer à bâtir une société plus inclusive.

 

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur et de l'attractivité)

- L'attractivité repose sur de nombreux facteurs: environnement économique mais aussi qualité environnementale, de l'éducation, numérique, transports... la bataille se joue dans chacun de nos territoires.

- L'accord sino-européen sur les appellations géographiques est une étape majeure du renforcement de nos liens économiques avec la Chine, pour plus de réciprocité, et mieux protéger nos propriétés intellectuelles, nos savoir-faire et les produits de nos terroirs.

- Si on doit évaluer l’impact de la 5G, notamment sur l’environnement, mais on ne doit pas refuser par principe le progrès. Il faut rester fermes et déterminés à innover, à miser sur un progrès technologique qui a permis d’améliorer la qualité de vie des Français.

- Bien sûr, on doit évaluer l’impact de la 5G, mais on ne doit pas refuser par principe le progrès. C’est pourtant ce que prônent certains maires écologistes  avec des positions très idéologiques & sectaires.

- [Brexit] Ce n’est pas un jeu gagnant/perdant. L’enjeu est de s’entendre avec la Grande Bretagne, mais pas à n’importe quel prix : ni dumping, ni frontière entre l’Eire et l’Irlande du Nord. Le No deal est une possibilité à laquelle nous préparons nos entreprises.

 

Emmanuelle Wargon (ministre chargée du Logement)

- Un amendement va être déposé pour lutter contre les squatteurs. Il permettra des procédures accélérées.

- La réponse au mal-logement n'est peut pas être le squat. Le gouvernement se mobilise. 14 000 places d’hébergement pérennisées. Renfort important au plan Logement d’abord. 100 millions pour les sans-abri dans France relance. Plan de mobilisation des logements vacants.

- Je recevais ce matin les représentants de startups innovantes en matière d'accès au logement, d'immobilier et d'urbanisme. Merci à toutes et tous pour ces échanges passionnants et les projets novateurs que vous portez !

 

Jean-Baptiste Djebbari (ministre chargé des Transports)

- La décroissance, ce n'est pas notre projet de société.

- Les masques tombent. On savait une frange des écologistes décroissants et technophobes. On les découvre méprisants de grandes fêtes populaires comme le Tour de France.

- Madame Le Pen n'a visiblement pas mis les pieds à Roissy depuis un moment: les - aéroports ne sont pas des passoires à virus.

- En matière de vélo, la France a longtemps été un mauvais élève. C’est en train de changer à vitesse grand V. L’Etat doit être à la hauteur de l’engouement, insuffler dans le pays une culture du vélo.

- Nous ne sommes pas tous égaux face au vélo. Beaucoup se disent que c’est réservé aux grandes villes, qu’un vélo électrique coûte trop cher. Avec le plan vélo, ça va changer.

- Le coup de pouce vélo, c’est déjà plus de 600 000 vélos réparés ! Aujourd’hui, nous y rajoutons 20 millions d’euros. Objectif : 1 million de réparations !

- « Pas envie d’acheter un vélo si c’est pour me le faire voler » On va tout faire pour l’empêcher : 100M€ pour créer des abris à vélo sécurisés près des gares.

- « Un vélo électrique, ça coûte trop cher » On vous aide : 200€ de l’Etat en plus de l’aide de la collectivité pour l’achat d’un vélo électrique. 50% des Français peuvent la demander !

 

Olivier Dussopt (ministre chargé des Comptes publics)

- Nous avons protégé les revenus, le pouvoir d'achat et nous faisons tout pour qu'il n'y ait pas de reconfinement général.

- La 5G est une formidable opportunité technologique et aucun retard ne serait compréhensible. Cela bénéficiera à notre économie et à tous les territoires.

 

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)

- Le Président de la République a été clair dans son propos sur l'importance de la 5G comme élément de notre compétitivité industrielle : ce serait une erreur historique que de ne pas travailler les usages industriels de la 5G, et de fonder sur la peur le débat sur son déploiement.

- Le numérique et la 5G sont des enjeux stratégiques pour la relance de l'industrie, pour la compétitivité de notre économie et pour la transition écologique. Si nous voulons demain être une puissance productive, nos entreprises doivent s'approprier tout leur potentiel.

- Créer de l'emploi sur les territoires en (re)localisant des activités industrielles, c'est possible. Avec France relance nous mobilisons des moyens à la hauteur de nos ambitions: 1Md€ de soutien direct à l'investissement pour l'indépendance et la résilience de l'économie.

- Il nous faut gagner la bataille industrielle pour pouvoir gagner les batailles économique, sociale et sanitaire. C'est la feuille de route du Président de la République.

 

Alain Griset (ministre chargé des Petites et moyennes entreprises)

France relance: les 7,5 mds€ dédiés à la rénovation énergétique des bâtiments se fera grâce à nos TPE et PME du BTP.

 

Roxana Maracineanu (ministre chargée des Sports)

Pendant Le Tour nous lançons la semaine du vélo à l’école. Dans 40 villes traversées par la grande boucle, les établissements scolaires proposent la formation au Savoir Rouler à Vélo et des cours de géographie, de littérature sur le thème du vélo.

 

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)

- Pas un euro d’argent public aux ennemis de la République ! C’est le sens du contrat d’engagement que nous instaurerons dans la loi contre les séparatismes. La laïcité n’est pas un principe négociable. L’égalité femmes-hommes non plus.

- Nous accélérons la naturalisation des travailleurs étrangers qui ont répondu présents en première ligne pendant le confinement.

- Vous croyez qu’il se passe quoi, après, pour la jeune femme qui retourne dans sa famille avec son certificat de virginité ? Vous pensez qu’un fiancé qui envoie sa future épouse faire certifier sa virginité va respecter sa dignité de femme ? Prenons nos responsabilités. Arrêtons ça.

- Des jeunes filles ont décidé spontanément partout en France de porter jupes décolletés crop top ou maquillage pour affirmer leur liberté face aux jugements et actes sexistes. En tant que mère, je les soutiens avec sororité et admiration.

- La social-démocratie et la gauche républicaine, je pense qu’elles ont tout pour se reconnaître dans la politique menée par Emmanuel Macron.

- Nous avons un arsenal juridique très fort en matière de lutte contre le terrorisme (...). En revanche, il y a un combat culturel, il y a une infiltration de ces thèses séparatistes.

 

Brigitte Klinkert (ministre chargée de l'Insertion)

Le gouvernement se mobilise pour les entreprises sociales inclusives avec un plan de 300 Millions €. Après un premier volet d’aides d’urgences visant à soutenir le secteur, nous lançons aujourd’hui une deuxième étape.

 

Brigitte Bourguignon (ministre chargée de l'Autonomie)

Le chantier Autonomie accordera à nos aînés une place au cœur de notre société. Nous défendrons leurs droits tout en respectant leur dignité et leur liberté de voix et de choix, en EHPAD comme à domicile.

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

Stop aux mensonges. L’Europe ne prescrit de liste de réformes à personne. La vérité, c’est que l’extrême droite croit que la France est faible, moi je pense que la France est forte en Europe. Nous l’avons prouvé.

 

Sarah El Hairy (secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de l’Engagement)

- Nous n'avons pas de passe d’armes à faire sur l’éducation, sur nos écoles et sur nos enfants. Nos énergies doivent converger car c’est l’avenir de notre pays et de nos jeunes qui se joue.

- Je lance un appel aux jeunes: si vous êtes dans une situation où vous avez besoin d’aide, poussez la porte de votre mission locale, il y aura toujours quelqu'un pour vous accompagner.

- Entreprises, vous devez vous engager auprès de nos jeunes et leur faire confiance. Notre jeunesse est investie et dynamique.

 

Cédric O (secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques)

- La généralisation de la fibre à horizon 2025 et la lutte contre l’illectronisme sont au cœur de ce plan de relance, pour que le numérique bénéficie à tous.

- Depuis 2017, Emmanuel Macron a fait du développement de la French tech et de la défense de notre souveraineté technologique une priorité. Aujourd’hui, nous poursuivons nos efforts pour faire émerger de nouveaux champions et réussir la transition numérique de nos entreprises.

- En 2019, le numérique était le premier secteur créateur net d’emplois.

- Le gouvernement est déterminé à faire de la France un acteur majeur de la compétition technologique. Dans France relance, nous mobilisons 2,4 Mds€ dans les technologies numériques d’avenir comme l’IA, pour assurer notre souveraineté et les emplois de demain.

 

Olivia Grégoire (secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable)

Le travail des personnes en situation de handicap est un combat économique autant que sociétal. Avec Sophie Cluzel, nous le mènerons ensemble à travers le plan France relance bien sûr, mais plus généralement en faisant de l'inclusion un indicateur de performance des entreprises.

 

Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Christophe Castaner (président du groupe à l’Assemblée nationale)

- Nous poursuivons l’ambition de dépassement de 2017. Avec Patrick Mignola et Olivier Becht, nous entendons bien construire au quotidien une relation forte et intense au service du projet présidentiel.

- Le plan France relance doit parler à chacune et chacun des Français. Les députés en sont l’incarnation, ils sont le concret de ces 100Md € dans les territoires. Nous en assurerons le dernier kilomètre.

 

Aurore Bergé (porte-parole)

Le travail parlementaire dans la majorité, ça sert à apporter des réponses claires et fortes sur des problématiques du quotidien.

 

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

 

Jean-Christophe Lagarde (président)

- EELV ment aux Français ! Ils n'ont pas plus de solutions sérieuses pour le climat que le RN pour l’immigration. Face à leur écologie obscurantiste, nous voulons incarner l'écologie de la science.

- On a besoin de vivre moins loin de son travail pour sauver la planète. Ca ne pourra se faire qu’avec une vraie politique d’aménagement du territoire.

- Le 14 juillet, c’est la Fête de la Fédération. La République Fédérée, c’est celle qui est capable de rassembler les Français parce que l’Etat s’est recentré sur l’essentiel de ses missions. (…) Décentralisez ! A force de vouloir toujours tout faire, l’Etat ne sait même plus assurer les missions qu’il est le seul à pouvoir faire.

- Si les 300 milliards d’euros émis chaque année par la BCE en création monétaire pour stabiliser les prix étaient réaffectés au versement d’un revenu monétaire, ce sont environ 1 000 euros par an qui seraient redistribués à chaque résident de la zone euro pour soutenir la consommation, sans augmentation de l’inflation.

 

●Mouvement radical

Laurent Hénart (président)

- Le choix qui a été fait par le Mouvement radical lors de ses derniers congrès depuis 2017, c’est l’indépendance politique. On aura un nouveau congrès le 7 novembre. On verra si cette ligne d’indépendance est confirmée, accentuée, ou s’il faut participer à une alliance plus vaste. Pour ma part, je continue de porter la même ligne. Je veux des radicaux indépendants, et partenaires de la majorité quand des sujets nous rassemblent. Sur l’Europe et la relance, nous avons une vision partagée. Nous avons aussi exprimé nos différences sur les collectivités territoriales, la politique sociale et la laïcité.

- J’entends que certains veulent élargir la majorité présidentielle. Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Une opération d’alliance électorale uniquement pour les départementales et les régionales, ça n’a pas de sens aux yeux de nos concitoyens sans une vision partagée de la société et des choix collectifs sur le long terme. Les Français sanctionneraient une alliance politique qui leur apparaîtrait comme un simple replâtrage. Si les lignes doivent bouger et si des alliances plus profondes doivent être scellées, alors il faut vouloir un débat de fond et lui donner du temps.

- Je rappelle les difficultés majeures rencontrées par les radicaux lors des municipales, notamment à Bourges. À Tours comme à Montélimar, un candidat LaREM a même été investi contre nos maires. Ça n’était pas la conduite d’un allié. Et nous avions compris qu’après les européennes, lors desquelles nous nous étions retrouvés autour d’un projet commun, chacun exerçait son indépendance. À l’heure de la décentralisation, la logique - à chaque territoire son projet, sa liste et ses alliances - peut naturellement s’appliquer aux élections locales à venir, départementales et régionales.

- L’objectif est de bâtir un groupe qui assume et affiche son identité radicale à partir de celui déjà existant, le RDSE. Aucun sénateur en place ni aucun de nos candidats n’envisage de rejoindre le groupe LaREM. Notre indépendance politique doit s’organiser au Parlement.

- Lors de notre congrès, nous donnerons le top départ de la préparation du manifeste radical. Nous allons revisiter nos grands principes et les confronter à la réalité d’aujourd’hui pour faire des propositions solides aux Français en 2022. Face aux crises qui s’accumulent, sanitaires, économiques, sociales et civiques, un nouveau monde reste à inventer. On ne va pas jouer un rôle dans le débat présidentiel et législatif sans une doctrine. Il faut redonner une charpente au débat public. Les radicaux doivent y contribuer. Nous ne pouvons nous satisfaire d’un débat flottant monopolisé par les extrêmes. Contre eux, nos premières armes seront nos idées.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.